» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - Économie de la Côte d'Ivoire

voir la définition de Wikipedia

   Publicité ▼

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

Wikipedia

Économie de la Côte d'Ivoire

                   
Côte d’Ivoire
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie de la Côte d'Ivoire
Abidjan, capitale économique
Monnaie franc CFA
Année fiscale année calendaire
Organisations internationales Banque mondiale, OMC, UEMOA, CEDEAO.
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 23,4 milliards $ (est. 2008) 2
Produit intérieur brut en PPA 34,9 milliards $ (est. 2007) 1
Rang pour le PIB en PPA 188e[1]
Croissance du PIB 2,3 % (2008) 2
PIB par habitant en PPA 1 600 USD (2011) 2[2]
PIB par secteur agriculture : 23,9 %
industrie : 25,3 %
services : 50,8 % (est. 2007) 4
Inflation (IPC) 8,1 % (est. 2008) 2
Pop. sous le seuil de pauvreté 48,9 % (est. 2008) 2
Indice de développement humain (IDH) (163e) en 2009 2
Population active 6 502 115[3]
Population active par secteur agriculture : 27 %
industrie : 18,5 %
services : 54,5 % (2006) 1
Taux de chômage 45 %
Principales industries raffinage de pétrole, cacao, café, bois et produits en bois, produits alimentaires, boissons, assemblage de camion et d'autobus, textiles, engrais, matériaux de construction, électricité, construction de bateau et réparation
Commerce extérieur
Exportations 11.24 milliards USD (est. 2011) 1[2]
Biens exportés cacao, café, bois, pétrole, coton, banane, ananas, huile de palme, poisson
Principaux clients Allemagne 9,6 %, Nigeria 9,1 %, Pays-Bas 8,3 %, France 7,2 %, USA 6,9 %, Burkina Faso 4,4 % (2007) 1
Importations 7 295 milliards USD (est. 2011)1[2]
Biens importés combustibles, biens d'équipement, denrées alimentaires
Principaux fournisseurs Nigeria 29,5 %, France 16,8 %, Chine 6,9 %, Belgique 3,5 % (2007) 4
Finances publiques
Dette publique 75,2 % du PIB (est. 2007) 1
Dette extérieure 13,79 milliards $ (est. 31 décembre 2007) 3
Recettes publiques 20,8 % du PIB (est. 2007)3
Dépenses publiques 20,5 % du PIB (est. 2007)3
Déficit public
Aide au développement
Sources :
1. CIA factbook2. Worldbank3. Perspectives éco

L’économie de la Côte d'Ivoire, avec un PIB par habitant qui s'élève à 1 600 USD en 2011[1] fait partie des économies en voie de développement. L'indice de pauvreté atteint 48,9 % en 2008.

Depuis l'instauration du commerce triangulaire lors des premiers contacts avec les explorateurs, l'économie est dominée par l'exportation de produits dits de rente, en particulier le café et le cacao, pour lesquels la Côte d'Ivoire occupe les premiers rangs sur le plan mondial. Si l'économie ivoirienne repose à titre principal sur le secteur agricole que favorise un climat chaud et humide, l'apport de l'industrie au PIB est évalué à 20 % et celui du secteur tertiaire à 50 %. La Côte d'Ivoire possède de plus quelques réserves de pétrole non négligeables pour son économie. Elle possède aussi quelques ressources minières mais dont la production reste très mineure. Elle produit en outre de l'électricité, dont une part est revendue aux pays voisins.

Les progrès constatés au cours des quinze premières années de l'indépendance ont fait place à une longue période de récession, favorisée par la chute des cours mondiaux des matières premières agricoles (café-cacao) et aggravée par divers facteurs dont la crise politico-militaire déclenchée en 2002.

La Côte d'Ivoire reste toutefois un poids économique important pour la sous-région ouest-africaine : elle représente 39 % de la masse monétaire et contribue pour près de 40 % au PIB de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

La monnaie du pays est le franc CFA, dont la parité avec l'euro est fixe (1 euro = 655,957 francs CFA).

Sommaire

  Historique

Article connexe : Histoire de la Côte d'Ivoire.

  Économie précoloniale

  La situation politique en Côte d'Ivoire précoloniale.

L’économie de la Côte d’Ivoire est caractérisée à l’origine et durant de nombreux siècles par la recherche de l’autosubsistance. Elle est axée sur l’agriculture vivrière et utilise des techniques de cultures itinérantes sur brûlis. Toutefois, à partir du XVe siècle, elle entre dans une phase mercantiliste[N 1] au contact de nombreux commerçants mandés d’origine soudanaise, attirés par la kola produite dans les régions Toura, Dans, Mahou, Bété, Gouro et Anno (zones forestières des centre-ouest et nord-ouest de l'actuelle Côte-d'Ivoire)[4]. Ces marchands recherchent également de l’or, dans des régions essentiellement habitées par les peuples Sénoufos (autour de Kong notamment), Djiminis et Lobi (nord et nord-ouest)[4]. À la veille de la conquête coloniale, deux systèmes politiques cohabitent sur le territoire de l'actuelle Côte d'Ivoire et influencent fortement l'économie :

  • le système étatique d'une part, présent au Nord et à l'Est du pays, notamment dans les royaumes de Bouna, du Kabadougou, de Kong et dans les royaumes Akans. Dans ces sociétés à pouvoir centralisé, le mode de production est caractérisé par l’existence d’une classe dirigeante qui exploite la paysannerie et une classe servile. Les échanges économiques échappent peu ou prou à des impératifs de parenté pour s'inscrire dans une logique de profit économique[5].
  • Le système des sociétés lignagères d'autre part, pratiqué notamment par les populations lagunaires, Krous et Mandés du Sud. Ces peuples ne sont pas organisés en empires ou en royaumes, mais en lignages et classes d'âge, à l'intérieur de communautés tribales ou villageoises. Dans ces sociétés à pouvoir diffus, l'unité économique de base est le lignage, véritable centre de production et de consommation, voué pour l'essentiel à l’autosubsistance[5].

D'une manière générale, l'économie précoloniale se structure autour de divers espaces relativement homogènes. Ceux du Nord et du Centre du territoire sont reliés par un réseau de routes commerciales comportant de nombreux marchés et diverses cités commerciales, animées par des marchands dioula ou des membres des aristocraties dirigeantes locales. Le cauri et l'or y servent de monnaie de transaction. Ceux du Sud et de l'Ouest du pays comportent de multiples villages-marchés et les biens y circulent à travers des réseaux de parenté, d'alliance ou de clientèle plus éloignée. Au sein de ces entités l’on utilise le Sombé (un type de manille) comme monnaie d'échange[N 2].

Ces espaces économiques connaissent de profondes mutations au cours du XIXe siècle.

  Mutations économiques du XIXe siècle

L’installation des colons sur le territoire ivoirien commence dès la fin des premières expéditions exploratoires menées par João de Santarém et Pedro Escobar au cours des années 1470-1471, les Hollandais à la fin du XVIe siècle, puis les Français et les Anglais au XVIIe siècle[6],[7]. À leur contact, l’agriculture locale connaît une réorientation et est désormais pratiquée en vue de la commercialisation de produits tropicaux. Un type particulier d’échanges, la traite négrière, fait même son apparition dans les zones du littoral. L'esclavage est aboli en 1848 dans les colonies françaises et cette mesure formelle a un impact économique indéniable. L'arrêt de la déportation massive d'esclaves entraîne le développement d'une traite intérieure. Il favorise en outre, au sein des colonies, l'instauration et la multiplication de rapports de production de type esclavagiste. Chez les Dioula et les Malinké, les esclaves sont redirigés vers les vastes domaines agricoles tandis que chez les Akans, ils servent à l'extraction de l'or et au portage. Le commerce des produits naturels remplace alors celui des esclaves et l’agriculture est de nouveau dynamisée. Les échanges commerciaux s'accroissent sous la poussée de la demande aussi bien européenne qu'africaine, entrainant par leur ampleur l'émergence et la consolidation de la fonction de courtier africain, intermédiaire entre Européens et Africains, mais aussi entre populations côtières et celles de l'hinterland.

Pendant cette période, les échanges croissants doublés d'une concurrence de plus en plus rude entre Français et Anglais amènent les premiers à installer sur le littoral (à Assinie et Grand-Bassam en 1843) des comptoirs permanents. Les courtiers africains se retrouvent peu à peu face à l'impérialisme économique français auquel ils tentent de s'opposer, mais ils seront progressivement éliminés.

D'une manière générale, l'économie précoloniale s'ajuste aux nouvelles exigences du XIXe siècle dont celles de la colonisation du pays qui porte déjà les germes de la désorganisation de l’agriculture traditionnelle et de l’émergence de nouveaux partenaires commerciaux. Elle oriente l'économie ivoirienne vers l'exportation de produits agricoles non-transformés et l’importation de produits européens manufacturés[8].

  Développements récents

  « Miracle économique »

Des débuts de la colonisation jusqu’à la fin des années 1970, la situation économique de la Côte d’Ivoire est florissante[9],[10]. Le taux de croissance annuel du produit intérieur brut est élevé et il dépasse 7 % durant la dernière décennie de la période coloniale (1950-1960)[11]. la Côte d'Ivoire, dès le début des années 1960 axe sa politique de développement sur l'expansion des exportations de matières premières et la substitution aux importations reposant sur quelques industries. Les stratégies mises en œuvre sont alors particulièrement adaptées aux contraintes extérieures et à l'environnement général. Une forte croissance est enregistrée et les changements structurels s’opèrent sans véritables déséquilibres internes ou externes[12]. Le taux de croissance moyen reste élevé (plus de 6,8 %) pendant les quinze premières années de l'indépendance du pays (1960-1975). Il atteint même 10,2 %, entre 1960 et 1965. Plus faible entre 1970 et 1975 (6,8 %), il reste néanmoins supérieur à celui des pays de l’Afrique noire et même des pays occidentaux, respectivement à 4 % et 6 % en moyenne sur la même période. L'épargne domestique quant à elle, se stabilise à un niveau relativement élevé, alors que l'endettement extérieur et l'inflation demeurent bas. La Côte d’Ivoire est alors considérée comme la vitrine de l'Afrique occidentale et un modèle réussi de politiques libérales en matière de développement[12]. Une telle performance particulière s’explique en partie par la stabilité politique qui distingue alors le pays de la plupart des États africains.

Pour autant, cette économie présente des faiblesses structurelles : forte dépendance extérieure et déséquilibres importants entre ses différents secteurs d'activité[9]. Le cacao, qui en est la force (le « miracle économique » des années 1970 a pris appui sur le binôme café-cacao), constitue également son point faible dans la mesure où aucun autre produit ni aucun autre secteur n'influence autant l'économie de la Côte-d'Ivoire. Certes, la production de cacao injecte d'importants flux financiers dans le circuit économique, distribue des revenus aux paysans, permet à l'État, par le biais de l'impôt, de disposer de marges de manœuvre importantes, alimente la trésorerie des entreprises, permet aux banques d'obtenir des marges bénéficiaires, à la balance commerciale d'être excédentaire et aux avoirs extérieurs de s'accroître. Mais lorsque les termes de l'échange lui sont défavorables, l'économie ivoirienne vacille[13]. La chute des cours des produits agricoles de base survenue à la fin des années 1970 a ainsi provoqué une dépression[14] d'autant plus grave qu'à la faveur du « boum du café et du cacao », la Côte d’Ivoire s’était engagée dans une politique monétaire et fiscale expansionniste appuyée sur les revenus des exportations en forte croissance (principalement ceux gérés par la Caisse de stabilisation). L’augmentation de l'endettement extérieur a alors été immédiate autant que la montée de l'inflation. Le taux de change réel du pays, reposant sur un taux d'inflation nettement supérieur à celui de ses partenaires, s'est trouvé surévalué ruinant la compétitivité de l’industrie nationale. Durant les années 1980, le déficit du secteur public atteint 12 % du PNB et celui du compte d'opérations courantes 17 % du PNB. Confronté à une croissance économique fortement ralentie, le pays s’engage dans un Programme d'ajustement structurel (PAS)[12].

  Programmes d'ajustement structurel

  Le siège du Fonds monétaire international.
Le FMI et la Banque mondiale ont impulsé les programmes d'ajustement structurel.

Le premier programme d'ajustement structurel (1981-1983) vise à redresser la situation financière extérieure et à créer les conditions d'une reprise de la croissance économique. Il s'agit de réduire le service de la dette extérieure et le déficit du secteur public par une diminution très importante des dépenses publiques. Le budget général de fonctionnement de l’État connait alors une réduction de près de 55 % durant les trois années du programme tandis que le budget spécial d'investissement et d'équipement (BSIE) est réduit de 12 %. L’encadrement du crédit est plus sévère et son taux d'accroissement passe de 54 % en 1982 à 7 % en 1983. Par ailleurs, les salaires des fonctionnaires font l’objet d’un blocage et ceux du secteur parapublic, d’un réalignement à la baisse. Ce train de mesures entraine une forte baisse du revenu des ménages dont l’épargne chute de 53 milliards de F.CFA en 1982 à 14,5 milliards en 1983 soit une baisse de 72 %. L'investissement baisse de 17 % sur la période et le crédit se ralentit. Ce résultat mitigé sert cependant de base au deuxième programme d’ajustement structurel (1984-1985).

Ce second programme vise la réduction du déficit budgétaire et l'augmentation des recettes publiques. Il bénéficie de la part du Fonds monétaire international (FMI), d'un accord de confirmation sur une durée d'une année et pour 82 millions de Droits de tirage spéciaux (DTS). Il est accompagné d'un rééchelonnement de la dette extérieure ivoirienne à hauteur de 275 millions de dollars sur une période de neuf ans avec quatre ans de différé. Les mesures mises en œuvre sont encore plus rigoureuses que celles du programme précédant mais permettent de connaître quelques améliorations : Le déficit budgétaire est effectivement réduit en 1984 et, en 1985, le budget peut même dégager un excédent d'environ 31 milliards de F.CFA. Le solde de la balance des paiements dégage des excédents (5,2 % du PIB en 1984 et 4,8 % du PIB en 1985). La production industrielle connaît un accroissement de 7 %. L’on assiste dans la même période à un accroissement de la masse monétaire qui n’est toutefois pas le fruit de la politique monétaire mais plutôt celui d'un solde de balance des paiements favorable[N 3],[12] D’une manière générale, la croissance économique du pays, en termes réels, d'environ 5 % marque une légère reprise. Mais le coût social est élevé avec notamment une augmentation du chômage.

Un troisième programme d'ajustement structurel (1986-1988) est conclu mais sous l’effet conjugué de la chute de ses recettes d'exportation [N 4], d’un service de la dette devenu lourd [N 5] et en dépit d’un accord pluriannuel de rééchelonnement de la dette jusqu'en 1990, la Côte d'Ivoire se résout à déclarer, en mai 1987, son impossibilité de payer les intérêts des emprunts étrangers. Au plan strictement interne, une augmentation de la fiscalité en général et plus particulièrement de la TVA en 1987, pousse de très nombreuses activités commerciales vers le secteur informel. Globalement, les résultats de ce troisième programme d’ajustement structurel sont jugés mitigés. Ses mesures pèsent très lourdement sur la vie économique, et sociopolitique du pays créant un contexte assez tendu.

Le quatrième programme dit « de stabilisation financière » (1990-1992) voit le jour en 1990 et dirigé par Alassane Dramane OUATTARA, économiste, ancien du FMI et vice-gouverneur de la BCEAO, poste réservé aux Burkinabés. Cet accord prévu pour une durée de 18 mois vise « le rétablissement des grands équilibres » notamment par des mesures fiscales et budgétaires à même de réduire de manière sensible les besoins de financement de l'État. Sa mise en œuvre est cependant minée par la détérioration des termes de l'échange concernant le café et le cacao ainsi que le développement de la corruption. Il s’achève en septembre 1992 sur un échec global. Le pays ne dispose plus du PAS avec le FMI, a quelque peu amélioré la situation de ses finances publiques et du secteur bancaire, mais n’est plus en mesure de rembourser sa dette et d'assurer ses dépenses de fonctionnement. La solution de la dévaluation du franc CFA est alors inéluctable[12].

  Dévaluation du franc CFA

  Billet de banque de la BCEAO.
Monnaie en cours en Côte d'Ivoire.

Après plus de dix ans d’ajustement interne et budgétaire sans succès, la Côte d’Ivoire fait toujours face à un endettement intérieur et extérieur excessifs. Le déséquilibre des dépenses publiques demeure. Les institutions de Bretton Woods s’engagent avec l’appui de la France qui soutient la convertibilité du FCFA par rapport au franc français, à procéder à une dévaluation du franc CFA presque taillée sur mesure pour l'économie ivoirienne qui représente alors 60 % de la masse monétaire des pays de l'UMOA.

Le 12 janvier 1994, la dévaluation à hauteur de 100 % du franc CFA intervient et entraine dans son sillage la signature d’un nouveau programme économique et financier dénommé Facilité d’ajustement structurel renforcé (Fasr). La dévaluation de la monnaie est destinée à atténuer une surévaluation du taux de change effectif réel depuis 1981[15]. Elle permet, grâce notamment aux mesures d’accompagnement adoptées par la communauté financière internationale, un taux de croissance positif de 6 % mais seulement pendant deux années consécutives. Ce changement de parité du franc CFA par rapport au franc français s'inscrit dans une stratégie plus globale visant, par une série de réformes structurelles, à recentrer l'action de l'État ivoirien sur des missions de régulation, de contrôle et de sécurisation[N 6] pour améliorer les performances du secteur public et favoriser les activités du secteur privé[16].Les programmes d’ajustement structurel (facilité d'ajustement structurel renforcé 1994-1996), mis en place dans cette perspective, par les partenaires extérieurs que sont le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, conduisent à l'adoption par le gouvernement de mesures drastiques de restriction budgétaire en vue du redressement économique[17], sans grand succès[18]. La dévaluation a permis notamment de favoriser les cultures locales au détriment des importations. Les produits d’exportation se sont en revanche, trouvés durement confrontés à la concurrence et à la surproduction mondiales. La « pluie de milliards »[N 7](le volume exceptionnel des crédits d’accompagnement) a plutôt favorisé la mauvaise gouvernance.

  Évolution du PIB. Source : OCDE[19]

Des problèmes de corruption liés à l’exécution de projets financés par l’Union européenne ainsi que les arriérés de paiement des dettes contractées auprès des institutions internationales, conduisent, en 1998, celles-ci à rompre leur partenariat avec la Côte d'Ivoire[14]. L’impact négatif de cette situation sur l’économie est aggravé par le coup de force militaire de décembre 1999 et l’instabilité politique qui en résulte. Le pays sombre dans une nouvelle dépression[14] et le taux de croissance en 2000 est négatif : -2,3 %[20]. La crise politico-militaire qui éclate en 2002 aggrave encore la situation.

  Impact de la crise politico-militaire

La crise politico-militaire déclenchée le 19 septembre 2002 a entraîné un exode massif de près de 1,7 million de personnes, l'abandon des zones de conflit par l'administration publique ainsi que des entreprises privées et la destruction de nombreuses infrastructures économiques. Le conflit consacre une division du pays entre un sud contrôlé par l'État et un nord contrôlé par la rébellion ; l'essentiel des ressources étant contrôlé par l'État (café, cacao, pétrole, gaz, bois...), la rébellion disposant pour sa part du contrôle sur le coton et le diamant.

Pendant les six premières années du conflit, la croissance économique devient négative (-0,4 %) largement inférieure à celle des autres pays de l'UEMOA (4,1 %) et de l'Afrique subsaharienne (4,9 %). De nombreuses entreprises tenues par des non nationaux quittent le pays ou réduisent très fortement leurs activités en attendant la fin de la crise. De même, les investissements étrangers directs baissent. Ce repli de l'activité économique aggrave le chômage dont le niveau était déjà très élevé avant cette crise, notamment parmi les jeunes. Le secteur financier est durement touché avec la fermeture de toutes les agences des banques, au nombre de 19, installées dans la zone contrôlée par la rébellion. Des contre-performances sont notées particulièrement au niveau fiscal et de la transparence en raison, explique la Banque mondiale, « de la chute des revenus, de l’augmentation des dépenses liées à la crise et des difficultés comptables ».

Eu égard à la place prépondérante qu'occupe ce pays dans l'économie régionale (40 % du PIB de l'UEMOA), ces développements économiques affectent négativement la production et le commerce régional, en particulier dans les pays voisins que sont le Burkina Faso, le Mali, le Niger et la Guinée. Ceux-ci continuent de dépendre de son infrastructure de transport pour l'import-export et des fonds transférés par leurs diaspora respectives installées en Côte d'Ivoire.

  Korhogo 2 mai 2006.
Agence de banque commerciale fermée par la crise politico-militaire. La façade extérieure sert de lieu de vente de friperie.

Avec un certain gel de la crise intérieure, la Côte-d'Ivoire entreprend son redressement en obtenant en 2004 un taux d’inflation sous contrôle (entre 1,4 % et 4,4 %) et des taux de croissance positifs (+1,6 %) en 2004, +1,8 % en 2005[20] et +1,2 % en 2006) qui demeurent toutefois en dessous du niveau d'accroissement naturel de la population, estimé à 3,3 %. L’État, pour sa part, ne parvient toujours pas à tenir ses engagements extérieurs bien que le service de la dette représente une proportion de plus en plus faible des exportations (10,7 % en 2000, 5 % en 2003, 3,3 % en 2004 et 1,45 % en 2005)[20] qui connaissent un accroissement significatif (de 37,9 % en 2000 à 47,8 % du PIB en 2005)[21]. L'Accord politique du 4 mars 2007 conclut entre l'État ivoirien et la rébellion, a amorcé une normalisation de la situation politique en créant un climat politique relativement apaisé, permettant une certaine avancée dans le rétablissement des institutions de la république et la réunification du pays. Confortée par cette réunification du pays d'une part, la réhabilitation des infrastructures publiques en cours ainsi que le retour progressif de la confiance du secteur privé d'autre part, l'économie ivoirienne enregistre depuis 2007, une légère reprise ; mais la situation reste encore globalement fragile[19].

D'une manière générale, avec un taux de croissance annuel moyen du PIB de 6,7 % durant les quinze premières années de son indépendance, la Côte d'Ivoire qui était classée comme un pays à croissance rapide (un futur « pays émergent ») est, depuis mars 1998, à la recherche du bénéfice de l'initiative pays pauvres très endettés (PPTE)[22].

  Ressources naturelles

  Bois

  Aire de stockage de chantier forestier près de Biankouma à l'Ouest de la Côte d'Ivoire.

L’exploitation forestière a joué, pendant plusieurs décennies, un rôle majeur dans l'économie de la Côte d'Ivoire. Elle débute dans le pays au cours des années 1880-1890, à l’initiative de commerçants britanniques en quête d’une nouvelle essence de bois à même de remplacer le Mahogany des Antilles[23]. La principale essence commercialisée jusqu'au début des années 1920 est alors l’acajou, fortement demandée sur le marché international[23]. De nombreuses essences sont par la suite exploitées aux fins d’exportation, parmi lesquelles le makoré, le sipo, l’aboudikro, le tiama, le niangon, le samba, le bété, l’assamela, le dibetou, l’ilomba, le bosse, le fromager, l'iroko. Près de 70 % de la production de bois est destinée à l’exportation sur les marchés internationaux, le bois de teck étant la principale grume tropicale exportée. En 2004, la vente totale de bois de grume exporté rapporte au pays 267 564 millions de FCFA. Hormis l'exportation, le pays installe progressivement une industrie de bois permettant à ce secteur de se développer en proposant des produits finis ou semis finis à forte valeur ajoutée.

Toutefois, cette exploitation a des conséquences négatives sur le patrimoine forestier et l'environnement. Elle s'effectue dans les forêts du domaine permanent de l’État (parcs nationaux, réserves, forêts classées, ou proposées au classement) dont une partie a été déclassée à cette fin d'une part entre 1929 et 1959 (près de 500 000 ha) et d'autre part dans les trente premières années de l'indépendance du pays (plus d'1 million ha). Mais elle touche surtout les forêts du domaine rural constitué par le couvert forestier non compris dans le domaine permanent de l’État. Il en résulte que le massif forestier ivoirien, qui, dans les premières années de l'indépendance longeait le golfe de Guinée sur plus de 500 km et s’étendait sur une profondeur variant entre 120 km et 350 km à l’intérieur du pays, se retrouve en 2008, fortement menacé par une exploitation abusive[24] après avoir joué un rôle majeur dans l'essor économique du pays.

Le rythme de destruction auquel cette activité soumet le couvert forestier du pays est difficile à soutenir à long terme. Le gouvernement ivoirien a, de ce fait, été amené à adopter un programme de reboisement impliquant fortement les exploitants forestiers. Il a également créé la Société de développement des forêts (Sodefor), structure chargée à la fois de la préservation et la gestion d'un patrimoine forestier d'environ 6 000 000 d’hectares, et du reboisement dans les zones appauvries par cette exploitation forestière massive. L'objectif affiché est de contenir le rythme de croissance de l'exploitation forestière à un taux inférieur à celui de la régénération du patrimoine forestier[25].

  Diamant et or

  Comme en Guinée, ici sur la photo, l'exploitation artisanale des gisements est courante en Côte d'Ivoire.

La production de diamant en Côte d’Ivoire commence en 1948 par le gisement de Tortiya étendu sur 188 ha avec une réserve estimée à 830 000 carats. L’exploitation de ce gisement est confiée à la Société anonyme de recherches minières en Côte d’Ivoire (Saremci) qui, dès la première année obtient une production de 36 000 carats et voit sa production augmenter régulièrement pour atteindre son point culminant en 1972 avec 260 000 carats. Le déclin consécutif conduit à la fermeture de la mine en 1975 et à celle de l’entreprise en 1976, malgré une ultime tentative de reprise d’activités par la société Watson qui se solde par un échec et conduit à la fermeture en 1977. Malgré tout, le gisement de Tortiya a constitué à son époque la principale ressource minière du pays[26]. À côté de cette expérience qui constitue la plus importante opération de production de diamant en Côte d’Ivoire, et parallèlement à elle, se développent d'autres travaux d’exploitation de gisement dans la région de Séguéla. Ceux-ci sont entrepris d’abord par la Compagnie minière du Haut-Sassandra (Sandramine) en 1949 puis repris par la Société diamantifère de la Côte d’Ivoire (Sodiamci) en 1956. Cette autre initiative dont la production annuelle n'est jamais allée au-delà de 25 000 carats prend fin en 1971 avec la fermeture de la Sodiamci.

Bien que l'extraction industrielle du diamant soit arrêtée, une exploitation artisanale se poursuit aujourd'hui à Séguéla et Tortiya, situés dans la zone contrôlée par la rébellion ivoirienne. Ainsi l'ensemble de la production nationale de diamant s'effectue sous le contrôle de la rébellion ivoirienne avec des résultats assez controversés. Jugés maigres, voire dérisoires par certains observateurs[27], ces résultats sont évalués par l'organisation Global witness au chiffre record de 300 000 carats avec un revenu annuel du trafic lié à cette activité, estimé par le ministre ivoirien des Mines et de l'Énergie à plus de 25 millions de dollars (40 milliards de FCFA)[28],[29]. En 2008, la Côte d’Ivoire reste cependant le seul pays sous embargo de l'ONU pour l'exportation du diamant en raison de la crise que connaît ce pays[30],[31].

L’or, extrait au moyen de techniques traditionnelles par les peuples de Côte d’Ivoire dès avant l’accession du pays à l’indépendance, constitue la deuxième ressource minière exploitée d'un sous-sol qui recèle beaucoup d’autres minerais comme le fer, le nickel, le manganèse, la tantalite, la bauxite, le cuivre, le gaz, l’uranium, le cobalt, le tungstène, l'étain, l’iléite et les pierres ornementales. Toutefois, un seul gisement, géré par la Société des mines d’Ity (SMI) est en exploitation industrielle. Quatre autres gisements sont en exploitation artisanale par des organisations Coopératives à Issia, Angovia, Angbaoua, et Kokumbo. Plusieurs sociétés non nationales détiennent des permis d’exploitation de mines d'or. Malgré la crise que traverse le pays, la production globale d’or connaît une hausse entre 2004 et 2005. Le pays reste cependant un producteur assez marginal d'or, sa production annuelle moyenne étant estimée à 1,5 t[32] très loin derrière les 26 t[33] du Ghana ou les 38 t[34] de l'Afrique du Sud.

  Pétrole et gaz naturel

Pétrole, gaz et électricité
Pétrole
Production 50 000 b./jour
Consommation 25 000 b./jour
Gaz
Production totale 1,3 milliard de m³ (2004)
Consommation 1,3 milliard de m³ (2004)
Exportations 0 m³ (2004)
Électricité
Production totale
– dont hydraulique
– thermique
5 507 GWh (2006)
40 %
60 %
Consommation 3 202 milliards de kWh (2004)
Exportations 1,1 milliard de kWh (2004)
Consommation d'énergie/capita
Sources : CIA

Avant la découverte, dans les années 1970, de gisements de pétrole et gaz exploitables, le pays assurait par des importations la couverture de ses besoins nationaux en produits pétroliers finis. Aussi, pour mieux bénéficier des gains de valeur ajoutée liés à la transformation du pétrole brut, l'État ivoirien importa, à partir de 1965, des quantités de plus en plus importantes d’hydrocarbures, traités intégralement par la Société ivoirienne de raffinage (SIR) créée en octobre 1962 et ayant une capacité de raffinage de 3 500 000 tonnes par an, soit 70 000 barils par jour[35]. Cette nouvelle situation fit baisser, de façon considérable, le taux d’importation de produits finis du pays. Celui-ci s'identifiait, de ce fait, comme un pays tourné vers la raffinerie plutôt que la production du pétrole.

Le pays disposait pourtant de réserves de pétrole brut estimées à 100 millions de barils[36]. Le groupe Esso-Shell est à l'origine de la découverte de ce pétrole et de ce gaz exploitables. Dans son sillage, des concessions d’exploitation sont accordées à plusieurs autres grandes compagnies pétrolières par le gouvernement ivoirien. Cependant, à travers la société d’État Petroci (Société nationale d’opérations pétrolières de la Côte d’Ivoire), l’État ivoirien demeure propriétaire des gisement découverts et prend des participations au sein de divers groupes.

En 2005, avec 3,9 millions de tonnes, le sous-secteur de l’hydrocarbure traduit son dynamisme par une hausse générale, la plus importante du secteur industriel. La production de pétrole, grâce au champ « Baobab » du bloc CI40, atteint le niveau de 80 000 barils par jour à fin mars 2006 permettant ainsi de couvrir largement la consommation journalière estimée à 25 000 barils. La production de gaz quant à elle s’établit à 1 742,3 millions de m³. La même année, les exportations de produits pétroliers augmentent de 22,6 % pour se chiffrer à 3 242,1 millions de tonnes[37].

Au total, en 2008, avec 50 000 barils par jour en moyenne, la Côte d’Ivoire ne peut être considérée comme un producteur stratégique de pétrole en Afrique comparativement à la Guinée Équatoriale (300 000 barils par jour), à l'Angola (1,5 million par jour) ou encore au Nigéria (2,3 millions de barils par jour)[38].

  Énergie électrique

  Immeuble de l'EECI (Énergie électrique de Côte d'Ivoire) à Abidjan plateau.

Essentiellement hydraulique à l’origine, l’électricité produite par la Côte d’Ivoire est par la suite devenue également thermique. Elle est en majeure partie assurée à partir des barrages hydroélectriques d’Ayamé 1, Ayamé 2, Kossou, Taabo, Buyo et Fayé. Alors que le potentiel hydro-électrique total de la Côte d’Ivoire est évalué à 12 400 gWh, l’équipement actuellement disponible ne permet de disposer que de 2 550 gWh (20,56 %). Concourent à la production nationale d’énergie thermique, les centrales de Vridi gaz, la Compagnie ivoirienne de production d’électricité (Ciprel), Azito et d’autres centrales isolées ou autonomes. L’électricité produite par la Côte d’Ivoire en 2005 atteint 5 571,17 gWh, dont 1 397,87 gWh sont exportés vers le Ghana (plus de 50 % des exportations), le Burkina Faso, le Mali et le Bénin[39].

La gestion de la production et de la distribution de l’électricité relevait au départ de la structure d'État Énergie électrique de Côte d’Ivoire (EECI). Depuis la privatisation de cette gestion au profit de la Compagnie ivoirienne d'électricité (CIE), l’État n’intervient dans le secteur énergie électrique qu’à travers deux structures : la Société de gestion du patrimoine électrique de l’État (SOGEPE) qui gère le patrimoine du secteur et la Société d’opération ivoirienne d’énergie électrique (SOPIE), maître d’œuvre exclusif du secteur énergie électrique[40].

Malgré les efforts entrepris par l’Institut de recherche des énergies nouvelles (IREN), l’énergie solaire, pour lequel des potentialités importantes ont été relevées, reste encore très peu développée en Côte d’Ivoire[40].

En février 2010, suite à une mauvaise appréciation des ressources énergétiques, le concessionnaire principal en l'occurrence la CIE, commence à procéder à des délestages au niveau du territoire ivoirien ouvrant une seconde période de crise énergétique en Côte d'Ivoire après celle de 1984. Selon Eddy Simon, directeur général de l’Énergie au ministère des Mines et de l’Énergie : « Le système électrique national connaît en ce moment une diminution de sa capacité de production d’énergie électrique qui se traduit par des difficultés à satisfaire l’ensemble des besoins en électricité des populations »[41]. Ainsi, un programme de délestage temporaire est mis en place, prenant en compte les priorités suivantes :

– sauvegarder le tissu économique permettant ainsi de préserver les emplois (industries, entreprises) ;
– assurer l’alimentation des stations de pompage et châteaux d’eau de la SODECI;
– assurer l’alimentation des centres hospitaliers.

Mais on constate que cette crise énergétique gangrène l'économie nationale en provoquant l'arrêt des machines dans l'outil de travail industriel, obligeant les entreprises à mettre en place des programmes de chômage structurels et investir davantage dans l'achat de groupes électrogènes. Au niveau régional, cette crise retarde le projet de l'Uemoa d'interconnexion électrique ouest-africain dont le fournisseur essentiel devait être la Côte d'Ivoire grâce à ses « grandes capacités de production ». Ainsi le secteur ivoirien de l’électricité a commencé à importer de l’énergie du Ghana pour environ 25 MW et ceci, en application du contrat d’échanges d’énergie qui existe entre les deux pays. Puis, une centrale thermique de location de70 MW sera installée à Vridi pour accroître la capacité de production.

  Infrastructures

Article détaillé : Transport en Côte d'Ivoire.
Transports
Routes
Routes 82 000 km (2005)
Goudronnées 6 500 km (2005)
Routes en terre 75 500 km (2005)
Voies ferrées
660 km (2005)
Voies navigables
980 km
Ports & aéroports (2005)
Ports maritimes Port autonome d’Abidjan, port autonome de San-Pedro
Aéroports à piste goudronnée 7
Aéroports non goudronnés 29
Sources: Gouvernement ivoirien[42]

Les infrastructures du pays sont relativement plus développées que celles des autres pays de l’Afrique de l'Ouest, malgré une crise qui en a empêché l'entretien régulier ou l'extension.

Dès son accession à l’indépendance, la Côte d’Ivoire met l'accent sur le développement et la modernisation des transports, tant en ce qui concerne le déplacement des personnes qu'en ce qui se rapporte au transit des marchandises. D’importantes infrastructures sont donc construites, dans les secteurs du transport routier, du transport ferroviaire, du transport maritime et du transport aérien.

En dépit de la crise ivoirienne, les pays voisins de la Côte d'Ivoire (Burkina Faso, Mali, Niger, et Guinée) n'ont pas cessé de dépendre fortement de ses installations de transport pour leurs importations et exportations ainsi que pour le transfert de leurs nationaux émigrés en Côte d’Ivoire[43].

  Transport terrestre

  Transport de voyageurs par voie routière.

En 2000, le réseau routier total de la Côte d’Ivoire s’étend sur 85 000 km, dont 75 500 km de routes en terre, 6 500 km de routes bitumées, et 150 km d’autoroutes. Il sert au trafic international avec les pays voisins (Ghana, Libéria, Mali, Burkina Faso...) mais également à la circulation nationale[19]. Celle-ci concerne un parc automobile estimé à 600 000 véhicules environ, constitué à 75 % de véhicules d’occasion (de seconde main), en raison de la baisse du pouvoir d’achat depuis le début de la crise économique dans ce pays. L'acquisition de véhicules d'occasion reste une alternative moins couteuse qui a permis de maintenir un rythme global de 20 000 immatriculations chaque année.

Le réseau ferroviaire est long de 1 260 km et relie le pays au Burkina Faso et au Niger. Une voie ferrée, longue de 1 156 km, relie Abidjan à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. Construite pendant la période coloniale par la régie Abidjan-Niger (RAN), elle a permis le désenclavement de l'ex-Haute-Volta (Burkina Faso), du Niger et du Mali. Cette ligne de chemin de fer, exploitée par Sitarail, joue un rôle important dans le transport des marchandises (bétail notamment) et des personnes entre la Côte d’Ivoire et les pays limitrophes : 1 million de tonnes de marchandises ont ainsi été convoyées en 2006. En 2005, malgré l'impact négatif de la crise ivoirienne sur ce secteur, les recettes rapportées par le transport des marchandises et par celui des personnes, par la RAN, sont évaluées respectivement à 16 309 et 3 837 milliards de francs CFA.

  Transport maritime

La construction de deux ports sur la façade maritime a favorisé le développement du transport maritime en Côte d’Ivoire et la croissance économique du pays. Le port autonome d’Abidjan, parfois qualifié de « poumon de l’économie » ivoirienne[44], et de celui de San-Pédro, est le plus important d’Afrique de l'Ouest et le deuxième d'Afrique, après le port de Durban en Afrique du Sud. Le trafic total en 2005, en cumulant les importations et les exportations, est de 18 661 784 tonnes pour le port autonome d'Abidjan et de 1 001 991 tonnes pour celui de San-Pédro. Ces deux ports disposent d'équipements modernes, et servent à l'approvisionner de l'ensemble des pays enclavés de la région.

Port d'Abidjan

La zone portuaire d'Abidjan s’étend sur 770 hectares et dispose d'équipements modernes servant à l'approvisionnement de l'ensemble des pays enclavés de la région. C’est le premier port thonier d’Afrique. Il dispose de trente-trois postes à quai sur environ six kilomètres de quai et peut accueillir soixante navires en opérations commerciales avec ces nombreux postes spécialisés, son terminal à conteneurs, et ses trois portiques lourds à conteneurs. Un projet d’extension du port a été élaboré mais n’a pu démarrer du fait de la crise ivoirienne[45]. Mais, déjà, avec les installations existantes, le port autonome d'Abidjan contribue à 90 % des recettes douanières du pays et à 60 % du revenu de l'État. 65 % des unités industrielles du pays exercent sur le port, représentant un effectif de 50 000 personnes sur le site. 70 % du PIB ivoirien passe également par le port.

Port de San-Pedro

Le port autonome de San-Pedro, lui, dispose de cinq quais de 1 202 m de long, dont 155 m de quai sud et 581 m de quai ouest avec, à l’arrière, trois magasins-cales de 13 800 m² qui lui permettent d’affirmer sa vocation industrielle[46].

  Transport aérien

  Aéronef de la compagnie Air Sénégal International.

La Côte d’Ivoire dispose de trois aéroports internationaux, situés à Abidjan, Yamoussoukro et Bouaké, quatorze aéroports régionaux dont les principaux sont ceux de Daloa, Korhogo, Man, Odienné et San-Pédro ainsi que de vingt-sept aérodromes. Tous les aéroports sont sous l'autorité générale de l'établissement public, l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANAM), à l’exclusion des activités relevant de la compétence de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna).

Depuis le déclenchement de la crise, seules cinq plateformes sont accessibles. Il s’agit d’Abidjan, de San-Pédro, de Yamoussoukro, de Daloa et de Tabou. L'essentiel de ce trafic est assuré par des entreprises aéronautiques européennes (Air France, Brussels Airlines) et quelques entreprises africaines (South African Airways, Kenya Airways, Air Sénégal International). Les mouvements enregistrés en 2005 par les aéroports de Yamoussoukro, San-Pédro et Tabou se chiffrent respectivement à 46 946, 4 665 et 183[47]. La compagnie nationale Air Ivoire développe pour sa part, une politique commerciale axée sur le développement de ses lignes vers les pays de l’Afrique de l'Ouest et vers la France.

Aéroport d'Abidjan

Pour l'aéroport d'Abidjan, dénommé aéroport international Félix Houphouët Boigny, les statistiques établies en 2005 indiquent 14 257 mouvements commerciaux (arrivées et départs), 745 180 passagers commerciaux (arrivées, départs et transit) et 12 552 tonnes de fret commercial. L’aéroport d’Abidjan assure 90 pour cent du trafic et réalise plus de 95 pour cent des recettes du secteur. Sa gestion est devenue privée, après la signature d’un contrat avec Aeria, société créée en association avec la Chambre de commerce de Marseille[19].

  Télécommunications

Télécommunications et internet
Téléphonie
Indicatif + 225
Nombre de lignes fixes (2006)
-soit pour 100 habitants
261 000
1,41
Nombre d'abonnés mobiles (2007)
-soit pour 100 habitants
Taux de progression (2006-2007)
7,050 millions
36,6
73 %
Internet
Domaine .ci
Fournisseurs 10
Nombre d'internautes (2006) 300 000
Radio Télécommunications
postes TV (2005) 800 000
postes radio (1997) 2,26 millions
Sources : gouvernement ivoirien, UIT
  Évolution du nombre de lignes de téléphone fixe (beige), mobile (bleu) et d’utilisateurs d’internet (rouge) : 1998-2007*
Source:UIT - (*):estimation

Les télécommunications couvrent en Côte d'Ivoire les domaines de la téléphonie fixe, la téléphonie mobile et l'Internet. Prolongement à l'échelon national de l'industrie mondiale des télécommunications, elles sont caractérisées par d'importantes innovations technologiques et, nonobstant la crise, un marché local en pleine expansion. Le réseau du téléphone fixe qui compte en 1997, 115 214 lignes passe dès 2003, à 330 000 lignes, soit à peu près trois fois sa taille et, sur la même période le nombre total des abonnés de tous les réseaux, lui, est multiplié par douze[N 8]. L'Internet notamment grâce à la fibre optique, se répand de plus en plus dans tout le pays[48].

La téléphonie fixe est dominée par Côte d’Ivoire Télécom, société à participation financière de l'État ivoirien dont la gestion est assurée par France Câbles et Radio, filiale de France Télécom. Cette entreprise réalise en fin d’exercice 2004, un chiffre d’affaires de 121,4 milliards de francs CFA.

Pourtant, c'est la téléphonie mobile qui se révèle la locomotive du secteur dont le marché est réparti entre quatre opérateurs privés : Orange (groupe France Télécom), MTN (compagnie sud-africaine), Moov et depuis juillet 2006, Koz. À eux seuls, les trois premiers cumulent en 2005, un chiffre d'affaires de 198,9 milliards de francs CFA[49].

  Le siège de la Poste Côte d'Ivoire, à la place de la République à Abidjan

Depuis 2006, les réseaux télécoms du pays offrent des accès à Internet. Cinq opérateurs principaux se répartissent le marché local de l'Internet : Aviso, Globe Access, Comète, Afnet et Africa Online. Le renforcement des réseaux de type Asymetric Digital Subscriber Line (ADSL) a permis de doubler la capacité de connexion et d'assurer une meilleure couverture des villes de l'intérieur du pays[50].

Le service postal qui existe en Côte d'Ivoire depuis le XIXe siècle, est en 2008, après plusieurs mutations, animé par une société d'État, la Poste de Côte d'Ivoire. La Poste de Côte d’Ivoire assure le transport de messagerie (lettres, cartes, documents) et de marchandises (paquets et colis), ainsi que le transfert d'argent. Elle dispose de 197 bureaux répartis sur l'ensemble du territoire, 56 centres de distribution rurale, deux centres de tri postal, deux centres de colis postaux et un centre philatélique. Parallèlement à la poste des distributeurs privés en croissance rapide proposent de nouvelles formules.

  Structure économique

  Secteur primaire

  Agriculture

GDP Structure of Côte d Ivoire-fr.svg
 
Place de l'agriculture

Occupant en 2007, 66 % de la population active et contribuant à hauteur de 70 % aux recettes d'exportation, l’agriculture affirme sa primauté dans l’activité économique de la Côte d’Ivoire[19],[51]. Mais cette agriculture est elle-même marquée par la domination du binôme café-cacao qui représente 40 % des recettes d’exportation et 20 % du PIB et fait vivre 6 millions d’Ivoiriens, avec 600 000 exploitations en activité[19]. Le cacao, dont la Côte d’Ivoire génère 40 % de la production mondiale, est la principale ressource économique du pays.

La Côte d’Ivoire occupe, à l’échelle mondiale, la place de premier producteur de cacao (1,404 million de tonnes, campagne 2003-2004) ; elle est troisième en ce qui concerne la noix de coco et figure parmi les dix premiers producteurs de café (154 000 t, campagne 2003-2004) dominée par la variété robusta. Le pays développe parallèlement d’autres filières de productions pour l’exportation telles celles de l’huile de palme (109 162 t), du coton (180 144), du caoutchouc (141 379 t), des bananes (307 227 t) et des ananas (226 022 t). Le pays produit des graines de palme 1,564 million t., de la canne à sucre 1,430 million de t., des noix de kola 65 216 t., des noix de cajou 167 000 t., des mangues 120 902 t. mangues[52]. Les cultures vivrières sont également présentes : banane plantain (1 519 716), maïs (608 032), taro (51 252) et riz (673 006). Auto suffisante pour le manioc et l’igname, la Côte d’Ivoire reste cependant, un importateur net en céréales.

  Produits vivriers (marché local).
Cacao

La Côte d’Ivoire demeure, avec 40 % de la production, le premier producteur mondial de cacao devant le Ghana. La production nationale atteint 1,335 million de tonnes en 2003-2004, avec une part de 1,060 million de tonnes destinées aux exportations durant la même période. Le prix d’achat du cacao au producteur a chuté de 688 francs CFA en 2002-2003 à 207 francs CFA le kg en 2003-2004, du fait de la baisse des cours mondiaux et de la spéculation pratiquée par les acheteurs-exportateurs. En légère hausse, la proportion de cacao transformée par l’agro-industrie locale représente près de 20 % de la production totale en 2003-2004[53].

Café

Ces produits phares ont connu des fortunes diverses. Après avoir été classée troisième producteur mondial de café pendant près de trente ans, la Côte d’Ivoire enregistre une baisse de production, passant de 250 000 tonnes en 1990 à 145 000 tonnes en 1994. Même si la production du pays remonte à un niveau proche de celle des trente premières années de son indépendance, celui-ci n'est plus, en 2007, que quatorzième producteur mondial, concurrencé puis devancé plus récemment (entre 2004 et 2007) par le Pérou, le Costa Rica, le Nicaragua et l'Ouganda. Le prix moyen d'achat bord champ reste assez faible (355 francs CFA le kg au cours de la campagne 2003-2004) autant que la proportion de café transformée par l’agro-industrie locale qui est passée de 3,6 % en 2001-2002, à 2 % de la production totale en 2003-2004.

Institutions

La libéralisation du secteur a fait naître différentes structures dont la gestion est controversée : le Fonds de régulation et de contrôle café-cacao (FRCC), la Bourse du café et du cacao (BCC), l'Autorité de régulation du café et du cacao (ARCC) et le Fonds de développement et de promotion des activités des producteurs de café et de cacao (FDPCC).

  Élevage et pêche

  Éleveur peul conduisant un troupeau de bœufs sur la route nationale Man-Touba.
La Côte d'Ivoire n'est pas un pays de tradition pastorale.

Dès son accession à l’indépendance, la Côte d’Ivoire, qui n'est pas un pays de tradition pastorale, met un accent particulier sur le développement de l’élevage. Celui-ci connaît effectivement une augmentation globale, en dépit de quelques baisses enregistrées au niveau de la production. Le cheptel national composé de bovins (1,346 million), de petits ruminants (2,121 millions) (ovins et caprins), de porcins (300 000), ainsi que de volailles (27,290) millions ne peut seul couvrir les besoins de la consommation nationale aussi le pays doit-il recourir à des importations de viande.

La Côte d’Ivoire met également en valeur ses atouts pour le développement de la pêche, notamment sa façade côtière sur le golfe de Guinée. Il constitue une flottille, procède à l’extension des ports de pêche à Abidjan et San-Pédro et il incite aussi au développement de l’aquaculture, par la création de piscines et étangs piscicoles. Pour aider à combler le déficit en produits halieutiques, la Côte d’Ivoire conclut des accords de pêches et de coopération avec l’Union européenne et la Guinée-Bissau mais elle importe aussi des produits de pêche auprès du Sénégal et de la Mauritanie. En 2004 la production totale de la pêche en Côte d’Ivoire est évaluée à 54 397,811 tonnes de produits de pêche dont 19 379 pour la pêche industrielle et 35 018,811 pour la pêche artisanale, traditionnellement pratiquée par les populations vivant sur la côte maritime et autour des lagunes. La production aquacole représente 866,05 tonnes pour la même période, dont 331,35 pour les produits d’origine lagunaire et 534,7 pour ceux d’origine continentale. Le pays doit aussi faire faces à de nombreuses violations de ses eaux territoriales par des bateaux de pêche étrangers. Le pays doit importer pour satisfaire ses besoins du thon, des conserves, des maquereaux congelés et d’autres poissons, vivants ou fumés. Elles représentent en 2002, 204 757 tonnes[54].

  Industrie

  Société de limonaderies et brasseries d'Afrique à Abidjan.

En 1960, la Côte d’Ivoire décide de ne pas se cantonner à l’exploitation et de l’exportation des produits bruts du secteur primaire et de développer aussi le secteur de l’industrie. L’industrie représente alors seulement 10 % de la production intérieure brute, pour un chiffre d’affaires global de 13 milliards de francs CFA. Face aux contraintes liées au coût élevé des facteurs de production, à la rareté de main-d’œuvre qualifiée et aux difficultés de financement, la nouvelle politique mise en place par le jeune État est essentiellement axée sur l’adoption d’un code des investissements, en vue d’attirer les investisseurs étrangers. Ainsi en 1976 et 1977, le chiffre d’affaires global des entreprises industrielles est respectivement de 350 milliards et 459 milliards de francs CFA. L’industrie ivoirienne qui se caractérise par un grand nombre de petites et moyennes entreprises et très peu de grandes entreprises demeure cependant la plus diversifiée de la sous-région ouest-africaine et représente 40 % du potentiel industriel de l’UEMOA, malgré les difficultés réelles auxquelles elle est confrontée[55].

  Les grands moulins d'Abidjan (GMA).

Si en 2000 la plupart des secteurs industriels enregistrent des taux de croissance négatifs, en 2002 et 2003, l’extraction de pétrole et les mines sont en hausse de 78,3 et 74,8 %, puis de 3,5 et 10,7 % en 2004 et 2005. Les industries agroalimentaires, après avoir connu des taux de croissance négatifs de 16,5 % en 2002 et 20,2 % en 2003, enregistrent des taux positifs de 1,6 % et 4,6 % en 2004 et 2005. Pour des raisons liées à la baisse de la consommation intérieure et aux difficultés de transport pour l’exportation, le secteur industriel connaît à nouveau des difficultés en 2006. Les industries chimiques connaissent une hausse de 8,3 et 8,4 % en 2004 et 2005, tandis que les matériaux de construction augmentent de 25,7 et 26 % en 2004 et 2005, malgré la crise qui affecte le pays[56].

L’industrie agroalimentaire qui regroupe principalement la minoterie, le décorticage du riz (rizeries), la transformation de café et cacao, la production de sucre, les oléagineux, les conserves de poisson, les boissons et les huiles essentielles, subit tout particulièrement l’influence négative de la crise militaro-politique déclenchée en 2002. La part de ce secteur dans le PIB passe en effet de 21 % en 2000 à 12,4 % en 2005[57]. Par ailleurs, avec l’intensification des troubles politiques à la fin 2004, le secteur secondaire a, dans son ensemble, payé un lourd tribut à la crise[19]. D’autres branches de l'industrie ont, plus ou moins, mieux supporté la crise. Ces industries du textile, des chaussures et du cuir, du bois (transformé) ainsi que les industries plastiques et chimiques, celles des matériaux de construction, de l’eau, et les industries du secteur bâtiment et travaux publics constituent l'essentiel du tissu industriel du pays.

Productions et exportations de 2000 à 2004 (exprimées en millions de francs)[58]
2000 2001 2002 2003 2004
Prod. totale Exportations Prod. totale Exportations Prod. totale Exportations Prod. totale Exportations Prod. totale Exportations
Textile et chaussures en cuir 440 010 206 490 443 743 239 974 407 079 270 572 338 197 - 357 363 -
Bois transformé (scieries) 375 893 146 000 370 832 184 173 348 247 182 166 311 120 160 090 267 564 184 695
Indust. plastique et chimique 472 669 225 968 534 669 239 974 512 553 270 572 546 225 223 743 655 471 259 365
Matériaux de construction 123 797 26 287 118 895 30 948 119 769 28 551 105 214 6 204 136 777 26 755
Bâtiments et travaux publics 588 783 3 835 623 396 2 924 648 272 1 347 458 233 - 532 924 -

  Services

Article détaillé : Liste d'entreprises ivoiriennes.

  Entreprises du secteur

  Le marché traditionnel d'Adjamé débordant sur le boulevard Nangui Abrogoua.

Le secteur tertiaire représente plus de la moitié du PIB ivoirien (54 % du PIB en 2006)[59]. Cependant, ce secteur est, de loin, le plus affecté par la crise initiée en 2002. En 2004, il a connu un recul de 0,5 à 1 pour cent, avec une chute de 5 pour cent de l’activité globale des sociétés de service. Il paie non seulement les dégâts directs et indirects de la guerre, mais aussi la politique de fermeture ou de relocalisation de certaines sociétés dans la sous-région. Toutes les branches du secteur ont enregistré des baisses significatives. Ainsi, les ventes de détail ont connu une baisse globale de 0,6 % sur l’année 2004. Cette chute est attribuable à la diminution des revenus des ménages, touchés par la fermeture des usines, les mises au chômage technique et le départ des expatriés. L’indice du commerce de la BCEAO (Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest) est estimé à 1 pour cent sur l’année 2004[19]. L’initiative privée comme l’esprit d’entrepreneuriat se sont fortement développés en Côte d’Ivoire. À tel enseigne que l’on dénombre à ce jour environ 40 000 entreprises dans ce pays, pour la plupart du secteur tertiaire – y compris les entreprises à employé unique[60]. L’initiative privée est encouragée et supporté par des organisations spécialisées telles que la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI), la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) et la Fédération ivoirienne des petites et moyennes entreprises (FIPME).

Prépondérante dans le secteur tertiaire, l'économie informelle avec ses divers petits métiers est réputée contribuer pour un cinquième au moins, à la création de la richesse nationale. Elle constitue de ce fait l'un des moteurs de l'économie nationale ivoirienne. Ce secteur créateur de richesse[N 9], utilise une importante main-d'œuvre et se révèle, en conséquence, distributeur de revenus. Toutefois, malgré son importance en termes d'emplois, le secteur informel ne représente qu'une part relativement faible dans le produit national. Ceci s'explique notamment par l'absence ou le faible niveau de qualification de ses animateurs et le caractère rudimentaire des équipements utilisés qui génèrent une faible productivité[12].

  Secteur financier

  Agence du quartier commerce de la BICICI à Bouaké, fermée depuis 2002 et rouverte en 2008.

Ce secteur, mis en place au cours des années 1960 pour impulser le développement économique enregistre non seulement la participation financière de l'État, mais également et surtout celle de banques étrangères, notamment françaises. Des banques spécialisées sont créées pour favoriser les investissements, soutenir l'agriculture ou l'acquisition de biens de consommation. La conjoncture économique difficile qui survient à partir des années 1980 entraîne la fermeture de plusieurs d'entre elles. La politique de privatisation adoptée dans les années 1990 réduit alors la participation de l'État dans le secteur bancaire. Récemment dans le cadre d'une nouvelle stratégie la création de nouvelles banques s'appuyant sur l'actionnariat privé a été encouragée.

Les fonds de garantie, les sociétés de crédit, les Coopératives d'épargne et de crédit (Coopec) jouent également, avec les sociétés d'assurance, un rôle important dans l'économie et le système financier ivoiriens. L'ensemble de ces entreprises contribue à réduire le taux de chômage du pays. À l'avènement de la guerre, nombre d'entre avaient ralenti leurs activités de crédits en raison de l'instabilité de la situation, mais elles les reprennent depuis 2008 en se réinstallant progressivement dans les zones qu'elles avaient abandonnées du fait de la crise. Malgré sept années de fort ralentissement, le pays dispose toujours d'un des réseaux bancaires les plus développés de l'Afrique de l'Ouest comptant en 2007, 19 établissements financiers dont 17 banques et deux établissements de crédit. Les filiales de grandes banques françaises comme la BNP Paribas, le Crédit agricole (Société ivoirienne de banque) et la Société générale (SGBCI) et d'autres établissements (BIAO, BICICI), assurent une assez large couverture du territoire national.

  Siège de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) à Abidjan.

Des banques spécialisées, créées par l'État, cohabitent avec les banques à capitaux privés ou étrangers. Les plus importantes sont la Banque pour le financement de l'agriculture (BFA), la Banque de l'habitat de Côte d’Ivoire (BHCI), la Banque nationale d'investissement (BNI) créée en partie pour reprendre la gestion des dépôts de la Caisse autonome d'amortissement (CAA) et la Banque régionale de solidarité (BRS), un établissement spécialisé créé par la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) pour assurer la promotion des petits investisseurs. À celles-ci s'ajoute la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) issue de la restructuration et de la transformation de la Bourse des valeurs d'Abidjan (BVA) menée dans une perspective de renforcement de son rôle de pôle financier de la sous-région. Basée à Abidjan, elle est dominée par les entreprises ivoiriennes puis sénégalaises mais joue un rôle régional, puisque des entreprises d'autres pays de l'Afrique de l'Ouest y sont cotées. En 2006, 39 sociétés étaient cotées à la BRVM. La Bourse enregistre une forte croissance des transactions en dépassant le niveau record atteint en 1999 avec 64 milliards de francs CFA de transactions. Sa bonne performance est illustrée, en partie, par la forte hausse des valeurs enregistrée. Celle de la Société africaine de plantations d'hévéas (SAPH) est passée de 5 400 francs CFA en décembre 2005 à 12 800 francs CFA en décembre 2006 soit une progression de plus de 137 %[61].

Les compagnies d'assurances n'ont pas véritablement souffert de la crise. En décembre 2006, 35 compagnies d'assurances (dont trois filiales de sociétés françaises) sont dénombrées en Côte d’Ivoire. Le secteur dégage un chiffre d'affaires en hausse de 6,48 % pour un montant de 129,5 milliards de francs CFA. Le marché ivoirien des assurances emploie environ 2 200 personnes et représente un tiers de celui de la Conférence interafricaine des marchés d'assurance (CIMA) qui regroupe 14 pays africains appartenant tous à la zone franc.

  Tourisme

  Hôtel le Président à Yamoussoukro.
Article détaillé : Tourisme en Côte d'Ivoire.

Comme bien des secteurs, le tourisme constitue dès les années 1960 l'un des axes majeurs de la politique de développement économique mise en place par les pouvoirs publics ivoiriens. Une réglementation spécifique est fixée au cours des années 1970[62],[63],[64] et, dans cette logique de promotion, divers organes ou sociétés sont créés : La Société ivoirienne d’expansion touristique et hôtelière (SIETHO) ; Ivory coast tourism agency (ICTA), grossiste local et correspondant de nombreux Tours Operators étrangers ; l'Office national de l’artisanat d’art (ONAA) ; l'Office ivoirien du tourisme et de l’hôtellerie (OITH) ; ou encore, Côte d’Ivoire Tourisme. Dans cette même logique, d'importants investissements sont réalisés tant par l'État que par des investisseurs privés pour promouvoir le tourisme. Les investissements de l'État concernent principalement la mise en valeur des atouts touristiques du pays mais aussi la construction d'établissements hôteliers de prestige : L'hôtel Ivoire et l'hôtel du Golf à Abidjan ainsi que l'hôtel Président à Yamoussoukro. Ils côtoient d'autres établissements de même rang, édifiés par de grands groupes internationaux : Sofitel, Novotel et Ibis notamment. L'important développement économique de la Côte d'Ivoire jusqu'au milieu des années 1980 en fait une destination orientée beaucoup plus vers les affaires que les loisirs. La forte communauté d'européens qui y vit en permanence à cette époque et la hausse générale du niveau de vie permettent le développement d'infrastructures de grande qualité, ouvertes à une clientèle haut de gamme et à un tourisme d'affaire.

Naturellement après la crise politico-militaire de ces dernières années, la Côte d'Ivoire est particulièrement touchée dans son industrie touristique perturbée par la scission qu'a connu le pays et par l'affaiblissement de son rôle de carrefour régional[43]. L'État ivoirien s'évertue à promouvoir, de nouveau, l'image du pays à travers le tourisme et espère engranger des ressources complémentaires grâce à ce secteur. Il mise sur divers atouts naturels : 520 km de côtes bordant l'océan Atlantique et disposant de grandes étendues de plage ; îles près de la région des lagunes ; plusieurs parcs nationaux qui couvrent une superficie de plus de 1 730 550 ha et abritent des espèces animales rares ou en voie de disparition ; réserves offrant une large variété de faune et flore ; mais aussi, forêts classées. Le pays compte également sur ses spécificités culturelles marquées par leur diversité et les nombreuses activités artisanales et artistiques qui constituent un pan important de son patrimoine. Il envisage de s'appuyer sur un tourisme traditionnel et un tourisme culturel orientés vers la découverte des populations ivoiriennes disséminées dans une mosaïque de plus de soixante ethnies. En 2003 déjà, une loi[65] transfère la promotion du tourisme aux collectivités décentralisées dans l'optique de démultiplier les centres d'attraction du secteur.

  Rôle de l’État

  Secteur parapublic

L’État ivoirien joue un rôle important dans l’économie du pays tant au niveau légal (réformes fiscales et budgétaires, renforcement de la réglementation liée aux marchés publics) que par son implication dans le secteur parapublic et privé où sa présence moins importance que dans les décennies passées reste cependant significative.

Le secteur parapublic, connait depuis le début des années 1990, une évolution notable. Le nombre des sociétés d'État et des sociétés à participation financière de l'État, est passé de 200 à 77 en 1996 en conformité avec un vaste programme de privatisation lancé par les pouvoirs publics ivoiriens.

En mars 2006, le pays compte 27 sociétés d'État dont 18 nouvelles parmi lesquelles d'anciens établissements publics transformés en sociétés dans un souci d'efficacité selon les déclarations officielles. L'État ivoirien qui reste encore majoritaire dans 13 sociétés, conserve dans 11 autres une minorité de blocage et concède d'être minoritaire dans 27 entreprises[66].

  Réformes fiscales et budgétaires

  Siège de la Direction générale des douanes de Côte d'Ivoire à Abidjan.

Le pays tente d'adapter la fiscalité ivoirienne au contexte de crise. Il est confronté à la forte baisse des investissements étrangers directs, à la réduction de manière drastique des activités de nombreuses entreprises ainsi qu'à l'abandon pure et simple du pays par d'autres sociétés dans l’attente de la résolution définitive de la crise[43]. Dans ce contexte, des mesures spécifiques d’allègement fiscal et d’assainissement des états financiers des entreprises ont été prises. Le taux de la TVA a été réduit, pour les grandes entreprises la retenue de 10 % qui était opérée sur les sommes mises en paiement par le Trésor public a été supprimé et l’impôt sur le bénéfice pour plusieurs catégories d’entreprises a été réduit. De même une exonération d’impôt sur les bénéfices pendant trois ans pour les entreprises en difficultés…)[67] a été accordé. Ces mesures sont complétées par une réforme de la fonction budgétaire rendue nécessaire par diverses faiblesses constatées dans la gestion des finances publiques.

Le cadre législatif et réglementaire des finances publiques s'est révélé particulièrement inadapté tant du fait de la multiplication des procédures dérogatoires, d'une faiblesse considérable dans la centralisation des données et d'instruments de gestion frappés par un véritable retard technologique ce qui nuit à la célérité et à la transparence des opérations. Les mesures correctives en cours dans ce pays ont pour vocation d'assurer l’unité budgétaire par la centralisation de l’ensemble des ressources de l’État au Trésor public. Elles planifient désormais dans un seul et même compte le budget de l’État, toutes les opérations financières dispersées entre le budget général de fonctionnement (BGF), le budget spécial d’investissement et d’équipement (BSIE), les budgets annexes (BA) et les comptes hors budget[68].

  Supermarché à Cocody les deux plateaux à Abidjan.
Les mesures d'allègement fiscal et le nouveau code des marchés publics sont destinés à relancer les activités des entreprises.

Au plan opérationnel, cette réforme s’accompagne du Système de gestion intégré des finances publiques (SIGFIP). Il s'agit d'une approche totalement informatisée ayant vocation à améliorer la préparation du budget de l'État, à réduire les délais d’exécution des finances publiques ainsi qu'à renforcer la sécurité de la dépense publique en améliorant la transparence des transactions et la communication directe des différents acteurs. Le SIGFIP devrait permettre, au surplus, de dégager plus facilement tous les états et tous les agrégats en liaison avec le Trésor public qui réalise ses travaux sur un autre logiciel spécifique à la comptabilité. Sur cette base de travail, le premier budget unique de l'État ivoirien est adopté en 1999[68].

  Nouveau code des marchés publics

Le 24 février 2005, la Côte d’Ivoire se dote d’un nouveau code des marchés publics qui s’adapte au nouvel environnement juridique des entreprises régies en particulier par le Traité relatif à l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA), le code de la Conférence interafricaine des marchés d'assurance (CIMA) ainsi que les directives relatives à l’harmonisation des finances publiques au sein de l’UEMOA.

Ce code des marchés publics concerne, en qualité d’autorités contractantes, l’État, les établissements publics nationaux, les collectivités territoriales, les sociétés d’État, les Sociétés à participation financière publique majoritaire, les personnes de droit privé bénéficiant du concours financier ou de la garantie de l'État. Il a trait aux marchés de travaux, aux marchés de fournitures ainsi qu’à ceux de prestation de services. Il prévoit l’appel d’offres ouvert sans présélection, l’appel d’offres ouvert à présélection des participants, l’appel d’offres restreint, l’appel d’offres avec concours et le marché de gré à gré[69].

  Relations avec le reste du monde

  Investissement étranger

  Billets et pièces d'Euro.

La Côte d'Ivoire commerce avec tous les pays du monde et accueille en son sein une large mosaïque de cultures et de nationalités. Mais elle offre surtout aux investisseurs l'avantage d'être un pôle économique qui ouvre sur tous les marchés de la sous-région. Ceci lui a permis de conforter son 4e rang au sein des pays africains au sud du Sahara, derrière l’Afrique du Sud, l’Angola et le Nigeria en termes de flux entrants d’IDE. Au 78e rang des pays d’accueil des stocks d’IDE dans le monde, le pays – jusqu’en 2002 – ne faisait pas partie des États africains les plus affectés par le recul global des Investissements directs étrangers, selon la CNUCED. Depuis, la courbe d’investissement fléchit. L’investissement privé a stagné en 2004 par rapport à 2003, et s’est contracté en 2005[19].

Toutefois, fort des signes de vitalité et d’opportunités de diversification montrés par l’économie ces dernières années, le pays cherche à séduire les investisseurs, en améliorant l’environnement des affaires. L’objectif affiché étant d'attirer le plus d'investissements internationaux possibles, la Côte d’Ivoire procède non seulement à un renforcement du partenariat public-privé, mais encore instaure un code des investissements assez attractif en vue d'assurer la sécurité juridique ainsi que celle des biens et des personnes. Elle entend ainsi diversifier les partenaires, tout en continuant à s’appuyer sur son partenaire traditionnel, la France. Dans un contexte de reconstruction, les besoins s'avèrent énormes, les autorités ivoiriennes se veulent accueillantes et les structures d'accueil telles que le Centre de promotion des investissements en Côte d'Ivoire (CEPICI), la Chambre du commerce et de l'industrie (CCI-CI) et la Chambre du commerce et d'industrie française en Côte d’Ivoire (CCIFCI)font montre de dynamisme.

La diaspora ivoirienne[70] est un acteur économique important. Elle est estimée à environ 1 500 000 personnes[71] dont 127 000 dans la seule Île-de-France[70] auxquels s'ajoutent ceux des autres villes françaises, des autres pays d'Europe (Belgique, Suisse, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie...), et ceux d'Amérique du Nord (Canada, États-Unis). En temps de crise, son rôle devient essentiel. Elle constitue un véritable soutien pour les familles restées au pays, mais aussi pour l'ensemble de l'activité économique. Dans certains secteurs, elle constitue un pourcentage non négligeable de la clientèle des entreprises. C'est le cas plus particulièrement du marché de l'immobilier[70] pour lequel la diaspora ivoirienne représente entre 25 et 40 % des acheteurs.

  Influences étrangères

La Côte d’Ivoire est membre de l'Union économique et monétaire ouest-africaine, dont la monnaie, le franc CFA, est arrimée par un régime de change fixe à l’euro (la parité de change est de 1 euro = 655,957 FCFA). Les taux de change du franc CFA vis-à-vis des autres monnaies mondiales dépendent donc directement de celui de l’euro. Le but est d’assurer la stabilité de la monnaie en l’arrimant à une monnaie stable et de profiter de la crédibilité de la Banque centrale européenne, indépendante des pouvoirs politiques. Ce mécanisme a cependant pour inconvénient de faire subir à l’économie ivoirienne les fluctuations de l’euro, qui dépendent des fondamentaux de la zone euro mais qui ne correspondent pas forcément à la situation économique des pays de la zone monétaire du franc CFA.

  États membres de la CEDEAO.

Bien que l'économie du pays repose encore en grande partie sur les investissements français, ceux-ci sont cependant, d'un niveau relativement moyen : 3,5 milliards d'euros. Ils ont en fait beaucoup diminué depuis que Sucden (Sucres et denrées) a été supplanté par l'américain Philbro dans le contrôle des matières premières de Côte d’Ivoire. Le nombre de Français est ainsi passé de 50 000 à 16 000 des années 1980 aux débuts des années 2000.

Ainsi, la France n'est plus que le deuxième fournisseur de la Côte d'Ivoire, derrière le Nigeria (respectivement 20 % et 26 % des importations ivoiriennes), et, si elle demeure son premier client, elle n'absorbe plus que 14 % des exportations ivoiriennes.

  Positions extérieures

L’économie de la Côte d’Ivoire dépend pour l'essentiel, de ses exportations agricoles qui assurent au pays un solde commercial positif, mais en recul depuis 2002. La maîtrise de la production cacaoyère face à la crise a constitué un avantage considérable dans la structure de la balance commerciale. En 2005, les exportations du pays ont affiché une légère reprise par rapport à 2004. Le cacao, la première culture d'exportation a contribué au tiers des exportations totales du pays. Avec le choc pétrolier actuel, les exportations pétrolières ivoiriennes ont progressé. L’année 2004 a notamment vu une augmentation des exportations de pétrole raffiné, consécutive à une reprise de l’activité de raffinage dans le pays. Ces exportations ont progressé de 38 % en volume, et 64 % en valeur. Les exportations de produits pétroliers (dont le pétrole brut) retrouvent ainsi, en volume et en valeur, leur niveau de 2000, en totalisant près de 15 % des exportations du pays, soit 640 357 milliards de francs CFA. Les principaux clients des produits raffinés ivoiriens sont le Nigeria et les États-Unis. 2005 a enregistré une légère baisse des exportations, passant de 43,3 % en 2004 à 41,6 %. Toutefois, l’année 2006 a connu une amélioration des exportations.

La Côte d’Ivoire réaffirme ainsi sa capacité industrielle et exportatrice, et sa place dans les approvisionnements énergétiques de la région. Les importations ivoiriennes ont augmenté en 2005 par rapport à 2004. Les importations d’automobiles ont connu, en valeur, une hausse de 65 % environ.

  Circulation automobile à Abidjan. Les importations d’automobiles ont connu, en valeur, une hausse de 65 % environ en 2005.

Cette augmentation est due principalement à l’importation de voitures d’occasion, qui ont représenté les deux tiers des véhicules immatriculés. Le pétrole brut (avec 20 % des importations totales) demeure le premier poste d’importation du pays. L’augmentation en volume de 14 % et la hausse consécutive à la flambée des cours du pétrole sur le marché international ont fait grimper la facture de 76 %. Ces importations ont été couvertes par la production du Nigeria. Les échanges cumulés avec les pays de l’UE-25 (Union européenne à vingt-cinq) ont atteint 2 275 milliards de francs CFA. L’UE-25 représente 42 % des approvisionnements de la Côte d’Ivoire. La CEDEAO, pour sa part, a constitué 25 % des échanges cumulés, soit 1 308 milliards de francs CFA, avec une balance commerciale excédentaire pour la Côte d’Ivoire de 236 milliards de francs CFA. La France demeure le premier partenaire commercial du pays. Elle est son deuxième fournisseur, devancée de peu par le Nigeria. En 2005, les importations ivoiriennes ont connu une légère hausse, passant de 25,8 % à 29,3 % du PIB. Cette tendance devrait se maintenir en 2006[19].

L’encours de la dette extérieure de la Côte d’Ivoire a été évalué, fin 2003, à 12,2 milliards de dollars, dont 733 millions au titre des arriérés de paiement accumulés entre 2002 et 2003. La dette multilatérale représentait environ le tiers de cet encours, dont plus de 60 % dus à la Banque mondiale. Les deux tiers environ de la dette bilatérale concernaient les membres du Club de Paris, et le solde relevait des banques commerciales regroupées dans le Club de Londres. En 2004, la dette extérieure équivalait à environ 80 % du PIB, et le service de la dette à 7,8 % des exportations de biens et services. Encore une fois, la reprise de la coopération financière avec la Côte d’Ivoire reste subordonnée à la normalisation de la situation politique et à l’accord de l’ensemble des bailleurs concernés[19].

  Données sociales

  Population active

Article détaillé : Démographie de la Côte d'Ivoire.
  Jeune apprenti s'initiant au métier de tisserand.

La démographie ivoirienne connaît une forte croissance démographique comme la quasi-totalité des pays en développement. Au cours des derniers recensements effectués en 1975, 1988 et 1998, sa population a été chiffrée respectivement à 6 709 600, 10 815 694 puis 15 366 672 habitants. En 2005, la Côte d’Ivoire compte approximativement 19 800 000 habitants[72]. En 2008, le taux de croissance de la population est estimé à 1,96 %[73], un chiffre relativement faible.

Parallèlement, les démographes tablent sur un taux de croissance de la population active également élevé.

  Emploi et chômage

Le nombre d’emplois est estimé en 2000 à 6 006 190. L’évolution de l’emploi est influencée par la croissance économique, (création d'emplois au-dessus d'un taux de croissance de 1,5 %), et par une crise politico-militaire. Cette dernière a considérablement détruit l’outil de production, plaçant bon nombre d'Ivoiriens en âge de travailler en chômage technique. En 2002, le taux de chômage représente 6,2 % de la population active, soit 402 274 chômeurs sur une population active de 6 502 115[3].

La situation du marché du travail en Côte d’Ivoire est proche de celle des pays de l’Afrique subsaharienne. L’offre largement en deçà de la demande, conduit à un déséquilibre inéluctable et pousse les salaires à la baisse.

Ce sombre tableau s’explique d’une part, par des problèmes structurels et, d’autre part, par une mauvaise conjoncture liée à la crise politique. Les structures tant publiques que privées, pourvoyeuses d’emplois salariés, n’étant pas capables d’absorber toutes les demandes, le nombre de sans-emplois (population en quête d’un premier emploi) et de chômeurs générés par la crise économique demeure donc important. C’est un des problèmes majeurs de la Côte d'Ivoire[74],[3], mais c'est aussi une question épineuse parce que la population ivoirienne est essentiellement jeune. L'enseignement supérieur ivoirien forme des diplômés qui ne trouvent pas forcément du travail et de nombreuses entreprises ont fermé ou délocalisé leurs activités, notamment dans le domaine de l’industrie touristique, du transit et de la banque depuis déjà presque une décennie.

Au cours de l’année 2000, il est dénombré 105 000 fonctionnaires après la mise en œuvre des mesures de dégraissage de la fonction publique.

  Jeunes déscolarisés et autres sans emploi, vendant divers articles dans une rue à Abidjan

Le but fixé était de réduire le poids des salaires dans le budget de l'État. Cet effectif qui a très peu varié au cours des dernières années laisse une place plus importante au secteur privé qui emploie quant à lui 498 906 salariés en 2002, contre 556 678 en 1998[75]. Pour résoudre le problème de l'emploi des jeunes, plusieurs pistes sont explorées par les pouvoirs publics ivoiriens : la création d'emplois, ou l'exhortation à la création d'entreprise ; l'adaptation du système éducatif aux contraintes du marché de l’emploi, mais également la formation de formateurs capables d’assurer la relève du corps enseignant. Pour les économistes, le problème du chômage reste d’abord structurel et nécessite, en complément des emplois salariés, la diversification des emplois, par la création d’activités indépendantes génératrices de revenus[74].

Globalement, il a été constaté une forte hausse des petits métiers et des emplois précaires principalement dans le secteur agricole qui, animé par 3 893 893 personnes avec 7,5 % de salariés, comprend 52 % de travailleurs indépendants et 40,2 % de travailleurs familiaux auxquels s'ajoutent 0,3 % d’autres intervenants. Cette population agricole représente 2/3 de la population ivoirienne active, avec 45 % de femmes notamment dans le domaine des maraîchers, pour 55 % d’hommes plus présents dans l’agriculture d’exploitation[3]. Le secteur informel connait une croissance très forte tant dans l’agriculture que les services et l'industrie. Il occupe 4 107 595 personnes en 2002, contre 1 698 300 personnes en 1995, soit une augmentation de 142 % en sept ans. Cette forte croissance est liée notamment à la saturation du marché du travail salarié. En dépit de ces évolutions, le taux de chômage reste élevé[3].

  Pauvreté et inégalité

  Cases d'un village du Nord de la Côte d'Ivoire.
  Femmes du milieu rural ivoirien transportant du bois de chauffe.

L'indice de pauvreté en Côte d'Ivoire (proportions de personnes en dessous du seuil de développement humain admis) atteint 40,3 % en 2004, mettant le pays au 92e rang de 108 pays en développement. La Côte d'Ivoire reste donc pays à économie sous-développée. La pauvreté s'est fortement aggravée durant la période précédant la crise. L’indice de pauvreté est ainsi passé de 32,3 % en 1993 à 36,8 % en 1995. En 2003, il s'est situé entre 42 % et 44,2 % contre 38,4 % en 2002. La baisse de l'indice de pauvreté en 2003 et 2004, par rapport à 2002 est probablement lié aux déplacements internes des populations, aux perturbation des systèmes de production et de commercialisation et à la dégradation des infrastructures sociales de base dans certaines régions. Les inégalité restent très marquées, et se sont accentuées en 2002. Les 10 % des plus riches cumulaient 36 % du revenu national contre 20 % pour les 50 % les plus pauvres[76].

La Côte d'Ivoire reste donc, l’un des pays les plus pauvres de la planète et également une contrée fragile au plan social. Les dépenses de santé ont représenté 0,9 % du PIB en 2004, 0,8 % en 2005 et 0,4 % en septembre 2006. Malgré la fin progressive de la crise, les problèmes et conséquences de celle-ci restent encore visibles. Le taux de couverture en eau potable sur Abidjan est de 82 % et de 75 % sur l’ensemble du territoire national. Le reste de la population consomme l’eau de puits privés, celle distribuée par des vendeurs d’eau informels, ou encore celle des rivières ou autres sources d’eau non hygiéniques.

  Notes et références

Notes
  1. Selon le mot de Samir Amin, qui se réfère en Afrique à une période qu’il qualifie de pré mercantiliste et qui s’étend des « origines jusqu’au XVIIe siècle ». (Samir Amin, Le Développement inégal, éditions de Minuit, Paris, 1973.) Cette période semble avoir été abrégée en Côte d'Ivoire par les échanges commerciaux avec les Mandés d'origine soudanaise
  2. Les Sombé sont des manilles (sorte de tigettes de fer) que les responsables des factoreries installées près du comptoir du Grand-Bassam ont utilisé comme monnaie d'échange avec les indigènes.
  3. L'accroissement de la masse monétaire est le fruit d'un solde de balance des paiements favorable qui s'explique par une augmentation des exportations de 8,6 % en 1984 et de 11,2 % en 1985
  4. Au mois de mai 1987, la chute des recettes d’exportation de la Côte d’Ivoire issues de la mauvaise vente du cacao et du café atteint 13 milliards de F.CFA
  5. Le service de la dette pour l’année 1987 était de l'ordre de 435,3 milliards
  6. L'État doit améliorer le cadre réglementaire des activités économiques (libéralisation de la production, des prix, des circuits de distribution, réduction de la protection pour favoriser la compétitivité), introduire une plus grande flexibilité du marché du travail et réformer le code d'investissement, restructurer ou privatiser les entreprises, libéraliser les filières agricoles et restructurer le secteur financier
  7. La pluie de milliards : terme utilisé par le quotidien gouvernemental Fraternité Matin pour désigner le volume exceptionnel des crédits d’accompagnement de la dévaluation du franc CFA
  8. Le nombre total des abonnés de tous les réseaux passe de 115 000 à 1 400 000 en 5 ans
  9. Selon une étude de l'OIT présentée par Bertrand Gaufryau et Carlos Maldonado, le secteur informel créerait en Côte d'Ivoire, cinq fois plus de richesses que le secteur financier moderne
Références
  1. a et b rang de PIB par tête, CIA factbook
  2. a, b et c https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/iv.html
  3. a, b, c, d et e Direction de l'Observatoire de l'emploi et des métiers de la formation (AGEFOP), Tableau de bord des offres et des demandes d'emploi 1998, document n°10, mai 1999
  4. a et b (Ekanza, 2006, p. 17)
  5. a et b (Loucou, 2007, p. 22-23)
  6. (Kipré, 1992, p. 46-48)
  7. (Rougerie, 1978, p. 283)
  8. (Loucou, 2007, p. 123)
  9. a et b (fr) (Rougerie, 1978, p. 723)
  10. (fr) Ahmed Kouadio, Enquête : Houphouët, six ans après, Jeune Afrique économie, n° 352, décembre 2003 - janvier 2004, (ISSN 0962 1856) p. 11
  11. (Rougerie, 1978, p. 723)
  12. a, b, c, d, e et f Bertrand Gaufryau et Carlos Maldonado, « secteur informel : fonctions macro-économiques et politiques gouvernementales: le cas de la côte d'ivoire » sur le site de l'OIT, 1998. Consulté le 15 décembre 2008
  13. (Paul Koffi Koffi, 2008, p. 178-179)
  14. a, b et c (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 34)
  15. (Marie-France Jarret, François-Régis Maheu, 2002, p. 37)
  16. (Koumoué Koffi, 1996, p. 11)
  17. (Paul Koffi Koffi, 2008, p. 77-79)
  18. (Marie-France Jarret, François-Régis Maheu, 2002, p. 33)
  19. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Perspectives économiques en Afrique 2008, voir Côte d’Ivoire
  20. a, b et c (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 35)
  21. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 37)
  22. (Marie-France Jarret, François-Régis Maheu, 2002, p. 15)
  23. a et b (Rougerie, 1978, p. 507)
  24. Christophe Koffi, « Bois : Haro sur la déforestation », dans Marchés Africains, IC Publications « Hors série », no 7, 2008, p. 76 (ISSN 0984-9521) 
  25. (Koumoué Koffi, 1996, p. 17-18)
  26. (Rougerie, 1978, p. 622-623)
  27. [(fr) Côte d’Ivoire : à la recherche du dernier diamant (page consultée le 23 août 2008)]
  28. [(fr) Côte d'Ivoire, les diamants de la guerre des Forces nouvelles (page consultée le 23 août 2008)]
  29. [(fr) Embargo sur les diamants ivoiriens (page consultée le 23 août 2008)]
  30. [(fr) Résolution 1643 (2005) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5327e séance, le 15 décembre 2005 (page consultée le 23 août 2008)]
  31. [(fr) Diamants de conflit et processus de paix en Côte d'Ivoire (page consultée le 23 août 2008)]
  32. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 107)
  33. Afrique planète.com
  34. Les Échos
  35. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 106)
  36. MBedi/Côte d'Ivoire : Oil and Gas
  37. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 105)
  38. Christophe Koffi, « Pétrole : La Côte d’Ivoire, futur pays pétrolier ? », dans Marchés africains, IC Publications « Hors série », no 7, 2008, p. 77 (ISSN 0984-9521) 
  39. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 102-104)
  40. a et b (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 104)
  41. (fr) Délestage: le gouvernement et la CIE expliquent la crise et appellent au calme par la CICG
  42. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 128-135)
  43. a, b et c Banque mondiale : Côte d'Ivoire, Fiche-pays, développements économiques
  44. [(fr) Quand les ports profitent de la crise ivoirienne (page consultée le 16 octobre 2008)]
  45. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 130-134)
  46. (fr) Le Port de Commerce, 2007. Consulté le 27 septembre 2008
  47. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 135)
  48. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 141)
  49. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 142-145)
  50. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 146)
  51. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 66)
  52. Économie de la Côte d'Ivoire
  53. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 72-73)
  54. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 91-93)
  55. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 98-99)
  56. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 99)
  57. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 110-116)
  58. Source : Institut national de la statistique : Rapport sur la situation économique de la Côte d’Ivoire au titre de l’année 2007 : La Côte d’Ivoire en chiffres, ministère de l’Économie et des Finances
  59. Présentation de la Côte d’Ivoire sur le site France diplomatie, 2007. Consulté le 15 décembre 2008
  60. [(fr) World economic forum : Coalition des entreprises de Côte d'Ivoire contre le VIH/SIDA (CECI), juillet 2006, page 3 (page consultée le 16 octobre 2008)]
  61. Gnona Afangbédji, « Marché financier ouest-africain, la BRVM a enregistré des records en 2006 », dans L'Autre Quotidien, 2007 [texte intégral] 
  62. Décret n°70-530 du 2 septembre 1970, portant protection de la zone d'Assinie, Journal officiel de la République de Côte d'Ivoire, 1er octobre 1970
  63. Décret n°72-488 du 11 juillet 1972, portant réglementation des établissements de tourisme
  64. Décret n°74-136 du 12 avril 1974, fixant la procédure et les conditions d'attribution des terrains domaniaux destinés à la promotion touristique
  65. la loi n° 2003-208 du 7 juillet 2003 portant transfert et répartition de compétences de l’État aux collectivités territoriales
  66. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 45-46)
  67. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 42)
  68. a et b (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 40)
  69. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 44)
  70. a, b et c [Les Afriques : un pont entre la diaspora et les promoteurs immobiliers ivoiriens (page consultée le 25 octobre 2008)]
  71. [Ivoiriens de l'étranger : quelle politique de l’État et quelles contributions de la diaspora au processus de développement de la Côte d'Ivoire ? (page consultée le 17 octobre 2008)]
  72. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 14)
  73. Central intelligence agency, The world factbook, Côte d'Ivoire, [people Côte d'Ivoire (page consultée le 30 avril 2008
  74. a et b Ministère d'État, ministère du Plan et du Développement de la République de Côte d'Ivoire, Rapport national sur l'État et le devenir de la population, 2006 : Population et développement : défis et perspectives pour la Côte d’Ivoire, p. 108-111
  75. (La Côte d'Ivoire en chiffres, 2007, p. 176-180)
  76. Rapport national sur le développement humain 2004

  Voir aussi

  Bibliographie

Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article : Ouvrage ou article utilisé comme source pour la rédaction de cet article

  Bibliographie de référence

  • Gabriel Rougerie, L'Encyclopédie générale de la Côte d'Ivoire : l'État et l'économie, Abidjan, Paris, Nouvelles éditions africaines, 1978 (ISBN 2-7236-0542-6)  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Koulibaly Mamadou, Le Libéralisme, nouveau départ pour l’Afrique noire, Paris, Éditions L'Harmattan, 1992, 223 p. (ISBN 2-7384-0866-4) 
  • Adji Boukary, L'Afrique à la croisée des chemins, Abidjan, Éditions Éburnie, 2003, 216 p. (ISBN 2-84770-033-1)  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • La Côte d'Ivoire en chiffres, Abidjan, dialogue production, 2007  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

  Autres ouvrages

  Historique
  • Gbagbo Laurent, Côte d’Ivoire : économie et société à la veille de l’indépendance 1940-1960, Paris, Éditions L'Harmattan, 1982, 256 p. (ISBN 2-85802-203-8) 
  • Histoire de la Côte d'Ivoire, Abidjan, éditions AMI, Nathan, 1992 (OCLC 10070598-(I)-(30)-OSBA 80)  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Simon Pierre Ekanza, Côte d’Ivoire : terre de convergence et d’accueil (XVe-XIXe siècles), Abidjan, Éditions CERAP, 2006, 119 p. (ISBN 2-915352-22-4)  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean Noël Loucou, Côte d’Ivoire : les résistances à la conquête coloniale, Abidjan, Éditions CERAP, 2007, 150 p. (ISBN 2-915352-31-3)  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  Développements récents
  • Bernard Contamin, Y.-A. Fauré, La bataille des entreprises publiques en Côte-d'Ivoire : l'histoire d'un ajustement interne, Paris, Karthala Éditions, 1990, 369 p. (ISBN 9782865372805) 
  • Sery Antoine, Côte d’Ivoire, après la faillite l’espoir ?, Paris, Éditions L'Harmattan, 1990, 200 p. (ISBN 2-7384-0682-3) 
  • Koumoué koffi Moïse, Politique économique et ajustement structurel en Côte d’Ivoire, Paris, Éditions L'Harmattan, 1994, 223 p. (ISBN 2-7384-2341-8) 
  • Koumoué Koffi Moïse, Dévaluation et politique de développement économique en Côte d'Ivoire, Paris, Éditions L'Harmattan, 1996, 175 p. (ISBN 2-7384-3685-4)  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Marie-France Jarret, François-Régis Maheu, La Côte d’Ivoire : de la déstabilisation à la refondation, Paris, Éditions L'Harmattan, 2002, 144 p. (ISBN 2-7475-2484-1) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Paul Koffi Koffi, Le défi du développement en Côte d'Ivoire, Paris, Éditions L'Harmattan, 2008, 289 p. (ISBN 978-2-296-05603-9)  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  Structure économique
  • Dian Boni, L'économie de plantation en Côte-d'Ivoire forestière, Abidjan, Nouvelles éditions africaines, 1985, 458 p. (ISBN 978-2723606066) 
  • Y.-A. Fauré, Petits entrepreneurs de Côte-d'Ivoire: des professionnels en mal de développement, Abidjan, Karthala Éditions, 1994, 385 p. (ISBN 2865374769) 
  Rôle de l’État
  • Joseph Issa-Sayegh, Paul-Gérard Pougoué, Filiga Michel Sawadogo, François Anoukaha, Anne-Marie Assi-Esso, Jacqueline Lohoues-Oble, Pierre Meyer, Josette Nguebou-Toukam, Akouété Pedro Santos, Souleymane Sere (préf. Keba Mbaye), OHADA, Traité et Actes uniformes commentés et annotés, Juriscope, coll. « Droit uniforme africain », 2002, 958 p. (ISBN 2-913556-01-9) 
  Relations avec le reste du monde
  • Philippe Mace, Exporter en Côte d'Ivoire, Paris, Les Éditions du CFCE, 2000, 244 p. (ISBN 2-279-41505-4) 
  • Claude Koudou, Vincent Lohouri, Ivoiriens de l'étranger : quelle politique de l'État et quelles contributions de la diaspora au processus de développement de la Côte d'Ivoire ?, Paris, Éditions L'Harmattan, 2008, 155 p. (ISBN 978-2-296-04304-6)  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  Données sociales
  • Christian Grootaert, Réformes économiques et analyse de la pauvreté : l'expérience de la Côte d'Ivoire, Paris, Éditions L'Harmattan, 1996, 240 p. (ISBN 2-7384-4568-3) 

  Articles connexes

  Liens et documents externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 26 décembre 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l’ayant promu.
   
               

 

Toutes les traductions de Économie de la Côte d'Ivoire


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

6402 visiteurs en ligne

calculé en 0,281s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼