» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - bruit

bruit (n.m.)

1.ce qui est perçu par l'ouïe, vibration sonore non harmonique.

2.nouvelle qui se répand dans le public, rumeur.

3.échos radar non voulus qui résultent d'interférences (ex. le fond sonore de l'Univers fut d'abord considéré comme du bruit causé par une défaillance de l'appareillage d'observation radio).

4.sensation auditive provoquée par des vibrations de l'air.

5.À utiliser pour la nuisance acoustique d'une source identifiée, tel qu'un véhicule, une machine, une discothèque, une autoroute ou un aéroport.

Bruit (n.)

1.(Cismef)Son produit par la superposition de vibrations diverses et discordantes.

bruit (n.)

1.bruits secs produits par de petits objets qui s'entrechoquent.

bruire (v. intr.)

1.émettre du bruit ; causer du bruit.

bruire (v. intr. défectif)

1.produire un son confus.

bruit

1.À utiliser pour la nuisance acoustique d'une source identifiée, tel qu'un véhicule, une machine, une discothèque, une autoroute ou un aéroport.

bruit ADBS

1.Ensemble de documents non pertinents trouvés en réponse à une question, lors d'une recherche d'information.

   Publicité ▼

définition (complément)

voir la définition de bruit dans le Littré

voir la définition de Wikipedia

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

synonymes - bruit

bruir (v.)

imbiber

bruit (n.)

cliquetis, fracas

bruit (n.m.)

agitation, anecdote, babil, bagarre, barnum, barouf, bastringue, battage, battement, battue, bavardage, bazar, bobard, boniment, borborygme, bordel, boucan, boulevari, bourdonnement, bousin, brondissement, brouhaha, brouillage, bruissement, bruitage, bruyance, cacophonie, canard, cancan, cassement, chahut, chamaille, chambard, chanson, chant, charivari, chronique, chuchotement, chuintement, clameur, clapotage, clapotis, clappement, claquement, cliquetis, commérage, commérages, conte, cornage, coup, craquement, craquètement, crépitation, crépitement, cri, crissement, décibel, déclic, décrépitation, déflagration, détonation, dire, écho, écho parasite, éclat, éclatement, esclandre, explosion, fable, fanfare, faux écho, flatuosité, foin, fracas, froissement, frôlement, frou-frou, gargouillement, gargouillis, gazouillement, grabuge, grésillement, grincement, grondement, histoire, hoquet, hourvari, huée, hurlement, hydatisme, impact, jacasserie, mugissement, murmure, musique, nouvelle, on-dit, ouï-dire, parasites, pet, pétarade, pétard, pétillement, potin, potins, propos, publicité, qu'en-dira-t-on, racontar, raffut, ragots, râle, râlement, ramdam, remue-ménage, renommée, retentissement, rire, ronflement, ronron, ronronnement, rot, roulement, rumeur, scandale, sifflage, sifflement, son, sonnerie, souffle, soupir, stridulation, tapage, tapement, tintamarre, tintement, tintouin, tohu-bohu, tollé, ton, toux, trouble, tumulte, turbulence, vacarme, vent, voix, vrombissement

   Publicité ▼

voir aussi

bruir (v.)

bruissage

bruit (n.)

clinquer, cliqueter

bruit (n.m.)

acoustique, bruire, bruisser, sonore silence

bruire (v. intr. défectif)

bruissement, bruyant, vociférant, vociférateur bruit

locutions

-(bruit de) pas • (se) casser net avec un bruit sec • Acouphène dû au bruit • Bruit au travail • Bruit cardiaque • Bruit des transports • Bruit en milieu professionnel • Bruit professionnel • Perte auditive due au bruit • Perte d'audition due au bruit • Surdité due au bruit • absence du bruit • bruit blanc • bruit cardiaque SAI • bruit de bottes • bruit de fond • bruit de l'eau qui tombe goutte à goutte • bruit de pas • bruit de succion • bruit de surface • bruit qui court • bruit radioélectrique • bruit sec • bruit sourd • bruit sourd et lourd • bruit éclatant • casser net (avec un bruit sec) • conséquences du bruit sur l'oreille interne • exposition au bruit • exposition au bruit | autres lieux précisés • exposition au bruit | domicile • exposition au bruit | exploitation agricole • exposition au bruit | lieu de sport et d'athlétisme • exposition au bruit | lieu, sans précision • exposition au bruit | local industriel et chantier de construction • exposition au bruit | rue ou route • exposition au bruit | zone de commerce et de service • exposition au bruit | école, autre institution et lieu d'administration publique • exposition au bruit | établissement collectif • faire courir le bruit • faire du bruit • faire du bruit en mangeant • faire grand bruit • faire un bruit • faire un bruit de tous les diables • faire un bruit métallique • faire un bruit sourd • galop (rythme ou bruit de) • grand bruit • gêne par le bruit • le bruit court que • manger en faisant du bruit • mener grand bruit • moulin (bruit de) • ne pas faire de bruit • perte auditive due au bruit • produire un bruit • protection contre le bruit • rapport signal sur bruit • retentir (avec un bruit de ferraille) • retentir avec un bruit de ferraille • réducteur de bruit • sans bruit • se glisser (sans bruit) • se glisser sans bruit • spectre d'un bruit • émettre un bruit • étouffer le bruit

-Amplificateur faible bruit • Annulation de bruit • Beaucoup de bruit pour rien • Beaucoup de bruit pour rien (film) • Bruit (acoustique) • Bruit (homonymie) • Bruit (optique) • Bruit (électronique) • Bruit blanc • Bruit chronométrique • Bruit cosmique • Bruit d'avalanche • Bruit de Perlin • Bruit de fond • Bruit de grenaille • Bruit de mesure • Bruit de scintillation • Bruit en créneaux • Bruit et silence • Bruit industriel • Bruit noir • Bruit rose • Bruit thermique • Cartographie du bruit • Cela va faire du bruit dans Landerneau • Comparaison du volume de sources courantes de bruit • Conseil national du bruit • Contrôle actif du bruit • Dans la vapeur et le bruit • De bruit et de fureur • Densité spectrale de bruit • Facteur de bruit • Laboratoire souterrain à bas bruit de Rustrel - Pays d’Apt • Le Bruit des gens autour • Le Bruit et l'Odeur (album) • Le Bruit et la Fureur • Le Bruit et la Fureur (film) • Le Bruit et la Fureur (homonymie) • Le Bruit et la fureur (homonymie) • Le Bruit marron • Le bruit de ma vie - Live 1.0 • Le bruit et l'odeur • Le bruit et l'odeur (discours de Jacques Chirac) • Mesure de bruit • Mur anti-bruit • Plan d'exposition au bruit • Porte de bruit • Qui-vient-du-bruit • Rapport signal sur bruit • Sans un bruit • Surdité bruit (maladie professionnelle) • Un bruit qui court • Un bruit qui rend fou • Unités de bruit médiatique

dictionnaire analogique

bruir (v. tr.) [textile] [V+comp]







bruit (n. m.) [technique]








 

produire un son[Classe]

bruit[ClasseHyper.]

ce qui nuit[ClasseParExt...]

bruit[Thème]

faiblesse[Thème]

peu, petite quantité[Caract.]

bruit, son[Hyper.]

bruyant - tumultueux[Dérivé]

bruit[Dérivé]

bruire (v. intr. défect.) [Il+V]



Le Littré (1880)

BRUIR (v. a.)[bru-ir]

Terme de métier. Imbiber une étoffe de vapeur pour l'amollir.

ÉTYMOLOGIE

Comparez l'étymologie qu'on propose pour brouée.

BRUIT (s. m.)[brui ; le t se lie : un brui-t injurieux ; au pluriel l's se lie : des brui-z injurieux]

1. Mélange confus de sons.

Les taureaux furieux n'auraient pas fait un bruit aussi affreux (FÉN. Tél. XV)

Cette vieille fit du bruit à une porte (FÉN. Tél. VIII)

Ils me font un bruit enragé (SÉV. 420)

Les dieux mêmes, les dieux de l'Olympe habitants, Qui d'un bruit si terrible épouvantent les crimes (RAC. Phèd. IV, 6)

Sa voix tumultueuse [du peuple] assez souvent fait bruit (CORN. Hor. V, 3)

Mes soeurs, j'entends du bruit dans la chambre prochaine (RAC. Esther, II, 9)

Le Rhin, tranquille et fier du progrès de ses eaux, Appuyé d'une main sur son urne penchante, Dormait au bruit flatteur de son onde naissante (BOILEAU Ép. IV)

Il mesure au bruit des combats Tout le bruit de sa renommée (BÉRANG. Bonheur.)

L'opéra toujours Fait bruit et merveilles (BÉRANG. Musique.)

Que le séjour de l'homme est divin, quand la nuit De la vie orageuse étouffe ainsi le bruit ! (LAMART. Harm. II, 4)

Familièrement. Faire plus de bruit que de besogne, parler plus qu'on n'agit.

Bruit de mer, nom donné au bruissement que l'on perçoit en appliquant une coquille univalve contre l'oreille.

2. Dires, nouvelles qui circulent dans le public. Bruits de bourse. Il y a des bruits de guerre. Il n'est bruit que de cela.

J'ai fait semer ce bruit (CORN. Hér. II, 6)

Un faux bruit s'y coula touchant la mort du roi (CORN. Rod. I, 1)

Crains-tu si peu le blâme et si peu les faux bruits ? (CORN. Cid, III, 4)

C'est une chose étrange que les mauvais bruits qui courent de lui (SÉV. 414)

Le bruit court que je vais en Provence (SÉV. 219)

Un bruit qui courait d'elle en toutes ces provinces (LA FONT. Fianc.)

J'ai rencontré un orfévre qui, sur le bruit que vous cherchiez quelque beau diamant en bague.... (MOL. Mar. forcé, 5)

Ou qu'on tâche à semer de méchants bruits de vous (MOL. Mis. I, 1)

Mille bruits en courent à ma honte (RAC. Brit. IV, 2)

Croyez-moi, hâtons-nous d'en prévenir le bruit (RAC. Baj. I, 2)

Un bruit assez étrange est venu jusqu'à moi, Seigneur, je l'ai jugé trop peu digne de foi.... (RAC. Iph. IV, 6)

Au bruit que l'on menait Bélisaire au supplice.... (ROTR. Bélis. V, 7)

Au moindre bruit qui court qu'un auteur les menace (BOILEAU Disc. au roi.)

Je fus soudain frappé du bruit de son trépas (RAC. Mithr. I, 1)

Déjà de ma faveur on adore le bruit (RAC. Brit. V, 3)

Au bruit de sa marche (VERTOT Révol. rom. liv. XIV, p. 295)

Le commun bruit, la voix publique.

Contraire en jugement au commun bruit de tous (RÉGNIER Sat. II)

En jurisprudence, bruit public, commune renommée, qui peut tenir lieu de preuve.

3. L'éclat que fait une chose dans le monde.

Tout autre que moi Au seul bruit de ton nom pourrait trembler d'effroi (CORN. Cid, II, 2)

Votre sévérité, sans produire aucun fruit, Seigneur, jusqu'à présent a fait beaucoup de bruit (CORN. Cinna, IV, 4)

Et je vous demandais quel bruit fait par la ville De Pompée et de moi l'entretien inutile (CORN. Sertor. IV, 3)

Et de votre grand nom diminuer le bruit (RAC. Mithr. III, 1)

Ils ont à soutenir le bruit de leurs exploits (RAC. Baj. I, 1)

Surtout ne craignez point qu'une aveugle douleur Remplisse l'univers du bruit de mon malheur (RAC. Bérén. I, 4)

....Le bruit de sa fierté (RAC. Phèd. II, 1)

La beauté de Mlle Stwart commençait à faire bruit (HAMILT. Gramm. 6)

Il n'était bruit que des charmes de Mlle Jennings (HAMILT. ib. 9)

Cette nouvelle ne fait aucun bruit à Versailles (SÉV. 335)

Ce livre fait un grand bruit (SÉV. 480)

Leur conversation a fait du bruit (SÉV. 430)

Il remplit l'univers du bruit de sa sainteté (BOSSUET Hist. I, 11)

Il fait du bruit dans le monde (BOSSUET 1, Prof. 1)

Les sociniens font peu de bruit dans le monde (BOSSUET Avert. 6)

Ceci se passa avec peu de bruit sous son pontificat (PASC. Prov. 17)

Cette opinion des jansénistes qui fait tant de bruit (PASC. Prov. 1)

L'habit est propre et riche, il fera du bruit ici (MOL. M. de Pourc. I, 5)

Votre esprit fait du bruit (MOL. Fâch. II, 4)

Les peuples tremblaient au seul bruit de mon nom (FÉN. Tél. VIII)

La gloire des armes est un vain bruit (MASS. Conty.)

Remplir tout l'univers du bruit de son nom (MASS. Car. Resp. humain.)

Vous prévoyez que cela fera du bruit, et moi, je vous réponds qu'il y a des conjonctures où le bruit est nécessaire (BOURD. Pensées, t. II, p. 475)

C'est peu d'expérience à conduire sa vie, De mesurer son aise au compas de l'envie, Et perdre ce que l'âge a de fleur et de fruit, Pour éviter un bruit (MALH. V, 5)

....vous le savez si c'est depuis un jour Que l'histoire fait bruit du nom de Fatencour (HAUTEROCHE Nobles de province, I, 1)

Force gens font du bruit en France ; Un équipage cavalier Fait les trois quarts de leur vaillance (LA FONT. Fabl. V, 21)

Faire grand bruit de quelque chose, y attacher de l'importance, s'en prévaloir.

Nos catholiques font grand bruit de l'autorité de l'Église (J. J. ROUSS. Ém. IV)

Il a fait un grand bruit de l'amitié qu'il a pour moi (SÉV. 238)

Ces vertus dont vous faites tant de bruit (SÉV. 605)

La matière qui y est décidée, n'étant qu'un simple point de fait, est bien loin de mériter tout le bruit qu'on en veut faire (PASC. Prov. 19)

Voici une comédie dont on a fait beaucoup de bruit (MOL. Préf. du Tart.)

On se résout à le laisser périr sans en faire bruit (BOSSUET Amb. 5)

Le bruit, le tumulte du monde. Se retirer, vivre loin du bruit.

4. Réputation.

Le fameux Amphion, quelque bruit qu'il ait eu, N'a point fait de merveille.... (MALH. I, 12)

[Ils] ont acquis dans la scène un légitime bruit (ROTR. St Genest, I, 7)

C'est un petit garçon qui a bien le meilleur bruit qu'on peut imaginer (SÉV. 225)

Si je n'ai pas bon bruit, c'est à grand tort (LA FONT. Contes, 66)

Hé ! là, là, Madame la Nuit, Un peu doucement je vous prie ; Vous avez dans le monde un bruit De n'être pas si renchérie (MOL. Amph. prol.)

Pour vous donner bruit de connaissance (MOL. les Préc. 10)

Des ministres aussi désintéressés que celui-là [Temple] sont bien rares ; les nôtres n'en avaient pas le bruit [d'être désintéressés] (SAINT-SIMON 65, 82)

Les uns mentent pour abuser, les autres veulent acquérir bruit de sincérité (P. L. COUR. II, 187)

Gardez-moi un profond secret ; il ne faut pas que mon nom paraisse ; je n'ai pas bon bruit (VOLT. Lettr. Vernes, 2 janv. 1763)

5. Tumulte, mouvement séditieux. On craint pour ce soir du bruit dans la ville.

6. Querelle, éclat.

Je ferai beau bruit (MOL. le Dép. V, 9)

Je serais d'avis que vous ne fissiez point de bruit (MOL. Fourb. I, 6)

Là-dessus nous n'aurons point de bruit (MOL. Éc. des femmes, I, 1)

Mon Dieu, vous en parlez, mon frère, bien à l'aise, Et vous ne savez pas comme le bruit me pèse (MOL. F. sav. II, 9)

Je fais un grand bruit pour retrouver ce paquet (SÉV. 21)

L'époux monte et fait bruit (LA FONT. Fais.)

Vous êtes bien ridicules de faire du bruit pour les propositions (PASC. Prov. 7)

La belle raison de quitter sa femme et de faire un si grand bruit ! (LA FONT. Psyché, II, p. 140)

7. À grand bruit, locut. adv. D'une manière bruyante.

Les cloches argentines Appelaient à grand bruit les chantres à matines (BOILEAU Lutr. IV)

Fig. Avec ostentation, avec faste.

Là le chantre à grand bruit arrive et se fait place (BOILEAU Lutr. V)

Chasser à grand bruit, chasser à cor et à cri avec une meute et des piqueurs.

8. À petit bruit, loc. adv. Sans éclat.

Je me divertirai à petit bruit (MOL. D. Juan, V, 2)

On le garde à petit bruit (SÉV. 211)

Trop heureux de se sauver de la solitude à petit bruit (FLÉCH. II, 58)

Il appelle les mages en secret et à petit bruit (FLÉCH. Serm. I, 225)

9. Sans bruit, loc. adv. Tout doucement, sans qu'on soit entendu ; et figurément, tranquillement. On le fit entrer sans bruit.

Trois quidams bonnes gens et sans bruit.... (LA FONT. Orais.)

Et forcez-la sans bruit d'honorer d'autres lieux.... (CORN. Sert. II, 4)

PROVERBES

Cet homme n'aime pas le bruit s'il ne le fait, se dit de quelqu'un qui prend des libertés et qui n'en veut pas permettre aux autres.

Cet homme est bon cheval de trompette, il ne s'étonne pas du bruit, se dit d'un homme qui ne se déconcerte pas, ne s'effraye pas facilement.

Qui a bruit de se lever matin peut dormir jusqu'au soir, c'est-à-dire celui qui a bonne réputation pourrait en abuser.

L'un a le bruit, l'autre lave la laine, se dit pour exprimer que pour quelque travail l'un a la récompense et l'autre la peine.

HISTORIQUE

XIIe s.Grans fu li bruiz de la gent paganie (Ronc. p. 54)

XIIIe s.Grant paour [ele] ot du vent qui menoit trop grant bruit (Berte, XXXVI)Un si fier bruit est en la court, Et si grant foule et si grant presse (Rom. de Robert le diable)

XVe s.Et pour ce que j'oe moult de painne De moi relever à mie-nuit, Ou temps que les cers vont en bruit (FROISS. Le dit dou florin.)Et ils firent tous le mieulx qu'ils peurent ; mais ils n'en emporterent gueres de bruit (J. DE TROYES Chron. 1418)Et ont esté ceulx qui ont donné le bruyt [renom] à ceux qui sont venus depuis [les premiers Suisses venus en France] (COMM. I, 6)

XVIe s.Il emportoit le bruit par-dessus ses compagnons (MARG. Nouv. X.)Il avoit eu le bruit d'estre plutost hardi et gentil compagnon que bon chrestien (MARG. ib. XIII)Cachez-vous en mon cabinet, et ne faites un seul bruit [le moindre bruit] (MARG. ib. XXXVI)Elle connoissoit le contraire du faux bruit que l'on donnoit aux François, car ils estoient plus sages.... (MARG. ib. XIV)Il avoit acquis un bon bruit pendant sa vie (DESPER. Contes, CXXVI)Il avoit le bruit d'avoir esté engendré par Neptune (AMYOT Thés. 46)Cestuy Thalès avoit bruit d'estre poëte lyrique, et prenoit le tiltre de cest art là (AMYOT Lyc. 4)Il courut un bruit sourd qu'ilz avoient occis le roy Romulus (AMYOT Num. 3)Ce qui plus augmenta leur gloire, et leur donna plus de bruit et de reputation, fut le renvoi qu'ilz feirent du tripié (AMYOT Solon, 7)Et de peur que ses freres en montant ne feissent bruit, elle la [l'échelle] couvrit et fourra de laine premier que de la devaller (AMYOT Pélop. 65)Qui a mis Hercules en bruit et renommée sempiternelle ? (RAB. Pant. V, 15)Aussi dit on que la plus mechante roue du chariot est celle qui mene le plus grand bruit (BOUCHET Serées, l. I, p. 439, dans LACURNE SAINTE-PALAYE)

ÉTYMOLOGIE

Wallon brut ; bourguig. bru ; Berry, brut (voy. BRUIRE). On trouve dans le bas-latin brugitus.

BRUIRE (v. n.)[bru-i-r'. Autrefois, dans bruire, brui était monosyllabe comme dans bruit ; aujourd'hui il est dissyllabe]

1. Rendre un son confus. Le vent bruit dans la forêt.

Les serpents à sonnettes bruyaient de toutes parts (CHATEAUBR. Atala, 252)

Mais quoi ! n'entends-je pas, avec de sourds murmures, De ta base à ton front bruire les armures, Colonne.... ? (V. HUGO Odes, III, 7)

2. Faire bruire, faire retentir.

Fig. Faire bruire ses fuseaux, faire grand bruit dans le monde.

Vous voyez depuis un temps que le vin émétique fait bruire ses fuseaux (MOL. Festin, III, 1)

REMARQUE

L'imparfait ancien et grammatical de bruire est je bruyais ; toutefois l'usage commence à en introduire un autre : Les insectes bruissaient sous l'herbe, BERNARDIN DE ST-PIERRE, dans GIRAULTDUVIVIER ; La ville.... Bruissait à ses pieds comme une ruche pleine, LAMARTINE. Ce serait absolument un barbarisme si cet imparfait ne s'appuyait sur son analogie avec bruissement. Pour que bruissement se soit établi, il faut supposer une conjugaison irrégulière et fautive, qui a pris ce verbe comme si, s'écrivant bruir, il se conjuguait sur finir, et d'après laquelle l'imparfait je bruissais s'est formé. C'est de la même façon qu'on a fait un participe bruissant, et un subjonctif que je bruisse. Ce sont des procédés que l'usage tente pour combler les lacunes du verbe bruire devenu à tort défectif.

HISTORIQUE

XIIe s.Bruient li mont, et li val resona (Ronc. p. 85)

XIIIe s.....Et jure entre ses denz Que quiconques il doie nuire, Si fera il ses grenons [mâchoires] bruire Ou de chapons ou de gelines (Ren. 5012)Vers une riviere m'adresce Que j'oï près d'ilecques bruire (la Rose, 105)Car quant el [Peur] ot bruire le vent, Ou ele ot saillir deus langotes [sauterelles], Si l'en prennent fievres et gotes (ib. 3896)La riviere qui bruit (RUTEB. 251)Tiex gens ne vont pas seuls en enfer le puant, Que leurs hoirs et leurs fames vont après eus bruant, Où il ne trouveront qui les aille chuant [choyant], Ains seront tuit ensemble tormenté li truant (J. DE MEUNG Test. 1982)

XVIe s.Et qu'il n'y ait gros canon raccourcy, Qui ceste nuit ne bruye par outrance (MAROT II, 296)Tu dois en los par sus Mercure bruire (MAROT II, 378)Un cler ruisseau bruyant près de l'umbrage (MAROT III, 293)Sans fin bruira le nom et gloire de ce roy nompareil (MAROT IV, 299)Si faut-il toutefois que Bellay s'esvertue, Aussi bien que la mer, de bruire ta vertu (DU BELLAY VI, 43, verso.)Les grosses citez, que font-elles, sinon tirer tous les profits qu'elles peuvent, faire bruire leurs privileges, et jetter sur le pauvre peuple champestre toutes les charges et les miseres ? (LANOUE 13)La jeunesse de la cour bruyoit de ce voyage et s'en rejouissoit (CARL. IV, 10)Dès aujourd'huy je feray bruyre [annoncer] mon partement de ce lieu (CARL. VI, 40)Si commencerent adonc les Romains à faire bruire des bassins et autres vaisseaux de cuivre (AMYOT P. Aem. 29)Il me dist que c'estoient toutes bayes ce qu'on bruyoit par deça de la licorne (PARÉ Mumie, 7)

ÉTYMOLOGIE

Provenç. bruzir, brugir ; anc. catal. brugir ; ital. bruire. Ménage propose, et Diez incline à admettre rugire, rugir, avec l'addition d'un b pour renforcer le mot. Il y a dans le celtique : bas-breton, brûd, bruit ; kymri, broth ; irland. bruidhean, qui sont tentants, mais on ne voit pas comment, de ces mots, le g qui se trouve dans le provençal et le catalan serait venu. Bruire a été actif dans le XVIe siècle.

Wikipedia - voir aussi

Wikipedia

Bruit

                   
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bruit (homonymie).

Le bruit est un son jugé indésirable.

Pour les musiciens du courant classique européen, un bruit est un son qui n'est pas une note de musique, et dont l'usage, dans la musique, est différent de celles-ci.

Sommaire

Usage du mot bruit [modifier]

Étymologie [modifier]

Le mot bruit vient du verbe bruire qui signifie « faire entendre un son, un murmure confus ». Bruire vient du latin « brugitum », participe passé du latin populaire « brugere » qui a pour traduction « il brame ». Dans ce cas, le verbe bramer est le cri du cerf, du chevreuil ou du daim. « Brugere » est l’association du latin classique « rugire » (rugir) et « bragere » (braire).

Usages spécialisés [modifier]

  • En droit : appelé couramment tapage ou nuisance sonore, le bruit fait partie des troubles anormaux du voisinage. Correspond à un désordre accompagné de cris et querelles nuisant à la tranquillité des personnes alentour.
  • En traitement du signal, dans les media électroniques, le bruit est la partie du signal transmis de laquelle on ne peut pas tirer d'information.
Exemple — Téléphone  :

En téléphonie on recherche la transmission de la parole ; les chuintements, sifflements, gazouillements, etc., qui ne sont pas compréhensibles par les deux correspondants sont définis comme du bruit.

Les bruits sont issus de l'appareillage. On cherche à les réduire à un niveau optimal, qui est très bas, mais pas nul (voir résonance stochastique). Un des indices de la qualité de transmission est le rapport signal sur bruit.

  • Certains signaux indésirables peuvent contenir une information.
Exemple — Téléphone  :

Des fragments de mots de conversations par des tiers sont gênants et indésirables sur une ligne même à faible niveau, justement parce qu'ils contiennent de l'information ; ils contribuent au bruit.

Les signaux aléatoires, par définition, ne peuvent contenir aucune information dans aucun code possible (voir Théorie de l'information). Ceux entièrement produits par le hasard dans l'appareillage font partie de cette classe. Ces bruits stochastiques ont une importance théorique. On crée volontairement des signaux de cette sorte, notamment du bruit blanc du bruit rose et d'autres bruits « colorés ».

  « Bruit » graphique
Exemple — Bruit graphique  :

En photographie électronique ou imagerie numérique : on parle de bruit pour des parasites liés à l'imperfection d'un capteur, par analogie avec la transmission de son. La photographie argentique, se référant aux arts graphiques, parle de grain.

  • La médecine possède tout un vocabulaire de bruits à reconnaître dans l'auscultation.
  • Au XIIe siècle, le bruit signifie « renommée » ou « éclat » au sens figuré et « son de voix » au sens propre[1]. Dans un usage ancien, et aujourd'hui en style littéraire, un bruit est une nouvelle ou une rumeur, d'où l'expression un « bruit qui court ». Un bruit de couloir est une rumeur dans une institution.
  • En intelligence économique, on s'intéressera par exemple aux signaux faibles, en éliminant le bruit constitué par toutes les autres informations inutiles.
  • En musique, telle que définie dans le courant classique européen, le bruit est un son complexe produit par des vibrations diverses, souvent amorties et qui ne sont pas des harmoniques[2]. Le bruit s'oppose, dans ce cadre théorique, à la note de musique.

Le bruit d'un point de vue acoustique [modifier]

Différences entre son et bruit [modifier]

Le bruit est un son indésirable.

Le son est une vibration de l'air ou de tout milieu matériel élastique. La sensibilité au son en fait, pour les êtres humains comme pour tous les animaux, un moyen de connaissance de l'environnement et un moyen de communication, par la parole et par la musique. Sauf dans des situations rares comme les expériences de privation sensorielle, les gens considèrent comme indésirables les sons qui s'opposent à ces deux objectifs, et les appellent bruit.

Par métonymie, on décrit un son comme un bruit chaque fois qu'on le ressent comme désagréable, même s'il remplit une fonction de communication.

Bruits  :
  • Une personne écoute de la musique : les cris d'un bébé dans la pièce voisine sont du bruit. Il augmente le niveau de la musique.
  • Les parents de l'enfant sont dans la cuisine : la musique du voisin est un bruit qui les empêche d'entendre la voix de l'enfant dans l'autre pièce et de savoir s'il s'amuse ou s'il pleure.

L'acoustique architecturale, particulièrement l'isolation phonique traitent ce genre de divergence.

  • Les sirènes d'alerte, les avertisseurs de voiture, les signaux sonores en tous genres sont décrits par les gens qui ne sont pas concernés, c'est-à-dire tous ceux qui ont déjà compris le sens de l'avertissement, comme des bruits. Pour l'efficacité de l'alarme, il faut qu'ils le soient.
  • La musique jouée ou reproduite à un niveau suffisamment élevé pour pouvoir engendrer une surdité est, du point de vue de la santé publique, un bruit quelles que soient ses qualités artistiques.

Mesure du bruit [modifier]

  Échelle des niveaux sonores, voir Décibel (bruit)
Articles détaillés : Décibel (bruit) et Sonomètre.

L'acoustique environnementale se préoccupe de réduire les nuisances sonores. Pour commencer, elle doit les mesurer. Des instruments appelés sonomètres mesurent la pression acoustique, lui appliquent un certain nombre de traitements pour que cette mesure reflète approximativement la perception sonore, et donne un résultat généralement exprimé en décibels.

La sensation de volume sonore s'appelle la sonie. Sa relation à la pression acoustique est complexe ; si à faible niveaux, les humains sont moins sensibles aux sons graves, cette différence s'atténue aux niveaux plus élevés ; le seuil de la douleur est atteint plus rapidement pour ces fréquences[3]. La sonie dépend aussi de la durée des sons, et de leur composition ; on ne ressent pas également les sons composés d'une seule note et ceux composés de plusieurs ou sans note définie. Il en est résulté un assez grand nombre de systèmes de traitement de la pression acoustique pour aboutir à une évaluation de la sonie. Il en résulte que

  1. tous les systèmes donnent un niveau numérique (souvent en décibels, abréviation dB, suivi d'un suffixe) ;
  2. le niveau zéro correspond à inaudible ;
  3. le niveau augmente avec la sonie ;
  4. pour permettre de régler les litiges sur une base commune, les lois et réglements, dans de nombreux pays, prévoient la mesure des niveaux sonores par des experts agréés, avec des instruments agréés, et exprimés en décibels pondération A (abrégé  dB A).

Lorsqu'on mesure le bruit émis par un objet, quel qu'il soit, le niveau sonore obtenu dépend avant tout de la distance. C'est ainsi qu'en rapprochant son oreille d'une montre mécanique, on entend son tic-tac, qui serait complètement imperceptible autrement. Il faut donc, dès qu'il s'agit d'un objet en particulier, préciser à quelle distance s'effectue la mesure. De même, le niveau sonore n'est pas en général égal dans toutes les parties d'un lieu particulier. Plusieurs mesures à des points bien précisés sont nécessaires pour caractériser un lieu.

Exploitation des mesures [modifier]

L'exploitation des mesures acoustiques permet de représenter les niveaux sous forme de cartographie de bruit[4].

Le bruit comme nuisance [modifier]

Bien que l'absence totale de bruit soit déplaisante et nocive (privation sensorielle), c'est l'excès de bruit, beaucoup plus fréquent, qui préoccupe en général.

Des effets néfastes sur la santé [modifier]

On considère que l'ouïe est en danger à partir d'une exposition de 8 heures à un niveau sonore de 80 dB qui est le seuil d'alerte défini par la réglementation française. Si le niveau est supérieur l'exposition doit être moins longue. au dessus de 130 dB, toute exposition même très courte est dangereuse.

Selon l'INRS[5] : Les niveaux sonores inférieurs à 80 dB, avec une exposition prolongée,peuvent provoquer fatigue, stress, anxiété, troubles de l'attention du sommeil, cardiovasculaires, hypertension, fatigue auditive qui se manifeste par des bourdonnements ou des sifflements (acouphènes), perturber la communication, la concentration, détourner l'attention ... et conduire à des accidents du travail. Au dessus de 80 dB, le bruit peut provoquer des sifflements d'oreille et une baisse temporaire de l'audition toutefois réversible en quelques jours ou semaines à condition de ne pas être de nouveau exposé durant cette période. À partir de 140 dB, un bruit soudain peut entraîner une surdité brutale totale ou partielle, réversible ou non. Si le brut fut longtemps la deuxième cause de maladie professionnelle, ce n'est plus le cas depuis quelques années : en 2011 la CNAMTS a reconnu et indemnisé 973 victimes professionnelles du bruit[6], 925 en 2010, 1048 en 2009, 1076 en 2008 et 1214 en 2007.

Produits chimiques et surdité : si le bruit est le facteur professionnel le plus nocif pour l’audition, certaines substances chimiques (comme les solvants aromatiques, le monoxyde de carbone…) ou encore certains médicaments (comme les antibiotiques, les diurétiques…) peuvent également provoquer des surdités. Ils pourraient même rendre l’oreille plus vulnérable aux agressions sonores. Grossesse et bruit : si le bruit peut provoquer des surdités chez les travailleuses enceintes, il pourrait représenter également un danger pour les fœtus. En effet, au cours des 3 derniers mois de grossesse, l’oreille interne du fœtus est particulièrement sensible. Les bruits riches en basses fréquences (inférieures à 250 Hz) traversent facilement les barrières naturelles qui protègent le fœtus (parois abdominales et utérines, placenta et liquide amniotique) et sont donc potentiellement dangereux pour l’audition des enfants à naître.

Selon l'IFEN[7], le bruit est la deuxième cause de pathologies professionnelles (9,4 %). Ces chiffres sont probablement très inférieurs à la réalité, car les examens auditifs sont rares, et les salariés ignorent souvent leur mal, ou le dissimulent[8]. Ces effets néfastes incluent l'exposition volontaire à des niveaux sonores élevés, notamment à de la musique ; les jeunes sont ainsi très exposés : en 1992, une étude[7] a montré que 22 % des élèves en terminale souffraient de troubles auditifs, et que leur nombre a doublé en dix ans. aAu-delà des effets sur l'audition, le bruit a des effets sur l'équilibre psychologique. La permanence de sons indésirables, même à un niveau sans danger pour l'audition, augmente le stress, qui à son tour entraine des troubles digestifs et des troubles du sommeil, augmente les risques cardio-vasculaires et fait baisser la concentration. Le bruit, ainsi défini, est une cause d'anxiété, de dépression, d'irritabilité voire d'agressivité[9]. Selon une enquête de l'INSEE publiée en octobre 2002, 54 % des Français se déclarent gênés par le bruit lorsqu'ils sont chez eux (28 % souvent, 26 % de temps en temps)[10]

Des mesures prises pour les travailleurs [modifier]

L'endroit où les personnes sont le plus exposées au bruit est leur lieu de travail. Depuis 1963, le bruit fait l'objet d'un tableau de maladie professionnelle (tableau 42 pour le régime général et 46 pour le régime agricole). De ce fait, il est concerné par la réglementation du Code du travail sur la prévention des maladies professionnelles (articles L.4121-1 à L4121-5). En 2006 la réglementation a évolué, notamment en abaissant les seuils à partir desquels l'entreprise est dans l'obligation d'engager des actions de prévention. Le code du travail impose à l'employeur de prévenir les risques professionnels en agissant le plus en amant possible sur l'environnement de travail, d'une part, et en évaluant ceux qui subsistent, d'autre part[11]. L'objectif est de limiter au maximum le bruit émis par les machines (article R. 4312-1 du Code du travail et annexe I visée par cet article) et de favoriser le traitement acoustique des locaux de travail dès leur conception (articles R. 4213-5 à 4213-6 du Code du travail, fixant les obligations des maîtres d’ouvrage) Le mesurage des niveaux sonores peut être demandé par l'employeur, le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, la médecine du travail ou l'inspection du travail. Il peut être réalisé soit par la Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail soit par un organisme accrédité par le Comité français d'accréditation ou un organisme équivalent européen[12].

Si le nombre de syndromes liés au bruit diminue au fil des années, le bruit reste une nuisance majeure en milieu professionnel. En 2011 selon les statistiques de la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés, 973 syndromes ont été déclarés et reconnus maladies professionnelles soit une augmentation de 1,8 % par rapport à 2010.

Si la loi exige une protection sonore quand l'exposition moyenne 80 dB dure 8h , il reste des progrès à faire; en 2005 en France, 6,8 % des salariés étaient exposés durant de longues durées à plus de 85 dB[13] (le seuil maximum toléré est de 87 dB)[14].

Protection contre le bruit [modifier]

Aspect juridique (France) [modifier]

Les lois et règlements définissent des niveaux sonores acceptables dans les entreprises, les véhicules, l'espace urbain, et les lieux acceptant du public, y compris les salles de spectacle, ainsi que des niveaux d'émission sonore maximale pour les véhicules.

Le bruit, s'il est excessif et donc dérangeant pour autrui, devient une nuisance sonore pouvant être définie comme un trouble anormal du voisinage. Le trouble anormal du voisinage est considéré par la jurisprudence comme un abus du droit de propriété définit par l'article 544 du Code civil[15]. Le caractère anormal du trouble est laissé à l'appréciation des juges du fond[16]. Le trouble peut être de plusieurs natures dont sonore, par exemple les bruits divers pouvant provenir d'une habitation (radio, aspirateur, instrument de musique, pas et chocs, etc.), d'une usine, d'un lieu public (comme un cinéma), ou encore le chant d'un coq[17]. La responsabilité impute au propriétaire ainsi qu'à l'ensemble des habitants de l'immeuble mis en cause, quel que soit leur statut[18]. Il est possible de règlementer la production de bruit chez les particuliers par des arrêtés municipaux en limitant à certains horaires les travaux comme tondre son gazon, utiliser un marteau-piqueur, etc.[19]. Cela n'a rien de général cependant.

  Exemple de carte de bruit

Une Directive européenne impose aux 25 états membres de faire faire par les grandes collectivités des cartes de bruit.


Le bruit dans les compositions musicales [modifier]

Origines [modifier]

Certains musicologues voyaient déjà dans la musique de Janequin au XVIe siècle des connotations de bruit dans les moyens stylistiques qu'il utilisait à l'époque, notamment des onomatopées. Dès cette époque, la musique devient expressive ce qui peut expliquer qu'on ait tenté d'imiter certains bruits naturels (le chant des oiseaux par exemple). Les titres des œuvres de Janequin étaient assez évocateurs (La chasse, La guerre, Les cris de Paris,...). La guerre, connue aussi sous le titre La bataille, et qui célèbre peut-être la victoire de François Ier à Marignan en 1515, contribue également de façon significative au développement, à travers toute l'Europe, d'un type de musique imitant la marche militaire, le vacarme des armes et les cris des combattants[20].

Dans la musique du XIXe siècle [modifier]

Selon Denis de Touzé, « Le bruit, dans la musique tonale, est conçu comme l’irruption d’un désordre au sein d’un langage ordonné. ». Les notions de chaos, de désordre ou de bruit ont souvent été utilisées pour décrire la musique de certains compositeurs comme Beethoven, précurseur du mouvement romantique, Liszt, Schubert, Berlioz ou encore Wagner. « Le châtiment suprême, les affres des enfers vers lesquels des démons diaboliques entraînent les damnés, les flots déchaînés, le tonnerre qui gronde son mécontentement, la foudre implacable qui s’abat dans un éclair destructeur pendant que le vent siffle la terreur : tous ces tumultes et diableries n’ont pas échappé à des mises en musique savoureusement évocatrices de Berlioz, Liszt, Moussorgski, Rimski-Korsakov, Rossini, Saint-Saëns, Tchaïkovski, Wagner... »[21] La tempête sera l'élément le plus utilisé chez les musiciens du XIXe siècle. Beethoven en 1812 composa la symphonie n°6 dite Pastorale dont le mouvement Allegro s'intitule « Orage-Tempête ». Il utilisera beaucoup les cordes graves pour illustrer les bruits sourd de l'orage ainsi que les timbales et les cymbales. De même, Rossini avec la « Tempesta », dernier mouvement de ses Six sonates à quatre voix en 1804. Quelques gouttes de pluie tombent sur le sol puis s'accélèrent avec le vent jusqu'à une tempête, annonciatrice de celle qui, vingt-cinq ans plus tard, servira de décor à son opéra Guillaume Tell. Dernier exemple, Richard Wagner qui, dès les premières mesures de l'opéra « Le vaisseau Fantôme », nous plonge dans l’ambiance de la tempête qui tourmente Le Hollandais volant.

Dans la musique populaire [modifier]

Nous avons pu le voir dans la musique savante du XIXe siècle, le bruit dans la musique est essentiellement l'imitation de bruits. On retrouve bien sur cela dans la musique populaire, notamment dans les comptines comme Frère Jacques dans laquelle on imite les cloches (« Ding ding dong ») ou encore dans Trois jeunes tambour avec justement l'imitation du tambour (« Et ri, et ran, ran-pa-ta-plan »). Avec les nouvelles techniques, les instruments électroniques et notamment la guitare électrique, l'imitation dans la musique populaire se fait plus réaliste : sirène de police grâce au trille, bombe (effet dive bomb), train (dans Hamburger train de Primus par exemple),... Mais les techniques modernes permettent d'enregistrer et d'intégrer directement des bruits aux compositions. Dans la musique populaire, il illustre souvent les paroles, comme dans Money des Pink Floyd où on entend le tintement des pièces et les bruits des machines à sous. Mais il peut aussi être utilisé comme instrument : dans le même morceau des Pink Floyd, le bruit des pièces de monnaie servent de rythmique, et exemple plus flagrant, le groupe les Tambours du Bronx qui utilise des objets comme des bidons pour faire de la musique.

Compléments et notes [modifier]

Articles connexes [modifier]

Liens externes [modifier]

  • (fr) www.bruit.fr Site de l'association du Centre d’information et de Documentation sur le bruit (CIDB, France). Créé en 1978 à l’initiative du ministère chargé de l’Environnement Français (réf).
  • (fr) www.asef-asso.fr Une synthèse sur les impacts du bruit sur la santé élaborée par les médecins de l'Association Santé Environnement France.

Plusieurs documents et dossiers sur le bruit sur le site de l'INRS

Bibliographie [modifier]

  • Luigi Russolo, L’Art des bruits, textes réunis et préfacés par Giovanni Lista, bibliographie établie par Giovanni Lista, L’Age d’Homme, Lausanne, 1975
  • Giovanni Lista, Le Futurisme : création et avant-garde, Éditions L’Amateur, Paris, 2001
  • Giovanni Lista, Journal des Futurismes, Éditions Hazan, Paris, 2008 (ISBN 978-2-7541-0208-7)
  • L'Art des bruits. Manifeste de 1913, comprenant un cd audio, Éd. Marguerite Waknine, Angoulême, 2010.

Notes [modifier]

  1. Dictionnaire encyclopédique Quillet, Paris, 1968
  2. Marc Honneger, Science de la musique, paru en 1976.
  3. Mario Rossi, Audio, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 2007, 1re éd., p. 126 .
  4. Dossier "Le bruit" sur le site de l'INRS
  5. Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles
  6. Rapport de gestion 2011 de l'assurance maladie risques professionnels
  7. a et b Institut Français de l'Environnement,L'environnement en France, p.228
  8. La France Toxique, André Aschieri, Ed. La découverte, (ISBN 978-2707-13067-9)
  9. http://www.ffsa.fr/ffsa/jcms/p1_10991/comment-prevenir-les-mefaits-du-bruit?cc=pb_5234
  10. « Mesurer la qualité de vie dans les grandes agglomérations », INSEE, octobre 2002.
  11. réglementation et prévention des risques liés au bruit, http://www.inrs.fr/accueil/risques/phenomene-physique/bruit/reglementation.html
  12. Source INRS
  13. Enquête SUMER 2003 utilisée dans le rapport 2007 du ministère de la santé: http://www.sante.gouv.fr/drees/santepop2007/objectifs/03-obj-16.pdf
  14. La législation du bruit, Elsar Prévention : http://www.elstarprevention.com/le-bruit-au-travail/la-legislation/
  15. Voir Code civil Dalloz 2008, p. 731, jurisprudence 29.
  16. Dalloz, op. cit., p. 732, jurisprudence 34, décision de la troisième chambre civile de la Cour de Cassation du 24 octobre 1990.
  17. Dalloz, op. cit., p. 733, jurisprudence 36.
  18. Dalloz, op. cit., p. 733-734, jurisprudence 41 et suivantes.
  19. Voir par exemple à ce sujet les arrêtés municipaux de la ville de Strasbourg.
  20. Clément Janequin, Marie-Alexis Colin, professeure adjointe de musicologie à l'Université de Montréal, Centre d'études supérieures de la Renaissance Tours, http://www.culture.fr/sections/regions/aquitaine/articles/clement-janequin-1
  21. http://opus100.free.fr/fr/romantiques.html
   
               

 

Toutes les traductions de bruit


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

2578 visiteurs en ligne

calculé en 0,280s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼

VISIERE ET CASQUE ANTI BRUIT, UTILISATION TRONCONNEUSE / DEBROUSSAILLEUSE (17.2 EUR)

Usage commercial de ce terme

CASQUE ANTI BRUIT ELECTRONIQUE 30 dB IDEAL TIR SPORTIF (29.7 EUR)

Usage commercial de ce terme

Fltre Anti-Parasite-NF voiture Filtre Anti-bruit Dégageur Masse Filtre de Masse (9.98 EUR)

Usage commercial de ce terme

Logitech Ultimate Ears 200 Ecouteurs intra-auriculaire universel Anti-bruit Mauv (7.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

Protection Filtre Anti Bruit Micro Studio Ecran Acoustique (9.57 EUR)

Usage commercial de ce terme

CASQUE ANTI BRUIT pour ENFANT 7 ANS SECURITE LEGER REGLABLE CONFORTABLE (11.64 EUR)

Usage commercial de ce terme

CASQUE DE SECURITE CHANTIER ANTI BRUIT ELECTRONIQUE SNR 30 dB (24.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

CASQUE ANTI BRUIT ELECTRONIQUE 30 dB percevoir son parole atténue son sup 80 dB (28.22 EUR)

Usage commercial de ce terme

Casque anti-bruit pour enfant Léger réglable normes EN352-1 CE 315357 (9.16 EUR)

Usage commercial de ce terme

VINTAGE KYOSHO PONPON SOUND simulateur de bruit bateau (19.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

Casque anti-bruit Peltor Optime 2 (28.03 EUR)

Usage commercial de ce terme

Bouchons D'oreilles Anti-bruit Protection Auditive sécurité Souples - Jaune (2.73 EUR)

Usage commercial de ce terme

USB Stéréo Casque Ecouteur Anti-Bruit Avec Mic Micro Contrôle Pour Sony PS3 (14.31 EUR)

Usage commercial de ce terme

Casque de Silence Anti-bruit Pour Protection Oreille Reduction du Bruit - Rouge (4.99 EUR)

Usage commercial de ce terme

VW Cox/Combi : Klaxon 6VOLTS, pour un look plus fun et super bruit de TACOT ;) (30.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

Casque anti-bruit pliable SNR 30 dB (6.54 EUR)

Usage commercial de ce terme

Paire bouchons d'oreilles forte absorption -45 dB anti bruit protection auditive (1.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

1 PLAQUE ISOLANT PHONIQUE ABSORBEUR DE BRUIT (6.8 EUR)

Usage commercial de ce terme

Bouchons d'oreilles arceaux anti-bruit Jazz-Band MOLDEX (12.99 EUR)

Usage commercial de ce terme