» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - Château de Pierrefonds

voir la définition de Wikipedia

   Publicité ▼

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

Wikipedia

Château de Pierrefonds

                   
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierrefonds.
Château de Pierrefonds
Image illustrative de l'article Château de Pierrefonds
Vue générale du château en 2004.
Période ou style médiéval
Type château fort
Architecte Raymond du Temple, Eugène Viollet-le-Duc
Début construction 1396
Fin construction 1407 - 1885
Propriétaire initial Louis d'Orléans
Propriétaire actuel Centre des monuments nationaux
Destination actuelle Musée de la fortification
Protection  Classé MH (1862)[1]
Site web pierrefonds.monuments-nationaux.fr/fr/bdd/suite/1
Coordonnées 49° 20′ 49″ N 2° 58′ 49″ E / 49.346944, 2.98027849° 20′ 49″ Nord
       2° 58′ 49″ Est
/ 49.346944, 2.980278
  [2]
Pays Drapeau de France France
Région Picardie
Département Oise
Commune Pierrefonds

Géolocalisation sur la carte : Picardie

(Voir situation sur carte : Picardie)
Château de Pierrefonds

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Pierrefonds

Le château de Pierrefonds est un imposant château fort situé à Pierrefonds, dans le département de l'Oise, à la lisière sud-est de la forêt de Compiègne, au nord de Paris, entre Villers-Cotterêts et Compiègne.

Le château de Pierrefonds présente la plupart des caractéristiques de l'ouvrage défensif du Moyen Âge. Il fut sauvé par Viollet-le-Duc, au XIXe siècle, qui y entreprit également d'importants travaux de décoration et de création de mobilier.

Ce château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[1]. Il est géré par le Centre des monuments nationaux[3].

Sommaire

  Histoire

  Origines

Au XIIe siècle, un château s'élevait déjà sur le site, construit par le puissant lignage des Nivelon, seigneurs de Pierrefonds, originaires de Quierzy. Il n'en reste que des caves situées sous le logis du XIe siècle. Ce château passe à la fin du XIIe siècle au roi Philippe Auguste, et demeure ensuite dans le domaine royal[4].

  Entrée principale
  Le château en juillet 2008

  XIVe siècle

En 1392, à la mort de son père Charles V, Louis d'Orléans reçoit en apanage (sorte de dot réservée au fils cadet) le comté de Valois, plusieurs châtellenies, dont Pierrefonds, et le duché de Touraine ; en 1406, le roi érige le comté en duché, y incluant entre autres Pierrefonds. En 1396, Louis d'Orléans entreprend la reconstruction quasi totale du château ; l'architecte n'en est pas connu, bien qu'on puisse sans doute attribuer l'édifice à Raymond du Temple. Le chantier fut dirigé par le maître des œuvres de la châtellenie de Senlis Jean le Noir, et supervisé après la mort de Raymond du Temple par le maître général des œuvres du duché Jean Aubelet ; les travaux s'interrompirent après l'assassinat du duc en 1407, alors que les logis bordant la cour ne comportaient encore que leurs deux niveaux gigantesques de caves. Ils ne furent jamais achevés

  XVIIe siècle

En mars 1617, dans les débuts troublés du règne de Louis XIII, le château est la propriété de François-Annibal d'Estrées (frère de la belle Gabrielle d'Estrées), membre du « parti des mécontents » mené par Henri II de Bourbon-Condé, prince de Condé. Le château est assiégé et pris par les troupes envoyées par Richelieu, secrétaire d'État à la Guerre. Son démantèlement est entrepris, mais n'est pas mené à son terme en raison de l'ampleur de la tâche. Les ouvrages extérieurs sont rasés, les toitures détruites et des saignées sont pratiquées dans les tours et les courtines.

  XIXe siècle

  Vue des ruines du château avant sa restauration
  Vue du château vers 1910
  Cour intérieure
  Chapelle
  Maquette en pierre

Le château restera en ruines pendant plus de deux siècles. Napoléon Ier le rachète en 1810 pour moins de 3 000 francs. Au cours du XIXe siècle, l'engouement pour le patrimoine architectural du Moyen Âge le fait devenir une « ruine romantique » : en août 1832, Louis-Philippe y offre un banquet à l'occasion du mariage de sa fille Louise avec Léopold de Saxe-Cobourg Gotha, premier roi des Belges. Comme d'autres artistes, Corot représente les ruines à plusieurs reprises entre 1834 et 1866.

Le prince président Louis-Napoléon Bonaparte le visite en 1850. Sur les conseils de Prosper Mérimée, celui-ci devenu l'empereur Napoléon III, demande en 1857 à l'architecte Eugène Viollet-le-Duc d'entreprendre sa restauration.
Une anecdote raconte que l'empereur hésitant entre la restauration du château de Pierrefonds et celle d'un autre château, l'impératrice Eugénie lui proposa un tirage au sort, dont sortit le nom de Pierrefonds. Et pour cause : pour satisfaire sa préférence, elle aurait écrit ce nom sur les deux papiers du tirage.
Il n'est alors question que d'une simple remise en état des parties habitables (donjon et deux tours), les ruines « pittoresques » devant subsister pour le décor. En 1862, le projet prend de l'ampleur : le souverain désire cette fois-ci en faire une résidence impériale afin de recevoir et de faire admirer sa splendide collection d'armes et d'armures; le château doit donc être entièrement reconstruit. Les travaux, qui auront coûté cinq millions de francs de l'époque (dont quatre millions ont été prélevés sur la liste civile de l'empereur), seront arrêtés en 1885, six ans après la mort de Viollet-le-Duc. Faute d'argent, la décoration des salles reste inachevée.

Viollet-le-Duc fera pour l'intérieur un travail d'invention et de recréation beaucoup plus que de restauration. Il imaginera comment aurait dû être le château, sans se fonder sur l'histoire stricte de l'édifice. La cour intérieure, avec ses galeries Renaissance, tout autant que les peintures polychromes d'inspiration médiévale, témoigne de son éclectisme et de sa liberté d'interprétation.

On reconnaît par contre dans l'architecture extérieure son excellente connaissance de l'art castral du XIVe siècle[5]. L'architecte s'offrira cependant dans le parc et les fortifications un éventail éclectique des constructions défensives des autres époques. Il a laissé libre cours à une inspiration très personnelle, travail qui n'est pas sans rappeler celui effectué par l'architecte au château de Roquetaillade. Mort avant la fin du chantier, c'est son gendre Maurice Ouradou qui continuera la reconstruction puis Juste Lisch qui la terminera[6] sur la période 1858-1885.

Si ses détracteurs lui ont reproché cette réinvention d'une architecture néo-médiévale, qui prenait de larges libertés avec la vérité archéologique, Viollet-le-Duc a fait montre dans cette reconstruction d'un exceptionnel sens de l'élévation et des volumes et d'une incontestable sensibilité au site[7]. Il ne fit pas œuvre d'archéologue, mais de créateur. Il a imaginé des sculptures, des boiseries, un décor peint, des meubles, tout un ensemble qui annonce parfois plus l'Art nouveau des années 1900 que le retour au Moyen Âge. Il s'est attaché à concilier le respect des vestiges médiévaux et les impératifs de la vie de cour telle qu'on la concevait sous Napoléon III.

  Les différents espaces et lieux à découvrir

  Le Donjon

Bâti dès le XIVe siècle, le donjon a pour particularité et originalité d’être totalement accolé à la muraille du château. Composé de trois étages successifs, il était destiné à accueillir les appartements des souverains. Aujourd’hui, seuls les appartements de l’Empereur Napoléon III sont accessibles au public.

Le premier étage se découpe de la manière suivante :

  1. La salle de réception ou salon : au XIXe siècle, l’Empereur et l’Impératrice recevaient ici leurs proches et intimes. Salle dépourvue d’ameublement à l’exception d’une banquette remarquable, la décoration est quant à elle très lumineuse et riche. Les murs représentent divers emblèmes et blasons de souverains peints par la technique dite de peinture au pochoir. Se côtoient dans cet ensemble l’Aigle impérial de Napoléon III et le porc-épic de Louis XII. Le porc-épic était l’emblème de la dynastie des Valois d’Orléans et leur devise : « Qui s’y frotte s’y pique ». Le reste de la pièce est agrémenté de panneaux de lambris sculptés et représentant diverses chimères.
  2. La salle des plâtres de travail : dans ce lieu totalement dépourvu de peintures murales, étaient réalisées et exposées diverses statuettes destinées à orner le château.
  3. Le Bureau de l’Empereur ou garde-robe : pièce la plus meublée du donjon, avec notamment le bureau sur lequel travaillait Viollet-le-Duc. Intrigant mais amusant, le premier cabinet de toilette, dissimulé derrière une porte faisant office d’armoire. Ce cabinet de toilette possédait un système de chasse d'eau alimenté par le biais d’une bassine remplie d’eau et située au-dessus de l’armoire.
  4. La Chambre de l’Empereur : pièce immensément illuminée, cet avantage provenant de sa position au centre du donjon. La fresque murale située au niveau du plafond narre l’histoire d’un chevalier ou seigneur au XIVe siècle.

  Le Grand Corps de Logis

  Salle des Preuses

Espace le plus vaste et riche de tout le château, son architecture est impressionnante et sa décoration grandiose.

  1. La salle dite des Preuses : ancienne salle de justice, aujourd’hui salle la plus imposante du château incarnant le faste de la période Second-Empire. Elle a une longueur de 52 m, une largeur de 9 m 50 et une hauteur de 12 m. Sous le Second Empire, ce lieu sert de salle de réception ainsi que de galerie de bal. Le portail est richement orné de statues-colonnes avec, au centre, l’empereur Charlemagne ; à son dessus, deux anges soutiennent le blason impérial surmonté d’une couronne. La cheminée à double foyer est monumentale et ornée d’un manteau représentant neuf statues féminines issues des légendes et du populaire médiéval, nommées les preuses. Au nombre de neuf, elles évoquent l’amour courtois et sont ici représentées sous les traits de l’Impératrice Eugénie et de ses dames de compagnie.
  2. Le château comporte huit tours dont chacune porte le nom d’un personnage issu des Neuf Preux. Parmi ces tours nous avons : Artus, Alexandre, Godefroy de Bouillon, Josué, Hector, Judas Maccabée, Charlemagne et Jules César. La Tour Alexandre (dite Tour de la torture) reprend l’architecture du XIVe siècle avec ses murs bruts. Au bas, dans les soubassements de la tour, se trouvent toujours les oubliettes datant de l’époque médiévale. Le preux non doté d'une tour (le roi David) a été symbolisé par la présence d'une étoile de David dans la rosace de la chapelle.
  3. Le chemin de ronde et l’escalier à double révolution : le chemin de ronde entièrement couvert fait le tour de l’enceinte du château ; couvert dès le XIVe siècle, il permet une défense supplémentaire. L’escalier à double révolution emblématique de la période Renaissance offre deux volées qui ne se croisent pas (comme au château de Chambord), jouant ainsi sur une idée de divertissement pour la Cour[8].

  Un monument à redécouvrir

  détail de décoration intérieure dans le salon de réception

Au terme d'une période de désaffection qui a vu diminuer le nombre de ses visiteurs (100 000 en 2000), le domaine est dirigé depuis 2003 par l'administratrice Isabelle de Gourcuff.

La galerie des gisants a fait l'objet d'une nouvelle scénographie après l'affectation définitive des sculptures en plâtre provenant, pour la plupart, de la nécropole de la basilique Saint-Denis[9]. Représentant des personnages étroitement liés à la monarchie française, elles avaient été commandées par le roi Louis-Philippe pour le Musée national du château de Versailles.

D'autres parties du château sont ouvertes, dont l'exposition de la collection Monduit, en cuivre martelé. Le parc, de son côté, fait l'objet d'un programme de restauration, la construction d'engins de siège y est en cours.

Le domaine a pu être visité gratuitement comme quatorze autres monuments nationaux du 1er janvier au 30 juin 2008.

  Médias

Le château sert fréquemment de lieu de tournages de films : Le Miracle des loups (1961, avec notamment Jean Marais), Le Bossu (1959), Papy fait de la résistance (1983), Les Visiteurs (1993), Jeanne d’Arc (1999), Sydney Fox, l'aventurière (1999), Les Rois maudits (2005), etc.

Plus récemment, depuis 2008, il sert de décor à la série télévisée britannique Merlin, sur BBC One. Il a aussi inspiré le château du roi Miraz dans Le Monde de Narnia : Le Prince Caspian (2008).

  Galerie

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

  Église Saint-Sulpice

L’église Saint-Sulpice fut fondée entre 1060 et 1070 par Nivelon, premier seigneur de Pierrefonds. Sulpice était archevêque de Bourges et conseiller du roi Clotaire II qui le fit évêque en 624. De l’époque romane, il ne reste plus que la crypte. Nivelon Ier, mort en 1072, y est enterré. De nombreux pèlerins se rendaient à l’église Saint-Sulpice. En effet, une fontaine dont l’eau était réputée pour guérir des fièvres se trouvait dans la crypte.

Sur cette fondation romane fut construite l’église supérieure, remaniée à différentes époques. Son plan est assez particulier : le clocher ne se trouve pas en façade ou à la croisée du transept, mais au bout de la nef gauche, il a d’ailleurs certainement été édifié avant celle-ci. Un lanternon ajouré de 16 baies et daté de 1557 fut ajouté au clocher. Il est construit sur le mode italien de la Renaissance. Il comprend aujourd'hui une cloche nommée. Il y avait autrefois cinq cloches, fondues pendant la guerre de 1870 pour être transformées en canon.

La charpente du chœur, en châtaignier, a été rehaussée. Il ne reste qu’un seul vitrail d’origine. L’autel date du XVIIIe siècle, il est en marbre rouge d’Italie et comporte les motifs traditionnels : feuilles d’acanthe, moulures et coquilles.

L’orgue actuel est une reconstitution de l'orgue de la chapelle du château de Versailles (début du XVIIIe siècle). Acquis par la commune en 1978, il remplace celui qui fut offert par l’impératrice Eugénie à la paroisse.

L’église a subi au fil du temps de multiples dégâts notamment pendant la Première Guerre mondiale au cours de laquelle le chœur fut éventré.


  Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

  Liens externes

  Notes et références

  1. a et b Notice no PA00114803, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  2. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  3. Pierrefonds sur le site du Centre des Monuments nationaux
  4. Voir article de Jean Mesqui, publié en 2008 par le Bulletin Monumental : PDF Le château de Pierrefonds. Une nouvelle vision du monument, 2007
  5. Viollet-le-Duc était un auteur d'ouvrages reconnus sur les fortifications.
  6. page 4 du document des Monuments Nationaux
  7. Des qualités que l'on retrouve par ailleurs dans deux autres reconstructions majeures : la cité de Carcassonne et le site de Vézelay.
  8. Éditions du Patrimoine Le Château de Pierrefonds
  9. Scénographie Hélène Richard et Jean-Michel Quesne, voir l'article de Michèle Leloup dans L'Express du 3/08/2006.
   
               

 

Toutes les traductions de Château de Pierrefonds


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

6678 visiteurs en ligne

calculé en 0,063s

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼