» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - connaissance

connaissance (n.f.)

1.vaste savoir, fondé sur l'étude des textes.

2.fait de connaître, d'avoir présent à l'esprit en tant qu'objet analysé. Manière de connaître qqch.

3.relation qui existe en personnes.

4.personne que l'on connaît.

   Publicité ▼

définition (complément)

voir la définition de connaissance dans le Littré

voir la définition de Wikipedia

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

synonymes - connaissance

   Publicité ▼

voir aussi

connaissance (n.f.)

cognitif, érudit connaître

locutions

-(connaissance d'un) métier • Bases de connaissance • Connaissance des résultats • Connaissance des résultats (psychologie) • Perte de connaissance • acquérir la connaissance • arbre de la connaissance • avoir connaissance • base de connaissance • champ de la connaissance • connaissance anticipée • connaissance d'un métier • connaissance de la forêt • connaissance de soi • connaissance discursive • domaine de connaissance • en connaissance de cause • en toute connaissance de cause • faire connaissance • faire la connaissance (e) • faire la connaissance de • faire la connaissance de qqn • faire perdre connaissance • lier connaissance • parler en connaissance de cause • perdre connaissance • perte de connaissance • porter à la connaissance • prendre connaissance • reprendre connaissance • sans connaissance • société de la connaissance • tomber sans connaissance • vieille connaissance • à ma connaissance • économie de la connaissance

-Arbre de la connaissance • Arbre de la connaissance du bien et du mal • Autonomie et connaissance • Banque de connaissance • Base de connaissance • Bibliographie en sociologie de la connaissance • Blog de connaissance • Centre Virtuel de la Connaissance sur l'Europe (CVCE) • Connaissance (philosophie) • Connaissance de l'Est • Connaissance de l'Eure • Connaissance de l'enfer • Connaissance de l'âme • Connaissance de soi • Connaissance des Temps • Connaissance des arts • Connaissance des religions • Connaissance du Monde • Connaissance du Rail • Connaissance déclarative • Connaissance et mémoires • Connaissance explicite • Connaissance médicale • Connaissance tacite • Connaissance technique • Déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance • Histoire de la connaissance du cerveau • Le Jour où Beaumont fit connaissance avec sa douleur • Le Yoga de la connaissance • Les Chemins de la connaissance • Logique de la connaissance commune • Management de la connaissance et performance organisationnelle • Porté à connaissance • Preuve à divulgation nulle de connaissance • Sociologie de la connaissance • Sociologie de la connaissance scientifique • Société de la connaissance • Théorie de la connaissance • Théorie de la connaissance de Kant • Théorie générale de la connaissance

dictionnaire analogique





expérience[Classe]

fait de percevoir qqch[Classe]

connaître[Nominalisation]

connaissance (n. f.)


 

chose immatérielle[Classe...]

fréquenter[Classe]

fréquenter[Thème]

connaissance (n. f.)



perception[Hyper.]

connaissance (n. f.)




Le Littré (1880)

CONNAISSANCE (s. f.)[ko-nê-san-s']

1. État de l'esprit de celui qui connaît et discerne. La connaissance de Dieu. La connaissance du bien et du mal. La connaissance du coeur humain. Ce guide a la connaissance de la montagne.

Qu'est-ce que Jupiter [planète] ? Un corps sans connaissance (LA FONT. Fabl. VIII, 16)

Il n'est pas question ici de savoir si les bêtes ont de la connaissance (FÉN. Exist. XXIII)

Les vaisseaux des Phéaciens ont de la connaissance comme les hommes et savent le chemin des villes (FÉN. t. XXI, p. 387)

Malheur à la connaissance stérile qui ne se tourne point à aimer et se trahit elle-même ! (BOSSUET Connaiss. IV, 10)

Qui se connaît soi-même en a l'âme peu vaine ; Sa propre connaissance en met bien bas le prix (CORN. Imitation, I, 2)

Être en âge de connaissance, dans l'âge où l'on agit avec discernement.

Elle eut de la faveur, dès qu'elle eut de la connaissance (FLÉCH. Panég. II, p. 224)

À ma connaissance, de ma connaissance, c'est-à-dire je sais que. À ma connaissance, il possède au moins dix mille livres de rente.

Avoir connaissance de, connaître, savoir, être au courant de.

Il eut de nos desseins si claire connaissance (RÉGNIER Sat. IV)

Ce fanfaron chez elle eut de moi connaissance (RÉGNIER Sat. VIII)

Madame, pour le moins, vous avez connaissance De l'auteur de ce bruit (CORN. Hér. II, 8)

Ceux qui n'ont aucune connaissance de cet auteur (PASC. Prov. 17)

Si vous aviez la connaissance des choses qui se sont passées (PASC. Prov. 2)

Avez-vous de son coeur si peu de connaissance ? (RAC. Phèd. V, 3)

Avoir connaissance de, avoir des nouvelles de, des renseignements....

Je suis, dit-on, un orphelin Entre les bras de Dieu jeté dès ma naissance, Et qui de ses parents n'eut jamais connaissance (RAC. Athal. II, 7)

Je n'ai de tout mon sort que cette connaissance (RAC. Iphig. II, 1)

Hélas ! De mes enfants auriez-vous connaissance ? (VOLT. Zaïre, II, 3)

Donner connaissance, faire connaître.

Et lui-même il en donne assez de connaissance [il fait assez connaître qu'il n'est pas de naissance royale] (CORN. Don Sanche, IV, 1)

Nous lui donnâmes une connaissance parfaite de nos desseins (SÉV. 423)

Venir à la connaissance, être connu par une voie quelconque.

Quand il ne vient rien à ma connaissance (SÉV. 43)

Comme il est venu à la connaissance de notre siége apostolique (BOSSUET Mand.)

Prendre connaissance d'une chose, l'examiner, s'en faire rendre compte.

Agir, parler en connaissance de cause, avec connaissance de cause, c'est-à-dire pertinemment, pour raisons connues.

Que ce soit un jugement rendu avec connaissance de cause (PASC. Prov. 18)

M. Turgot est le protecteur de tous les arts, et il l'est en connaissance de cause (VOLT. Lett. de Lalande, 19 déc. 1774)

Avoir une grande connaissance des affaires, y être très habile.

Avoir une grande connaissance des tableaux, des livres, se connaître très bien en tableaux, en livres.

2. État de celui qui se connaît lui-même, qui a le sentiment de son existence. Quoique voisin de l'agonie, il avait toute sa connaissance. Être sans connaissance, être privé de sentiment. Perdre connaissance, perdre le sentiment. Reprendre connaissance, sortir d'un évanouissement, d'un état de coma, d'un état de délire.

On l'emporta dans sa tente plus mort que vif, ayant perdu toute connaissance (VAUGEL. Q. C. liv. III, ch. 5)

Elle n'est pas encore morte, mais elle n'a aucune connaissance (SÉV. 116)

Il fut trois heures sans connaissance (SÉV. 471)

St Ambroise avait perdu la connaissance quand son confrère lui apporta la communion (BOSSUET Déf. comm.)

La foule s'agite, on m'emporte sans connaissance (CHATEAUB. René, 209)

3. Terme de procédure. Droit de connaître et de juger. La connaissance de ce crime appartient à tel tribunal.

François 1er ôta au parlement la connaissance de ce qui concerne les évêchés (VOLT. Moeurs, 138)

4. Terme de marine. On a connaissance des côtes par les divers signes qui s'y rencontrent, la couleur et hauteur des terres, caps et montagnes, nature du fond, herbes, poissons et oiseaux qu'on y rencontre.

Le soir, nous eûmes, comme disent les marins, connaissance de quelques palmiers (CHATEAUB. Itin. III, 59)

Avoir connaissance d'un navire, l'apercevoir en mer de la côte sur laquelle on est.

Connaissance des temps, almanach nautique publié depuis 1679 par le Bureau des longitudes.

5. Au plur. Lumières acquises, savoir, érudition sur divers sujets. Il a, il possède des connaissances très variées. Les connaissances humaines. Dans l'état actuel de nos connaissances.

Il favorise en roi ces hautes connaissances (LA FONT. Fabl. VII, 18)

Attribuer aux anciens des connaissances astronomiques dont ils n'ont jamais eu que des soupçons très vagues (VOLT. Lett. de Lalande, 6 fév. 1775)

Il avait un esprit trop juste pour ne pas voir l'inutilité, le ridicule ou même le danger des demi-connaissances (CONDORCET Maurepas.)

6. Liaison qui se fait entre des personnes qui se voient, qui se fréquentent.

La postérité saura que cette considération m'obligea premièrement de rechercher votre connaissance (BALZ. liv. I, lett. 6)

Je voudrais l'accoster.... Et tâcher de lier avec lui connaissance (MOL. Éc. des mar. I, 5)

Faire connaissance avec quelqu'un, ou faire la connaissance de quelqu'un, nouer avec lui quelque liaison.

Hé ! Dites-moi un peu, s'il vous plaît : combien aviez-vous d'années lorsque nous fîmes connaissance ? (MOL. Mar. forcé, sc. 2)

Gens de connaissance, gens que l'on connaît ou qui se connaissent entre eux.

Le grand bien que voici pour des gens de ma connaissance (PASC. Prov. 4)

Trouve-t-on ici des gens de connaissance ? (SÉV. 85)

Elle a trouvé beaucoup de gens de sa connaissance (SÉV. 132)

C'est beaucoup tirer de notre ami, si, ayant monté à une grande faveur, il est encore un homme de notre connaissance (LA BRUY. VIII)

Une figure de connaissance, une personne que l'on connaît.

Il n'y avait personne de connaissance au bal, à la promenade, il n'y avait aucune de ces personnes qui sont généralement connues dans le monde.

Être en connaissance avec quelqu'un, avoir des relations avec lui. Il y a dix ans que je suis en connaissance avec cette famille.

Renouveler connaissance avec quelqu'un, reprendre avec lui une liaison qui avait été interrompue. Et fig.

Il y a trois mois que je suis dans mon lit, et sans vous je n'aurais renouvelé connaissance avec aucune planète (VOLT. Lett. de Lalande, 6 fév. 1775)

Personne avec qui on a ce genre de liaison. De vieilles connaissances. Dans le monde, on a beaucoup de connaissances et peu d'amis.

Deux ou trois des connaissances qu'il s'était faites à la chasse (HAMILT. Gramm. 4)

Le maître de la poste était son ancienne connaissance (HAMILT. Gramm. 11)

C'est une de mes anciennes connaissances que je voulus renouveler exprès (PASC. Prov. 5)

Le vrai objet est de se faire des connaissances et des amis (BOSSUET Lett. quiét. 81)

On dit qu'un homme est en pays de connaissance, pour signifier qu'il est en un lieu où il a des connaissances, et fig. qu'il a à traiter des matières qui lui sont familières. Quand on parle à un géomètre de figures, il dit qu'il est en pays de connaissance.

Tant qu'il sera en pays de connaissance (BOSSUET Lett. quiét. 185)

7. Terme de vénerie. Marques, traces du pied de la bête, au moyen desquelles on reconnaît son âge et sa grosseur, etc.

Des pinces de son cerf et de ses connaissances (MOL. Fâcheux, II, 7)

Ce chien a connaissance de quelque chose, se dit quand un chien, mettant le nez en terre, se réjouit.

Avoir connaissance, se dit quand on revoit du cerf qui va de bon temps, sans que les voies, trop vieilles, permettent au chien de se rabattre.

8. Terme de théologie. Connaissance charnelle, cohabitation de l'homme et de la femme.

9. Populairement, maîtresse, bonne amie. Avoir, faire une connaissance. Il est allé dîner avec sa connaissance.

REMARQUE

Elle resta longtemps sans connaissance ; à peine l'eut-elle reprise.... J. J. ROUSS. Hél. VI, 9. La règle est qu'à un mot pris sans article on ne fait pas rapporter les pronoms relatifs ou les pronoms tels que il, elle, lui, etc. Pourtant Jullien, Gramm. p. 249, pense que la phrase de Rousseau peut être admise, remarquant qu'aucun principe logique ne s'y oppose et qu'ici il n'en résulte pas d'obscurité.

HISTORIQUE

XIe s.Escuz [ils] ont gens [beaux] de moultes cunoisances [armoiries] (Ch. de Rol. CCXXIII)Chrestienne [elle] est par veire conoisance (ib. CCXCII)

XIIe s.Dix mille [ils] sont à une conoisance [blason] (Ronc. p. 134)Connoissez, dame, au viz et à la chere, Que je n'os [ose] mon voloir Dire por parcevoir [parce qu'on s'en apercevrait] ; Mais bone dame doit savoir Conoissance et merci avoir (Couci, XVIII)

XIIIe s.Qui là fust à cel point, assés peust veoir banieres et escus de diverses connissances, et desus toutes l'ensegne imperial (H. DE VALENC. VI)Vos n'estes mie nez de France, Ne de la nostre connoissance (Ren. 12112)Ceste fortune que j'ai dite, Quant avec les hommes habite, Ele troble lor congnoissance, Et les norrist en ignorance (la Rose, 4907)Le sen de droit est de savoir ou avoir les quenoissences des choses dou ciel et de terre, et de tort et de droit (Liv. de just. 3)Quant connissance est fete en cort, on ne pot pas fere niance de ce qu'on a reconnut (BEAUMANOIR VII, 12)

XIVe s.Et encor est il plus convenable à celui qui veult savoir politiques que il ait connoissance de l'ame (ORESME Eth. 29)

XVe s.Le roi d'Angleterre qui là estoit sans la connoissance de ses ennemis (FROISS. I, I, 328)Il est venu à nostre congnoissance que nostre cousin le duc de Bourgongne ha naguieres escript (JUVÉN. Charles VI, 1413)Et prenoiton argent des subjets, sans les ouyr en congnoissance de cause (JUVÉN. ib. 1409)Toutefois il fut assez bien apaisé par aucuns cardinaux ses amis et de sa connoissance (MONSTREL. liv. I, ch. 55)Si ai-je eu autant de congnoissance des grands princes que nul homme (COMM. Prol.)S'il est en moi de vous faire autant de service, pensez que j'aurai connoissance [reconnaissance] de la courtoisie (LOUIS XI Nouv. XXXVII)

XVIe s.La cognoissance de la plupart des choses (MONT. I, 201)Les choses qui sont à nostre cognoissance les plus grandes (MONT. ib.)Les hommes qui perscrutent immoderéement les cognoissances qui ne sont de leur appartenance (MONT. II, 278)Tuer un homme sans cognoissance de cause (MONT. III, 195)Ilz n'avoient pas grand sentiment ny gueres de cognoissances de leur calamité pour le bas aage auquel ilz estoient (AMYOT P. Aem. 56)

ÉTYMOLOGIE

Connaissant ; bourguig. queneussance ; provenç. conoissensa, conoichenssa ; catal. conexensa ; anc. espagn. conocencia ; ital. conoscenza. Palsgrave, p. 57, qui écrit cognoisance, dit qu'on prononce conoi-sance.

Wikipedia

Connaissance

                   

La connaissance est une notion aux sens multiples à la fois utilisée dans le langage courant et objet d'étude poussée de la part des philosophes contemporains.

Les connaissances, leur nature et leur variété, la façon dont elles sont acquises, leur processus d'acquisition, leur valeur, et leur rôle dans les sociétés humaines, sont étudiés par une diversité de disciplines, notamment la philosophie, l'épistémologie, la psychologie, les sciences cognitives, l'anthropologie et la sociologie.

Sommaire

  La notion de connaissance

La connaissance est, d'une part, l'état de celui qui connaît ou sait quelque chose, et d'autre part, les choses qui sont sues ou connues. Par extension, on appelle aussi « connaissance » tout ce qui est tenu pour su ou connu par un individu ou une société donnés. Les sciences sont l'une des principales formes de connaissance, et la science en général est un ensemble de méthodes systématiques pour acquérir des connaissances. Il existe néanmoins de nombreuses formes de connaissances qui, sans être scientifiques, n'en sont pas moins parfaitement adaptées à leur objet : le savoir-faire (l'artisanat, savoir nager, etc.), le savoir technique, la connaissance des langues, la connaissance des traditions, légendes, coutumes ou idées d'une culture particulière, la connaissance qu'ont les individus de leur propre histoire (connaître son propre nom, ses parents, son passé), ou encore les connaissances communes d'une société donnée ou de l'humanité (savoir à quoi sert un marteau, savoir que l'eau éteint le feu).

  En Anthropologie

Pour l'anthropologue, la première connaissance est celle que les hommes ont d'eux-mêmes et de leur environnement, et qui, dans les sociétés primitives, assure leur survie quotidienne. C'est aussi cette connaissance qui structure le groupe humain. Elle se constitue comme un ensemble de pratiques, de comportements et de règles admises par la communauté. La pratique de la chasse collective suppose à la fois la connaissance de ses congénères, celle du gibier, celle du terrain et un savoir-faire partagé. Gérard Mendel, créateur de la sociopsychanalyse, en fait le point de départ des sociétés humaines dans son ouvrage la chasse structurale[1].

Dans le contexte géographique propre à chacun se forment ainsi des cultures spécifiques. C'est ce qu'a étudié l'anthropologie structurale et en particulier Claude Levi-Strauss. Longtemps divisée entre culturalistes et naturalistes, la communauté scientifique tend à avoir aujourd'hui une approche plus complexe du rapport des cultures humaines avec leur environnement naturel (voir Philippe Descola, Par delà nature et culture[2]).

La société traditionnelle est peu portée vers l'innovation : les règles établies sont difficilement transgressables d'autant qu'elles s'appuient sur une représentation du monde et un univers mental où le sacré est omniprésent[3]. La connaissance a alors un caractère religieux. Et inversement, la religion apparaît, à l'origine, comme l'unique moyen de connaître le monde. Dans les sociétés "modernes", la connaissance devient également un enjeu de pouvoir, et son "évaluation" autorise de départager une réelle "expertise" d'un niveau insuffisant, ou même de l'imposture. Il n'est pas certain que les procédures mises en place dans les disciplines scientifiques permettent de distinguer à coup sûr les uns et les autres. Il n'est pas non plus définitivement avéré que les institutions "cognitives" laissent toujours se déployer librement l'étude innovatrice : on peut même se demander, avec Thomas Kuhn ou Maurice Allais, si l'attitude la plus répandue dans les grandes organisations, n'est pas de préférer les démarches qui ne soulèvent aucune remise en cause des dogmes en vigueur.

  En philosophie

En philosophie, on étudie avant tout la connaissance au sens de l'état de celui qui connaît ou sait quelque chose. On appelle aussi connaissances les choses connues elles-mêmes, mais cette seconde notion n'est pas celle qui intéresse les philosophes. De même, on appelle aussi connaissances, par extension, les choses qui sont tenues pour des connaissances par un individu ou une société donnée; mais là aussi, les philosophes ne s'intéressent pas à cette notion, sauf dans les débats concernant certaines formes de relativisme[4].

Les philosophes distinguent traditionnellement trois types de connaissances :

  1. la connaissance propositionnelle est le fait de savoir qu'une certaine proposition est vraie, par exemple, savoir que la Terre est ronde,
  2. la connaissance objectuelle, aussi appelée acquaintance, est le fait de connaître une chose particulière, par exemple, connaître Paris[5],
  3. le savoir faire est le fait d'être capable de réussir une action, par exemple, savoir faire des crêpes[6].

La définition de la connaissance propositionnelle est celle qui a le plus attiré l'attention des philosophes. Ils s'accordent généralement à dire qu'une connaissance est une croyance qui est vraie, mais aussi qu'elle n'est pas seulement une croyance vraie[7]. Il faut en outre que la croyance et la vérité (ou le fait) soient en quelque sorte connectés d'une façon appropriée, mais les philosophes sont en désaccord sur la nature de cette connexion. Pour certains, il faut que la croyance soit certaine ou infaillible[8], pour d'autres, qu'elle soit justifiée[9] ou pourvue d'une justification non défaite[10], pour d'autres, qu'elle résulte d'un processus fiable[11], ou pour d'autres encore qu'elle ne soit pas vraie par accident[12]. Ce sont sur ces conditions supplémentaires pour la connaissance que les débats portent.

  en science cognitive

G. Le Cam dans ses travaux indique que tout connaissance nouvelle provient actuellement d'un "glissement sémantique du sens " « À partir d’une observation, notre pensée recherche des structures sémantiques qui soient capables de porter l’observation. Si elle y arrive, alors l’objet observé est classifié dans la communauté des observations antérieures. Si elle n’y arrive pas , on entre alors dans le domaine d’une connaissance véritablement nouvelle qui induit des objets nouveaux qu’il faudra dénommer et dénombrer pour en juger de l’importance.
La connaissance est donc une structure grammaticale reconnue capable de porter la matérialité d’une observation en faisant disparaître le rôle du temps. »

Le rôle de l'artiste dans le monde social est justement d'appliquer des structures sémantiques connues sur des objets sans rapport à ceux qui ont permis d'exprimer le discours.

Accepter de dériver les structures sémantiques de son esprit vers des régions d'objet sans rapport c'est de la poésie pure et/ou de l'Art, même l'Art de l'artiste est une action consciente de l'esprit qui va trouver par ce biais des pistes nouvelles d'objet.

Depuis de nombreuses années , on bute encore sur les aspects théoriques parce qu'il manque une clé de compréhension entre le mécanisme décrit et les limites biologiques de notre cerveau, c'est-à-dire que cette stratégie déployé par notre cerveau pour faire émerger une connaissance est forcément reliée à sa structure physique, et sauf à imaginer une mutation de ce dernier, on ne voit pas comment on pourrait faire autrement SAUF , si avec le même matériel de cognition, on peut imaginer une autre manière de faire et donc de faire émerger une pensée nouvelle (et donc une connaissance nouvelle), or il se peut y avoir d'autres manières d'agir. (avec une carotte un navet on peut faire un pot au feu ou un couscous)

Si on trouvait cette autre manière de faire (dériver un objet nouveau d'un objet connu sous l'action conjointe d'un substrat et du temps), par exemple en inversant la problématique : dériver un temps nouveau sous l'action d'un temps ancien à l'aide d'un substrat et d'un objet.

La connaissance n'est pas une invention , elle n'est que la manifestation d'un changement de la perception, un modeleur du temps ou un temps modelé.

  Dans les techniques

Article détaillé : Connaissance technique.

  En économie

Article connexe : Économie du savoir.

Le noyau de l'économie de la connaissance est lié à l'appropriation des connaissances et à la production continuelle d'innovation. Tous les secteurs de la vie sociale qui concourent à la production de connaissances seraient les nouveaux centres du capitalisme cognitif.

Certains économistes et sociologues et experts en gestion de connaissance appellent « sociétés de la connaissance » les sociétés à forte diffusion et flux d'informations et de savoir.

On parle de patrimoine immatériel de l'humanité pour désigner l'ensemble des traditions, langues et cultures, savoir-faire artisanaux et expressions artistiques vivantes, en particulier lorsqu'elles appartiennent au domaine de la transmission orale.

L'UNESCO, après n'avoir longtemps tenu compte que du patrimoine matériel, s'y est intéressé tardivement, à la fin des années 1990, et a adopté une convention, le 17 octobre 2003, qui reconnaît pleinement la valeur de ces savoirs[13].

Depuis 1950, le gouvernement du Japon attribue le titre de « Trésor national vivant » à des individus ou groupes reconnus comme porteurs d’un savoir-faire culturel immatériel important. Ce titre est attribué à des maîtres de métiers tels que la peinture sur bois, la fabrication de papier ou de sabres, la vannerie et la poterie, ainsi qu’à des acteurs et musiciens de spectacles traditionnels.

  En gestion

Article détaillé : Gestion des connaissances.

En gestion des connaissances, on fait aussi la distinction entre :

  • une donnée, en général mesurable (exemple : « Il fait 15° dans cette pièce. »),
  • une information correspondant à une donnée contextualisée (exemple : « Il fait froid dans cette pièce. ») et
  • une connaissance correspondant à l'appropriation et l'interprétation des informations par les hommes (exemple : « Pour avoir chaud, il suffit de monter le chauffage. »).

Notons ici que sont éliminées d'autres interprétations possibles de la situation, comme : "pour avoir chaud, vous devez bouger davantage", ou : "la température de la pièce monta d'un cran" (en référence à une querelle). Ainsi, ce qu'on nomme "connaissance", "information" ou "interprétation" dépend entièrement d'une décision de limiter le "contexte sémantique", cette décision pouvant dépendre à son tour des acteurs qui ont le pouvoir d'organiser la conversation sur les connaissances "pertinentes". La difficulté principale rencontrée pour informatiser les connaissances tient à la quasi-impossibilité de maîtriser les interférences entre contextes et leur caractère arborescent. Le choix de ne retenir que le sens des termes utilisé par la hiérarchie de l'organisation contient une part d'arbitraire stratégique. Négliger cet aspect revient à transformer la "connaissance" en une croyance indiscutable.

Dans les entreprises, la connaissance (au sens limité de celle qui est pertinente pour l'organisation) correspond à un capital de compétences que détiennent les hommes et les femmes dans différents domaines professionnels (exemples : marketing, R&D, ingénierie, production, logistique, approvisionnements, commercial, juridique, ...) constituant ce que l'entreprise nomme son "cœur de métier"(exemple : « Constructeur d'automobiles » pour Renault). Ces compétences doivent être gérées et capitalisées pour améliorer l'efficacité globale de l'entreprise. Des modèles méthodologiques de KM - tels que KnoVA[14], MKSM[15] ou encore MASK - peuvent distinguer jusqu'à six types de connaissances pour décrire une compétence métier, représentative d'un savoir-faire professionnel particulier à une entreprise :

  • les connaissances contextuelles, décrivant la culture métier du savoir-faire à l'aide des contextes reconnus ;
  • les connaissances opératoires, décrivant le processus métier du savoir-faire à l'aide des activités prises en compte ;
  • les connaissances comportementales, décrivant l'expertise métier du savoir-faire à l'aide des règles imposées ;
  • les connaissances terminologiques, décrivant le vocabulaire métier du savoir-faire à l'aide de termes décidés ;
  • les connaissances singulières, décrivant l'expérience métier du savoir-faire à l'aide de cas sélectionnés ;
  • les connaissances évolutives, décrivant l'évolution métier du savoir-faire à l'aide de retours d'expérience choisis.

Par ailleurs, en gestion des connaissances comme en cognitique industrielle, on fait aussi la distinction entre l'information, donnée brute, la connaissance, qui est la sélection, l'appropriation et l'interprétation des informations par les hommes (Jean-Yves Prax)[16], ainsi que « les savoirs », qui mettent en perspective les connaissances ponctuelles sur le long terme.

Dans les entreprises, la connaissance correspond au capital d'expertise que détiennent les hommes dans les différents domaines (marketing, R&D, achats, commercial, juridique...) qui constituent le cœur de métier de l'entreprise. Cette connaissance doit être gérée pour améliorer l'efficacité globale des entreprises, la sécurité et la fiabilité des opérateurs et des traitements de connaissances, ainsi que l'accessibilité des connaissances par les usagers, notamment avec l'aide des technologies (dites technologie de la connaissance ou technologies cognitiques).


  Différents types de connaissance

  Connaissances tacites et explicites

Les connaissances tacites sont les connaissances qui appartiennent au monde des objets mentaux, des représentations mentales, souvent relatives au vécu personnel ; elles regroupent les compétences innées ou acquises, le savoir-faire et l'expérience elles sont dites aussi « connaissances implicites », sont généralement difficiles à verbaliser ou à « formaliser » par opposition aux connaissances explicites

Les connaissances explicites, par opposition aux connaissances tacites, sont les connaissances clairement articulées sur un document écrit ou dans un système informatique ; ces connaissances sont transférables physiquement, car elles apparaissent sous une forme tangible tel qu'un document dossier papier ou un dossier électronique.

Cette distinction est notamment développée par Michael Polanyi.

  Connaissances exclusives et non-exclusives

La notion de propriété littéraire et artistique est ancienne. La Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques en a fixé un certain nombre de règles au plan international en 1886. Mais la notion de propriété intellectuelle, initialement plutôt liée au domaine artistique, s'est élargie dans les années 1950 pour intégrer tous les outils de protection de la propriété industrielle : brevets, marques, dessins et modèles industriels... L'organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) a été créée en 1967 (voir aussi l'INPI en France).

Cet aspect est un enjeu important des discussions qui ont lieu au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), fortement poussées par les États-Unis dont l'économie en devient de plus en plus dépendante. On parle des ADPIC Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce ; en anglais TRIPS (Agreement on Trade-Related Aspects of intellectual Property Rights). L'Accord sur les ADPIC a pour but d'intégrer les droits de propriété intellectuelle (droits d'auteur, marques de fabrique ou de commerce, brevets, etc.) dans le système GATT/OMC. Il s'agit d'une partie de plus en plus importante du commerce international.

  La transmission de la connaissance

Les connaissances sont acquises par une variété de processus cognitifs: perception, apprentissage, raisonnement, mémoire, expérience, témoignage. Ces processus sont étudiés par les sciences cognitives, par l'anthropologie de la connaissance, par la philosophie, par les sciences de l'éducation, quels que soient leurs principes d'explication. A ceux-ci s'ajoutent les méthodes employées spécifiquement par les sciences, qui sont étudiées par l'épistémologie et l'histoire des sciences.

L'importance accordée à la connaissance distingue l'humanité des autres espèces animales, quoique la primatologie démontre l'existence de savoirs acquis et transmis chez les grands singes. Toutes les sociétés humaines acquièrent, préservent et transmettent un nombre substantiel de savoirs, notamment grâce au langage. Dans les civilisations, l'accumulation et la diffusion des connaissances a été multipliée au moyen de l'écriture. Au cours de l'histoire, l'humanité a développé une variété de techniques destinées à préserver, transmettre ou élaborer des connaissances, comme l'école, les encyclopédies, la presse écrite, ou les ordinateurs.

Cette importance va de pair avec une interrogation sur la valeur de la connaissance. Plusieurs sociétés et mouvements religieux, politiques ou philosophiques ont considéré ou considèrent que l'accroissement des connaissances, ou leur diffusion, n'était pas une bonne chose en soi, ou devait être limité; à l'inverse, d'autres ont créé des institutions visant à leur préservation, leur accroissement ou leur diffusion. Il existe également des débats sur les valeurs respectives de différents types ou domaines de connaissance.

Dans les sociétés contemporaines, qu'elles soient démocratiques ou non, la diffusion ou au contraire la rétention des connaissances, mais aussi de fausses connaissances (ou désinformation) joue un rôle politique majeur et est une source de pouvoir. Ce rôle explique pourquoi la propagande et les pseudo-sciences, qui sont des tentatives de présenter comme connaissances des choses qui n'en sont pas, sont répandues. Ceci confère une importance particulière aux sources supposées de connaissances comme les médias et à leurs véhicules comme internet.

L'acquisition de connaissance participe à la mobilité sociale. Lorsque, grâce aux connaissances qu'il a acquises, un individu d'une catégorie sociale inférieure réussit à gravir les échelons de la société par la reconnaissance professionnelle et personnelle qu'il en tire.

Pour l'anthropologie sociale, la construction des sociétés humaines ne pourrait se faire sans la transmission et donc sans un langage. Une société humaine met en commun les expériences de ses individus par le biais du langage qui lui permet de défier à la fois l'espace et le temps.

On doit enfin évoquer le fait que l'acquisition des connaissances n'est pas infinie, et s'accompagne nécessairement d'oublis, et éventuellement de rédécouvertes. Les civilisations, même les plus avancées, peuvent régresser et ne plus être capables d'activités connues dans le passé. Ainsi, certains lettrés grecs et romains pouvaient lire l'écriture égyptienne, dont la compréhension a été totalement perdue jusqu'à Champollion. Autre exemple: il est possible qu'aujourd'hui la modernisation de l'agriculture entraîne l'oubli complet de techniques traditionnelles du jardinage.

  La transmission orale

Alors qu'aujourd'hui l'écrit prédomine , c'est par l'oralité que l'essentiel de la transmission de l'ensemble des connaissances et des savoir-faire techniques s'est opérée dans l'histoire de l'humanité. Ainsi les premiers récits mythiques et fondateurs se transmettent oralement : Il est très probable qu'Homère n'a fait, pour l'Iliade et l'Odyssée, que retranscrire des récits oraux anciens.

Cette transmission orale a prévalu jusqu'à une période récente. Le rapport avec le sacré évoqué précédemment n'y est pas étranger. Les pythagoriciens partagent avec les druides celtes la pratique de l'initiation où est dispensé un enseignement strictement oral et secret[17]. Les écoles compagnonniques issues des bâtisseurs de cathédrales en sont les héritières. Les maîtres-ouvriers ne tiennent pas leur savoir des livres.

Pour transmettre -par delà l'espace et par delà le temps à des populations plus ou moins bien formées- l'oral et la mémoire sont peut-être plus puissants que toute écriture et tout support matériel périssable. Le succès du procédé semble montrer qu'il fonctionne et joue le rôle de « passeur de mémoire » malgré les limites qu'on leur prête volontiers aujourd'hui. (Voir Fanch Postic, Les passeurs de mémoire)[18].

  L'écrit

L'écriture affranchit néanmoins de la relation inter-individuelle posée en termes « de maître et d'apprenti ». Elle démultiplie les possibilités de transmission et de conservation des connaissances. À l'époque de l'Antiquité, la fameuse bibliothèque d'Alexandrie veut être la représentation quasi mythique - le Mouseion ( ou le musée) comme on le dit alors - de l'ensemble de la connaissance de l'humanité : Tout chercheur du monde antique peut y mener ses recherches dans la langue grecque où la plupart des ouvrages étaient traduits. Ce trésor inestimable a malheureusement disparu.

L'imprimerie constitue une nouvelle étape importante : Elle multiplie aisément le nombre d'exemplaires d'un même ouvrage et rend l'accès aux connaissances possible à un nombre toujours plus grand de personnes.

Aujourd'hui, les NTIC avec la promotion du support électronique, la numérisation des ouvrages et l'internet, autorisent une accessibilité plus directe, plus universelle et moins coûteuse aux connaissances. Et détruisent de surcroit la frontière existante jusque là entre le statut d'auteur et celui de lecteur .

  L'école

Les lois Jules Ferry (l'école gratuite, laïque et obligatoire) ont permis l'alphabétisation de la population française et, au delà, le partage par tous d'un minimum de connaissances communes.

Le débat récurrent sur l'école et le contenu de l'enseignement ( S'agit-il de « l'Instruction publique » ou de « l'Éducation nationale » ? ) montre néanmoins la difficulté qu'il y a pour une société à s'accorder sur ce que recouvrent les dites "connaissances". Cela conduit parfois jusqu'à une remise en question profonde du système éducatif moderne qui peut être accusé

de "faire des têtes remplies de connaissances inutiles" mais non "bien faites" (voir Edgar Morin, La tête bien faite. Repenser la réforme. Réformer la pensée.)[19]
ou encore de fabriquer des consommateurs passifs et non des citoyens doués de raison et de sens critique (voir Ivan Illich, Une société sans école)[20].

  Bibliographie

  • Moritz Schlick, Théorie générale de la connaissance, trad. Christian Bonnet, Éditions Gallimard, coll. « Bibliothèque de philosophie », Paris, 2009, 551 p. (ISBN 978-2-07-077185-1)

  Notes et références

  1. Gérard Mendel, La chasse structurale, Paris, Payot, 1977 (ISBN 2-228-33280-1).
    Sous-titré Une interprétation du devenir humain
     
  2. Philippe Descola, Par delà nature et culture, Gallimard, 2005 (ISBN 2-07-077263-2).
    L'anthropologie n'a pas encore pris la mesure de ce constat : dans la définition même de son objet - la diversité culturelle sur fond d'universalité naturelle - elle perpétue une opposition dont les peuples qu'elle étudie ont fait l'économie.
     
  3. Mircea Eliade, Le sacré et le profane, Gallimard, 1965 (ISBN 2-07-032454-0) 
  4. Certaines formes de relativismes affirment que la connaissance n'est autre chose que ce qui est tenu pour connaissance par un individu ou une société donnée. Par exemple, ils diront que le fait que la Terre était au centre de l'Univers était une connaissance des Grecs, mais que ce n'est plus une connaissance dans la société moderne. Ces penseurs rejettent l'idée d'une notion objective de connaissance, ou que la connaissance implique la vérité. Une telle position a été défendue par les sociologues des sciences Barry Barnes et David Bloor, par exemple dans Barnes, B. and D. Bloor, Relativism, Rationalism and the Sociology of Knowledge, in M. Hollis and S. Lukes (éds.), Rationality and Relativism, Oxford, Blackwell, 1982, pp. 21-47.
  5. Bertrand Russell, Problèmes de philosophie, chap. 5.
  6. Ryle, Gilbert. Le concept d'esprit
  7. Voir par exemple Armstrong, David M., Belief, Truth and Knowledge, Cambridge University Press, 1973, pp.137-150. Certains philosophes soutiennent qu'il existe néanmoins une notion faible de connaissance qui est identique à la croyance vraie: voir notamment A. I. Goldman, Pathways to Knowledge, Oxford University Press, Oxford, 2002, p.183. L'idée que la connaissance est juste la croyance vraie a été défendue par C. Sartwell, Why Knowledge Is Merely True Belief, The Journal of Philosophy 89(4), pp. 167–180.
  8. Descartes, Méditations Métaphysiques.
  9. Par exemple R. M. Chisholm, Perceiving, 1957.
  10. K. Lehrer, Theory of Knowledge.
  11. A.I. Goldman, Epistemology and Cognition, Harvard University Press, Cambridge, MA, 1986.
  12. P. Unger, Knowledge as non-accidentally true belief, 1968.
  13. texte de la convention de l'UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel
  14. Patrick Serrafero, Vers la mesure de la quantité de connaissance et de compétence industrielle : le modèle KnoVA., 1er Colloque Gestion des Compétences et des Connaissances en Génie Industriel, 2002, Nantes.
  15. Jean Louis Ermine et als, MKSM : Méthode pour la gestion des connaissances, Ingénierie des systèmes d'information, AFCET, ­Hermès, 1996, Vol. 4, n° 4, pp. 541-575.
  16. .Modèle:Le Manuel du Knowledge Management, mettre en réseau les hommes et les savoirs pour créer de la valeur, Dunod 2007
  17. Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux, Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9)
  18. Fanch Postic, Les Passeurs de Mémoire [avec D. Laurent et P. Prat], Manoir de Kernault, Mellac, 1996.
  19. Edgar Morin, La tête bien faite. Repenser la réforme. Réformer la pensée., Paris, Seuil, 1999.
  20. Ivan Illich, Une société sans école, Seuil, 1971 (titre original : Deschooling Society)

  Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les aspects philosophiques

Sur les disciplines scientifiques et techniques

   
               

 

Toutes les traductions de connaissance


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

3288 visiteurs en ligne

calculé en 0,296s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼

NADAR Rétrospective ORSAY - Connaissance des Arts - 1995 (4.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Quand l' Atlantide resurgira.Roger FACON.Connaissance de l'etrange (4.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

Journal des connaissances utiles 4/1833 Conservation vin Horticulture Meunerie (10.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Experience connaissance / L L Grateloup (7.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

(C3) CONNAISSANCE DE L HISTOIRE N° 23/1980 AEROPORTES 1943 / 1945 (5.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

*escapade* ★★★★ SAUVOIR DE CONNAISSANCE ★ VF RARE NM ★ MIRRONDIN ASSIEGE MAGIC (1.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

LOUIS ROUGIER TRAITE DE LA CONNAISSANCE 1955 GAUTHIER-VILLARS EDITION ORIGINALE (27.3 EUR)

Usage commercial de ce terme

Solfège Rythme Connaissance du langage musical Léon LEGRON cours préparatoire (3.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

Madame Steinheil ou la Connaissance du Président / Lanoux, Armand (10.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Connaissance des arts 537 1997 Signac et la couleur Tiepolo à New-York Maastrich (7.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Deseyne Connaissance caractère par écriture Graphologie (9.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

CHANGER PAR LA VISUALISATION EPANOUISSEMENT CONNAISSANCE SAGESSE 1989 PHILIPPE (6.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

FOCUS INTERNATIONAL / CONNAISSANCE DE LA MATIERE / BORDAS (9.99 EUR)

Usage commercial de ce terme

CONNAISSANCE HISTOIRE HACHETTE HS N° 5 / AVIONS WW2 PROFILS ET HISTOIRE (7.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

JACQUES HILLAIRET - Connaissance du vieux Paris - Club français du livre 1956 // (10.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

SPECIAL CONNAISSANCE HISTOIRE HACHETTE / LA GUERRE DU LIBAN 1982 / MILITARIA (6.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

ETIENNE MARTIN - Editions la Connaissance 1970  (69.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

REVUE ART-- CONNAISSANCE DES ARTS (8.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

EDGAR MORIN - LA METHODE 3 / LA CONNAISSANCE DE LA CONNAISSANCE / NEUF / (4.0 EUR)

Usage commercial de ce terme