» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - Élection présidentielle française de 1965

voir la définition de Wikipedia

   Publicité ▼

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

Wikipedia

Élection présidentielle française de 1965

                   
Élection présidentielle française de 1965
Précédent 1958 1969 Suivant
Élection présidentielle française de 1965
Charles de Gaulle
Élection présidentielle française de 1965
François Mitterrand
UNR CIR
Résultats du 2nd tour
13 083 699 voix 10 619 735 voix
55,20 % 44,80 %
Précédent Président sortant
Charles de Gaulle
Président élu
Charles de Gaulle
Suivant

L'élection présidentielle française de 1965 est la deuxième élection présidentielle à avoir lieu sous la Ve République, et la deuxième à se dérouler au suffrage universel direct (la première ayant eu lieu le 10 décembre 1848). Charles de Gaulle fut réélu pour sept nouvelles années au poste de président de la République française.

Le premier tour s'est déroulé le 5 décembre 1965 et le second le 19 décembre.

Sommaire

  Campagne électorale

Le général de Gaulle choisit pour affiche de campagne une Marianne représentée en petite fille et dessinée par Lefor et Openo avec comme slogan : « J'ai sept ans, laissez-moi grandir », le présentant de fait comme le garant et le défenseur des nouvelles institutions de la Cinquième République.

La campagne montra par ailleurs l'importance de la télévision (la France comptant alors 6 385 000 récepteurs), chaque candidat ayant alors le même temps de parole lors de la campagne officielle. François Mitterrand et Jean Lecanuet avaient tous deux pris en compte le rôle de la télévision dans l'élection présidentielle américaine de 1960 : au cours de cette campagne, le débat télévisé était généralement considéré comme ayant aidé John Fitzgerald Kennedy à l'emporter sur Richard Nixon.

  Les candidats

  Le président sortant, Charles de Gaulle

  Charles de Gaulle est réélu au second tour avec 55,20 % des voix.
  Les résultats du second tour en France métropolitaine, département par département.

Le mode de scrutin ayant été modifié en 1962, Charles de Gaulle avait donc moins de chance d'être élu dès le premier tour. En effet, il fut élu « seulement » au second tour. De Gaulle n'a annoncé sa candidature que tardivement, le 4 novembre par une intervention télévisée à 20 heures : « Que l'adhésion franche et massive des citoyens m'engage à rester en fonctions, l'avenir de la République nouvelle sera décidément assuré. Sinon, personne ne peut douter qu'elle s'écroulera aussitôt[1]. »

Confiant, Charles de Gaulle renonça d'abord à utiliser son temps de parole de campagne à la télévision, avant d'y recourir le 30 novembre et le 3 décembre, face à la baisse des intentions de vote en sa faveur (il était initialement donné largement élu dès le premier tour[2]). Ces prestations n'empêchèrent cependant pas sa mise en ballottage et la tenue d'un second tour. Dans l'entre-deux-tours, il fut alors interrogé par Michel Droit, au cours d'entretiens durant lesquels il usa de son talent oratoire, et surprit le public par sa décontraction et sa liberté de ton.

Pendant la campagne, il interdit au ministre de l'Intérieur, Roger Frey, d'utiliser le passé de François Mitterrand pour le déstabiliser (le général de Gaulle s'oppose notamment à la publication d'une photo de François Mitterrand aux côtés du maréchal Pétain et à toute enquête sur ses liens avec René Bousquet)[3].

  Le candidat unique de la gauche, François Mitterrand

  François Mitterrand (ici en 1981) remporte 44,80 % au second tour, après avoir réussi à mettre le général de Gaulle en ballotage.

Face à lui, François Mitterrand, président de la Convention des institutions républicaines (CIR) entre en lice le 9 septembre 1965, suite à l'échec de la candidature de Gaston Defferre, sans solliciter l'avis des grands partis de la gauche parlementaire[4]. Il obtient rapidement l'investiture et le soutien du parti socialiste SFIO, alors même qu'il n'en était pas membre, du Parti radical, du Parti socialiste unifié (PSU) et du Parti communiste français, ce dernier se méfiant de l'élection présidentielle au suffrage universel direct. Attaché à l'idée d'union de la gauche sans exclusive et à une stratégie de fédération de ses différentes organisations, Mitterrand était un des rares hommes de gauche à promouvoir une alliance incluant les communistes[4]. Le député de la Nièvre alors âgé de 49 ans, ancien ministre de la Quatrième République, devient ainsi candidat unique de toute la gauche. Cette alliance de circonstance fit sa force, puisque socialistes et communistes voyaient en lui un candidat présentable, mais sans grande envergure. Opposant de la première heure au général De Gaulle ainsi qu'aux institutions de la Ve République, il mène une campagne vigoureuse, se voulant être celle des opposants sans complexes au gaullisme[5] : il joue de son âge et se présente sur ses affiches comme « un président jeune pour une France moderne ». Le prestige de Mitterrand fut d'avoir mis le Général en ballottage, lui permettant d'asseoir sa stature, et plus encore après l'absence de la gauche au second tour de la présidentielle de 1969. Sous l'impulsion de cette candidature, la Fédération de la gauche démocrate et socialiste, regroupant socialistes, radicaux et divers autres mouvements de la gauche non-communiste, est fondée en décembre 1965. La FGDS remportera deux ans plus tard un vif succès lors d'élections législatives, mais sera très affaiblie à la suite de la crise de mai 1968 et disparaîtra peu après.

  Les autres candidats

  Jean Lecanuet remporte 15,57 % des voix au premier tour et contribue à la mise en ballottage du président sortant.

Troisième grande figure de la campagne, le président du Mouvement républicain populaire (MRP) et sénateur de Seine-Maritime Jean Lecanuet joua son image de renouveau au centre-droit, face à De Gaulle. Comme Mitterrand, Jean Lecanuet tira un argument de sa jeunesse : peu connu des Français avant l'élection, il se présenta en outre comme un homme neuf. À l'instar également de Mitterrand, il avait étudié le rôle de la télévision dans l'élection présidentielle américaine de 1960 et fit appel à des méthodes modernes incluant sondages, et utilisation d'entreprises de conseils en communication. Ses prestations télévisées, au cours desquelles il fut notamment interrogé par le populaire journaliste Léon Zitrone, furent très suivies et assurèrent en particulier sa notoriété auprès du grand public urbain et des classes moyennes. Lecanuet obtiendra cependant un score relativement décevant d'à peine plus de 15 %, en deçà de son objectif et très loin de Mitterrand. Sa présence contribua néanmoins à la mise en ballottage de Charles de Gaulle. Après l'élection présidentielle, Jean Lecanuet lança le Centre démocrate.

Les autres candidatures eurent un impact plus anecdotique:

  Marcel Barbu candidat surprise de 1965
  • Marcel Barbu, candidat d'inspiration autogestionnaire, est le candidat surprise de 1965 et se présente comme le défenseur des citoyens ordinaires.

  Candidats malheureux à la candidature

D'autres personnalités avaient été pressenties à la candidature, mais ne sont pas présentées :

  • Antoine Pinay, président du conseil pendant neuf mois en 1952, reprochait au général son anti-américanisme et sa politique de la chaise vide avec les partenaires européens.
  • Gaston Defferre fut présenté comme Monsieur X par l'hebdomadaire l'Express dirigé par Jean-Jacques Servan-Schreiber en septembre 1963[6]. Le maire socialiste de Marseille voulait mener une campagne centriste, en s'efforçant de rassembler des réformateurs venus d'horizons variés, sans tenir compte de leur étiquette politique. Vertement critiqué par le PCF et l'aile gauche de la SFIO, il ne parvient pas à obtenir le soutien du MRP, qui refuse toute référence au socialisme et à la laïcité, indispensables aux yeux de son parti[4]. Il est investi par ce dernier en mai 1965[7] pour former une "grande fédération démocrate et socialiste", allant des socialistes aux démocrates-chrétiens, dans l'objectif de mettre fin aux clivages partisans hérités de la IVe République pour transformer le paysage politique français autour d'un programme politique inédit. Malgré une campagne très active au cours de l'été 1965, son équipe finit par reconnaître son échec par manque de soutiens, et le projet est abandonné en juin[4].

  Sondages

  Premier tour

Date de publication De Gaulle Mitterrand Lecanuet Tixier-Vignancour Marcilhacy Barbu
22 octobre au 5 novembre 1965
66 %
23 %
5 %
5 %
1 %
-
6 au 16 novembre 1965
61 %
24 %
7 %
7 %
1 %
-
17 au 27 novembre 1965
46,5 %
28 %
14 %
7 %
3 %
1,5 %
1er et 2 décembre 1965
43 %
27 %
20 %
7 %
2 %
1 %
Source : Ifop[8]

  Second tour

Source Date de réalisation Ne se prononcent pas photographie de Charles de Gaulle photographie de François Mitterrand
Charles de Gaulle
François Mitterrand
Ifop
1er et 2 décembre 1965
22 %
60 %
40 %
Ifop
8 au 11 décembre 1965
22 %
55 %
45 %
Ifop
14 au 16 décembre 1965
21 %
55 %
45 %

  Résultats

  Premier tour
le 5 décembre 1965
Second tour
le 19 décembre 1965
Nombre % des
inscrits
% des
votants
Nombre % des
inscrits
% des
votants
Inscrits 28 910 581 28 902 704
Votants 24 502 916 84,75 % 24 371 647 84,32 %
   suffrages exprimés 24 254 556 98,99 % 23 703 434 97,26 %
   bulletins blancs ou nuls 248 360 1,01 % 668 213 2,74 %
Abstentions 4 407 665 15,25 % 4 531 057 15,68 %
Candidat
Parti politique
Voix % des
exprimés
Voix % des
exprimés
  Charles de Gaulle
Union pour la nouvelle République - Union démocratique du travail
10 828 521 44,65 % 13 083 699 55,20 %
  François Mitterrand
Convention des institutions républicaines, investi par la SFIO, soutenu par le PCF, le Parti radical et le PSU
7 694 005 31,72 % 10 619 735 44,80 %
  Jean Lecanuet
Mouvement républicain populaire, soutenu par le Centre national des indépendants et paysans
3 777 120 15,57 %
  Jean-Louis Tixier-Vignancour
Sans étiquette (extrême droite)
1 260 208 5,20 %
  Pierre Marcilhacy
Parti libéral européen
415 017 1,71 %
  Marcel Barbu
Sans étiquette (gauche)
279 685 1,15 %
Sources : site officiel du Conseil constitutionnel : premier tour, second tour


  Notes et références

  1. Cité par Le Monde, 22 août 2006, page 14.
  2. Jean-Jérôme Bertolus, Frédérique Bredin, Tir à vue - la folle histoire des présidentielles, éditions Fayard, 2011, p. 139.
  3. Jean-Jérôme Bertolus, Frédérique Bredin, Tir à vue - la folle histoire des présidentielles, éditions Fayard, 2011, p. 21.
  4. a, b, c et d Jean-François Sirinelli, La France de 1914 à nos jours, p. 347
  5. Jean-François Sirinelli, La France de 1914 à nos jours, p. 348
  6. Jean-François Sirinelli, La France de 1914 à nos jours, p. 346
  7. Le Monde, 22 août 2006, page 15
  8. Flashback : retour sur la première élection présidentielle au suffrage universel direct de la Ve République. Consulté le 19 avril 2012

  Voir aussi

  Articles connexes

  Liens externes

   
               

 

Toutes les traductions de Élection présidentielle française de 1965


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

cive · AGGLO · jurandes · cambrousard · tzameti · vamp · amaretto · strier · cingle · packtage ·
5162 visiteurs en ligne

calculé en 0,063s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼