» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - Observatoire européen austral

voir la définition de Wikipedia

   Publicité ▼

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

Wikipedia

Observatoire européen austral

                   
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ESO.
Observatoire européen austral
ESO member states.svg
Pays membres de l'ESO.
Création 1962
Type Organisation intergouvernementale
Siège Garching bei München, Bavière
Drapeau d'Allemagne Allemagne
Coordonnées 48° 15′ 36″ N 11° 40′ 16″ E / 48.26, 11.67111148° 15′ 36″ N 11° 40′ 16″ E / 48.26, 11.671111  
Membre(s) 15 États
Effectifs 730
Directeur général Drapeau des Pays-Bas Tim de Zeeuw
Site web http://www.eso.org/

Géolocalisation sur la carte : Bavière

(Voir situation sur carte : Bavière)
Observatoire européen austral

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Observatoire européen austral

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Observatoire européen austral

L'Observatoire européen austral (en anglais, European Southern Observatory : ESO) est une organisation européenne fondée en 1962 par un groupe de cinq pays, afin de créer un observatoire astronomique dans l'hémisphère austral.

L'ESO est l'acteur principal de l'astronomie observationnelle européenne et possède, avec des télescopes allant de 2,2 à 8,20 mètres de diamètre, un parc d'une vingtaine d'instruments, dont 15 à Paranal, permettant des observations en imagerie, photométrie, spectroscopie, interférométrie dans à peu près toutes les longueurs d'onde allant du proche ultraviolet, à l'infrarouge thermique (vers 20 microns). L'organisation possède également un système complet d'archivage des données, en partenariat avec l'agence de coordination entre l'Europe et le télescope spatial Hubble.

Son siège se trouve à Garching bei München près de Munich en Allemagne et dispose de bureaux au Chili à Vitacura dans la capitale Santiago du Chili. En 2011, l'organisation compte 15 États membres et trois sites d'observations, tous au Chili : l'Observatoire de La Silla, l'Observatoire du Cerro Paranal, où se trouve le Very Large Telescope, et l'Observatoire du Llano de Chajnantor.

Sommaire

  Histoire

L'idée d'un observatoire européen est l'initiative de Jan Oort et Walter Baade, peut-être dès 1952[1]. Mais l'idée prend vraiment forme lors d'une conférence sur la « Coordination de la recherche galactique » qui se tient à Groningue aux Pays-Bas en juin 1953, où est réuni la plupart des grands astronomes européens. Durant cette conférence une excursion en bateau est organisée sur l'IJsselmeer et c'est là qu'est discuté plus en profondeur l'établissement de cet observatoire astronomique. L'idée est décrite en détail par Adriaan Blaauw. Jan Oort reste très impliqué durant toutes les années précédents la création de l'ESO, notamment en étant président du comité de lobbying auprès des instances politiques[2].

Dès lors, six pays européens sont impliqués (Drapeau d'Allemagne Allemagne, Drapeau de Belgique Belgique, Drapeau de France France, Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni et la Drapeau de Suède Suède[3]) et une déclaration est établie le 26 janvier 1954. Mais il faut attendre le 5 octobre 1962 pour que les cinq pays fondateurs[note 1] signent la déclaration de l'ESO qui marque la création de l'institution européenne[4].

Le premier site d'observation de l'ESO est officiellement choisi le 15 novembre 1963 au Chili et l'emplacement où est établi l'observatoire de La Silla est acquis en octobre 1964[4].

  Sites d'observation

  La Silla

  Vue générale de La Silla depuis la route qui mène à l'Observatoire de Las Campanas
Article détaillé : Observatoire de La Silla.

Historiquement, le premier observatoire de l'ESO est de celui de La Silla, à 600 kilomètres au nord de Santiago du Chili, près de la ville de La Serena. Sur le site de La Silla, il existe en 2010 de nombreux télescopes « nationaux ». L'ESO opère les 3 plus grands télescopes restants :

  Paranal

  Le camp de base Paranal avec en haut à gauche le plateau du mont Paranal où est installé le VLT
Article détaillé : Observatoire du Cerro Paranal.

Le Very Large Telescope (VLT) est un ensemble de télescopes situés également au Chili, dans le désert d'Atacama, à 2 600 m d'altitude, sur le Cerro Paranal, dans une zone qui est la plus sèche de cette région. Le VLT est composé de quatre télescopes principaux de 8,2 mètres de diamètre : Antu, Kueyen, Melipal et Yepun. Il est avec les télescopes Keck sur le Mauna Kea à Hawaii une des installations astronomiques terrestres les plus puissantes. Et cela notamment grâce à la technologie de l'optique adaptative, qui consiste à corriger les défauts atmosphériques en déformant légèrement les miroirs. Le parc instrumental du VLT (et des télescopes de l'ESO en général) est en revanche sans égal.

Au choix, trois des quatre télescopes peuvent par ailleurs être couplés grâce à l'interférométrie optique, (VLTI) ce qui permet d'améliorer le pouvoir de résolution. Cette technique est également utilisée par les 3 télescopes auxiliaires de 2 mètres de diamètre, installés sur la plateforme du VLT, et pouvant se déplacer en plusieurs endroits.

  Llano de Chajnantor

L'Observatoire du Llano de Chajnantor est le dernier site installé au Chili par l'ESO. Il est dédié à la radioastronomie. On y trouve les projets Atacama Pathfinder EXperiment (APEX) ainsi que le Atacama Large Millimeter Array (ALMA), qui est en construction.

  European Extremely Large Telescope (E-ELT)

Article détaillé : European Extremely Large Telescope.

L'ESO pilote un projet de télescope géant. Au départ, devant faire 100 mètres de diamètre, il fera 42 mètres et aura un miroir primaire segmenté (comme les télescopes Keck), puisqu'on ne sait pas faire des miroirs d'une pièce de plus de 8-9 mètres, ce qui serait la taille du miroir secondaire pour un tel télescope. Il sera situé sur le Cerro Armazones, à 20 kilomètres du Cerro Paranal.

  États membres

Au 1er septembre 2011, depuis la ratification par le parlement brésilien de l'accord du 29 décembre 2010 où le Brésil devient le premier pays non-européen[5], l'ESO compte quinze États membres :

Pays Statut
en 2008
Depuis Commentaire
Drapeau d'Allemagne Allemagne membre 1962 Fondateur
Drapeau d'Autriche Autriche membre 1er juillet 2008 14e pays membre[6]
Drapeau de Belgique Belgique membre 1962 Fondateur
Drapeau : Brésil Brésil membre 1er juillet 2010 15e pays membre[7]
Drapeau du Danemark Danemark membre 1967 6e pays membre
Drapeau d'Espagne Espagne membre 1er juillet 2006 12e pays membre
Drapeau de Finlande Finlande membre 1er juillet 2004 11e pays membre
Drapeau de France France membre 1962 Fondateur
Drapeau d'Italie Italie membre 24 mai 1982 8e pays membre
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas membre 1962 Fondateur
Drapeau du Portugal Portugal membre 27 juin 2000 Fut pays collaborant de 1990 à son adhésion, 9e pays membre
Drapeau de Suède Suède membre 1962 Fondateur
Drapeau de Suisse Suisse membre 1981 7e pays membre
Drapeau de République tchèque République tchèque membre 1er janvier 2007 13e pays membre
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni membre 8 juillet 2002 10e pays membre

  Administration

  Liste des directeurs généraux

  Notes et références

  Notes

  1. Les six pays précédemment cités à l'exception du Royaume-Uni qui rejoint l'ESO en 2002.

  Références

  1. (en) D.E. Osterbrock, « Walter Baade and the Southern Hemisphere ». Consulté le 20 mars 2009
  2. (en) J. Katgert-Merkelijn, « Jan Oort ». Consulté le 20 mars 2009
  3. (fr) Fehrenbach, C. et Duflot, M., « Le ciel austral - L'observatoire européen austral ». Consulté le 20 mars 2009
  4. a et b (en) ESO Timeline, Observatoire européen austral. Consulté le 20 mars 2009
  5. Brazil to Join the European Southern Observatory
  6. L'Autriche devient le 14e membre de l'ESO
  7. Brazil to Join the European Southern Observatory

  Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

  Articles connexes

  Liens externes

   
               

 

Toutes les traductions de Observatoire européen austral


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

4433 visiteurs en ligne

calculé en 0,078s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼