» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - Élection présidentielle française de 1988

voir la définition de Wikipedia

   Publicité ▼

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

Wikipedia

Élection présidentielle française de 1988

                   
Élection présidentielle française de 1988
Précédent 1981 1995 Suivant
Élection présidentielle française de 1988
François Mitterrand
Élection présidentielle française de 1988
Jacques Chirac
PS RPR
Résultats du 2nd tour
16 704 279 voix 14 218 970 voix
54,02 % 45,98 %
Précédent Président sortant
François Mitterrand
Président élu
François Mitterrand
Suivant

L'élection présidentielle française de 1988 a eu pour but d'élire le président de la République française pour un mandat de sept ans. Elle fut remportée au second tour de scrutin par François Mitterrand, candidat du Parti socialiste et président de la République sortant, pour un deuxième mandat, face à Jacques Chirac, son Premier ministre de cohabitation depuis mars 1986.

L'inscription sur les listes électorales est très importante, avec près de 2 millions de votants supplémentaires par rapport à 1981.

Le premier tour de scrutin se déroule le dimanche 24 avril 1988 de 8 h à 20 h.

Le premier tour a permis de sélectionner François Mitterrand et Jacques Chirac. Aucun candidat n'ayant reçu la majorité absolue des suffrages exprimés, le second tour de scrutin se déroule le dimanche 8 mai 1988. Un débat sera organisé entre les deux candidats le 28 avril 1988, soit quatre jours après le premier tour.

Le 14 mai 1988, le Conseil constitutionnel proclame la réélection du candidat PS François Mitterrand avec 54,02 % soit 16 704 279 bulletins de vote en sa faveur. Le premier mandat de François Mitterrand prend fin le 21 mai 1988 à minuit.

Le 21 mai 1988, François Mitterrand est investi de ses fonctions de président de la République par Robert Badinter, président du Conseil constitutionnel pour un second septennat, dans la salle des fêtes du palais de l'Élysée.

Sommaire

  Déroulement

  Dates

  Premier tour

François Mitterrand fait un score de près de 34 % des voix, Jean-Marie Le Pen en obtient autour de 14 %, tandis que la droite est divisée entre Jacques Chirac représentant le RPR (19,96 %) et Raymond Barre représentant l'UDF (16,54 %).

  Second tour

François Mitterrand est élu président de la République pour un nouveau septennat. L'abstention est plus faible qu'au premier tour (15,65 %).

  Contexte

  Politique de Mitterrand lors du septennat

  Dissolution parlementaire du 22 mai 1981

Le 5 mai 1981, lors du débat du second tour, Valéry Giscard d'Estaing interpelle François Mitterrand sur l'acte de dissolution. Il déclara : « Le gouvernement est responsable devant le Parlement. Si vous agissez ainsi que vous dîtes, c'est-à-dire si votre gouvernement ne va pas devant le Parlement, il ne pourra rien faire, il n'aura le droit de ne rien faire. Il devra attendre le résultat des élections. Nous n'avons pas en France un système tel, qu'un président de la République, vous ou moi, ou d'ailleurs le général de Gaulle dans le passé, puisse nommer un gouvernement qui ne rend de compte à personne et qui prend des décisions importantes, ceci est impossible. Si donc il ne va pas devant le Parlement, il ne pourra faire qu'une chose qui est ce qu'on appelle, vous connaissez la formule : expédier les affaires courantes ». François Mitterrand lui rétorqua alors la chose suivante : « Mais le président de la République peut dissoudre quand il le veut. Et, je dissoudrai quand je le déciderai ». Le 22 mai 1981, conformément à son souhait, François Mitterrand dissout l'Assemblée nationale afin d'obtenir une majorité socialiste.

  Politique sociale

  Politique économique

Au cours du même débat, Valéry Giscard d'Estaing explique qu'un gouvernement gérant les affaires courantes ne peut pas prendre de mesures importantes. Pourtant, le gouvernement de Pierre Mauroy augmentera le SMIC, dévaluera à quatre reprises le franc et engagera de nouveaux fonctionnaires.

  Politique étrangère

  Sortie du second choc pétrolier

  La cohabitation (depuis mars 1986)

Le 20 mars 1986, après proclamation des résultats, l'Assemblée nationale est majoritairement de droite.

  Candidats

La liste des candidats fut dévoilée par le président du Conseil constitutionnel, Robert Badinter.

  Campagne présidentielle des principaux candidats

  Campagne de François Mitterrand

François Mitterrand se déclare candidat à sa succession le 22 mars 1988 et mènera tout comme en 1981 une campagne raccourcie.

  Campagne de Jacques Chirac

  Campagne de Raymond Barre

  Campagne de Jean-Marie Le Pen

  Sondages

  Premier tour

Date de publication F. Mitterrand J. Chirac R. Barre J.-M. Le Pen A. Lajoinie A. Waechter P. Juquin A. Laguiller
7 au 12 novembre 1987
38 %
18 %
24,5 %
10 %
4 %
0,5 %
3 %
2 %
4 au 8 décembre 1987
38 %
19 %
24 %
10 %
4,5 %
1 %
2 %
1,5 %
8 au 12 janvier 1988
40 %
19,5 %
23 %
9 %
5 %
0,5 %
2 %
1 %
1 au 3 février 1988
39 %
22 %
21 %
10 %
4,5 %
1 %
2 %
0,5 %
1 au 3 mars 1988
38 %
21,5 %
20 %
10 %
5,5 %
2 %
2 %
1 %
1 au 2 avril 1988
37 %
24 %
15 %
11,5 %
6 %
2,5 %
3 %
1 %
8 au 9 avril 1988
36 %
23,5 %
17 %
11 %
7 %
2,5 %
2 %
1 %
20 au 21 avril 1988
35 %
23,5 %
16,5 %
12 %
7 %
2,5 %
2 %
1,5 %
Source : TNS Sofres[1]

  Second tour

Date de publication photographie de François Mitterrand photographie de Jacques Chirac
François Mitterrand
Jacques Chirac
7 au 12 novembre 1987
56 %
44 %
4 au 8 décembre 1987
55 %
45 %
8 au 12 janvier 1988
57 %
43 %
1 au 3 février 1988
55 %
45 %
1 au 3 mars 1988
55 %
45 %
1 au 2 avril 1988
55 %
45 %
8 au 9 avril 1988
54 %
46 %
20 au 21 avril 1988
53 %
47 %
26 au 27 avril 1988
56 %
44 %
29 avril 1988
55 %
45 %
4 au 5 mai 1988
55 %
45 %
6 mai 1988
54 %
46 %
Source : TNS Sofres[2]

  Résultats

Premier tour
le 24 avril 1988
Second tour
le 8 mai 1988
Nombre % des
inscrits
% des
votants
Nombre % des
inscrits
% des
votants
Inscrits 38 128 507 38 168 869
Votants 31 027 972 81,35 % 32 085 071 84,35 %
   suffrages exprimés 30 436 744 98,00 % 30 923 249 96,38 %
   bulletins blancs ou nuls 621 934 2,00 % 1 161 822 3,62 %
Abstentions 7 100 535 18,65 % 6 083 798 15,65 %
Candidat
Parti politique
Voix % des
exprimés
Voix % des
exprimés
  François Mitterrand
Parti socialiste
10 381 332 34,11 % 16 704 279 54,02 %
  Jacques Chirac
Rassemblement pour la République, soutenu par le Centre national des indépendants et paysans
6 075 160 19,96 % 14 218 970 45,98 %
  Raymond Barre
Sans étiquette, soutenu par l'Union pour la démocratie française
5 035 144 16,54 %
  Jean-Marie Le Pen
Front national
4 376 742 14,38 %
  André Lajoinie
Parti communiste
2 056 261 6,76 %
  Antoine Waechter
Les Verts
1 149 897 3,78 %
  Pierre Juquin
Communiste rénovateur, soutenu par le Parti socialiste unifié et la Ligue communiste révolutionnaire
639 133 2,10 %
  Arlette Laguiller
Lutte ouvrière
606 201 1,99 %
  Pierre Boussel
Mouvement pour un parti des travailleurs
116 874 0,38 %
Sources : Site officiel du Conseil constitutionnel : premier tour, second tour


  Les résultats du second tour en France métropolitaine

  Analyse

Le président de la République socialiste sortant, François Mitterrand, dont la cote de popularité était à un niveau très bas deux ans avant le scrutin, arrive en tête du premier tour avec 34,11 % des voix.

Du côté de la majorité parlementaire sortante, c'est le candidat du Rassemblement pour la République (RPR), Jacques Chirac, qui est qualifié pour le second tour. Avec 19,96 % des voix, il a 14 points de retard sur François Mitterrand.

Cette élection est marquée par le score élevé du président du Front national, Jean-Marie Le Pen, qui arrive en quatrième position, alors qu'il avait obtenu seulement 0,7 % des voix en 1974. Le FN a émergé sur le devant de la vie politique française en 1983, en obtenant 8,9 % des voix aux élections municipales, en franchissant la barre des 10 % aux élections européennes de 1984, puis en obtenant 33 élus au scrutin législatif de 1986.

De son côté, le Parti communiste français continue de décliner, ce qui permet au PS de conforter sa place de premier parti de gauche. Avec 6,76 % des voix, son candidat, André Lajoinie, se retrouve largement distancé par les quatre candidats arrivés en tête et réalise le score le plus bas pour le PCF depuis la Libération.

La majorité présidentielle et parlementaire sont au coude à coude, 34,1 % pour Mitterrand face à 36,5 % pour Chirac/Barre. L'avantage est du côté du président sortant qui a fait le plein des voix de gauche (98 % des voix socialistes - 7 % des voix communistes - 5 % écologistes) dés le 1er tour, et peut s'assurer du report des voix des autres candidats de gauche, dès le soir du premier tour le président sortant oriente la campagne du second tour vers les centristes pour attirer les voix de Raymond Barre.

Le Premier ministre-candidat, quant à lui avec 19,9 % des voix fait à peine mieux que 1981 (18,00 %) même s'il réussit là ou il a échoué sept ans plus passé au second tour, face au candidat UDF qui fut favori des sondages avant de chuter et qui totalise 16,6 % des voix (30 % Barre, 18 % Chirac, en 1987 - en novembre 24,5 % à 19,5 % - mars 22 % Chirac 21 % Barre), l'ancien chef du gouvernement lancent un appel en sa faveur. Pour l'emporter Chirac doit rallier 85 % de l'électorat centristes et tenter de « séduire » les abstentionnistes du 1er tour et aussi les électeurs de Jean-Marie Le Pen.

Le 8 mai 1988, à l'issue du second tour, la droite est battue, le Premier ministre Jacques Chirac réunissant 45,98 % des voix. François Mitterrand, qui a bénéficié d'une partie des voix centristes, est donc réélu pour un second septennat.

  Voir aussi

  Liens externes

  Notes et références

   
               

 

Toutes les traductions de Élection présidentielle française de 1988


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

1911 visiteurs en ligne

calculé en 0,374s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼