» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - Championnat_du_monde_de_Formule_1_2010

voir la définition de Wikipedia

   Publicité ▼

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

Wikipedia

Championnat du monde de Formule 1 2010

                   

Championnat du monde de Formule 1 2010

Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 61e
Participants 27
Nombre de manche 19 Grands Prix
Site web officiel
Palmarès
Champion pilote Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel
Champion constructeur Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault

Navigation

Le championnat du monde de Formule 1 2010 est la 61e édition du championnat du monde des pilotes. Il a été remporté par Sebastian Vettel (Red Bull Racing) chez les pilotes et par Red Bull Racing chez les constructeurs.

Sommaire

  Repères de début de saison

  Pilotes


Débuts en tant que pilote-titulaire de :


Débuts en tant que pilote-essayeur :

Transferts :

Départs :

Départs en cours de saison :

Retours :

Retours en cours de saison :

  Écuries

  La Virgin VR-01 testée à Jerez par Timo Glock en février 2010
  La Mercedes MGP01 testée à Jerez par Nico Rosberg en février 2010
  • Toyota F1 Team s'est retirée du championnat du monde de Formule 1 à l'issue de la saison 2009.
  • BMW Sauber s'est retirée du championnat du monde de Formule 1 à l'issue de la saison 2009. L'écurie a été rachetée pendant l'intersaison par son fondateur Peter Sauber et, bien qu'initialement non inscrite pour la saison 2010, a pu faire son retour en championnat grâce à son statut d'écurie-réserviste lors de son inscription (en profitant de la place laissée vacante par le départ de Toyota). L'écurie conserve sa dénomination BMW Sauber alors que BMW s'est totalement retiré du capital.
  • Quatre nouvelles écuries ont reçu leur autorisation d'inscription au championnat du monde : Campos Meta Team, Lotus Racing, Virgin Racing et USF1.
  • USF1 renonce finalement a son engagement et est radiée de la liste des engagés au championnat du monde le 3 mars 2010.
  • Brawn GP devient Mercedes Grand Prix à la suite de la prise de participation de Mercedes-Benz dans l'écurie[40].
  • Manor Grand Prix devient Virgin Racing après que Virgin Group devient actionnaire majoritaire de l'écurie.
  • Campos Grand Prix est rebaptisée Hispania Racing F1 Team suite à son rachat par Jose Ramon Carabante.

  Grands Prix

  Le Grand Prix de Corée du Sud fait son apparition en championnat du monde
  • Le calendrier 2010 comporte 19 épreuves[45].
  • Le Grand Prix de Bahreïn ouvre la saison. Le circuit n'est plus le même que lors des éditions précédentes : la course se déroule désormais sur le grand développement (initialement réservé aux épreuves d'Endurance). Une section supplémentaire de 888 mètres, située entre les anciens virages no 4 et no 5, fait passer le développement de 5,411 à 6,299 km[46]. L'épreuve se déroulera en 49 tours, soit une distance totale de 308 km[47].
  • Le Grand Prix du Canada fait son retour après un an d'absence.
  • Le Grand Prix de Corée du Sud fait son apparition.
  • Le Grand Prix d'Europe est déplacé au mois de juin.
  • Le Grand Prix de Grande-Bretagne se déroule à Silverstone comme les années précédentes, le projet de Donington Park ayant échoué[48]. Le circuit de Silverstone a été modifié et son développement passe de 5,141 km à 5,900 km. Les virages Bridge et Priory sont abandonnés tandis que Abbey et Brooklands sont reconfigurés et qu'un nouveau virage Arena est créé. L'épreuve se déroulera en 52 tours, pour une distance totale de 306,8 km[49].

  Réglementation

  Règlement sportif : les nouveautés

  • Le nombre de voitures autorisées à participer au championnat du monde passe de 24 à 26 monoplaces[50].
  • Les ravitaillements en fluides sont interdits pendant la durée du Grand Prix. Les voitures devront s'élancer avec la quantité d'essence nécessaire à la distance totale de la course[51].
  • Les pneumatiques utilisés par les pilotes qualifiés en Q3 sont conservés pour le départ de l'épreuve[52].
  • Le nombre de mécaniciens autorisés à s'affairer autour de la monoplace lors de son arrêt au stand est réduit à six[53].
  • Les incidents de course seront instruits après la fin de la course sauf si le directeur de la course a la conviction intime qu’il y a violation du règlement.
  • Si la course est suspendue, le temps de suspension sera rajouté à la durée maximale de 2 heures.
  • Lors d'une neutralisation de la course, les retardataires n'ont pas le droit de doubler la voiture de sécurité[53].
  • Un nouveau barème de points a été validé par le Conseil Mondial de la FIA[53].
Rang Barème 2010 Barème 2003-2009
1er 25 points 10 points
2e 18 points 8 points
3e 15 points 6 points
4e 12 points 5 points
5e 10 points 4 points
6e 8 points 3 points
7e 6 points 2 points
8e 4 points 1 point
9e 2 points -
10e 1 point -
  • Le mercredi 23 juin 2010, le Conseil Mondial de la FIA a pris plusieurs décisions importantes en réponse à certains événements qui se sont déroulés en début de saison, ainsi :
    • Si la voiture de sécurité est toujours déployée à l’entame du dernier tour ou déployée durant le dernier tour, elle entrera dans la voie des stands à la fin de ce tour et les voitures passeront sous le drapeau à damier sans se doubler.
    • Toute voiture inutilement lente, erratique et potentiellement dangereuse pour les autres pilotes sur la piste, à l’entrée des stands ou dans la voie pitlane sera signalée aux commissaires[54].

  Règlement technique : les nouveautés

  La Renault R30 avec les petits pneumatiques avant, sans flasques aérodynamiques
  • L'extracteur-diffuseur arrière ramené au niveau de l'axe des roues arrières est réduit de 175 à 125 mm[55].
  • Les flasques déflecteurs aérodynamiques de roues sont interdits[56].
  • Le poids minimum des voitures passe de 605 kg à 620 kg, pilote équipé et fluides compris mais essence non comprise, et ce en permanence[57].
  • La bande de roulement des pneumatiques avant est ramenée de 270 mm à 245 mm[58].
  • Pour les qualifications et la course, les pilotes ont droit à six trains de pneus « durs » et cinq trains de pneus « tendres », soit onze trains de pneus (contre quinze en 2009)[57].
  • Le chauffage des jantes est interdit, seul le chauffage des pneumatiques par couverture chauffante reste autorisé[57].
  • Possibilité pour les écuries d'avoir un train moteur/boîte/transmission standard low-cost. Le moteur sera fourni par le manufacturier britannique Cosworth, la boîte de vitesses sera de fabrication Xtrac et la transmission proviendra des usines de Ricardo Transmissions[59].
  • Le mercredi 23 juin 2010, le Conseil Mondial de la FIA décide que si un échantillon d’essence est demandé après une séance d’essais, la voiture concernée doit d’abord avoir été reconduite aux stands par ses propres moyens[54].

  Pilotes et monoplaces

Ce tableau liste les écuries choisies par la FIA pour la saison 2010 de Formule 1[60] et les pilotes qui sont déjà sous contrat pour cette même saison. Les noms des écuries ne sont donnés qu'à titre indicatif, sous réserve de changements dus à d'éventuels nouveaux partenariats commerciaux.


Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneus Pilotes Pilotes d'essais
Drapeau du Royaume-Uni Vodafone McLaren Mercedes McLaren MP4-25[61] Mercedes-Benz B 1 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button Drapeau du Royaume-Uni Gary Paffett[62]
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton[63]
Drapeau de l'Allemagne Mercedes Grand Prix Petronas[64] Mercedes-Benz MGP W01[65] Mercedes-Benz B 3 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher[34],[35],[66] Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld[30]
4 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg[26]
Drapeau de l'Autriche Red Bull Racing Red Bull RB6[67] Renault[68] B 5 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel[69] Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo[9]
Drapeau : Nouvelle-Zélande Brendon Hartley[9]
6 Drapeau de l'Australie Mark Webber
Drapeau de l'Italie Scuderia Ferrari Marlboro Ferrari F10[70] Ferrari B 7 Drapeau du Brésil Felipe Massa Drapeau de l'Italie Giancarlo Fisichella
Drapeau de l'Italie Luca Badoer
Drapeau de l'Espagne Marc Gene
8 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso[71]
Drapeau du Royaume-Uni AT&T Williams Williams FW32[72] Cosworth[73] B 9 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas[14]
10 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg
Drapeau de la France Renault F1 Team Renault R30[74] Renault B 11 Drapeau de la Pologne Robert Kubica[75] Drapeau de la République populaire de Chine Ho-Pin Tung[17]
Drapeau de la Belgique Jérôme d'Ambrosio[15]
Drapeau de la République tchèque Jan Charouz[18]
12 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov[7]
Drapeau : Inde Force India F1 Team Force India VJM03 [76] Mercedes-Benz[77] B 14 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil[78] Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta[10]
15 Drapeau de l'Italie Vitantonio Liuzzi[79]
Drapeau de l'Italie Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR5[80] Ferrari B 16 Drapeau de la Suisse Sébastien Buemi Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo[9]
Drapeau : Nouvelle-Zélande Brendon Hartley[9]
17 Drapeau de l'Espagne Jaime Alguersuari[81]
Drapeau : Malaisie Lotus Racing[82] Lotus T127[83] Cosworth B 18 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli[11] Drapeau : Malaisie Fairuz Fauzy[11]
Drapeau : Malaisie Nabil Jeffri[19]
19 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen[11]
Drapeau de l'Espagne Hispania Racing F1 Team HRT F110[84] Cosworth[85] B 20 Drapeau : Inde Karun Chandhok[86]
Drapeau du Japon Sakon Yamamoto[37]
Drapeau de l'Autriche Christian Klien[33]
Drapeau du Japon Sakon Yamamoto[87]
Drapeau de l'Autriche Christian Klien[88]
21 Drapeau du Brésil Bruno Senna[8]
Drapeau du Japon Sakon Yamamoto[89]
Drapeau de la Suisse BMW Sauber F1 Team[90] BMW Sauber C29[91] Ferrari B 22 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa[36]
Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld[39]
Drapeau du Mexique Esteban Gutiérrez[20]
23 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi[6]
Drapeau du Royaume-Uni Virgin Racing Virgin VR-01[92] Cosworth[93] B 24 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock[94] Drapeau du Brésil Luiz Razia[12]
Drapeau de l'Espagne Andy Soucek[13]
Drapeau de la Belgique Jérôme d'Ambrosio[16]
25 Drapeau du Brésil Lucas di Grassi[95]

  Déroulement de la saison et faits marquants du championnat

  Grand Prix de Bahreïn

  Fernando Alonso remporte son premier Grand Prix chez Ferrari pour sa première course au sein de la Scuderia
  Nico Rosberg termine 5e pour son premier Grand Prix chez Mercedes

À l’extinction des feux, Fernando Alonso passe son coéquipier Felipe Massa et se lance à la poursuite du poleman Sebastian Vettel. Mark Webber est immédiatement gêné par un trop plein d’huile qui ne lui permet pas de conserver sa position de départ. Adrian Sutil, surpris par le nuage de fumée qui s'échappe de la Red Bull s'accroche avec Robert Kubica : les deux pilotes partent en tête-à-queue mais reprennent la course. À l'avant, Vettel prend rapidement le large avec deux secondes d’avance à l’issue du premier tour.

Karun Chandhok, pilote novice chez HRT, ne boucle que deux tours avant d'abandonner, son coéquipier Bruno Senna abandonnant quant à lui après une vingtaine de tours. Lucas di Grassi, sur Virgin Racing abandonne dès la seconde boucle. Derrière le peloton de tête, Kamui Kobayashi, Nicolas Hülkenberg et Sébastien Buemi se livrent une lutte acharnée et le jeune Hülkenberg sort de la piste, sans dommage. Kobayashi abandonne au treizième tour sur problème hydraulique et Vitaly Petrov au tour suivant suite à une rupture de sa suspension avant-droite alors qu'il occupait la onzième place.

À la mi-course, Vettel est toujours solidement installé en tête devant Alonso et Massa. Derrière, on trouve Lewis Hamilton, Nico Rosberg, Michael Schumacher, Jenson Button, Mark Webber, Vitantonio Liuzzi et Rubens Barrichello. Alonso met peu à peu la pression sur Vettel en proie à un problème de bougie d'allumage. L'Allemand perd en effet plusieurs secondes au tour. Au trente-quatrième passage, Alonso est en tête. Au trente-cinquième, Massa prend à son tour le meilleur sur Vettel, qui se fait passer par Hamilton trois tours plus tard.

En fin de course, Button et Webber haussent le rythme et ramarrent Schumacher, sans toutefois pouvoir tenter le moindre dépassement. Alonso débute sa collaboration avec Ferrari par une victoire, la seconde place de son coéquipier permettant à la Scuderia de signer son 80e doublé en championnat du monde. Hamilton complète le podium, Vettel parvient à conserver sa quatrième place devant Nico Rosberg, Michael Schumacher, Jenson Button, Mark Webber, Vitantonio Liuzzi et Rubens Barrichello.

Chez les constructeurs, Ferrari, avec les 43 points du doublé, prend l'ascendant sur ses adversaires. McLaren, Mercedes Grand Prix et Red Bull Racing voient chacune leurs deux pilotes dans les points et inscrivent respectivement 21, 18 et 16 points. L'écart est déjà grand avec Force India (2 points) et Williams (1 point).

  Grand Prix d'Australie

  Jenson Button remporte son premier Grand Prix chez McLaren
  Sebastian Vettel signe la pole position mais abandonnera en course
  Fernando Alonso prend un tour à Karun Chandhok lors du GP d'Australie

La pluie fait son apparition dix minutes avant le départ de la course. Sebastian Vettel, en pole position, réussit son envol au contraire de son coéquipier Mark Webber passé par Felipe Massa. Robert Kubica prend un bon départ et pointe en quatrième position au premier virage. Fernando Alonso est légèrement touché par Jenson Button, part en tête-à-queue et heurte la monoplace de Michael Schumacher qui doit repasser par son stand pour changer son aileron avant endommagé. Alonso et Schumacher repartent en queue de peloton.

Kamui Kobayashi perd peu après son aileron avant, percute le rail de sécurité et heurte violemment Sébastien Buemi et Nico Hulkenberg. Les trois pilotes abandonnent et la voiture de sécurité fait son apparition à l’entame du second tour de l’épreuve. Après plusieurs tours de neutralisation, les dix premiers sont Vettel, Massa, Webber, Kubica, Nico Rosberg, Button, Lewis Hamilton, Adrian Sutil, Rubens Barrichello et Vitaly Petrov.

Dès la relance, Alonso remonte rapidement vers les avant-postes, imité par Schumacher qui a néanmoins plus de mal à se défaire de Timo Glock. La piste s'asséchant, Button fait le pari de chausser des pneus slicks et rentre le premier, au sixième tour, alors que la piste est encore humide. Les autres équipes rappellent leurs pilotes aux stands au neuvième tour. Webber est le dernier des hommes de tête à rentrer et perd beaucoup de places. Il réussit toutefois à prendre le meilleur sur Felipe Massa au bout de la ligne droite des stands et Hamilton en profite aussitôt pour attaquer Webber avant le virage suivant. Alors que le Britannique a pris l’avantage, Webber retarde son freinage, glisse et percute légèrement la McLaren : Massa en profite pour reprendre sa position en dépassant ses deux rivaux.

Au vingt-septième tour, alors qu'il est toujours en tête, Vettel, victime de la casse d'un écrou de roue, abandonne dans un bac à graviers. Button prend la tête de la course, qu'il ne lâchera pas jusqu'à l'arrivée. Kubica occupe la seconde place et il faut attendre plus d'une dizaine de tours pour qu'Hamilton, Webber et Rosberg, qui ont changé de pneumatiques, rattrapent Massa et Alonso, solides troisième et quatrième.

En fin de course, Kubica, Massa, Alonso, Hamilton et Webber roulent de conserve car les Ferrari, qui n'ont pas chaussé de pneumatiques neufs, sont en difficulté. À l'arrière, Schumacher, toujours hors des points, a du mal à dépasser Jaime Alguersuari. Hamilton ne parvient pas à dépasser Alonso et reste sous la pression de Mark Webber. Rosberg, grâce à une piste dégagée, en profite pour revenir dans leurs échappements.

À deux tours de la fin, Hamilton tente sans succès de dépasser Alonso pour le gain de la quatrième place et se fait percuter par Webber au freinage : l'Australien perd son aileron avant, repasse par les stands et chute au neuvième rang, juste devant Schumacher qui a réussi à dépasser Alguersuari et rentrer dans les points. Rosberg récupère donc deux places alors qu'Hamilton parvient à repartir derrière lui.

Au terme des 58 tours, Jenson Button s’impose pour la deuxième fois consécutive sur ce circuit. Il franchit le drapeau à damier agité par John Travolta. Robert Kubica et Felipe Massa complètent le podium. Fernando Alonso est quatrième devant Nico Rosberg, Lewis Hamilton, Vitantonio Liuzzi, Rubens Barrichello, Mark Webber et Michael Schumacher qui complètent le Top 10.

Au classement général du championnat, les pilotes Ferrari devancent les pilotes McLaren (Alonso : 37 points, Massa 33, Button 31 et Hamilton 23). Rosberg est cinquième avec 20 points, talonné par Kubica (18 points). Chez les constructeurs, Ferrari est toujours en tête avec 70 points, devant McLaren avec 54 points. Mercedes Grand Prix est troisième, à déjà 25 points du second. Renault F1 Team réalise la bonne opération du week-end en chipant, à égalité de points, la quatrième place à Red Bull Racing.

  Grand Prix de Malaisie

  Sebastian Vettel décroche la sixième victoire de sa carrière à Sepang
  En terminant septième de la course, Felipe Massa s'empare de la tête du championnat du monde
  Alonso tentera sans succès de passer Button avant d'abandonner

Piégés en qualification, Jenson Button, Fernando Alonso, Lewis Hamilton et Felipe Massa sont relégués en fond de grille tandis que Mark Webber, en pole et Sebastian Vettel, troisième, donnent à Red Bull Racing un avantage conséquent. À l'extinction des feux, Vettel prend d'emblée la tête de la course, poursuivi par Webber et Rosberg. Robert Kubica pointe au quatrième rang tandis que son coéquipier Vitaly Petrov gagne deux places. Rubens Barrichello reste scotché sur la grille et s'élance dernier. En fond de grille, les pilotes Ferrari sont aux prises avec les pilotes McLaren. Hamilton prend le meilleur par l'extérieur sur Sébastien Buemi alors que Massa fait une légère erreur : Button essaie d'en profiter, se fait piéger à son tour et dépasser par Alonso.

Au quatrième tour, Hamilton entre dans les points après avoir dépassé Jaime Alguersuari et Kamui Kobayashi pendant que Button, Massa et Alonso sont en lutte contre les pilotes Toro Rosso. Hamilton profite d'une erreur de Petrov pour le passer mais le Russe reprend sa position au bout de la ligne droite des stands. Au septième tour, le classement est le suivant : Vettel en tête devant Webber, Rosberg, Kubica, Adrian Sutil, Michael Schumacher, Nico Hülkenberg, Vitantonio Liuzzi, Petrov et Hamilton.

Hamilton passe Petrov qui veut reprendre l'avantage dans la ligne droite des stands : le Britannique, change plusieurs fois de trajectoire dans la ligne droite et écope d'un avertissement. Michael Schumacher, abandonne au neuvième tour à cause d'un problème d'écrou de roue alors qu'il était sixième. Liuzzi abandonne trois boucles plus tard sur problème d'accélérateur. Au quatorzième tour, lorsque Hülkenberg et Petrov rentrent aux stands pour leur premier changement de pneumatiques, les Ferrari et Button entrent dans les points. Hamilton signe le meilleur tour en course et fait la jonction avec Sutil tandis que Webber fait de même avec Vettel. Alonso rencontre alors des problèmes mécaniques à chaque rétrogradage. Hamilton profite de l’arrêt au stand de Sutil pour prendre la cinquième place. Au tour suivant, Kubica s’arrête mais garder l'avantage sur Massa. Alguersuari et Buemi dépassent Petrov dont la monoplace crache de l'huile. Rosberg passe à son tour par les stands et conserve son avantage sur Kubica. Webber connaît un problème à l'écrou avant droit lors de son passage par les stands et perd sa seconde place au profit d'Hamilton, qui n'a toujours pas changé de pneus.

À la mi-course, Massa s'arrête changer de gommes et laisse le champ libre à son équipier. Le Brésilien signe alors le meilleur tour en course, inférieur de plus d’une seconde aux temps de ses prédécesseurs. Kubica revient à six dixièmes de Rosberg quand Hamilton s'arrête enfin au trente-et-unième tour : la sortie des stands est à l'avantage d'Hamilton qui passe son coéquipier Button. Alguersuari entre dans les points en dépassant Hülkenberg alors que Petrov abandonne sur problème de boîte de vitesses. À vingt tours du terme, Vettel est toujours en tête devant Webber, Rosberg, Kubica, Alonso (qui ne s'est pas encore arrêté), Sutil, Hamilton, Button, Massa et Alguersuari. Alonso change de pneus et se retrouve neuvième tandis que Sutil, en résistant à Hamilton, fait les affaires des quatre pilotes de tête.

Massa dépasse Button pour le gain de la septième position et Alonso, en tentant de faire de même, casse son moteur et abandonne. Sebastian Vettel s’impose, Webber offre quant à lui le doublé à Red Bull Racing et Nico Rosberg complète le podium. Kubica, quatrième, devance Sutil, Hamilton, Massa, Button, et Alguersuari et Hülkenberg qui inscrivent leurs premiers points en championnat. Felipe Massa prend la tête du championnat du monde avec 39 points, immédiatement suivi par Alonso et Vettel (37 points), Button et Rosberg (35 points). Chez les constructeurs, Ferrari pointe en tête avec 76 points avec dix longueurs d'avance sur McLaren, désormais pressée par Red Bull Racing (61 points). Toro Rosso devient la huitième équipe à inscrire des points grâce à Alguersuari, désormais second plus jeune pilote à marquer en championnat du monde.

  Grand Prix de Chine

  Lors des essais libres, Buemi est victime d'un accident à 311 km/h suite à la perte simultanée de ses deux roues avant
  Doublé par Alonso dans la ligne d'accès à la pitlane, Massa doit patienter pour changer de pneumatiques
  Vitaly Petrov devient le premier Russe à inscrire des points en Formule 1

Sur la ligne de départ, la piste est sèche mais des gouttes de pluie sont déjà présentes sur certaines parties du circuit. Au départ, Fernando Alonso, en deuxième ligne, réussit son envol et prend la première place tandis que Mark Webber double son coéquipier Sebastian Vettel qui partait de la pole position. Derrière, Vitantonio Liuzzi accroche Sébastien Buemi et Kamui Kobayashi : les trois pilotes abandonnent et la voiture de sécurité fait son apparition.

Profitant de la sortie de la voiture de sécurité, la plupart des pilotes passe par les stands chausser des pneus intermédiaires. Toutefois, Nico Rosberg, Jenson Button, Robert Kubica et Vitaly Petrov gardent leurs slicks et prennent la tête de l’épreuve. Alonso doit quant à lui repasser par les stands pour un drive-through : il avait volé le départ. Quelques tours plus tard, la piste s'asséchant, les pilotes qui avaient mis des gommes intermédiaires doivent repasser par les stands pour rechausser des slicks. Vettel et Hamilton, à la lutte dans la voie d’accès aux stands manquent de s'accrocher.

Après ces arrêts successifs, Rosberg est en tête devant Button, Kubica, Pedro de la Rosa, Petrov, Jaime Alguersuari, Adrian Sutil et Heikki Kovalainen. De la Rosa, victime d'un souci moteur abandonne et Petrov se retrouve quatrième. Vettel double son coéquipier et est imité par Hamilton tandis que Kovalainen est passé Vettel, Hamilton et Webber. Alors que Vettel et Sutil sont à la lutte, Hamilton prend l'intérieur, gagne deux places et s'échappe. Au tour suivant, Vettel et Webber doublent Sutil. Rosberg, en tête, compte deux secondes d'avance sur Button et huit sur Kubica, Petrov a 30 secondes de retard et Hamilton est sur les talons de Michael Schumacher en cinquième position. Après trois tours de chasse, Hamilton dépasse l'Allemand, qui ne peut pas non plus résister à Vettel.

Lorsque Rosberg tire tout droit dans un virage, Button prend la tête de la course. Les pilotes repassent alors par les stands chausser de nouvelles gommes intermédiaires. Webber, en s'arrêtant un tour plus tôt que la meute, passe Hamilton et Vettel. Alguersuari, en prenant un tour à Karun Chandhok, perd son aileron et laisse des morceaux sur la piste : la voiture de sécurité fait sa réapparition. Quand la safety-car s'efface, Button est en tête devant Rosberg, Kubica, Petrov, Schumacher, Webber, Hamilton, Vettel, Sutil et Alonso. À la relance, Hamilton et Schumacher se donnent des coups de roue et l’Anglais passe. Schumacher est dépassé par Sutil, puis par Alonso et Vettel. Hamilton prend l'avantage sur Kubica pour la troisième place et Alonso remonte jusqu'à la sixième. Petrov part en tête-à-queue et reprend la piste en septième position. Sutil tient la dragée haute à Schumacher.

Quand la pluie fait son retour, Hamilton Kubica et Vettel chaussent de nouveaux intermédiaires. Button, Rosberg et Alonso s'arrêtent au tour suivant. Hamilton repart devant Rosberg et Alonso devant Kubica. Petrov, Massa, Sutil et Barrichello prennent l’avantage sur Alguersuari en difficulté avec ses pneumatiques. Alors que Button accroît son avance sur Hamilton, Alonso revient sur Rosberg et Petrov prend l'avantage sur Schumacher, revient sur Webber et profite d'une erreur de l’Australien pour prendre la septième place tandis que Massa passe Schumacher. Jenson Button remporte le Grand Prix, Hamilton assurant le doublé pour McLaren. Rosberg complète le podium devant Alonso, Kubica, Vettel, Petrov, Webber, Massa et Schumacher.

Jenson Button réalise la bonne opération du week-end en prenant la tête du championnat du monde avec 60 points. Il devance Rosberg de dix points, Alonso et Hamilton de onze points. Massa et Vettel chutent au classement : le Brésilien, leader avant la course, n'est plus que sixième, juste derrière l'Allemand. Chez les constructeurs, McLaren, en réalisant un doublé, prend la tête du classement avec 109 points, devançant Ferrari avec 90 points, le reste du classement n'évoluant pas.

  Grand Prix d'Espagne

  Lewis Hamilton abandonne en vue de l'arrivée, suite à la casse d'une jante, alors qu'il était second de la course
  Fernando Alonso, second du GP d'Espagne
  Michael Schumacher, quatrième du GP d'Espagne

Les deux pilotes Red Bull prennent un très bon départ, Mark Webber conservant l’avantage procuré par sa pole position. Robert Kubica et Kamui Kobayashi se touchent légèrement et obligent Nico Rosberg à quitter la piste pour éviter un contact : les trois rivaux perdent de nombreuses places. Bruno Senna abandonne, encastré dans le muret de pneumatiques au fond d’un bac à sable tandis que l’Espagnol Pedro de la Rosa doit passer par les stands pour changer un pneumatique crevé à l’arrière gauche après une touchette avec Sebastien Buemi. Après deux tours de course, Webber est en tête devant Sebastian Vettel, Lewis Hamilton, Fernando Alonso, Jenson Button, Michael Schumacher, Felipe Massa, Adrian Sutil, Jaime Alguersuari et Kubica.

Alors que Webber a près de deux secondes d’avance sur son équipier, Kubica met la pression sur Alguersuari. Vitantonio Liuzzi rentre aux stands au 13e tour pour changer de pneus et revient en piste à hauteur de Sébastien Buemi et Jarno Trulli : Buemi tente alors de dépasser Liuzzi, sort dans l’échappatoire et revient brusquement reprendre sa place en piste : il est pénalisé d'un drive-through.

Massa et Schumacher entrent peu après chausser des pneus durs alors qu’il reste 50 tours à couvrir, Rosberg fait de même mais une incompréhension avec ses mécaniciens le propulse encore plus loin au classement. Vettel, Alonso, Button et Kubica passent à leur tour aux stands : Schumacher se défait de Button dans le premier virage tandis que Vettel perd deux secondes sur ses rivaux.

Webber, toujours leader, passe par les stands tandis qu’Hamilton prend le dessus sur Vettel pour le gain de la seconde place. Button tente de dépasser, sans succès, Schumacher et de la Rosa abandonne alors que Massa fait la jonction avec duo Schumacher-Button. Peu après, le Brésilien perd une ailette d’aileron suite à une touchette, sans conséquence. Webber hausse le rythme, tournant en une demi-seconde de moins au tour qu’Hamilton, son plus proche poursuivant. Alguersuari, en se rabattant trop tôt, accroche Karun Chandhok qui perd son aileron avant, rejoint les stands pour en changer puis abandonne dans le tour suivant. Le pilote espagnol est alors sanctionné par un drive-through.

La bataille fait rage pour la 12e place que se disputent Nico Hülkenberg, Vitaly Petrov et Kamui Kobayashi. Buemi abandonne alors qu’il ne reste plus que vingt tours. À dix tours du but, Vettel chausse un train de pneus tendres neufs et chute en quatrième position devant Schumacher, Button, Massa, Sutil, Kubica et Barrichello, Webber conservant la tête devant Hamilton et Alonso, le plus rapide en piste. Vettel, en proie à des problèmes de freins, doit réduire son rythme et perd deux secondes au tour sur Alonso. À deux tours du drapeau à damiers, Hamilton, second, tape le mur suite à la casse de la jante de sa roue avant gauche. Mark Webber franchit la ligne d’arrivée en vainqueur alors que le public espagnol acclame Alonso, deuxième, Vettel complétant le podium. Schumacher conserve sa position devant devant Button, Massa, Sutil, Kubica, Barrichello et Alguersuari qui récupère le point de la dixième place.

Au classement du championnat, Button conserve la première place, avec 70 points. Fernando Alonso réalise la bonne opération du week-end en pointant désormais second (67 points) devant les pilotes Red Bull (Vettel 60 points, Webber 53 points) alors que Rosberg et Hamilton dégringolent au classement. Chez les constructeurs, McLaren, avec 119 points, voit se rapprocher à seulement trois points Ferrari et, à 6 points, Red Bull Racing, ces écuries étant les seules à avoir franchi la barre des 100 points.

  Grand Prix de Monaco

Fichier:Button Monaco GP 2010.png
Jenson Button abandonne dès les premiers tours de l'épreuve sur casse moteur
Fichier:Chnadhok & Trulli Monaco GP 2010 incident.png
L'accrochage entre Chandhok et Trulli en fin de course

Vingt-trois pilotes s’alignent sur la grille de départ du Grand Prix puisque Fernando Alonso s’élance depuis la voie des stands suite au changement de la coque de sa monoplace. Mark Webber prend un excellent départ depuis la pole position et entre en tête dans le premier virage devant son équipier Sebastian Vettel qui a ravi la seconde position à Robert Kubica. Le classement après le premier tour de course s’établit ainsi : Webber, Vettel, Kubica, Felipe Massa, Lewis Hamilton, Rubens Barrichello, Michael Schumacher, Nico Rosberg, Vitantonio Liuzzi, Adrian Sutil, Jenson Button.

Nico Hulkenberg ne boucle pas le premier tour, victime d’une violente sortie de piste dans le tunnel qui provoque la sortie de la voiture de sécurité jusqu’au septième tour. Alonso profite de la neutralisation de l’épreuve pour chausser des pneus durs après avoir pris le départ en pneus tendres : il fait ainsi le pari d’aller au bout de la course avec le même train de pneus. Dès le deuxième tour, Button abandonne, victime d’une surchauffe moteur, alors que le peloton est derrière la voiture de sécurité.

Le pace-car rentré, Webber et Vettel poursuivent en tête. Alonso dépasse successivement Lucas di Grassi puis Jarno Trulli. Au dixième passage, Webber compte 2s 4 d’avance sur Vettel, 3s 4 sur Kubica, 5s sur Massa, 6s sur Hamilton, 9s sur Barrichello, 10s sur Schumacher et 12 sur Rosberg, Alonso étant désormais 18e. Webber creuse alors l’écart sur Vettel tandis qu'Hamilton change ses pneus au 17e tour et remonte en piste en 15e position, juste devant Alonso qui a pris l’avantage sur Timo Glock et Heikki Kovalainen. Après la valse des changements de pneus, le classement s’établit ainsi : Webber, Vettel, Kubica, Massa, Hamilton, Rosberg, Alonso, Schumacher, Sutil, Barrichello, Liuzzi, Buemi, Petrov, Alguersuari.

Petrov doit repasser au stand car il a crevé, tandis que Barrichello est victime d’une rupture de suspension arrière à cause d'une plaque d'égoût sortie de son logement. Il part à la faute et détruit sa monoplace, ce qui provoque la deuxième intervention de la voiture de sécurité. La course est relancée au 33e tour, sans changement de position. Du 43e au 45e tour, la voiture de sécurité intervient pour permettre aux commissaires de replacer la plaque d’égout descellée. À quatre tours de l’arrivée, Trulli escalade la HRT de Chandhok à la Rascasse, ce qui provoque une quatrième intervention de la voiture de sécurité jusqu’à la fin de course. Toutefois, une fois la voiture de sécurité rentrée, quelques hectomètres avant la ligne d’arrivée, Schumacher dépasse Alonso et est sanctionné pour infraction à l'article 40.13 (dont l'application fut logiquement contesté par Mercedes, les drapeaux verts étant remis) : l’Allemand écope de 20 secondes de pénalité.

Mark Webber remporte la quatrième victoire de sa carrière, la deuxième cette saison devant son coéquipier Sebastian Vettel, Kubica complétant le podium. Massa, Hamilton, Alonso, Rosberg, Sutil, Liuzzi et Buemi terminent dans le top 10, le Suisse signant son premier point de la saison.

Au classement du championnat, les pilotes Red Bull tirent leur épingle du jeu, Webber prenant la tête devant Vettel avec 78 points. Alonso, bien que parti dernier réalise une excellente opération en se hissant au troisième rang avec 75 points, Button perd gros suite à son abandon puisqu'il n'est plus que quatrième. Chez les constructeurs, le classement est bouleversé avec Red Bull Racing en tête avec 156 points devant Ferrari (136 points) et McLaren (129 points), les autres écuries n'ayant toujours pas atteint les 100 points.

  Grand Prix de Turquie

23 pilotes sont présents sur la grille puisque Lucas di Grassi prend le départ depuis la voie des stands avec un nouveau moteur. À l’extinction des feux, Mark Webber, en pole position, et son coéquipier Sebastian Vettel, troisième, profitent du côté propre de la piste pour prendre la tête au premier virage. Lewis Hamilton reprend l’avantage sur Vettel après quelques centaines de mètres et, au premier passage, les premiers sont Webber, Hamilton, Vettel, Jenson Button, Michael Schumacher, Nico Rosberg, Robert Kubica, Felipe Massa, Vitaly Petrov, Kamui Kobayashi, Adrian Sutil et Fernando Alonso. Nico Hulkenberg et Sébastien Buemi se sont légèrement touchés dans ce tour et doivent passer par leur stand chausser de nouvelles gommes.

En tête de course, Webber est suivi comme son ombre par Hamilton et le duo creuse l’écart sur Vettel, repoussé à deux secondes. Kobayashi et Rubens Barrichello rentrent les premiers changer de pneus au 10e tour, Alonso s’arrête au tour suivant, puis au 12e tour Petrov, Sutil et de la Rosa l’imitent. Kubica, Massa et Liuzzi s’arrêtent au 13e tour, Vettel, Schumacher et Jaime Alguersuari au 14e, Webber, Hamilton et Rosberg au 15e et enfin Button au 17e. Vettel réalise la meilleure opération suite aux arrêts aux stands en prenant la deuxième place à Hamilton. Le classement au 18e tour est donc Webber en tête devant Vettel à 1 s, Hamilton à 1 s 4, Button à 2 s, Schumacher à 18 s, Rosberg à 19 s, Kubica à 20 s, Massa à 22 s, Petrov à 23 s et Alonso à 25 s.

Au vingtième tour, les Red Bull mènent toujours la course devant les McLaren. À 30 secondes du leader, Schumacher devance Rosberg, Kubica, Massa, Petrov, Alonso et Kobayashi. Au 34e tour, Jarno Trulli abandonne sa monoplace sur le bas-côté de la piste alors que son équipier Heikki Kovalainen rentre au stand pour abandonner lui aussi. Au 37e tour, Webber mène toujours avec moins d'une seconde d‘avance sur Vettel, Hamilton à 1 s, Button à 2 s, Schumacher à 37 s, Rosberg et Kubica à 40 s, Massa à 41 s, Petrov et Alonso à 43 s. Au 39e tour, Vettel attaque Webber et, alors qu’il a pris l’avantage, se rabat sur son coéquipier, ce qui provoque une double sortie de piste. Vettel abandonne alors que Webber doit rejoindre son stand et reprend la piste en troisième position devant Schumacher, Rosberg, Kubica, Massa, Petrov, Alonso et Kobayashi. Lewis Hamilton est désormais en tête de la course devant son équipier Button.

La pluie, très légère, fait son apparition au 45e tour mais les pilotes conservent tous leurs pneus. Profitant de l'averse, Button porte une attaque sur Hamilton à la fin du 47e tour et le passe, mais Hamilton reprend l'avantage dès le premier virage du tour suivant. Il ne reste plus que quatre tours lorsqu’Alonso attaque Petrov pour le gain de la 8e place : ils se touchent légèrement et Petrov crève à l’avant-droit. Après un passage par son stand, Petrov ne reprend la piste qu’en quinzième position.

Le classement ne bouge plus lors des derniers tours et Lewis Hamilton signe sa première victoire de sa saison devant Button, Webber, Schumacher, Rosberg, Kubica, Massa, Alonso, Sutil et Kobayashi qui inscrit son premier point de la saison.

Si Webber, avec 93 points, conserve la tête du championnat du monde, les pilotes McLaren réalisent la bonne opération du week-end puisque Button remonte à la deuxième place avec 88 points, juste devant Hamilton (84 points). Vettel, le grand perdant, est désormais seulement cinquième, à un point de Fernando Alonso (78 contre 79). Chez les constructeurs, le 46e doublé de McLaren permet à l'écurie de prendre la tête du championnat avec un point d'avance sur Red Bull Racing (172 points contre 171). Ferrari est maintenant troisième avec 146 points, tandis que Mercedes Grand Prix, quatrième, possède désormais 100 points. Le reste du classement n'évolue qu'en bas de tableau où BMW Sauber inscrit son premier point de la saison.

  Grand Prix du Canada

  Le départ mouvementé de l'épreuve
  L'accrochage Massa-Liuzzi du premier tour
  Lewis Hamilton décroche la 13e victoire de sa carrière et Jenson Button termine second de l'épreuve

Pour la première fois de la saison, les vingt-quatre monoplaces sont présentes sur la grille de départ. Parmi es dix premiers de la grille de départ, seuls Sebastian Vettel, Mark Webber et Robert Kubica sont chaussés en pneus durs. À l’extinction des feux, Lewis Hamilton, en pole position, poursuit en tête devant Vettel, Fernando Alonso, Jenson Button, Webber, Kubica, Adrian Sutil et Michael Schumacher. Plus loin, la situation est confuse car Vitantonio Liuzzi et Felipe Massa s’accrochent à trois reprises et doivent passer aux stands changer leurs ailerons. Vitaly Petrov, qui a volé le départ, accroche Pedro de la Rosa tandis que Kamui Kobayashi part à la faute et crashe sa monoplace.

Au troisième passage sur la ligne, Hamilton devance Vettel, Alonso, Button, Webber, Kubica, Sutil et Schumacher. Webber prend alors l’avantage sur Button au quatrième tour. Dès le tour suivant, Rosberg et Jarno Trulli s’arrêtent changer de pneus, imités au sixième tour par Button, Sutil et Hulkenberg puis par Hamilton, Alonso, Alguersuari et Barrichello. Alonso et Hamilton ressortent des stands côte à côte et l’Espagnol prend l’avantage. Le top 10 au onzième tour est alors : Vettel devant Webber à 3 secondes, Schumacher à 7s, Buemi à 9s, Alonso à 12s, Hamilton à 13s, Button à 18s, Kubica à 22s, Sutil à 23s et Kovalainen à 24s.

Rubens Barrichello change ses pneus au 11e tour, Schumacher au 12e, Webber au 13e, Vettel -qui choisit l’option tendre- et Schumacher au 14e et enfin Sébastien Buemi, qui menait un Grand Prix pour la première fois de sa carrière, au 15e. Kubica manque de s’accrocher avec Schumacher qui le tasse dans l’herbe et les deux pilotes doivent couper la chicane ensemble pour éviter une sortie définitive de piste. Alonso se fait passer par Hamilton qui devient leader de la course devant Alonso, Button, Vettel, Webber, Kubica, Sutil et Buemi, les cinq premiers se tenant en moins de 9 secondes. Au fil des tours, Hamilton ne parvient pas à décrocher Alonso et les cinq premiers sont en moins de 7 secondes au 24e passage.

Entre les 23e et 35e tour, tous les pilotes sauf Webber, Massa, Trulli et Lucas di Grassi effectuent un nouveau changement de pneumatiques et le classement au 36e tour est le suivant : Webber, Hamilton à 12s, Alonso à 13s, Button à 16s, Vettel à 17s, Kubica à 34s. Webber, qui ne s’est arrêté qu’une seule fois, est en difficulté avec ses pneumatiques alors qu’Hamilton et Alonso reviennent sur lui : Hamilton le dépasse à au 49e tour et prend la tête de la course. Webber change ses pneus au tour suivant et tente d’aller au bout de l’épreuve en pneus tendres, il reprend la piste en cinquième place derrière Hamilton, Alonso, Button et Vettel.

Quelques minutes plus tard, Alonso est gêné par un retardataire et Button lui subtilise la deuxième place : les McLaren sont désormais en tête de la course. Kubica change ses pneus pour la troisième fois au 59e tour et se retrouve septième. Il signe alors le record du tour. Massa s’accroche avec Schumacher en tentant de le doubler et doit changer son aileron. À deux tours du terme, Schumacher est dépassé par Liuzzi et Sutil et se retrouve hors des points. Hamilton remporte son deuxième succès de sa saison devant son coéquipier Button. Alonso termine sur la plus petite marche du podium devant Vettel, Webber, Rosberg, Kubica, Buemi, Liuzzi et Sutil.

Hamilton prend la tête du championnat du monde avec 109 points, Button conserve sa seconde place avec 106 points, Webber étant désormais troisième avec 103 points. Alonso et Vettel suivent (94 et 90 points), devant Rosberg et Kubica au coude-à-coude (74 et 73 points). Chez les constructeurs, McLaren passe la barre des 200 points (215) et devance Red Bull Racing (193 points) et Ferrari (161 points). Les autres écuries sont reléguées à plus de 50 points, Mercedes Grand Prix comptant 108 points et Renault 79.

  Grand Prix d'Europe

  Jaime Alguersuari au GP d'Europe 2010
  Fernando Alonso lors du GP d'Europe 2010
  Adrian Sutil lors du GP d'Europe 2010
  Lewis Hamilton lors du GP d'Europe 2010

À l’extinction des feux, Vettel, en pole position, prend un bon départ alors que son coéquipier Mark Webber, second mais sur la partie sale de la piste, est dépassé par Lewis Hamilton et Fernando Alonso, puis dégringole au classement. À l’issue du premier tour, Vettel devance Hamilton, Alonso, Felipe Massa, Robert Kubica, Jenson Button, Rubens Barrichello, Nico Hülkenberg, Webber, Sébastien Buemi, Michael Schumacher et Adrian Sutil. Trulli passe par son stand pour changer son aileron avant.

Au quatrième tour, Vettel précède Hamilton de 3 secondes, Alonso de 5s, Massa de 6s, Kubica de 7s, Button de 9s, Barrichello de 10s, Hülkenberg de 11s et Webber de 11s 5. Webber est le premier à changer de pneus au 7e tour ; il reprend la piste en 18e position et rattrape rapidement Heikki Kovalainen. Il le percute à l’arrière en tentant de le doubler, effectue un demi-looping avant de retomber sur l’arceau de sécurité, puis part en un demi-tonneau pour s’encastrer dans un mur de pneus. Bien que les deux monoplaces soient détruites, les deux pilotes s’en sortent sans dommage physique.

Alors que la voiture de sécurité entre en action, Kubica, Button, Barrichello, Buemi, Sutil, Hülkenberg, Pedro de la Rosa, Vitaly Petrov, Vitantonio Liuzzi et Karun Chandhok rentrent immédiatement changer de pneus, imités dès le tour suivant par Vettel, Hamilton, Alonso, Massa et Jaime Alguersuari.

Le classement derrière la voiture de sécurité est Vettel devant Hamilton, Kamui Kobayashi, Button, Barrichello, Kubica, Buemi, Sutil, Hülkenberg, Alonso, de la Rosa, Petrov, Rosberg, Liuzzi, Lucas di Grassi, Timo Glock, Massa, Alguersuari, Schumacher, Chandhok, Bruno Senna et Trulli. La course est relancée au 14e tour et le grand perdant de cette neutralisation est la Scuderia Ferrari puisqu’Alonso se retrouve 10e et Massa 17e tandis que Kobayashi, qui ne s’est pas arrêté, occupe la troisième place.

Au 18e tour, Vettel devance toujours Hamilton à 1s, Kobayashi à 8s, Button à 9s, Barrichello à 10s, Kubica à 10s 5, Buemi à 11s 5, Sutil à 12s, Alonso à 13s et Hülkenberg à 13s 5. Au 20e tour, la direction de course sanctionne Hamilton d’un drive-through pour avoir dépassé la voiture de sécurité alors qu’elle entrait en piste suite à l‘accident de Webber. Il purge sa pénalité au 27e passage et conserve sa deuxième place devant Kobayashi. Au 29e tour Vettel précède Hamilton de 14s, Kobayashi de 16s, Button de 18s, Barrichello de 21s, Kubica de 22s, Buemi de 25s, Sutil de 25s 5, Alonso de 26s 5 et Hülkenberg de 28s. Kobayashi est le seul pilote du top 10 qui doit encore changer obligatoirement de pneus avant l’arrivée. Schumacher s’arrête une troisième fois changer de pneus alors que Glock et Senna sont en pleine lutte : si Hamilton hésite à leur prendre un tour, Kobayashi et Button ont encore plus de mal car Glock et Senna s’accrochent juste devant eux et doivent rejoindre leur stand pour réparer leurs monoplaces.

En tête de la course, Vettel dispose désormais d’une avance de 11s sur Hamilton au 40e passage Kobayashi étant à 17s et Button à 18s 5. Au 43e tour, la direction de course informe que Button, Barrichello, Hülkenberg, Kubica, Petrov, Sutil, Liuzzi, Buemi et de la Rosa sont sous investigation pour leur comportement derrière la voiture de sécurité. Hülkenberg ne sera pas sanctionné car il abandonne au 50e alors qu’il était dixième, ce qui permet à Pedro de la Rosa d’entrer dans les points.

Kobayashi, toujours troisième, rentre au 53e tour pour changer de pneus et reprend la piste en 9e position dans le sillage de Fernando Alonso. Le Japonais le dépasse à deux tours de l’arrivée et fait de même sur Buemi dans le dernier virage. Sebastian Vettel remporte la victoire, Hamilton termine à la deuxième place devant Button, Barrichello, Kubica, Sutil, Kobayashi, Buemi, Alonso et de la Rosa. Ce classement n’est pourtant pas définitif et sera modifié car les pilotes sous investigation écopent tous de 5 secondes de pénalité : Alonso est finalement reclassé huitième, Buemi neuvième et Nico Rosberg dixième, au détriment de Pedro de la Rosa éjecté de la zone des points.

Au championnat du monde, Lewis Hamilton conserve la tête avec 127 points, juste devant son coéquipier Jenson Button (121 points) et Sebastian Vettel (115 points). Mark Webber est désormais quatrième avec 103 points et Alonso n'est plus que cinquième avec 98 points. Chez les constructeurs, McLaren, avec 248 points, dispose de 30 points d'avance sur Red Bull Racing, Ferrari étant troisième avec 165 points devant Mercedes Grand Prix (109 points). En bas de classement, BMW Sauber réalise une belle opération en marquant 6 points d'un coup pour revenir au contact de Scuderia Toro Rosso.

  Grand Prix de Grande-Bretagne

  Mark Webber, vainqueur du Grand Prix
  Vitaly Petrov à Silverstone en 2010
  Lewis Hamilton à domicile en 2010

À l’extinction des feux, Mark Webber, en première ligne mais sur le côté sale de la piste, prend l’avantage sur le poleman Sebastian Vettel qui cherche à le tasser mais sort de la piste. Felipe Massa, touché par son coéquipier Fernando Alonso et Vettel, touché par Lewis Hamilton rentrent tous deux à la fin du premier tour avec un pneu crevé. Au premier passage Webber devance Hamilton, Robert Kubica, Nico Rosberg, Alonso, Rubens Barrichello, Michael Schumacher, Jenson Button, Kamui Kobayashi et Sutil.

Au sixième tour, le classement des dix premiers n’a pas changé tandis que Massa est 20e et Vettel 24e et dernier. Schumacher est le premier à changer ses pneus au 11e tour, suivi au fil des tours par Alonso, Barrichello, Kobayashi, Kubica, Pedro de la Rosa, Rosberg, Sutil, Vitaly Petrov, Hamilton, Sébastien Buemi et le leader Webber au 17e. Alors qu'Alonso et Kubica sont à la lutte, le pilote espagnol prend le meilleur sur son rival en coupant une chicane : la direction de course annonce qu’une enquête est lancée sur cet incident.

Button et Sakon Yamamoto changent de pneus au 21e tour, suivis par Heikki Kovalainen et Karun Chandhok au 22e, Timo Glock au 24e puis Jarno Trulli au 25e tour. À l’issue de ces changement de gommes, le classement est désormais Webber toujours leader devant Hamilton à 6 secondes, Nico Hülkenberg à 26s, Rosberg à 31s, Alonso à 32s, Button à 33s, Jaime Alguersuari à 38s, Barrichello à 39s, Kobayashi à 40s. Au vingt-sixième tour, la direction de course inflige un drive-through à Alonso suite à son dépassement irrégulier sur Kubica, qui entre-temps a abandonné sur casse mécanique.

Hülkenberg change de pneus au 27e tour, juste avant l’entrée en piste de la voiture de sécurité : Sutil a légèrement accroché Pedro de la Rosa dans le tour précédent et l’aileron arrière de la Sauber s’est à-demi désintégré et a répandu des débris de carbone sur la piste. Alguersuari et Vitantonio Liuzzi changent de pneus au 28e tour alors que la voiture de sécurité est en piste. Fernando Alonso, obligé d’attendre qu’elle rentre pour enfin purger sa pénalité, voit sa course ruinée : il ressort des stands en seizième position.

Le classement au 35e tour est : Webber, Hamilton, Rosberg, Button, Barrichello, Kobayashi, Sutil, Schumacher, Hülkenberg, Petrov, Vettel, Alguersuari, Massa, Liuzzi, Alonso, Buemi, Trulli, Glock, Kovalainen, Chandhok et Yamamoto. Deux tours plus tard, Vettel profite d’une erreur de Petrov pour lui ravir la dixième place et entrer dans les points avant de s’installer en neuvième position après avoir dépassé Hülkenberg. Il s’empare ensuite de la huitième place de Schumacher au quarantième tour. En tête de la course, Webber compte 5s 2 d’avance sur Hamilton au 42e tour. Rosberg est troisième à 20 secondes, poursuivi par Button. Sebastian Vettel est quant à lui à l’attaque de la septième place d’Adrian Sutil et le passe dans le dernier tour.

Mark Webber remporte la victoire devant Hamilton et Rosberg. Button, Barrichello, Kobayashi, Vettel Sutil, Schumacher et Hülkenberg complètent le top 10. Au classement des pilotes, Hamilton conserve la tête devant son coéquipier Button (145 contre 133 points) tandis que Webber rafle la troisième place à son coéquipier Vettel (128 contre 121 points). Alonso, bredouille à Silverstone, conserve sa cinquième place avec huit points d'avance sur Rosberg, désormais sixième à la place de Kubica. Plus bas dans le classement, Kobayashi réalise à nouveau une bonne opération et pointe désormais au 12e rang. Au classement des constructeurs, McLaren conforte sa position de leader en stabilisant son écart avec Red Bull Racing (30 points contre 31 inscrits ce week-end, soit 278 contre 249 en championnat) et en repoussant Ferrari qui n'inscrit aucun point et stagne à 165 unités. Mercedes Grand Prix est un solide quatrième avec 126 points, d'autant plus que Renault F1 Team repart la besace vide de Grande-Bretagne. En bas de classement BMW Sauber ravit la place de huitième à la Scuderia Toro Rosso.

  Grand Prix d'Allemagne

  Fernando Alonso signe une victoire contestée à Hockenheim
  Longtemps leader de la course, Felipe Massa a cédé la victoire à son coéquipier

À l’extinction des feux, Sebastian Vettel, en pole position, serre Fernando Alonso contre le muret des stands et laisse ainsi la porte ouverte à Felipe Massa, troisième sur la grille, qui prend la tête de la course dès le premier virage. Au premier passage, Massa devance Alonso, Vettel, Lewis Hamilton, Mark Webber, Jenson Button, Robert Kubica, Michael Schumacher, Nico Rosberg et Kamui Kobayashi. Adrian Sutil, Vitantonio Liuzzi, Sébastien Buemi, Jarno Trulli et Jaime Alguersuari repassent par leur stand pour réparer les dégâts causés dans un accrochage ou à cause de souci techniques.

En tête de course, Massa creuse un petit écart et, au sixième tour, compte une avance de 1 seconde sur Alonso, 3s sur Vettel, 4s sur Hamilton, 5s sur Webber, 8s sur Button, 12s sur Kubica, 13s sur Schumacher, 14s sur Rosberg et 15s sur Kobayashi. Vettel rentre le premier chausser des gommes dures au douzième tour, Alonso et Webber l’imitent au tour suivant, Massa, Hamilton, Schumacher et Barrichello au quatorzième passage.

Massa reprend piste devant Alonso, de plus en plus menaçant car Vettel revient sur lui. Profitant du dépassement de retardataires, Alonso tente de dépasser Massa qui conserve néanmoins sa première place. Au vingt-cinquième tour, le top 10 est constitué de Massa, Alonso à 2s, Vettel à 4s, Hamilton à 12s, Button à 13s, Webber à 14s, Nico Hülkenberg à 24s, Pedro de la Rosa à 30s, Kubica à 33s et Rosberg à 35s.

En tête de course, Alonso se relance à l’attaque de Massa : au quarantième tour, il n’y a plus que 1s 2 d’écart entre les deux pilotes. Au quarante-huitième tour, Massa laisse passer Alonso dans la ligne droite car la Scuderia vient de lui adresser ce message : « Fernando est plus rapide que toi. Peux-tu nous confirmer que tu as bien compris ce message ? ».

Si Fernando Alonso remporte la victoire, Ferrari est jugée coupable d’avoir donné un ordre d’équipe qui a interféré avec la course (violation de l'article 39.1 du règlement sportif de la Formule 1) et sera également convoqué devant le conseil mondial de la FIA pour avoir nuit à l’image de la Formule 1, selon l’article 151c du Code Sportif international. Felipe Massa termine second devant Sebastian Vettel, Lewis Hamilton, Jenson Button, Mark Webber, Robert Kubica, Nico Rosberg, Michael Schumacher et Vitaly Petrov. Au classement des pilotes Hamilton conserve la tête (157 points) devant son coéquipier Button (143 points). Les pilotes Red Bull sont à égalité de points (Webber et Vettel comptent 136 unités) et Alonso passe la barre des 100 points et se maintient à la cinquième place (123 points). Chez les constructeurs, le classement n'évolue pas, McLaren conserve la tête avec 300 points, devant Red Bull Racing (272 points) et Ferrari (208 points).

  Grand Prix de Hongrie

Sebastian Vettel, en pole position, s’engouffre en tête dans le premier virage devant Fernando Alonso. À l’issue du premier tour, les deux hommes devancent Mark Webber, Felipe Massa, Vitaly Petrov, Lewis Hamilton, Nico Rosberg, Robert Kubica, Rubens Barrichello, Nico Hülkenberg et Pedro de la Rosa.

Hamilton prend l’avantage sur Petrov dès le deuxième tour alors que Jaime Alguersuari abandonne. En tête de course, Vettel creuse l’écart et possède une avance de 6 secondes sur Alonso, 7s sur Webber, 8s sur Massa et 10s sur Hamilton après six tours. Jenson Button est le premier à changer ses pneus au 14e tour, suivi par Vitantonio Liuzzi qui doit changer son aileron avant dont les débris trainant sur la piste provoquent la sortie de la voiture de sécurité au 15e tour.

Dès que la voiture de sécurité entre en piste, afin de ne pas perdre de temps derrière elle, Vettel, Alonso, Massa, Hamilton, Petrov, Rosberg, Kubica, Hülkenberg, de la Rosa, Adrian Sutil, Michael Schumacher, Sébastien Buemi, Lucas di Grassi, Heikki Kovalainen, Timo Glock, Bruno Senna et Sakon Yamamoto rejoignent leur stand immédiatement. En repartant de son emplacement, Rosberg perd sa roue arrière droite qui rebondit dans la pitlane, blesse un mécanicien Williams et crée la confusion chez les mécaniciens de Renault : ils libèrent alors Kubica alors que Sutil entre sur son emplacement : l’accrochage cause l’abandon du pilote Force India tandis que Kubica peut poursuivre sa course, avant d’être pénalisé par un drive-through suite à cet accrochage, puis d’abandonner au vingt-troisième tour.

Webber, qui n’a pas encore changé ses gommes, occupe la première place. Lors de la relance de la course, Vettel ralentit fortement Alonso derrière lui, ce qui favorise l’échappée de son équipier en tête : la direction de course indique qu’elle lance une enquête sur ce fait de course. Au 18e passage, Webber devance Vettel de 4 secondes, Alonso de 5s, Hamilton de 6s, Massa de 7s, Barrichello et Petrov de 10s et Hülkenberg de 11s. Au vingt-troisième tour, Lewis Hamilton abandonne puis, au vingt-huitième tour, Vettel reçoit sa pénalité - drive-through -qu’il purge au 31e tour : il reprend la piste en troisième position, derrière Alonso.

Au 32e tour, Webber est toujours en tête de la course mais il ne s’est toujours pas arrêté changer de pneus. Alonso le suit à 14 secondes et Vettel à 18s. Webber cherche à creuser un écart suffisant sur ses poursuivant avant de rentrer au stand, chose faite au 43e tour où il peut s’arrêter, changer ses pneus tendres contre des durs et reprendre la piste en tête.

Barrichello, qui occupait la sixième place, chausse enfin de nouveaux pneus au 55e tour et reprend la piste en onzième position, derrière Schumacher. Après une longue chasse, le Brésilien lui ravit la dixième place au 66e tour bien que Schumacher l’a serré contre le mur dans la ligne droite, forçant Barrichello à mettre deux roues dans l’herbe.

Mark Webber remporte sa quatrième victoire de la saison et prend la tête du championnat du monde. Fernando Alonso termine deuxième devant Vettel. Suivent Massa, Petrov, Hülkenberg, de la Rosa (qui inscrit ses premiers points de la saison), Button, Kobayashi (qui a effectué une remontée de 14 places) et Barrichello.

À l'issue de cette épreuve, les classements des championnats du monde sont totalement modifiés. Mark Webber est désormais en tête des pilotes avec 161 points et devance Hamilton (qui reste à 157 points), Vettel (151 points), Button (147 points), Alonso (141 points) et Massa (97 points). Chez les constructeurs, Red Bull Racing prend la tête avec 312 points et devance McLaren (304 points), Ferrari (238 points), Mercedes Grand Prix (132 points) et Renault (106 points).

  Grand Prix de Belgique

  Jenson Button, alors second de la course, abandonne après avoir été accroché par Sebastian Vettel
  Timo Glock, sur Virgin VR-01 au GP de Belgique

C’est sur piste sèche que le départ du Grand Prix de Belgique est donné. À l’extinction des feux, Mark Webber, en pole position, manque complètement son départ et Lewis Hamilton prend la première position dans le premier virage, devançant Robert Kubica, Jenson Button, Sebastian Vettel, Felipe Massa et Adrian Sutil. La pluie fait son apparition avant même la fin de premier tour : de nombreux pilotes sortent de la piste dans le dernier virage, Barrichello perd le contrôle de sa Williams et percute violemment Alonso qui parvient pourtant à poursuivre la course alors que le Brésilien abandonne.

À la fin du premier tour, Pedro de la Rosa, Heikki Kovalainen, Timo Glock et Sébastien Buemi rentrent chausser des pneus pluie. Alonso rentre également pour faire contrôler l’état de sa monoplace et changer de gommes. La voiture de sécurité entre alors en piste pour permettre aux commissaires d’évacuer la voiture de Barrichello. Kamui Kobayashi, Jaime Alguersuari et Bruno Senna profitent de cette neutralisation pour changer de pneus mais lorsque la voiture de sécurité libère les pilotes au début du troisième tour, il ne pleut déjà plus : de la Rosa, Kovalainen, Senna, Buemi, Alguersuari et Alonso doivent à nouveau repasser par les stands chausser des pneus slicks.

Le classement au 5e passage est Hamilton leader devant son coéquipier Button, Vettel, Kubica, Webber, Massa, Sutil, Nico Hülkenberg, Vitantonio Liuzzi, Nico Rosberg, Vitaly Petrov et Michael Schumacher. En tête de course, Hamilton s’échappe : au 8e passage, il a un avantage de 5s 5 sur Button, 6s 1 sur Vettel, 7s 4 sur Kubica, 8s 2 sur Webber et 10s 2 sur Massa. Alonso remonte progressivement dans le classement et pointe à la 14e au huitième passage. Liuzzi rejoint son stand au dixième tour pour changer de pneus et Schumacher profite de la lutte entre Petrov et Rosberg pour prendre l’avantage sur ce dernier.

À la fin du 15e tour, Sebastian Vettel, alors troisième, perd le contrôle de sa monoplace et accroche Jenson Button au freinage du dernier virage : Button abandonne alors que Vettel rejoint son stand pour réparer les dégâts sur sa monoplace tandis que les commissaires de course lui infligent un drive-through quelques minutes plus tard. Une pluie légère fait son apparition au 33e tour alors qu’Hamilton compte 12s d’avance sur Kubica et 15s d’avance sur Webber. Glock rentre le premier changer ses pneus, Buemi et Yamamoto s’arrêtent ensuite et donnent le signal à tous les autres concurrents. Hamilton fait une légère sortie de piste avant son arrêt tandis que Kubica glisse dans la pitlane et manque son emplacement dans les stands ce qui permet à Webber de lui ravir sa seconde place. Au 36e tour Hamilton n’a plus que 3 secondes d’avance sur Webber et 7s sur Kubica. Massa, Sutil, Schumacher, Kobayashi, Alonso, Rosberg et Petrov, en pneus intermédiaires suivent.

La pluie s’intensifie alors et Alonso abandonne sur sortie de piste au 37e tour. Sa voiture étant revenue sur la piste après avoir touché le rail, la voiture de sécurité intervient pour la seconde fois. La course est relancée au 40e passage et Hamilton conserve sa position devant Webber, Kubica et Massa. Hamilton résiste jusqu’au bout pour signer sa troisième victoire de la saison. Webber termine à la deuxième place devant Kubica, Massa, Sutil, Rosberg, Schumacher, Kobayashi, Petrov et Alguersuari qui est déclassé pour avoir coupé la chicane au 42e tour pour prendre l’avantage sur Liuzzi, qui récupère le point.

Grâce à sa victoire, Lewis Hamilton reprend la tête du championnat du monde avec trois points d'avance sur Mark Webber (182 points contre 179). Vettel, troisième, est relégué à 31 points, Button à 36 points et Alonso à 41 points. Chez les constructeurs, Red Bull Racing ne possède plus qu'un point d'avance sur McLaren (330 points contre 329). Ferrari (250 points), Mercedes Grand Prix (146 points) et Renault F1 Team (123 points) sont désormais distancés par les deux écuries de tête.

  Grand Prix d'Italie

  La mise en grille du Grand Prix
  Felipe Massa au Grand Prix d'Italie
  Heikki Kovalainen au Grand Prix d'Italie

À l’extinction des feux, Jenson Button prend le meilleur départ et dépasse le poleman Fernando Alonso qui conserve l’avantage sur Felipe Massa. Kamui Kobayashi prend quant à lui le départ depuis la pitlane suite à des problèmes de boîte de vitesses et abandonne avant de boucler son premier tour. Quelques secondes après le départ, dans la chicane, Lewis Hamilton attaque Massa pour le gain de la troisième place mais l’accroche, casse une biellette de direction et abandonne. Au premier passage sur la ligne, Button précède Alonso, Massa, Nico Rosberg, Robert Kubica, Nico Hülkenberg, Sebastian Vettel, Michael Schumacher et Mark Webber.

En tête de la course, Button, Alonso et Massa forment un trio séparé par moins de 2 secondes au 10e passage. Rosberg suit à 7s et Kubica à 9s. Au treizième tour, Button compte 1s 6 d’avance sur Alonso et 3s sur Massa. Au vingtième tour, Vettel connaît un problème de frein quand l’une des plaquettes reste bloquée sur un disque après le freinage pour la chicane Ascari, pénalisant son accélération. Vettel se fait dépasser par son coéquipier Webber dans la ligne droite avant de retrouver le plein usage de sa monoplace quelques instants plus tard. Au trentième tour, Button est toujours leader devant Alonso, Massa, Rosberg, Kubica, Hülkenberg, Webber, Vettel, Schumacher et Sébastien Buemi.

Vitantonio Liuzzi s’arrête au trente-et-unième tour pour changer ses pneus et est imité par Kubica et Buemi au 34e tour, Rosberg et Webber au 35e, Button au 36e, Alonso et Barrichello au 37e et Massa au 38e. Parmi les hommes de tête, seul Sebastian Vettel reste en piste et poursuit en pneus tendres. Le grand bénéficiaire de ces changements de pneus est Alonso qui reprend la piste devant le museau de la monoplace de Button. Au quarantième tour, Alonso précède Button de moins d'une seconde, Massa de 4s, Vettel de 6s, Rosberg de 25s, Hülkenberg de 28s et Webber de 29s.

Fernando Alonso creuse peu à peu l’écart sur Button. Derrière lui, en 4e position, Vettel change enfin ses pneus à l’entame du dernier tour et conserve sa position alors que, quelques instants avant, Webber a enfin pris l’avantage sur Hülkenberg après un duel de plusieurs tours.

Fernando réalise le quatrième Hat-trick de sa carrière, Button et Massa l’accompagnent sur le podium. Rosberg, Hülkenberg, Webber, Vettel, Kubica, Schumacher et Barrichello complètent le top 10.

Bénéficiant de l'abandon de Lewis Hamilton, Mark Webber reprend la tête du championnat du monde avec 187 points, soit seulement 5 point d'avance sur son rival. Fernando Alonso réalise une bonne opération au championnat puisqu'il est désormais troisième devant Jenson Button, qui limite les dégâts tandis que Sebastian Vettel qui perd deux places. Les trois rivaux ne sont toutefois séparés que par quelques points (166/165/163 points). Felipe Massa est sixième avec 124 points et devance Nico Rosberg et Robert Kubica.

Chez les constructeurs, l'ordre du championnat n'évolue pas par rapport au Grand Prix précédent : Red Bull Racing (350 points) possède 3 points d'avance sur McLaren Racing et la Scuderia Ferrari suit avec 290 points.

  Grand Prix de Singapour

  Panneautage pour Rubens Barrichello durant les essais libres
  Felipe Massa à Singapour en 2010
  Robert Kubica à Singapour en 2010

Jaime Alguersuari prenant le départ depuis la pitlane, 23 pilotes se présentent sur la grille, tous en pneus slicks. À l’extinction des feux, Fernando Alonso, en pole position, s’engouffre dans le premier virage en première position après avoir résisté à Sebastian Vettel. Au premier passage, Alonso devance Vettel, Lewis Hamilton, Jenson Button, Mark Webber, Nico Rosberg, Robert Kubica et Rubens Barrichello.

Nick Heidfeld, qui fait son retour à la compétition, passe par son stand dès la fin du premier tour après avoir abîmé sa voiture. Massa, qui est parti de la dernière place sur la grille, rentre changer ses pneus tendres contre des durs pour ne plus avoir à s’arrêter d’ici la fin de la course. Vitantonio Liuzzi, à l’arrêt sur le circuit et provoque l’intervention de la voiture de sécurité dès le second tour. Profitant de la neutralisation de l’épreuve, Webber, Vitaly Petrov, Sébastien Buemi, Nico Hülkenberg, Adrian Sutil, Heikki Kovalainen, Jarno Trulli, Alguersuari, Christian Klien, Lucas di Grassi et Bruno Senna rentrent changer de gommes. Derrière la voiture de sécurité, Alonso devance désormais Vettel, Hamilton, Button, Rosberg, Kubica, Barrichello, Schumacher et Kobayashi.

Webber prend alors le meilleur sur Timo Glock et Kamui Kobayashi et occupe la neuvième place alors qu’Alonso devance Vettel d’une seconde, Hamilton de 3s, Button de 5s, Rosberg de 6s et Kubica de 7s. Webber poursuit sa remontée et dépasse Michael Schumacher : tous les pilotes qui le précèdent doivent désormais changer de pneus. À partir du vingt-cinquième tour, les McLaren, sujettes à des problèmes d’adhérence, perdent trois secondes sur les leaders. Hamilton change de pneumatiques au vingt-huitième tour, Alonso, Vettel et Button au tour suivant. Webber réussit son pari puisqu'il devance désormais Hamilton et Button tandis que Schumacher accroche Kobayashi et reprend la piste derrière Webber.

Au trente et unième tour, Kobayashi tape le mur, imité par Senna qui ne peut l’éviter : la voiture de sécurité intervient pour la deuxième fois. Kubica, Barrichello, Buemi et Klien se précipitent alors dans leur stand changer de pneus. Le classement derrière la voiture de sécurité est Alonso devant Vettel, Webber, Kubica, Hamilton, Button, Rosberg, Kubica, Barrichello, Sutil... La course est relancée au trente-cinquième tour et quelques instants plus tard, Hamilton profite du dépassement d’un attardé par Webber pour attaquer l’Australien. Les monoplaces se touchent et Hamilton abandonne. Quelques instants plus tard, Schumacher rejoint son stand avec un aileron avant abîmé suite à un accrochage avec la Sauber de Nick Heidfeld.

Au trente-neuvième tour, Alonso est toujours en tête devant Vettel à 2 secondes, Webber à 9s, Button à 11s, Rosberg à 13s, Kubica à 14s, Barrichello à 17s, Sutil à 21s, Hülkenberg à 22s et Massa à 23s. Kubica change ses pneus après une crevaison à l’arrière-gauche et chute de la 6e à la 11e place. Dix tours plus tard, Alonso précède Vettel d’une seconde et Webber de 17s puis suivent Button, Rosberg, Barrichello, Sutil, Hülkenberg, Massa, Petrov, Buemi et Kubica. Dans les derniers tours, aidé par ses pneus neufs, Kubica prend le meilleur sur Buemi, Petrov, Massa, Hülkenberg et Sutil qui recevra une pénalité de 20 secondes après l'arrivée, jugé coupable d’avoir tiré profit d’une erreur de pilotage dans le premier tour et d'avoir gagné des places en coupant la piste au virage no 7. Force India dépose alors une réclamation contre Hülkenberg qu’elle accuse d’avoir fait la même chose que Sutil. Les commissaires infligent 20 secondes de pénalité à Hülkenberg qui passe à son tour de la huitième à la dixième place.

Fernando Alonso décroche le premier chelem de sa carrière, Vettel termine deuxième devant Webber, Button, Rosberg, Barrichello, Kubica, Hülkenberg, Massa et Sutil. Il réalise ainsi une excellente opération au championnat du monde où il pointe désormais au second rang, à 11 points de Mark Webber (191 points contre 202). Lewis Hamilton et Jenson Button perdent tous deux une place (Hamilton est troisième et Button cinquième) tandis que Vettel est maintenant quatrième avec seulement 1 point de moins qu'Hamilton (181 points contre 182). Chez les constructeurs, le championnat n'évolue pas : Red Bull Racing est toujours en tête avec 383 points et devance McLaren (359 points), Ferrari (319 points), Mercedes (168 points) et Renault (133 points).

  Grand Prix du Japon

  Jaime Alguersuari sous le déluge du samedi matin
  Vettel emmène la meute lors du premier tour du Grand Prix
  Nick Heidfeld entre dans les points pour son second GP de la saison
  Sakon Yamamoto lors de son Grand Prix national

Seuls 23 pilotes se placent sur la grille de départ, Lucas di Grassi ayant écrasé sa Virgin dans le mur durant son tour de mise en grille. À l’extinction des feux, Sebastian Vettel, en pole position, s’engouffre en tête dans le premier virage devant Robert Kubica, Mark Webber et Fernando Alonso. Vitaly Petrov, qui s'est mieux élancé que Nico Hülkenberg, le dépasse mais se rabat sur lui, provoquant son abandon, et détruit sa monoplace contre le muret. Quelques secondes plus tard, Felipe Massa accroche Vitantonio Liuzzi, ce qui provoque l’abandon des deux pilotes.

La voiture de sécurité entre en piste avant la fin du premier tour et Nico Rosberg, Jarno Trulli, Timo Glock et Bruno Senna en profitent pour changer leurs pneumatiques. Le classement derrière la voiture de sécurité est alors Vettel devant Kubica, Webber, Alonso, Jenson Button (seul pilote de pointe à partir en pneus durs), Lewis Hamilton, Rubens Barrichello, Michael Schumacher, Nick Heidfeld, Adrian Sutil, Jaime Alguersuari et Kamui Kobayashi. Alors que le peloton est toujours derrière la voiture de sécurité, Kubica perd sa roue arrière droite et abandonne. Lorsque la voiture de sécurité rentre à l’entame du sixième tour, Schumacher prend l’avantage sur Barrichello.

Au neuvième passage, Vettel précède Webber de 1 seconde 6, Alonso de 4s, Button de 5s, Hamilton de 6s, Schumacher de 8s, Barrichello de 9s, Heidfeld de 10s, Sutil de 11s et Alguersuari de 12s. Kobayashi, devant son public, dépasse coup sur coup Alguersuari puis Buemi. Heidfeld et Sutil changent leurs pneus au dix-huitième tour, Barrichello s’arrête au vingtième, Alguersuari au tour suivant, Hamilton au vingt-deuxième, Schumacher au vingt-troisième, Vettel et Alonso au vingt-quatrième et Webber au vingt-cinquième.

Au trente-deuxième tour, Button, qui n’est pas passé par les stands, devance Vettel à 1s 7, Webber à 3s 5, Alonso à 9s, Hamilton à 14s, Kobayashi (qui n’a pas changé de pneus) à 27s, Rosberg et Schumacher à 36s, Heidfeld à 40s et Barrichello à 43s. Button et Kobayashi s’arrêtent enfin au trente-huitième tour. Hamilton perd l’usage de son troisième rapport bien qu’une nouvelle boîte de vitesses ait été installée sur sa monoplace.

Au quarante et unième tour, Vettel, qui a repris le commandement de la course, devance Webber à 2s, Alonso à 5s, Hamilton à 13s, Button à 17s, Rosberg à 42s, Schumacher à 43s, Heidfeld à 45s, Barrichello à 48s et Sutil à 50s. À la fin du quarante-troisième tour, Hamilton s’écarte pour laisser passer son coéquipier Button, plus rapide que lui. Pendant ce temps Kobayashi dépasse Alguersuari, les pilotes se touchent deux fois mais poursuivent leur course. Quelques secondes plus tard, Sutil explose son moteur.

Au quarante-septième tour, Vettel précède Webber, Alonso, Button, Hamilton, Rosberg, Schumacher, Heidfeld, Barrichello, Kobayashi et Buemi. Quelques instants plus tard, la monoplace de Rosberg subit une casse qui l’envoie dans le mur tandis qu’Heidfeld ouvre la porte à son coéquipier Kobayashi, plus rapide.

Sebastian Vettel remporte le Grand Prix du Japon, sa troisième victoire de la saison. Il devance Webber, Alonso, Button, Hamilton, Schumacher, Kobayashi, Heidfeld, Barrichello et Buemi. Mark Webber, en signant le meilleur tour en course dans le dernier tour, prive Vettel d’un hat trick.

Au championnat du monde, Webber, avec 220 points, devance Alonso et Vettel (206 points chacun). hamilton perd encore une place (quatrième avec 192 points) et précède de trois points son coéquipier Button. Chez les constructeurs, le championnat n'évolue pas, Red Bull Racing restant en tête avec 426 points et devançant McLaren (381 points), Ferrari (334 points), Mercedes (176 points) et Renault (133 points), qui rentre bredouille du Japon.

  Grand Prix de Corée du Sud

  La grille de départ du GP de Corée 2010
  Lewis Hamilton se classe second du Grand Prix
  Les monoplaces sous la pluie coréenne

Les voitures prennent place sur la grille de départ sous une pluie battante. La direction de course prend alors la décision de retarder le départ de dix minutes, puis de le donner derrière la voiture de sécurité. Après trois tours à allure réduite derrière la voiture de sécurité, la direction de la course sort le drapeau rouge : les pilotes se replacent sur la grille en attendant une éventuelle amélioration des conditions de piste. Après quarante minute d'attente, la course est relancée dernière la voiture de sécurité et est déclarée wet race : les pilotes doivent s’élancer en pneus pluie et ne sont pas soumis à la règle de changement obligatoire de pneumatiques.

La voiture de sécurité s’efface à l’entame du dix-septième tour. Le poleman Sebastian Vettel conserve la première place devant son coéquipier Mark Webber, Fernando Alonso, Nico Rosberg, Lewis Hamilton, Felipe Massa, Jenson Button, Michael Schumacher, Robert Kubica et Nico Hülkenberg. Webber perd le contrôle de sa monoplace, rebondi sur le muret et percute Rosberg en marche arrière: les deux pilotes abandonnent et la voiture de sécurité reprend la piste pour permettre l’évacuation des monoplaces.

Dès que la voiture de sécurité s’élance, au dix-neuvième tour, Nick Heidfeld, Kamui Kobayashi, Sébastien Buemi, Bruno Senna et Vitaly Petrov entrent au stand changer de pneus. Le classement au vingt et unième tour est le suivant : Vettel devant Alonso, Hamilton, Massa, Button, Schumacher, Kubica, Hülkenberg, Rubens Barrichello, Adrian Sutil, Vitantonio Liuzzi, Jaime Alguersuari, Timo Glock, Heikki Kovalainen, Sakon Yamamoto, Heidfeld, Kobayashi...

Alors que la course est relancée au vingt-troisième tour, Trulli et Senna s’accrochent en fin de peloton et Schumacher prend l’avantage sur Button dans le vingt-sixième tour. Le classement est alors : Vettel, Alonso, Hamilton, Massa, Schumacher, Button, Hulkenberg, Kubica, Barrichello, Sutil, Liuzzi, Alguersuari, Glock, Kovalainen, Petrov, Buemi, Kobayashi, Heidfeld, Senna et Yamamoto.

Button et Sutil rentrent au vingt-huitième tour chausser des pneus intermédiaires. Hülkenberg s’arrête au trentième tour juste avant que Buemi rate son freinage et accroche Glock, provoquant une nouvelle sortie de la voiture de sécurité au trente et unième tour. Hamilton, Massa, Schumacher, Kubica, Barrichello, Alguersuari, Liuzzi et Kovalainen entrent changer de pneus, Vettel et Alonso faisant de même au tour suivant. Vettel reprend la piste en tête mais Alonso a un problème de roue à l’avant-droit et est passé Hamilton. Au trente-troisième tour, derrière la voiture de sécurité, Vettel devance donc Hamilton, Alonso, Massa, Schumacher, Barrichello, Petrov, Hülkenberg, Kubica et Kobayashi.

La course est relancée à l’entame du trente-quatrième tour et Alonso prend immédiatement l’avantage sur Hamilton en délicatesse avec ses pneus. Quelques minutes plus tard, Sutil perd le contrôle de sa monoplace, ce qui oblige Button à faire un détour hors-piste pour éviter l’accrochage : Button se trouve relégué à la quinzième place. En tête de course, Vettel a 1 seconde d’avance sur Alonso, 4s sur Hamilton, 6s sur Massa, 11s sur Schumacher, 12s sur Barrichello, 15s sur Petrov et 16s sur Hülkenberg.

Petrov sort violemment de la piste au quarantième tour et détruit sa Renault dans un mur de pneus. Les trois premiers se tiennent en moins de 4 secondes alors que la nuit commence à tomber sur le circuit de Yeongam. Alonso prend l’avantage sur Vettel au début du quarante-cinquième tour mais quelques hectomètres plus loin Vettel abandonne sur casse moteur : il n’y a plus de Red Bull en course.

Le classement au quarante-sixième tour est : Alonso, Hamilton, Massa, Schumacher, Barrichello, Hülkenberg, Kubica, Liuzzi, Kobayashi et Sutil. Sutil tente alors une attaque sur Kobayashi, le touche et est contraint à l’abandon ce qui permet à Heidfeld de prendre la dixième place. Dans les derniers tours, plusieurs pilotes ont du mal à contrôler leur monoplace, leurs pneumatiques étant complètement détruits : Hülkenberg rentre au stand alors qu’il était huitième et Barrichello ne peut résister aux attaques de Kubica et Liuzzi.

Fernando Alonso remporte la victoire, Hamilton termine à la deuxième place devant Massa, Schumacher, Kubica, Liuzzi, Barrichello, Kobayashi, Heidfeld et Hülkenberg. Alonso prend la tête du championnat du monde avec 231 points. Il devance Webber (220 points), Hamilton (210 points) Vettel (206 points) et Button (189 points). Plus loin, Kubica réalise une bonne opération en ravissant la huitième place à Rosberg, Barrichello prenant l'avantage sur Sutil. Chez les constructeurs, malgré un score vierge en Corée, Red Bull Racing conserve la tête du championnat avec 426 points et précède McLaren (399 points) et Ferrari (374 points).

  Grand Prix du Brésil

Fernando Alonso est le seul pilote en mesure de remporter le titre au terme de la course s'il inscrit 15 points de plus que Mark Webber, 5 de plus que Lewis Hamilton et finit devant Sebastian Vettel. 23 pilotes se présentent en piste car Christian Klien a un souci durant son tour de mise en grille et rentre à son stand. À l’extinction des feux, Vettel prend la tête dans le premier virage devant le poleman Nico Hülkenberg, doublé quelques instants plus tard par Webber.

Au premier passage, Vettel devance Webber, Hülkenberg, Alonso, Hamilton, Robert Kubica, Rubens Barrichello, Felipe Massa, Jenson Button, Michael Schumacher, Nico Rosberg et Nick Heidfeld. Alonso attaque à plusieurs reprises Hülkenberg, sans trouver l’ouverture et, au quatrième passage, compte déjà 6 secondes de retard sur Vettel. L'Espagnol parvient à prendre l’avantage sur Hülkenberg au sixième tour. Au neuvième passage sur la ligne, Vettel est en tête devant Webber à 2s, Alonso à 12s, Hülkenberg à 15s, Hamilton à 16s, Kubica et Barrichello à 17s, Massa et Schumacher à 18s et Button à 19s. Hamilton ne parvient pas à passer Hülkenberg pourtant moins rapide.

Jenson Button ouvre le bal des arrêts au stand et rentre changer ses pneus au onzième tour. Massa l’imite au douzième et Barrichello au treizième. Massa, victime d’une roue mal serrée, s'arrête à nouveau au tour suivant. Hülkenberg, Kubica, Heidfeld stoppent au quatorzième tour, Hamilton et Schumacher au vingtième, Alonso au vingt-quatrième, Vettel au vingt-cinquième, Webber et Rosberg au vingt-sixième tour. Au vingt-septième passage, Vettel devance Webber de 3s, Alonso de 13s, Hamilton de 25s. Kobayashi, Button, Rosberg, Sutil, Schumacher et Hülkenberg suivent mais Kamui Kobayashi et Adrian Sutil n’ont pas encore changé de pneus. Lucas di Grassi change ses pneus au vingt-neuvième tour alors que Barrichello et Jaime Alguersuari se frottent quelques minutes plus tard : Barrichello doit rejoindre son stand avec un pneu crevé.

Au quarante-et-unième tour, Vettel est toujours leader devant Webber à 2s, Alonso à 17s, Hamilton à 28s, Button à 37s, Rosberg à 48s, Kobayashi, Sutil (qui n’ont toujours pas changé leurs pneus), Schumacher et Hülkenberg. Webber se rapproche petit à petit de son coéquipier lorsque Vitantonio Liuzzi détruit sa monoplace dans un mur de pneus, provoquant la sortie de la voiture de sécurité. Sutil, Heidfeld, Massa, Petrov, Hamilton, Rosberg, Klien et Button profitent de la neutralisation pour changer de pneus. Au cinquante-troisième tour, derrière la voiture de sécurité, Vettel précède Webber, Alonso, Hamilton, Button, Schumacher, Rosberg, Hulkenberg, Kubica, Alguersuari, Buemi, Kobayashi, Sutil, Heidfeld, Massa, Vitaly Petrov, Barrichello, Heikki Kovalainen, Jarno Trulli, Timo Glock, Bruno Senna. Rosberg s’arrête au tour suivant chausser des pneus tendres.

À la relance, au cinquante-cinquième tour, Vettel prend le large devant Webber, Alonso, Hamilton, Button, Rosberg, Schumacher, Hülkenberg, Kubica et Alguersuari. Le classement n’évolue plus jusqu’au drapeau à damier, sauf pour Alguersuari qui se fait ravir le point de la dixième place par Kobayashi.

Vettel et Webber, en signant un doublé, permettent à Red Bull Racing de décrocher son premier titre mondial des constructeurs. McLaren, avec 421 points, est second devant Ferrari avec 389 points. Fernando Alonso conserve la tête du championnat (246 points) devant Webber (238 points) et Vettel (231 points) qui devance désormais Hamilton (222 points). Le champion du monde en titre, Jenson Button, avec 199 points, est désormais écarté de la course au titre.

  Grand Prix d'Abou Dabi

  Sebastian Vettel remporte le Grand Prix et le championnat du monde
  Les deux perdants du championnat, Webber et Alonso, en lutte à Abou Dabi

Pour la première fois depuis la création du championnat du monde, quatre pilotes sont encore en lice pour le titre mondial à l'occasion de la dernière manche du championnat. Fernando Alonso est en tête du championnat et devance Mark Webber, Sebastian Vettel et Lewis Hamilton. Les vingt-quatre pilotes sont présents sur la grille de départ sous une température ambiante de 24 °C. À l’extinction des feux, Vettel, en pole position devance Hamilton, Jenson Button, Alonso, Webber et Felipe Massa. Quelques hectomètres plus loin, Michael Schumacher part en tête-à-queue et est percuté violemment par Vitantonio Liuzzi. Aucun des pilotes, tous deux contraints à l’abandon, n’est blessé.

La voiture de sécurité entre en action à la fin de la première boucle et Nico Rosberg, Vitaly Petrov, Jaime Alguersuari, Bruno Senna, Lucas di Grassi rentrent aux stands changer de pneus. Le classement derrière la voiture de sécurité est alors Vettel devant Hamilton, Button, Alonso, Webber, Massa, Rubens Barrichello, Kamui Kobayashi, Adrian Sutil, Robert Kubica, Nick Heidfeld, Sébastien Buemi, Nico Hülkenberg... La voiture de sécurité libère la meute à l’entame du cinquième tour et Vettel se relance parfaitement devant Hamilton, Button, Alonso et Webber. Au sixième tour, Alonso est virtuellement champion du monde avec deux points d’avance sur Vettel. Au huitième tour, Vettel possède 2 secondes d’avance sur Hamilton, 5s sur Button, 7s sur Alonso,8s sur Webber et 9s sur Massa.

Webber est le premier pilote en lice pour le titre à s’arrêter changer ses pneus au onzième tour. Il reprend la piste en seizième position et, bloqué derrière Rosberg, Alguersuari et Petrov qui ont déjà changé leurs pneus, est désormais en mauvaise posture pour décrocher le titre mondial. Massa change ses pneus au treizième tour, Alonso - qui calque sa course sur celle de Webber - et Heidfeld au quinzième, Barrichello au dix-huitième et Hamilton au vingt-troisième.

Alonso reprend la piste en onzième position, derrière Petrov et devant Webber, mais le jeune pilote russe résiste à l’Espagnol qui ne parvient pas à le doubler. Sebastian Vettel change ses pneus au vingt-quatrième tour et remonte en piste à la deuxième place, derrière Button qui n’a pas encore changé de pneus tandis qu’Alonso et Webber sont toujours bloqués derrière Petrov. Au trente-cinquième tour, Vettel est désormais virtuellement champion du monde avec deux points d’avance sur Alonso.

Entre le trente-sixième et le quarante-septième tour, Hülkenberg, Buemi, Button, Timo Glock, Heikki Kovalainen, Kubica et Sutil changent leurs gommes. Au quarante-huitième tour, Vettel précède Hamilton, Button, Rosberg, Kubica, Petrov, Alonso, Webber, Alguersuari et Massa. Vettel, virtuellement champion du monde avec 4 points d’avance sur Alonso, n’a plus qu’à poursuivre au même rythme jusqu’au drapeau à damier, Alonso restant bloqué derrière Petrov.

Sebastian Vettel signe sa cinquième victoire de la saison, Hamilton termine à la deuxième place devant Button, Rosberg, Kubica, Petrov, Alonso, Webber, Alguersuari et Massa.

Vettel remporte le championnat du monde avec 256 points et devient le plus jeune champion du monde de l’histoire de la Formule 1. Alonso termine vice-champion avec 252 points et Mark Webber complète le podium du championnat avec 242 points[96].

  Grands Prix de la saison 2010[97]

Date Grand Prix Lieu Vainqueur Écurie Pole position Record du tour Résumé
821 14 mars Drapeau : Bahreïn Grand Prix de Bahreïn Sakhir Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Drapeau de l'Italie Ferrari Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Résumé
822 28 mars Drapeau : Australie Grand Prix d'Australie Melbourne Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Australie Mark Webber Résumé
823 4 avril Drapeau : Malaisie Grand Prix de Malaisie Sepang Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Drapeau de l'Australie Mark Webber Drapeau de l'Australie Mark Webber Résumé
824 18 avril Drapeau : République populaire de Chine Grand Prix de Chine Shanghai Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Résumé
825 9 mai Drapeau : Espagne Grand Prix d'Espagne Barcelone Drapeau de l'Australie Mark Webber Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Drapeau de l'Australie Mark Webber Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Résumé
826 16 mai Drapeau : Monaco Grand Prix de Monaco Monaco Drapeau de l'Australie Mark Webber Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Drapeau de l'Australie Mark Webber Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Résumé
827 30 mai Drapeau : Turquie Grand Prix de Turquie Istanbul Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes Drapeau de l'Australie Mark Webber Drapeau de la Russie Vitaly Petrov Résumé
828 13 juin Drapeau : Canada Grand Prix du Canada Montréal Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau de la Pologne Robert Kubica Résumé
829 27 juin Drapeau : Europe Grand Prix d'Europe Valence Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button Résumé
830 11 juillet Drapeau : Royaume-Uni Grand Prix de Grande-Bretagne Silverstone Drapeau de l'Australie Mark Webber Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Résumé
831 25 juillet Drapeau : Allemagne Grand Prix d'Allemagne Hockenheim Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Drapeau de l'Italie Ferrari Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Résumé
832 1er août Drapeau : Hongrie Grand Prix de Hongrie Budapest Drapeau de l'Australie Mark Webber Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Résumé
833 29 août Drapeau : Belgique Grand Prix de Belgique Spa-Francorchamps Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes Drapeau de l'Australie Mark Webber Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Résumé
834 12 septembre Drapeau : Italie Grand Prix d'Italie Monza Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Drapeau de l'Italie Ferrari Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Résumé
835 26 septembre Drapeau : Singapour Grand Prix de Singapour Marina Bay Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Drapeau de l'Italie Ferrari Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Résumé
836 10 octobre Drapeau : Japon Grand Prix du Japon Suzuka Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Australie Mark Webber Résumé
837 24 octobre Drapeau : Corée du Sud Grand Prix de Corée du Sud Yeongam Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Drapeau de l'Italie Ferrari Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Résumé
838 7 novembre Drapeau : Brésil Grand Prix du Brésil Sao Paulo Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Résumé
839 14 novembre Drapeau d'Abou Dabi Grand Prix d'Abou Dabi Yas Marina Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Résumé

  Classement saison 2010

  Pilotes

  Classement du championnat du monde 2010
Classement pilotes
Classement Pilote Total Drapeau : Bahreïn Drapeau de l'Australie Drapeau : Malaisie Drapeau de la République populaire de Chine Drapeau de l'Espagne Drapeau : Monaco Drapeau de la Turquie Drapeau du Canada Drapeau : Union européenne Drapeau du Royaume-Uni Drapeau de l'Allemagne Drapeau de la Hongrie Drapeau de la Belgique Drapeau de l'Italie Drapeau : Singapour Drapeau du Japon Drapeau de la Corée du Sud Drapeau du Brésil Drapeau d'Abou Dabi
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel 256 12 - 25 8 15 18 - 12 25 6 15 15 - 12 18 25 - 25 25
2 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso 252 25 12 - 12 18 8 4 15 4 - 25 18 - 25 25 15 25 15 6
3 Drapeau de l'Australie Mark Webber 242 4 2 18 4 25 25 15 10 - 25 8 25 18 8 15 18 - 18 4
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton 240 15 8 8 18 - 10 25 25 18 18 12 - 25 - - 10 18 12 18
5 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button 214 6 25 4 25 10 - 18 18 15 12 10 4 - 18 12 12 - 10 15
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa 144 18 15 6 2 8 12 6 - - - 18 12 12 15 4 - 15 - 1
7 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg 142 10 10 15 15 - 6 10 8 1 15 4 - 8 10 10 - - 8 12
8 Drapeau de la Pologne Robert Kubica 136 - 18 12 10 4 15 8 6 10 - 6 - 15 4 6 - 10 2 10
9 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher 72 8 1 - 1 12 - 12 - - 2 2 - 6 2 - 8 12 6 -
10 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello 47 1 4 - - 2 - - - 12 10 - 1 - 1 8 2 6 - -
11 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil 47 - - 10 - 6 4 2 1 8 4 - - 10 - 2 - - - -
12 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi 32 - - - - - - 1 - 6 8 - 2 4 - - 6 4 1 -
13 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov 27 - - - 6 - - - - - - 1 10 2 - - - - - 8
14 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg 22 - - 1 - - - - - - 1 - 8 - 6 1 - 1 4 -
15 Drapeau de l'Italie Vitantonio Liuzzi 21 2 6 - - - 2 - 2 - - - - 1 - - - 8 - -
16 Drapeau de la Suisse Sebastien Buemi 8 - - - - - 1 - 4 2 - - - - - - 1 - - -
17 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa 6 - - - - - - - - - - - 6 - -
18 Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld 6 - 4 2 - -
19 Drapeau de l'Espagne Jaime Alguersuari 5 - - 2 - 1 - - - - - - - - - - - - - 2
20 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
21 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
22 Drapeau : Inde Karun Chandhok 0 - - - - - - - - - -
23 Drapeau du Brésil Bruno Senna 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - -
24 Drapeau du Brésil Lucas di Grassi 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
25 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
26 Drapeau du Japon Sakon Yamamoto 0 - - - - - - -
27 Drapeau de l'Autriche Christian Klien 0 - - -

  Constructeurs

Classement constructeurs
Classement Ecurie Total Drapeau : Bahreïn Drapeau de l'Australie Drapeau : Malaisie Drapeau de la République populaire de Chine Drapeau de l'Espagne Drapeau : Monaco Drapeau de la Turquie Drapeau du Canada Drapeau : Union européenne Drapeau du Royaume-Uni Drapeau de l'Allemagne Drapeau de la Hongrie Drapeau de la Belgique Drapeau de l'Italie Drapeau : Singapour Drapeau du Japon Drapeau de la Corée du Sud Drapeau du Brésil Drapeau d'Abou Dabi
1 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 498 16 2 43 12 40 43 15 22 25 31 23 40 18 20 33 43 - 43 29
2 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 454 21 33 12 43 10 10 43 43 33 30 22 4 25 18 12 22 18 22 33
3 Drapeau de l'Italie Ferrari 396 43 27 6 14 26 20 10 15 4 - 43 30 12 40 29 15 40 15 7
4 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 214 18 11 15 16 12 6 22 8 1 17 6 - 14 12 10 8 12 14 12
5 Drapeau de la France Renault 163 - 18 12 16 4 15 8 6 10 - 7 10 17 4 6 - 10 2 18
6 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Cosworth 69 1 4 1 - 2 - - - 12 11 - 9 - 7 9 2 7 4 -
7 Drapeau : Inde Force India-Mercedes 68 2 6 10 - 6 6 2 3 8 4 - - 11 - 2 - 8 - -
8 Drapeau de la Suisse BMW Sauber-Ferrari 44 - - - - - - 1 - 6 8 - 8 - - - 10 6 1 -
9 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Ferrari 13 - - 2 - 1 1 - 4 2 - - - - - - 1 - - 2
10 Drapeau : Malaisie Lotus-Cosworth 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
11 Drapeau de l'Espagne HRT-Cosworth 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
12 Drapeau du Royaume-Uni Virgin-Cosworth 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

  Statistiques

  Pilotes

Pos Pilotes Constructeurs Départs Arrivées Arrivées dans
les points
Victoires Podiums Pole
positions
Meilleurs
tours
Points
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 19 16 15 5 10 10 3 256
2 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Drapeau de l'Italie Ferrari 19 17 16 5 10 2 5 252
3 Drapeau de l'Australie Mark Webber Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 19 17 17 4 10 5 3 242
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 19 15 15 3 9 1 5 240
5 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 19 17 16 2 7 0 1 214
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Drapeau de l'Italie Ferrari 19 18 14 0 5 0 0 144
7 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Drapeau de l'Allemagne Mercedes 19 16 15 0 3 0 0 142
8 Drapeau de la Pologne Robert Kubica Drapeau de la France Renault 19 16 15 0 3 0 1 136
9 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Drapeau de l'Allemagne Mercedes 19 17 12 0 0 0 0 72
10 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello Drapeau du Royaume-Uni Williams-Cosworth 19 17 10 0 0 0 0 47
11 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Drapeau : Inde Force India-Mercedes 19 15 9 0 0 0 0 47
12 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Drapeau de la Suisse BMW Sauber-Ferrari 19 11 8 0 0 0 0 32
13 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov Drapeau de la France Renault 19 13 5 0 0 0 1 27
14 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Drapeau du Royaume-Uni Williams-Cosworth 19 15 7 0 0 1 0 22
15 Drapeau de l'Italie Vitantonio Liuzzi Drapeau : Inde Force India-Mercedes 19 12 6 0 0 0 0 21
16 Drapeau de la Suisse Sébastien Buemi Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Ferrari 19 13 4 0 0 0 0 8
17 Drapeau de l'Espagne Pedro de la Rosa Drapeau de la Suisse BMW Sauber-Ferrari 13 7 1 0 0 0 0 6
18 Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld Drapeau de la Suisse BMW Sauber-Ferrari 5 4 2 0 0 0 0 6
19 Drapeau de l'Espagne Jaime Alguersuari Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Ferrari 19 17 3 0 0 0 0 5
20 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen Drapeau : Malaisie Lotus-Cosworth 18 12 0 0 0 0 0 0
21 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli Drapeau : Malaisie Lotus-Cosworth 18 8 0 0 0 0 0 0
22 Drapeau : Inde Karun Chandhok Drapeau de l'Espagne HRT-Cosworth 10 6 0 0 0 0 0 0
23 Drapeau du Brésil Bruno Senna Drapeau de l'Espagne HRT-Cosworth 18 9 0 0 0 0 0 0
24 Drapeau du Brésil Lucas di Grassi Drapeau du Royaume-Uni Virgin-Cosworth 18 9 0 0 0 0 0 0
25 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Drapeau du Royaume-Uni Virgin-Cosworth 18 10 0 0 0 0 0 0
26 Drapeau du Japon Sakon Yamamoto Drapeau de l'Espagne HRT-Cosworth 7 6 0 0 0 0 0 0
27 Drapeau de l'Autriche Christian Klien Drapeau de l'Espagne HRT-Cosworth 3 2 0 0 0 0 0 0

  Constructeurs

Pos Constructeur Châssis Moteur Départs Arrivées Arrivées dans
les points
Victoires Podiums Pole
positions
Meilleurs
tours
Points
1 Drapeau de l'Autriche Red Bull RB6 Drapeau de la France Renault 38 33 32 9 20 15 6 498
2 Drapeau du Royaume-Uni McLaren MP4-25 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 38 32 31 5 16 1 6 454
3 Drapeau de l'Italie Ferrari F10 Drapeau de l'Italie Ferrari 38 35 30 5 15 2 5 396
4 Drapeau de l'Allemagne Mercedes MGP W01 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 38 33 27 0 3 0 0 214
5 Drapeau de la France Renault R30 Drapeau de la France Renault 38 29 20 0 3 0 2 163
6 Drapeau du Royaume-Uni Williams FW32 Drapeau du Royaume-Uni Cosworth 38 32 17 0 0 1 0 69
7 Drapeau : Inde Force India VJM03 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 38 27 15 0 0 0 0 68
8 Drapeau de la Suisse BMW Sauber C29 Drapeau de l'Italie Ferrari 37 22 11 0 0 0 0 44
9 Drapeau de l'Italie Toro Rosso STR5 Drapeau de l'Italie Ferrari 38 30 7 0 0 0 0 13
10 Drapeau : Malaisie Lotus T127 Drapeau du Royaume-Uni Cosworth 36 20 0 0 0 0 0 0
11 Drapeau de l'Espagne HRT F110 Drapeau du Royaume-Uni Cosworth 38 23 0 0 0 0 0 0
12 Drapeau du Royaume-Uni Virgin VR-01 Drapeau du Royaume-Uni Cosworth 36 19 0 0 0 0 0 0

  Notes et références

  1. a, b, c et d Statistiques de début de saison des pilotes, L'Automobile magazine hors-série n° 3001H, février 2010, pages 126-129
  2. Benoît Fraikin, « La carrière de Vettel en chiffres » sur http://f1chronicles.blogspot.com. Mis en ligne le 15 novembre 2010
  3. Karun Chandhok titularisé par Hispania Racing F1 Team, sur formula1.com, consulté le 4 mars 2010
  4. di Grassi titulaire chez Virgin Racing, sur virginracing.com, consulté le 15 décembre 2009
  5. Hulkenberg titulaire chez Williams, sur williamsf1.com, consulté le 15 décembre 2009
  6. a et b Kamui Kobayashi titulaire chez Sauber, sur kamui-kobayashi.com, consulté le 23 décembre 2009
  7. a et b Vitaly Petrov titularisé par Renault, sur formula1.com, consulté le 31 janvier 2010
  8. a et b Senna titulaire chez Campos Meta Team, sur camposmeta.com, consulté le 15 décembre 2009 [PDF]
  9. a, b, c, d et e Red Bull dévoile le nom de ses pilotes de réserve, sur redbullracing.com, consulté le 26 janvier 2010
  10. a et b Paul di resta pilote-essayeur pour Force India, sur forceindiaf1.com, consulté le 3 février 2010
  11. a, b, c et d Lotus dévoile le nom de ses pilotes, sur lotusf1racing.my, consulté le 14 décembre 2009
  12. a et b Luis Razia pilote-essayeur chez Virgin Racing, sur virginracing.com, 15 décembre 2009
  13. a et b Andy Soucek pilote de réserve chez Virgin Racing, sur formula1.com, 23 février 2010
  14. a et b Williams dévoile le nom de son pilote de réserve, sur formula1.com, consulté le 29 janvier 2010
  15. a et b Jérôme d'Ambrosio nommé pilote de réserve par Renault, sur formula1.com, consulté le 31 janvier 2010
  16. a et b Jérôme d'Ambrosio, pilote d'essais chez Virgin Racing pour les quatre derniers Grands Prix de la saison, sur gravitysportmanagement.com, consulté le 23 septembre 2010
  17. a et b Ho-Pin Tung nommé troisième pilote par Renault, sur formula1.com, consulté le 31 janvier 2010
  18. a et b Jan Charouz nommé pilote de réserve par Renault, sur formula1.com, consulté le 31 janvier 2010
  19. a et b Nabil Jeffri nommé pilote d'essais par Lotus Racing, sur toilef1.com, consulté le 7 août 2010
  20. a et b Esteban Gutièrrez nommé pilote d'essais par BMW Sauber, sur sauber-motorsport.com, consulté le 20 septembre 2010
  21. Button titulaire chez McLaren, sur mclaren.com, consulté le 15 décembre 2009
  22. Barrichello titulaire chez Williams, sur williamsf1.com, consulté le 15 décembre 2009
  23. Glock titulaire chez Virgin Racing, sur virginracing.com, consulté le 15 décembre 2009
  24. Trulli titulaire chez Lotus, sur lotusf1racing.my, consulté le 14 décembre 2009
  25. Kovalainen titulaire chez Lotus, sur lotusf1racing.my, consulté le 14 décembre 2009
  26. a et b Mercedes titularise Nico Rosberg, sur mercedes-benz.com, consulté le 23 décembre 2009
  27. Alguersuari remplace Bourdais, sur eurosport.fr
  28. Piquet prend la porte, sur eurosport.fr
  29. Räikkönen quitte la Formule 1 pour le WRC, sur lemonde.fr, consulté le 23 décembre 2009
  30. a, b et c Mercedes choisi Heidfeld comme pilote de réserve, sur mercedes-gp.com, consulté le 5 février 2010
  31. (en) Pedro de la Rosa quitte BMW Sauber à l'issue du GP d'Italie, sur sauber-motorsport.com, consulté le 15 septembre 2010
  32. a et b Yamamoto titulaire en Grande-bretagne à la place de Bruno Senna sur hispaniaf1team.com, consulté le 9 juillet 2010
  33. a, b et c Christian Klien remplace Sakon Yamamoto à Singapour, sur hispaniaf1team.com, consulté le 24 septembre 2010
  34. a et b Mercedes titularise Michael Schumacher, sur brawngp.com, consulté le 23 décembre 2009
  35. a et b Mercedes titularise Michael Schumacher, sur mercedes-benz.com, consulté le 23 décembre 2009
  36. a et b Pedro de la Rosa titulaire chez Sauber, sur bmw-sauber-f1-team.ch, consulté le 19 janvier 2010
  37. a et b Yamamoto titulaire en Allemagne à la place de Karun Chandhok sur hispaniaf1team.com, consulté le 24 juillet 2010
  38. Yamamoto titulaire en Hongrie à la place de Karun Chandhok sur hispaniaf1team.com, consulté le 28 juillet 2010
  39. a et b (en) Heidfeld remplace de la Rosa à partir du GP de Singapour, sur sauber-motorsport.com, consulté le 15 septembre 2010
  40. Mercedes devient majoritaire, sur lequipe.fr
  41. Bridgestone quitte la Formule 1 à l'issue de la saison, sur f1-live.com
  42. ING direct laisse tomber Renault F1 sur www.go-f1.com, 16 février 2009. Consulté le 13 février 2011
  43. la nouvelle écurie Mercedes baptisée Mercedes GP Petronas, sur brawngp.com, consulté le décembre 2009
  44. Petronas devient sponsor-titre de Mercedes Grand prix, sur mercedes-benz.com, consulté le 23 décembre 2009
  45. (en) Calendrier officiel du championnat du monde de Formule 1 2010, sur formula1.com, consulté le 23 février 2010
  46. (fr) Le circuit de Bahrein s’allonge - AutoHebdo.fr, 25 janvier 2010
  47. Distance du GP de Barhein, dans Auto hebdo n°1740, février 2010, p88
  48. (en) Le GP de Grande-Bretagne reste à Silverstone, sur formula1.com, consulté le 7 décembre 2009
  49. Nouveau tracé du circuit de Silverstone, dans Auto hebdo n°1740, février 2010, p92
  50. F1 Le règlement 2010, sur autoplus.fr
  51. Règlement sportif de la Formule 1 2010, dans Auto Hebdo n°1740, 17 février 2010, p.18
  52. Règlement sportif de la Formule 1 2010, dans Auto Hebdo n°1740, 17 février 2010, p.25
  53. a, b et c Règlement sportif de la Formule 1 2010, dans L'Automobile magazine HS3001, mars 2010, p.33
  54. a et b Les décisions adoptées lors du Conseil Mondial du 23 juin 2010, sur motorsport.nextgen-auto.com, consulté le 23 juin 2010
  55. Règlement technique de la Formule 1 2010, dans L'Automobile magazine HS3001, mars 2010, p.26
  56. Règlement technique de la Formule 1 2010, dans L'Automobile magazine HS3001, mars 2010, p.27
  57. a, b et c Règlement technique de la Formule 1 2010, dans L'Automobile magazine HS3001, mars 2010, p.33
  58. Règlement technique de la Formule 1 2010, dans L'Automobile magazine HS3001, mars 2010, p.31
  59. Cosworth revient à partir de 2010, sur rmc.fr
  60. Liste des engagés en championnat du monde de Formule 1 2010, sur formula1.com, consulté le 4 mars 2010
  61. La McLaren s'appellera MP4-25, sur formula1.com, consulté le 29 janvier 2010
  62. Gary Paffet, premier pilote au volant de la MP4-25, sur autohebdo.fr], consulté le 25 janvier 2010
  63. (en) Lewis Hamilton en contrat avec McLaren jusqu'en 2012, sur manipef1.com
  64. La nouvelle écurie Mercedes baptisée Mercedes GP Petronas, sur brawngp.com, consulté le décembre 2009
  65. La Mercedes GP s'appellera MGP W01, sur mercedes-gp.com, consulté le 25 janvier 2010
  66. Schumacher aura le n°3, sur espnf1.com, consulté le 20 janvier 2010
  67. (en) La Red Bull se nommera RB6, sur redbullracing.com, consulté le 3 avril 2010
  68. Officiel : Red Bull Racing prolonge avec Renault, sur toilef1.com
  69. Vettel confirmé chez Red Bull, sur formula1.com, consulté le 26 janvier 2010
  70. La Ferrari s'appellera F10, sur formula1.com, consulté le 28 janvier 2010
  71. Alonso signe chez Ferrari, sur f1-live.com, consulté le 30/09/2009
  72. La Williams s'appelle FW32, sur williamsf1.com, consulté le 3 février 2010
  73. La FW32 motorisée par Cosworth, sur formula1.com, consulté le 3 février 2010
  74. La monoplace Renault est baptisée R30, sur renaultf1.com, consulté le 3 avril 2010
  75. Robert Kubica titularisé par Renault, sur formula1.com, consulté le 31 janvier 2010
  76. (en) La Force India baptisée VJM 03, sur forceindiaf1.com, consulté le 3 avril 2010
  77. (en) Force India poursuit avec Mercedes, sur autosport.com
  78. Adrian Sutil titularisé chez Force India, sur forceindiaf1.com, consulté le 29 janvier 2010
  79. Vitantonio Liuzzi titularisé chez Force India, sur forceindiaf1.com, consulté le 29 janvier 2010
  80. La Toro Rosso s'appellera STR5, sur formula1.com, consulté le 29 janvier 2010
  81. Jaime Alguersuari titulaire chez Toro Rosso, sur scuderiatororosso.com, consulté le 22 janvier 2010
  82. L'écurie malaise Lotus F1 Racing s'engage sous le nom 1Malaysia Racing Team Sdn Bhd, sur lotusf1racing.my, consulté le 6 décembre 2010
  83. La Lotus s'appellera T127, sur lotusracing.my, consulté le 12 février 2010
  84. La HTR s'appellera F110, sur hispaniaf1team.com, consulté le 16 mars 2010
  85. La monoplace Campos motorisée par Cosworth, sur formula1.com, consulté le 3 février 2010
  86. Karun Chandhok titularisé par Hispania Racing Team F1, sur formula1.com, consulté le 4 mars 2010
  87. Sakon Yamamoto pilote de réserve chez HRT, sur hispaniaf1team.com, consulté le 17 avril 2010
  88. Klien, pilote de réserve chez HRT, sur hispaniaf1team.com, consulté le 5 mai 2010
  89. Yamamoto titulaire en Grande-Bretagne à la place de Bruno Senna sur hispaniaf1team.com, consulté le 9 juillet 2010
  90. Sauber officiellement inscrit au championnat 2010, sur fia.com, consulté le 23 décembre 2009
  91. Peter Sauber dévoile la C29, sur formula1.com, consulté le 23 décembre 2009
  92. La Virgin s'appellera VR-01, sur virginracing.com, consulté le 3 février 2010
  93. La VR-01 motorisée par Cosworth, sur formula1.com, consulté le 3 février 2010
  94. Glock titulaire chez Virgin Racing, sur virginracing.com, 15 décembre 2009
  95. di Grassi titulaire chez Virgin Racing, sur virginracing.com, 15 décembre 2009
  96. Benoît Fraikin, « Gentlemen stop your engine ! » sur f1chronicles.blogspot.com. Mis en ligne le 15 novembre 2010
  97. Calendrier de la saison 2010, sur formula1.com, consulté le 19 février 2010

  Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :

   
               

 

Toutes les traductions de Championnat_du_monde_de_Formule_1_2010


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

5760 visiteurs en ligne

calculé en 0,109s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼