» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - Administration_Obama

voir la définition de Wikipedia

   Publicité ▼

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

Wikipedia

Administration Obama

                   
  L'administration Obama le 10 septembre 2009.
États-Unis
US-GreatSeal-Obverse.svg
Cet article fait partie de la série sur la
politique des États-Unis,
sous-série sur la politique.
v · d · m

L'administration Obama (en anglais Obama Administration dont la traduction correcte est plutôt « gouvernement Obama[1] ») est le gouvernement actuel de l’État fédéral des États-Unis d'Amérique, sous la présidence de Barack Obama, depuis le 20 janvier 2009.

Ce gouvernement a succédé à l'administration Bush.

La formation de l'administration Obama a commencé au lendemain du 4 novembre 2008 à la suite du résultat de l'élection présidentielle américaine de 2008, où le sénateur démocrate Barack Obama a obtenu la majorité des grands électeurs face au sénateur républicain John McCain. Elle s'est concrétisée par la mise en place d'une équipe présidentielle de transition pendant laquelle le président-élu pouvait commencer à former son gouvernement et procéder à la sélection de 8 000 hauts fonctionnaires.

La période de transition est marquée par la réunion le 15 décembre 2008 des grands électeurs chargés de désigner officiellement le président élu et par la ratification de ce choix par le Congrès des États-Unis le 8 janvier 2009.

Sommaire

  La période de transition

  L'équipe de transition

  Le président en exercice George W. Bush reçoit son successeur Barack Obama dans le bureau ovale de la Maison-Blanche

Dès le 5 novembre, John Podesta, président du Center for American Progress, Valerie Jarrett, une des plus anciennes conseillères de Barack Obama, et Pete Rouse, ancien chef de cabinet du sénateur Tom Daschle sont appelés à diriger son équipe de transition appelé Obama-Biden Transition Project. Cette équipe comprend 450 personnes, dispose d'un budget de 12 millions de dollars, de 11 000 m2 de bureaux mis à leur disposition à Washington DC et d'un site internet Change.gov sur lequel ont été déposées en quelques jours plus de 145 000 candidatures spontanées.

L'équipe de transition, qui comprend également Christopher Edley, Janet Napolitano, Federico Peña et Susan Rice, est chargée de faire une sélection parmi les prétendants à plus de 300 postes ministériels ainsi que de procéder à la nomination de 2 500 fonctionnaires en application du spoils system.

Les exigences de transparence financière imposées aux futurs membres de l'administration et à leurs conjoints ont été renforcées. Ainsi, pour les quelque 800 postes qui nécessiteront une confirmation par le Sénat, l'équipe de transition a mis au point un minutieux questionnaire en 63 points, passant en revue le passé des candidats, leurs relations personnelles et professionnelles, leurs avoirs, leurs échanges de courrier (y compris les mels)[2]. Ces règles plus strictes sont ainsi exigées pour réduire le poids des groupes d'influence à la Maison-Blanche et éviter tout conflit d'intérêts. Cependant, les nouvelles mesures d'éthique sont vite sujettes à interprétation variable comme le révèlent le New York Times, le 15 novembre, et le site The Politico, dressant une liste de plus d'une douzaine de personnes membres de l'équipe de transition en infraction avec plusieurs des nouvelles règles, dont le cas de deux fonctionnaires ayant eu des liens avec le géant du crédit immobilier Fannie Mae[3].

  Premières nominations

Nominations
Position Nom(s)
Chef de cabinet de la Maison Blanche Rahm Emanuel
Chefs de cabinet adjoints de la Maison Blanche Nancy-Ann DeParle
Alyssa Mastromonaco
Chef de cabinet du Vice-président Bruce Reed
Conseillers David Axelrod
Pete Rouse
Valerie Jarrett
Assistant législatif Rob Nabors
Conseiller juridique Robert Bauer

Lors de ses premières nominations, les observateurs ne manquent pas de signaler que le nouvel élu a choisi de nombreuses personnalités de l'ancienne administration Clinton à commencer par Rahm Emanuel[4]. Ainsi Greg Craig, choisi pour diriger le bureau juridique de la Maison Blanche[4], a été l'un des avocats de Bill Clinton durant la procédure de destitution qui n'avait pas abouti en 1998 tandis que Mona Sutphen avait recruté Monica Lewinsky à la mission américaine à New York.

  Chronologie de la transition

Dès le 5 novembre, le président George W. Bush avait promis une transition sans heurts avec son successeur et avait appelé les responsables de son administration à coopérer loyalement avec l'équipe présidentielle de Barack Obama. Le 6 novembre, Barack Obama recevait ses premiers rapports classifiés des services secrets du directeur du renseignement national John Michael McConnell et de Michael Hayden, le chef de la Central Intelligence Agency. Il est cependant absent du sommet des pays industrialisés et émergents (G20), réunis le 15 novembre 2008 à Washington DC et présidé par le président alors en fonction George W. Bush. Il y envoie néanmoins 2 représentants, l'ancienne secrétaire d'État Madeleine Albright et l'ancien représentant républicain Jim Leach.

Le 16 novembre 2008, Barack Obama annonçait sa démission du Sénat des États-Unis[5]. Son poste doit alors être pourvu par un remplaçant désigné par Rod Blagojevich, le gouverneur de l'Illinois, en attendant une élection partielle l'année suivante. Le vice-président élu Joe Biden doit lui aussi démissionner de son mandat de sénateur du Delaware. Dans sa première interview sur une chaîne télévisée depuis son élection, Barack Obama annonçait que la lutte contre la récession nécessiterait de laisser s'aggraver le déficit budgétaire et qu'il lui faudrait procéder à un renforcement de la régulation du secteur financier. Il se prononça également pour un plan de sauvetage de l'industrie automobile américaine, affirma sa volonté de fermer le camp de Guantanamo et de donner un coup d'arrêt à la torture comme méthode d'interrogatoire par l'armée américaine tout en confirmant vouloir retirer l'essentiel des troupes américaines d'Irak en seize mois, d'ici à l'été 2010[6].

  Composition du cabinet ministériel[7]

Un grand nombre des membres du gouvernement Obama sont membres du Council on Foreign Relations (CFR) : Tom Vilsack à l'agriculture, Ken Salazar à l'intérieur, Robert Gates à la défense, Timothy Geithner au trésor, etc.

  Membres du cabinet

Fonction Nom Mandat
Président Barack Obama 2009-
Vice-président Joe Biden 2009-
Secrétaire d'État (Chef de la diplomatie) Hillary Clinton 2009-
Secrétaire au Trésor Timothy Geithner 2009-
Secrétaire à la Défense Robert Gates 2006-2011
Leon Panetta 2011-
Attorney General Eric Holder 2009-
Secrétaire à l'Intérieur Ken Salazar 2009-
Secrétaire à l'Agriculture Tom Vilsack 2009-
Secrétaire au Commerce Gary Locke 2009-2011
Rebecca Blank 2011
John Bryson 2011-2012
Rebecca Blank 2012-
Secrétaire au Travail Hilda Solis 2009-
Secrétaire à la Santé et aux services sociaux Kathleen Sebelius 2009-
Secrétaire au Logement et au Développement urbain Shaun Donovan 2009-
Secrétaire aux Transports Ray LaHood 2009-
Secrétaire à l'Énergie Steven Chu 2009-
Secrétaire à l'Éducation Arne Duncan 2009-
Secrétaire aux Anciens combattants Eric Shinseki 2009-
Secrétaire à la Sécurité intérieure Janet Napolitano 2009-

  Galerie


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

  Autres membres du Cabinet de la Maison-Blanche

Poste Titulaires
Chef de cabinet de la Maison Blanche Jake Lew (2012-)
Administrateur de l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis Lisa Jackson (2009-)
Directeur du Bureau de la gestion et du budget Peter Orszag (2009-)
Représentant des États-Unis au commerce Ron Kirk (2009-)

  Autres membres et conseillers

  Démission de Van Jones en septembre 2009

Le 6 septembre 2009, Van Jones, membre du Conseil présidentiel sur la qualité de l'environnement, et proche des Truthers, des « chasseurs de vérité d'extrême gauche qui manifestent régulièrement pour accuser l'ancienne administration Bush d'avoir organisé les attaques du 11 septembre 2001 » et signataire d'une pétition réclamant une enquête sur le rôle de ladite Administration dans ces attentats terroristes, présente sa démission de l'administration Obama laquelle est acceptée. Ancien membre de Standing Together to Organize a Revolutionary Movement, un groupe révolutionnaire d'inspiration maoiste américain des années 1990, Van Jones s'était aussi fait remarquer pour des insultes en février 2009 contre les républicains et pour des déclarations racistes envers les blancs. Partisan d'une révolution énergétique américaine, il est également l'auteur d'un livre intitulé L'Économie des cols verts. Pour les conservateurs et la droite radicale, cette affaire illustrerait les intentions réelles du président américain qu'ils accusent de nommer au sein de son administration des personnalités extrémistes et révolutionnaires, voire« dans certains cas marxiste »[9],[10].

  Affaire des « gatecrasher » à la Maison blanche et démission de Desiree Rogers en mars 2010

La secrétaire sociale à la Maison blanche, Desiree Rogers a démissionné de son poste en mars 2010. Après 14 mois passés à ce poste, elle a considéré que cela était "un bon moment pour explorer de nouvelles opportunités dans le secteur privé". Elle avait contribué selon le vœu du président B. Obama à faire de la Maison blanche la "maison du peuple". Mais sa démission, intervenue quelques mois seulement après l'affaire des "gatecrasher" à la Maison blanche lorsque deux inconnus étaient parvenus à s'incruster lors d'une réception donnée en l'honneur du Premier ministre Indien, n'a pas surpris. Sa responsabilité en tant que chef du protocole de la Maison Blanche avait été mise en cause sans qu'il lui ait été permis par l'Administration de se justifier devant le Sénat pour cette défaillance de son service de sécurité. Elle a été remplacée par Julianna Smoot.

  Références

  1. Explication linguistique de Bernard Cerquiglini.
  2. Obama face au casse-tête de son futur cabinet, Philippe Gélie, Le Figaro, 19/11/2008
  3. Obama manœuvre avec les lobbyistes, Adèle Smith, Le Figaro, 17/11/2008
  4. a et b D'anciens membres de l'administration Clinton pressentis par Barack Obama, 18 novembre 2008. Consulté le 23 novembre 2008
  5. (en) Obama Resignation Letter Read On Senate Floor, CBS News, 19 novembre 2008. Consulté le 23 novembre 2008
  6. Dans sa première interview, Obama confirme ses promesses de campagne, Le Monde, 17/11/2008
  7. (en) Composition du Cabinet sur le site de la Maison Blanche
  8. President Obama Discusses Efforts to Reform Spending, Government Waste; Names Chief Performance Officer and Chief Technology Officer, 18 avril 2009, communiqué de la Maison Blanche
  9. Un conseiller d'Obama contraint à la démission, Laure Mandeville, Le Figaro, 7 septembre 2009
  10. Glenn Beck Gets First Scalp: Van Jones Resigns, The Huffington Post, 6 septembre 2009

  Annexe

  Articles connexes

  Liens externes

Précédé par Administration Obama Suivi par
Administration Bush
US-GreatSeal-Obverse.svg Administration américaine Transparent.gif
2009-
-
   
               

 

Toutes les traductions de Administration_Obama


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

3556 visiteurs en ligne

calculé en 0,047s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼