» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - couleur

couleur (n.f.)

1.substance qui permet de colorer.

2.toute couleur, le blanc et le noir exclus.

couleur (n.)

1.impression visuelle produite par la lumière renvoyée par les corps.

   Publicité ▼

définition (complément)

voir la définition de couleur dans le Littré

voir la définition de Wikipedia

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

synonymes - couleur

   Publicité ▼

voir aussi

couleur (n.)

chromatique, colorier achromatisme

couleur (v.)

se décolorer, se ternir

couleur (adj.)

noir et blanc

locutions

-(couleur) bronze • (couleur) pêche • (couleur) rose • Couleur de l'oeil • Couleur des cheveux • Couleur des poils • Couleur des yeux • Couleur du cheveu • Couleur du pelage • Couleur du poil • Couleur oculaire • Couleur thérapie • Perception de la couleur • Test vision couleur • Thérapie par la couleur • Vision couleur, test • Vision de la couleur • [ sous couleur de ] • anomalie de couleur de l'expectoration • anomalies de la couleur des cheveux • armillaire couleur de miel • barre de couleur • changement de couleur • changement de couleur pendant la formation de la dent • changer de couleur • charte de couleur • chemise de couleur • constance de la couleur • couleur achromatique • couleur achromatique perçue • couleur acide • couleur adjective • couleur brun roux • couleur carnée • couleur cerise • couleur chair • couleur chromatique • couleur complémentaire • couleur de la peau • couleur de laiton • couleur de peau • couleur fondamentale • couleur locale • couleur politique • couleur primaire • couleur puce • couleur pêche • couleur spectrale • couleur à l'aniline • couleur à l'huile • crayon de couleur • cécité à la couleur bleue • cécité à la couleur rouge • cécité à la couleur verte • d'une couleur claire • de couleur • en couleur • encre de couleur • fausse couleur • femme de couleur • film en couleur • filtre de couleur • gens de couleur • haut en couleur • homme de couleur • image en couleur composée • indice de la couleur • infrarouge couleur • intensité de couleur • linge de couleur • mettre en couleur • norme de télévision couleur séquentielle • norme de télévision couleur à séquence de champ • passer en couleur • personne de couleur • photo couleur • planche de couleur • propriété de couleur • quinte couleur • quinte-couleur • retoucheur-couleur • sans couleur • saturation de la couleur • sous couleur • télé couleur • téléviseur couleur • verre de couleur • vitre de couleur • Échocardiographie couleur • Échodoppler couleur • Échographie doppler couleur

-Abricot (couleur) • Absinthe (couleur) • Acajou (couleur) • Adjectif de couleur • Aigue-marine (couleur) • Albâtre (couleur) • Alezan (couleur) • Amande (couleur) • Amarante (couleur) • Ambre (couleur) • Améthyste (couleur) • Anthracite (couleur) • Aquilain (couleur) • Ardoise (couleur) • Argent (couleur) • Argile (couleur) • Armillaire couleur de miel • Asperge (couleur) • Association Internationale de la Couleur • Aubergine (couleur) • Auburn (couleur) • Aurore (couleur) • Avocat (couleur) • Azur (couleur) • Bai (couleur) • Baillet (couleur) • Banane (couleur) • Basané (couleur) • Beurre (couleur) • Bis (couleur) • Bisque (couleur) • Bitume (couleur) • Blé (couleur) • Bordeaux (couleur) • Bourgogne (couleur) • Byzantin (couleur) • Byzantium (couleur) • Cerise (couleur) • Changement de couleur des feuilles • Charge de couleur • Colombin (couleur) • Condensat de verre de couleur • Confinement de couleur • Coquelicot (couleur) • Cortinaire couleur de rocou • Couleur (héraldique) • Couleur (physique élémentaire) • Couleur 3 • Couleur 3 (homonymie) • Couleur chair • Couleur complémentaire • Couleur de la peau humaine • Couleur des cheveux • Couleur des yeux • Couleur directe • Couleur du ciel • Couleur du ruban • Couleur dure • Couleur liturgique • Couleur molle • Couleur politique • Couleur primaire • Couleur secondaire • Couleur sienne • Couleur tertiaire • Crayon de couleur • Crème (couleur) • Cuisse de nymphe émue (couleur) • Diagramme couleur-couleur • Dégradé de couleur • Développement d'un film négatif couleur • Excès de couleur • Fausse couleur • Femme de couleur • Festival Couleur Café • Forêt de bois de couleur des Bas • Framboise (couleur) • Fuchsia (couleur) • Garance (couleur) • Gens de couleur libres • Grenat (couleur) • Gris acier (couleur) • Groseille (couleur) • Héliotrope (couleur) • Ils ont filmé la guerre en couleur • Indice de couleur • Indice de rendu de couleur • Ivoire (couleur) • Jade (couleur) • Kaki (couleur) • La Bonne Couleur • La Couleur de l'argent • La Couleur de la haine • La Couleur du baseball • La Couleur du crime • La Couleur du mensonge • La Couleur du sacrifice • La Couleur pourpre • La Couleur tombée du ciel • La Huitième Couleur • Lactaire couleur saumon • Lapin nain de couleur • Lavande (couleur) • Lime (couleur) • Magenta (couleur) • Marron (couleur) • Mauve (couleur) • Mise en couleur • Modèle de couleur RJB • Moutarde (couleur) • Nacarat (couleur) • Noms de couleur X11 • Noms et adjectifs de couleur • Octarine (couleur) • Olive (couleur) • Or (couleur) • Orange (couleur) • Ordinateur Couleur • Physique de la couleur • Prune (couleur) • Puce (couleur) • Rose (couleur) • Rouille (couleur) • Roux (couleur) • Révolutions de couleur • Sarcelle (couleur) • Saturation (théorie de la couleur) • Saumon (couleur) • Souris (couleur) • Température de couleur • Terracotta (couleur) • Tricholome couleur de terre • Turquoise (couleur) • Vanille (couleur) • Vie et couleur • Whist à la couleur • Émeraude (couleur)

dictionnaire analogique


couleur (adj.) [J + comp]




 

céramique[Thème]

céramique[termes liés]

couleur (n. f.)


 

accessoire de jeu[ClasseParExt.]

carte à jouer[ClasseHyper.]

jeu de cartes[ClasseHyper.]

jeu de cartes[Thème]

card (en)[Domaine]

Artifact (en)[Domaine]

carte - paquet[Hyper.]

jeu, jeu de cartes[membre]

couleur (n. f.)


opinion[Classe]

politique[termes liés]

couleur (n. f.) [figuré]


 

partie d'une chose[ClasseParExt.]

décrire[Thème]

couleur (n. f.) [figuré]


richesse du style[DomainJugement]

couleur (n. f.) [figuré]


couleur (n. f.) [figuré]


 

couleur[Classe]

couleur et teint de la peau[Thème]

peau humaine[DomainDescrip.]

teint de la peau[ClasseHyper.]

couleur (n. f.)





 

color (en)[Domaine]

Substance (en)[Domaine]

colorant[Hyper.]

teindre[Dérivé]

couleur (n. f.)



Le Littré (1880)

COULEUR (s. f.)[kou-leur]

1. Sensation que produit sur l'organe de la vue la lumière diversement réfléchie par les corps. Les couleurs, ainsi que l'a démontré Newton, sont le produit de la décomposition de la lumière.

Les couleurs ne sont pas dans les corps colorés, mais dans la lumière ; pour qu'on voie un objet, il faut qu'il soit éclairé (J. J. ROUSS. Ess. Orig. des langues, ch. 16)

Couleurs primitives, les sept couleurs qui se montrent dans la décomposition de la lumière. Couleurs naturelles des corps, celles qui proviennent de la nature des rayons réfléchis ou réfractés par ces corps (ceux qui absorbent tous les rayons du spectre, moins le rayon rouge, qu'ils réfléchissent ou qu'ils laissent passer à travers leur substance, étant d'une couleur rouge, et ainsi de toutes les autres couleurs). Couleurs complémentaires, celles qui reproduisent la couleur blanche en se combinant à une autre couleur ; c'est ainsi que six couleurs du spectre solaire réunies sont toujours complémentaires de la septième couleur avec laquelle elles donnent naissance à la couleur blanche ; dans le système du contraste des couleurs, le mot complémentaire a une autre signification, il sert à indiquer la couleur qui est susceptible d'exhausser le ton d'une autre couleur.

Juger, parler d'une chose comme un aveugle des couleurs, en parler sans la moindre connaissance.

Couleur se prend au masculin dans les expressions comme celles-ci : Le couleur de rose, d'or, d'eau, de chair, de citron, etc.

Le plumage tire sur le couleur de rose vers la racine (LA FONT. Psyché, liv. I, p. 13)

Leur laine était d'un couleur de feu si vif qu'il éblouissait la vue (LA FONT. ib. II, p. 179)

Je vous trouve les lèvres d'un couleur de feu surprenant (MOL. Impromptu, 3)

Après un substantif ces locutions s'emploient comme un adjectif invariable : un ruban couleur de feu ; des souliers couleur de rose.

Terme de métallurgie. Couleur d'eau, brillant violet du fer bien poli, qui a passé au feu. Fer de couleur, fer qui devient cassant à la couleur rouge cerise. Couleurs de recuit, couleurs qui indiquent le degré de carburation de l'acier.

2. Substance ou matière colorante dont on se sert en teinture, peinture, etc. Broyer, étendre des couleurs. Peindre à pleine couleur, peindre avec un pinceau très chargé de couleur. Couleurs amies, celles qui s'assortissent agréablement.

Terme de peinture. Couleurs légères, celles qui sont comprises sous le blanc, c'est-à-dire sous la dénomination de couleurs blanches. L'outremer est compté parmi les couleurs légères. Couleurs pesantes, celles qui sont comprises sous le noir. Le brun-rouge, la terre d'ombre, le bistre, etc. sont des couleurs pesantes. Couleurs changeantes, celles qui dépendent de la situation des objets à l'égard de la lumière, comme celle des taffetas changeants, de la gorge des pigeons, etc. Couleurs noyées, celles qui s'affaiblissent insensiblement, comme sont celles qui forment les nuances. Couleurs rompues, couleurs trop vives que les peintres affaiblissent par le mélange d'autres plus sombres. Couleur générale, le résultat de l'ensemble des divers objets colorés qui sont dans un tableau.

Couleur locale, la couleur propre à chaque objet indépendamment de la distribution de la lumière, et, par extension, couleur locale, art de représenter, soit en peinture, soit dans une composition littéraire, soit même dans une composition musicale, certains détails qu'on croit avoir caractérisé un pays, un temps, etc. Le procédé de la couleur locale a été particulièrement mis en usage par l'école romantique.

Terme de peintre en bâtiment. Couleurs simples, celles qui viennent des végétaux et qui ne peuvent pas souffrir le feu.

Mettre en couleur, peindre un carreau, un parquet, etc.

Terme de teinturier. Couleurs matrices, cinq couleurs dont les autres dérivent.

3. En parlant des vêtements, toute autre couleur que le blanc et le noir. Elle avait une robe de couleur. Les gens de guerre portent des habits de couleur, les gens d'église en portent de noirs.

Terme de liturgie. Se dit des ornements de l'Église suivant les fêtes qu'elle célèbre.

Couleurs de blason ; on en distingue cinq : gueules ou le rouge ; azur ou le bleu ; sinople ou le vert ; sable ou le noir, et le pourpre qui est mélangé de gueules et d'azur. Ces couleurs sont dites émaux.

Anciennement, livrées. Gens de couleurs, les pages, laquais, cochers et suisses. Cet homme a porté les couleurs, il a été laquais.

Comment ! un aumônier portant vos couleurs ? (HAMILT. Gramm. 7)

Faire par les couleurs distinguer ses valets (BOILEAU Sat. V)

Tel aujourd'hui triomphe au plus haut de sa roue, Qu'on verrait, de couleurs bizarrement orné, Conduire le carrosse où l'on le voit traîné (BOILEAU Sat. I)

Porter les couleurs d'une dame, porter des couleurs semblables à celles qu'elle affectionne le plus.

Je dois vaincre, j'ai de ma belle Et les chiffres et la couleur (BÉRANG. Charles VII)

Aux couleurs, au carrosse il ne doute de rien ; Tout était à Lucrèce.... (CORN. Ment. III, 11)

Les couleurs et les chiffres de Mme de Valentinois paraissaient partout (LAFAYETTE Princ. de Clèves, Oeuvres, t. II, p. 1, dans POUGENS.)

Remettez-moi le soin de finir vos malheurs, J'irai dans les combats vaincre sous vos couleurs (DELAV. Vêpres sicil. II, 3)

Fig.

Le mal n'a point d'excuse, il n'est espoir, surprise, Intérêt, amitié, faveur, crainte, malheurs, Dont le pouvoir nous autorise à rien faire ou penser qui porte ses couleurs (CORN. Imit. I, 15)

4. Drapeau. Après un assaut acharné, les couleurs françaises flottèrent sur les remparts. Les couleurs nationales. Les trois couleurs, le drapeau ou la cocarde tricolore.

... Qui pouvait répondre Que le ciel.... N'eût point vu sur la tour de Londre Flotter en fin les trois couleurs ! (BÉRANG. Cocarde.)

Quand secouerai-je la poussière Qui ternit ses nobles couleurs ? (BÉRANG. Vieux drapeau.)

Terme de marine. Couleurs, s. f. plur. Pavillon, drapeau national.

5. Fig. Caractère propre à telle ou telle opinion. Ses opinions ont complétement changé de couleur. La couleur de ce journal est encore indécise. Prendre couleur, se décider pour un parti politique.

M. Judas .... soutient avec chaleur Qu'il n'a joué qu'un seul rôle Et n'a pris qu'une couleur (BÉRANG. Judas.)

6. Au jeu de cartes, le rouge et le noir, et chacune des quatre marques : pique, trèfle, coeur et carreau. De quelle couleur tourne-t-il ? Je n'ai point de cette couleur.

Au lansquenet, prendre couleur, entrer au jeu et couper.

Nommer la couleur, se dit, à l'hombre, pour signifier : faire la triomphe en indiquant la couleur.

Jeu des trois couleurs, sorte de jeu de hasard que l'on joue avec un plateau et trois dés, portant chacun trois couleurs différentes.

7. Le teint, la couleur du visage.

Déjà l'étonnement lui fait la couleur blême (MALH. I, 12)

J'ai couru sur le lieu sans force et sans couleur (CORN. Cid, II, 9)

Est-ce vous, Ladislas, Dont la couleur éteinte et la vue égarée.... (ROTROU Vencesl. IV, 4)

Je vous vois sans épée, interdit, sans couleur (RAC. Phèd. II, 6)

Néron l'a vu mourir sans changer de couleur (RAC. Brit. V, 7)

Vous changez de couleur [vous pâlissez], princesse ! (RAC. Ath. V, 4)

Son visage changeait à tout moment de couleur (FÉN. Tél. V)

Quelle étrange pâleur De son teint tout à coup efface la couleur ? (RAC. Esth. II, 7)

Longtemps sans mouvement, sans couleur et sans vie (VOLT. Orphel. II, 7)

Être haut en couleur, avoir la figure très colorée.

La femme d'Harlay était extrêmement grosse et très haute en couleur (SAINT-SIMON 37, 51)

M. le duc d'Orléans était de taille médiocre au plus, fort plein sans être gros, l'air et le port aisé et fort noble, le visage large et agréable, fort haut en couleur, le poil noir et la perruque de même (SAINT-SIMON 390, 2)

Cunégonde était haute en couleur, fraîche, grasse (VOLT. Cand. 1)

Reprendre couleur, perdre sa pâleur, revenir à la vie ; et fig. rentrer en faveur, reparaître dans le monde.

Un homme, une femme de couleur, un mulâtre, une mulâtre. Les gens de couleur.

Terme de médecine. Les pâles couleurs, la chlorose.

Les filles malades des pâles couleurs se croyaient possédées (VOLT. Phil. V, 358)

8. Terme de rôtisseur et de boulanger. Qualité colorée qu'on donne à la viande et au pain, par le moyen du feu. Ce rôti, ce pain a pris couleur.

Fig. L'affaire prend couleur, tourne à bien, commence à bien aller.

L'affaire du quiétisme, qui dormait un peu à la congrégation du saint-office, reprit couleur, et couleur qui commença à devenir fort louche pour M. de Cambrai (SAINT-SIMON 56, 189)

9. Coloris, en parlant d'un tableau. Ce tableau est d'une bonne couleur.

Terme de gravure. Cette estampe est d'une belle couleur, on y reconnaît la couleur du tableau.

Fig.

C'est à monseigneur à mettre la dernière couleur (SÉV. 408)

10. Éclat, brillant du style. Son style a une couleur brillante. Ce morceau manque de couleur.

Expressions considérées en tant qu'elles peignent.

Mais je ne trouve pas de couleurs assez noires Pour en représenter les tragiques histoires (CORN. Cinna, I, 3)

Toutes les langues ont les couleurs entières de l'expression et n'ont pas les mêmes nuances (MARMONT. Élém. litt. Oeuvres, t. X, p. 270, dans POUGENS)

Terme de musique. Couleurs des sons, se dit quelquefois pour timbre.

11. Certain caractère des choses. Aux yeux du mélancolique, tout revêt de sombres couleurs. Voir tout couleur de rose, voir tout en beau.

Ainsi nous séduisant d'une fausse couleur (RÉGNIER Sat. XIV)

Il m'a rendu ma gloire et préservé mon front Des infâmes couleurs d'un si mortel affront (CORN. Théodore, IV, 6)

Voilà de quelle couleur sont les réflexions d'une personne de mon âge (SÉV. 182)

Familièrement.

J'ai fort causé avec Corbinelli, il est charmé du cardinal ; il n'a jamais vu une âme de cette couleur ; celles des anciens Romains en avaient quelque chose (SÉV. 337)

Je ne sais de quelle couleur est son argent, c'est-à-dire il ne m'a pas payé ce qu'il me devait, il ne m'a pas fait les gratifications qu'il était convenable qu'il me fît.

On dit dans ce même sens : depuis huit jours je ne connais pas la couleur de ses paroles, il ne m'a parlé depuis huit jours.

12. Apparence, prétexte, raison palliée.

Sous couleur d'aller voir une femme malade (RÉGNIER Sat. XI)

Ce traître.... Entra dedans mon coeur sous couleur d'amitié (RÉGNIER Dial.)

Pour appuyer cette conjecture, on ne manque ni de preuves ni de couleurs (PATRU Plaid. II, dans RICHELET)

Vous cherchez, Ptolémée, avecque trop de ruses, De mauvaises couleurs et de froides excuses (CORN. Pomp. III, 2)

Et tout ce qui pourra, sous quelque autre couleur, Autoriser ta haine et flatter ta douleur (CORN. Héracl. I, 2)

Mais si tu veux trahir, trouve du moins, ingrat, De plus belles couleurs dans les raisons d'État (CORN. Perthar. I, 4)

Sous couleur de punir un injuste attentat (CORN. Cid, IV, 5)

Sous une autre couleur lui faire ses adieux (CORN. Sertor. I, 2)

Sous couleur de lui servir d'appui, Le met hors du royaume et me répond de lui (CORN. Perthar. V, 1)

Et trouve occasion dessous cette couleur De venger le mépris qu'on fait de sa valeur (CORN. D. San. II, 1)

Vous ne manquerez jamais d'esprit pour donner de belles couleurs aux fautes que vous pourrez faire (MOL. Comtesse, 1)

Sous couleur de changer de l'or que l'on doutait (MOL. l'Étour. II, 7)

Leurs injustices [des Romains] étaient d'autant plus dangereuses, qu'ils savaient mieux les couvrir du prétexte spécieux de l'équité, et qu'ils mettaient sous le joug insensiblement les rois et les nations sous couleur de les protéger et de les défendre (BOSSUET Hist. univ. III, 6)

S'ils s'en plaignent, c'est avec quelque couleur de justice (BOSSUET Serm. Sept.)

Des gens qui sachent donner au mensonge de belles couleurs (BOSSUET 1er avert.)

De quelque couleur qu'il se déguise (BOSSUET III, Pent. 2)

On donne de mauvaises couleurs à leurs actions (BOSSUET Pensées, 29)

Sous couleur de piété, on ne s'aperçoit pas qu'on veut dominer (BOURD. Avent, Sur l'évang. 418)

J'inventai des couleurs, j'armai la calomnie (RAC. Esth. II, 1)

Ne prétendrais-tu point, par tes fausses couleurs, Déguiser un amour qui te retient ailleurs ? (RAC. Baj. V, 4)

Populairement, mauvaise raison, mensonge. Quelle couleur ! J'ai deviné la couleur.

13. Couleur, nom qu'on donnait, alors que les tulipes faisaient fureur, à celle qui n'était que d'une couleur.

SYNONYME

COULEUR, COLORIS. Proprement, couleur désigne une couleur particulière ; et coloris est l'effet qui résulte de l'ensemble et de l'assortiment des couleurs. Coloris ne peut pas se prendre pour couleur ; mais couleur peut se prendre pour coloris, couleur étant le terme générique et répondant à la sensation pure. Coloris est proprement un terme de peinture ; il se dit, au propre, de l'effet produit par la couleur dans un tableau, et, par extension, de la couleur du visage, de celle de quelques fruits et de celle du style.

HISTORIQUE

XIe s.Li reis Marsiles ad la culur muée (Ch. de Rol. XXXIII)

XIIe s.[Ils font] Engin de mainte color [espèce], Pour tourner joie en tristor (Couci, I)Bele Erembors à la fenestre, au jor, Sur ses genous tient paile de color (Romancero, p. 49)

XIIIe s.La colors n'estoit pas en semblance de choe [chouette] (Berte, XXXIII)Quant li rois l'entendi, color [il] prit à muer (ib. CXII)Li bateurs d'estain puet taindre son estain de toutes manieres de couleurs (Liv. des mét. 76)Il iert biaus, et ele bele ; Bien resembloit rose novele De sa color.... (la Rose, 843)Se leur messe [des ordres mendiants] vaut quatre, il ont bone couleur De dire que leur messe soit de greignor valeur (J. DE MEUNG Test. 996)

XIVe s.Ce que il dit eust aucune couleur, mais comme pourroit il coulourer son dit ? (ORESME Eth. 296)

XVe s..... Bon serviteur Sans couleur Vous a esté vrayement (CH. D'ORL. Requête à Cupidon.)Lors quant de nous approucher je le vy, Couleur changay.... (CH. D'ORL. 1)Combien que nous avons couleur de penser que le mareschal, comme dict est, en soit cause (Bouciq. Hist. III, ch. 5)Et fust ceste guerre depuis appellée le bien publique, pource qu'elle s'entreprenoit soubz couleur de dire que c'estoit pour le bien publique du royaulme (COMM. I, 2)La plus part [des églises] furent pillées soubz umbre et couleur de prendre des prisonniers (COMM. II, 13)Ce qu'ilz font et la couleur qu'ils veulent prendre en leurs lectres n'est que pour parvenir à leurs fins (Lettre de Charles VIII, Bulletin du comité de la langue, t. III, p. 587)

XVIe s.Ils desgorgent toutes les vilenies qu'ils peuvent contre nous, pensans avoir belle couleur de nous blasmer, en ce que.... (CALV. Instit. 145)Des peuples surprins soubs couleur d'amitié et de bonne foi (MONT. III, 6)Soubs couleur de quelque meurtre, il lui feit trencher.... (MONT. I, 38)J'en ay veu engloutir du sable pour acquerir les pasles couleurs (MONT. I, 308)À quoy faire la provision des couleurs à qui ne sçait ce qu'il a à peindre ? (MONT. II, 9)Cela donna occasion à Mago de souspeçonner quelque trahison, avec ce qu'il ne demandoit que quelque couleur pour s'en aller (AMYOT Timol. 30)Soubs couleur de faire ses preparatifs, et dilayant toujours (AMYOT Pélop. 53)De meschantes robbes rappiecées de drap de couleur (AMYOT Agésil. 49)Caesar changea sur l'heure de plusieurs couleurs, monstrant evidemment à la face qu'il sentoit toutes sortes de mouvemens en son cueur (AMYOT Cicéron, 50)Maintenant il nous faut traiter des palles couleurs (PARÉ XVIII, 70)Or convient il de parler des exornations ou figures que l'on dict couleurs de rhetorique (FABRI Art de rhétor. f° 84, dans LACURNE)

ÉTYMOLOGIE

Bourguig. quelou ; provenç. et espagn. color ; portug. cor ; ital. colore ; du latin colorem.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COULEUR. Ajoutez :

14. Terme de turf. Les couleurs, couleur de l'ensemble du costume porté par le jockey d'une écurie. Chaque écurie de course a ses couleurs particulières.

15. Terme de mine. La couleur, la teinte des résidus de lavage qui indique qu'un minerai contient de l'or.

Ces essais, opérés grossièrement dans une calebasse, donnèrent la couleur, c'est-à-dire que le résidu des lavages contenait quelques parcelles d'or (Journ. offic. 28 fév. 1875, p. 1532, 2e col.)

COULEUR (s. m.)[kou-leur]

Ouvrier, dans une fabrique de sucre de betterave, qui fait couler le jus produit par les décanteurs, les Primes d'honneur, p. 123, Paris, 1874.

Wikipedia

Couleur

                   
Page d'aide sur les redirections Pour la notion de physique des particules, voir Charge de couleur.

La couleur est la perception subjective qu'a l'œil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes lumineuses, avec une (ou des) amplitude(s) donnée(s). La sensation de couleur, pour un humain, est un mélange de rouge, de bleu et de vert, qui correspondent aux maximums d'absorption des cônes de la rétine. L'intensité totale perçue par ces cellules sensorielles correspond à la notion de luminosité (clair ou sombre), et les intensités relatives perçues restituent la couleur. Si les couleurs vives se démarquent des autres, la limite entre ces couleurs n'est pas précise. Pour l'œil humain, il y a un continuum de couleurs dans un espace à trois dimensions, ce qui rend difficile sa représentation sur une surface comme une feuille ou un écran d'ordinateur.

On distingue :

  • les sources lumineuses, qui peuvent avoir une certaine couleur, comme le rayonnement d'un corps noir
  • les couleurs pigmentaires, dites chimiques, car produites par la présence dans la matière de colorants ou de pigments (qui absorbent une partie de la lumière blanche et ne réfractent que certaines longueurs d'ondes), comme de la peinture
  • les couleurs structurelles, dites physiques, provoquées par des phénomènes d'interférence liés à la structure microscopique de l'objet qui diffracte la lumière reçue, comme les ailes de papillon

La dénomination couleur physique/chimique issue de Goethe persiste par habitude mais est peu pertinente car le phénomène à l'origine de toutes les couleurs est physique puisqu'il s'agit de l'absorption de photons[1].

Les couleurs pigmentaires sont généralement instables, tandis que les couleurs structurelles sont pérennes et iridescentes.

Sommaire

  Perception des couleurs

  Spectre lumineux

  Le spectre lumineux

La lumière visible est la partie du spectre électromagnétique qui est visible pour l'œil humain. Il n'y a pas de limite exacte au spectre visible : l'œil humain adapté à la lumière possède généralement une sensibilité maximale à la lumière de longueur d'onde d'environ 550 nm, ce qui correspond à une couleur jaune-verte. Généralement, on considère que la réponse de l'œil couvre les longueurs d'ondes de 380 nm à 780 nm bien qu'une gamme de 400 nm à 700 nm soit plus commune. Cette gamme de longueur d'onde est importante pour le monde vivant car des longueurs d'ondes plus courtes que 380 nm endommageraient la structure des molécules organiques tandis que celles plus longues que 720 nm seraient absorbées par l'eau, constituant abondant du vivant[2].

couleur Longueur d'onde dans le vide (nm) Fréquence (THz) Énergie de photon (eV)
Infrarouge   > 780 < 405 < 1.6
rouge   ~ 625-740 ~ 480-405 ~ 1.6 - 2.0
orange   ~ 590-625 ~ 510-480 ~ 2.0 - 2.1
jaune   ~ 565-590 ~ 530-510 ~ 2.1 - 2.2
vert   ~ 520-565 ~ 580-530 ~ 2.2 - 2.4
bleu   ~ 446-520 ~ 690-580 ~ 2.4 - 2.8
violet   ~ 380-446 ~ 790-690 ~ 2.8 - 3.2
ultraviolet   < 380 > 790 > 3.3

  Œil humain

  Zone de sensibilité des trois cônes et des bâtonnets en fonction de la longueur d'onde

L'œil est sensible aux radiations électromagnétiques dont la longueur d'onde dans le vide est comprise entre 400 et 700 nm environ. La synthèse additive de la couleur à partir du rouge, du vert et du bleu, est due au fait que ce sont les 3 couleurs auxquelles sont le mieux adaptés les 3 types de cônes qui servent à la réception de la couleur dans l'œil humain :

  • Les cônes L, sensibles aux ondes longues (700 nm), donc les rouges
  • Les cônes M, sensibles aux ondes moyennes (546 nm), donc les verts
  • Les cônes S, sensibles aux ondes courtes (436 nm), donc les bleus

Ces récepteurs sont en fait sensibles à une bande de longueur d'onde correspondant approximativement, conjointement à cet intervalle de 436 nm à 700 nm et, individuellement, à ces valeurs (L, M et S).

Chaque œil dispose de sa propre capacité de discernement avec une vision légèrement différente.

Les bâtonnets appartiennent au second type de cellules sensibles de l'œil humain, spécialisés dans la perception de l'intensité de la lumière; ils ne sont actifs que dans la pénombre (saturés à partir de 500 photons par seconde). Les cônes ne commencent à s'activer qu'à partir de 10 photons par seconde, ce qui explique pourquoi on voit en noir et blanc quand la lumière est faible[3].

Les problèmes de vision des couleurs, ou dyschromatopsies, sont souvent regroupés sous le terme de daltonisme. L'absence totale de vision des couleurs est appelée achromatopsie.

  Œil

Certains animaux possèdent moins ou pas de cônes (la plupart des mammifères, comme le chat sont ainsi dichromates, ne possédant que 2 types de cônes, mais le rat est monochromate avec un seul type de cônes), et d'autres en possèdent autant ou plus que les humains (la plupart des oiseaux sont trichromates, avec des exceptions comme le pigeon par exemple qui est pentachromate grâce à 5 types de cônes)[4].

  Perception et âges

Les bébés ont une vision précoce et latéralisée de la couleur, contrôlée par l'œil gauche dans la prime enfance, puis chez l'enfant plus grand et chez l'adulte, par l'œil droit[4], c'est-à-dire dans l'hémisphère gauche du cerveau, où est également située l'aire du langage. Les scientifiques ont aussi montré que l'acuité de perception des couleurs est augmentée dans les groupes ethniques disposant d'une langue riche en mots décrivant les nuances colorées[réf. souhaitée]. De même les nuances sont détectées plus rapidement quand les mots pour les décrire existent dans la langue (nuances de bleu, clair ou foncé PNAS, 2006)

  Perception et interprétation

  L'Échiquier d'Adelson : La teinte grise du carré A est la même que celle du carré B.
  L'Échiquier d'Adelson : La teinte grise du carré A est la même que celle du carré B.


Le cerveau interprète les informations transmises par l'œil pour former un tableau cohérent. C'est ce qui lui permet par exemple d'anticiper que deux parties d'un même objet, l'une à l'ombre et l'autre à la lumière, sont de la même couleur.

  Température des couleurs

Si nous séparons en deux moitiés le cercle chromatique entre vert-jaune et rouge-violet, nous voyons s’opposer, d’un côté, les couleurs chaudes (du jaune au rouge), de l’autre, les couleurs froides (du violet au vert). Les couleurs qui expriment le mieux les sensations de chaud et de froid sont respectivement le rouge et le bleu. Bien qu’un vert soit considéré comme froid avec le violet, la température se réchauffe si on ajoute du jaune au vert ou du rouge au violet. À l’inverse, quoique chaud, le rouge vire, petit à petit, au froid pour rejoindre le violet quand on lui ajoute du bleu.

On constate que, pour le physicien ou le photographe, la température de couleur est plus élevée pour un bleu que pour un rouge.

  Bizarrerie

L'un des 500 brevets déposés par Edwin H. Land, créateur de la photographie instantanée Polaroïd concerne un procédé simplifié de restitution de tout le spectre[5],[6] à partir de seulement deux couleurs de base, ce qui va à l'encontre des connaissances modernes sur le mécanisme de la vision. Ce brevet, à la différence de beaucoup d'autres inventions de Land, n'a débouché en pratique sur aucune réalisation.

  Couleur et lumière

L'émission de lumière colorée peut être produite selon deux phénomènes :

  • L'incandescence est une émission de lumière due à la chaleur : la flamme d'une bougie, le métal en fusion, un charbon ardent, le Soleil... La couleur dépend de la température. La couleur blanche est définie par le rayonnement d'un corps noir.
  • La luminescence est la propriété de certains corps d'émettre des photons sans changement de température : diodes électroluminescentes, tubes fluorescents, lucioles, écran cathodique...

Un objet éclairé peut modifier la lumière reçue par plusieurs moyens.

Les couleurs résultant d'une interaction lumière/matière sont produites selon selon plusieurs mécanismes : absorption, diffusion, réfraction (ou dispersion), interférence et diffraction.

  Absorption

De nombreuses substances absorbent certaines longueurs d'ondes (pigments, colorants) ; par exemple la couleur des carottes est due au carotène, une molécule qui absorbe les longueurs d'ondes entre le violet et le vert. L'énergie absorbée est généralement restituée sous forme de chaleur (de rayonnement infrarouge invisible à l'œil), ce qui explique par exemple qu'un objet noir sera plus chaud au soleil qu'un objet blanc. Il existe aussi des objets qui sont capables de réémettre le rayonnement absorbé dans le spectre visible (par exemple particules d'or dans le verre rubis)[1]. Ce mécanisme de réémission explique aussi les couleurs fluo : ces pigments absorbent le rayonnement ultraviolet et le réémettent sous forme de lumière visible, donnant une couleur qui semble plus lumineuse que la couleur pure associée.

  Diffusion

  La diffusion provoque à la fois le bleu du ciel et le blanc des nuages

La diffusion est le phénomène par lequel un rayonnement, comme la lumière est déviée dans de multiples directions par une interaction avec d'autres objets.

La diffusion Rayleigh intervient quand la taille des particules est petite, inférieure à quelques dizaines de nanomètres. L'intensité diffusée est inversement proportionnelle à la puissance quatrième de la longueur d'onde : le bleu (400 nm) est plus diffusé que le rouge (700nm). L'effet des molécules de dioxygène et diazote de l'atmosphère terrestre provoque ainsi la couleur du ciel et des couchers de soleil.

Quand les particules sont plus grandes elles provoquent une diffusion de Mie qui touche de manière uniforme toutes les fréquences lumineuses. C'est ainsi que les gouttelettes d'eau provoquent la couleur blanc-gris des nuages ou du brouillard[7].

  Réfraction

Ce mécanisme décompose une lumière blanche dans ses différentes composantes pour former par exemple les arc-en-ciel que l'on voit dans la nature ou à travers un prisme. La réfraction est un phénomène de déviation d'une onde lorsque sa vitesse change entre deux milieux. Généralement l'indice de réfraction augmente quand la longueur d'onde diminue, les violets sont donc plus déviés que les rouges.

  Interférences et diffractions

Les irisations d'une bulle de savon ou d'un film d'huile à la surface d'une flaque, ou encore les couleurs à la surface d’un disque compact provient d’un phénomène d'interférence.

  Mesure des couleurs

  IT8.7/1 Mire de l'entreprise LaserSoft Imaging

Il importe de ne jamais confondre couleur, notion perceptive, et longueur d'onde, notion physique. L'arc-en-ciel étant le spectre des longueurs d'ondes monochromatiques, ne comporte qu'un faible sous-ensemble des couleurs visibles par l'œil humain (mais a contrario contient des longueurs d'ondes invisibles à l'œil humain). Le rose, par exemple, n'y figure pas : il s'agit d'un panachage que ne peut restituer aucune longueur d'onde monochromatique. Le rose est en effet constitué par l'accumulation de plusieurs ondes monochromatiques.

Comme on l'a vu l'œil humain comporte trois récepteurs de la couleur, respectivement sensibles au rouge, au vert et au bleu. Une couleur peut donc être définie par trois composantes. On peut utiliser le taux de rouge, de vert et de bleu, ce qui correspond au système Rouge vert bleu (RVB) (ou en anglais Red Green Blue (RGB)). Il est utilisé par exemple en informatique mais reste éloigné de notre perception naturelle des couleurs.

L'ensemble des couleurs est défini, actuellement, très souvent par ses trois caractéristiques de teinte, valeur et saturation. Le système CIE Lab a tendance à le remplacer dans les systèmes colorimétriques avancés. Sur le cercle chromatique, on trouve : des couleurs complémentaires, des tons chauds et froids, des couleurs dites secondaires, des couleurs primaires, et des valeurs (blanc et noir).

La différence entre deux couleurs pour l'œil humain peut varier d'un individu à l'autre, et parfois même très légèrement entre les deux yeux d'une même personne (on peut alors s'en rendre compte par clignement). Une différence qui ne paraît pas évidente pour la majorité des gens pourra paraître nulle pour quelqu'un atteint de daltonisme ou au contraire énorme pour quelqu'un qui est habitué à composer des couleurs tous les jours, comme un peintre ou un imprimeur. À titre indicatif, les tapissiers distinguent cinq cents nuances de rouge.[réf. nécessaire]

En synthèse soustractive, des couleurs paraissant identiques à deux personnes sous un blanc d'une température donnée (par exemple lumière du jour) pourront leur paraître différentes sous un blanc d'une autre température. Pour cette raison, le système que l'on espérait universel du cube de Hicketier, et qui aurait associé à chaque couleur un numéro unique, n'a pas eu de suite.

Cela pose donc des problèmes de référence, qui servirait à vérifier une certaine équivalence, entre deux couleurs différenciées par leur support et médium. La colorimétrie tente donc de résoudre ces différents problèmes. On trouve notamment dans le système CIE L*a*b* la notion de Delta E la différence entre deux couleurs (Lab 1 et Lab 2).

Le fait que l'on puisse mesurer les valeurs d'une couleur et les donner en chiffres permet de recevoir des couleurs fidèles pendant une numérisation ou la retouche digitale. Il y a des logiciels qui sont spécialisés à transformer ces valeurs à l'aide d'une mire IT8 en un profil particulier - un Profil ICC. Ces profils sont utilisés par des logiciels pour la gestion de couleurs et permettent une visualisation et reproduction fidèle. L'association EDP décerne un prix pour le meilleur logiciel dans le domaine de gestion de couleurs annuellement. 2007 i1iSis de X-Rite a reçu le prix ; 2008 c'était SilverFast de LaserSoft Imaging.

  Teinte

  Spectre de la lumière, vertical et descendant.

On nomme « teinte » la ou les fréquences engendrant l'impression chromatique. En situation non expérimentale, plusieurs fréquences coexistent toujours, mais elles ont pour résultante une dominante chromatique.

Le spectre lumineux se décompose en un dégradé de couleurs allant du violet au rouge. Ainsi, l'œil humain est le plus souvent incapable de distinguer un jaune monochromatique (une seule longueur d'onde) d'une composition correspondante de vert et de rouge. Cette illusion permet d'afficher du jaune sur nos écrans d'ordinateur alors que ceux-ci ne contiennent que des diodes rouges, vertes et bleue. De même une lumière blanche dont on aurait atténué certaine ondes dans les violets et les bleus paraîtra jaune.

L'ensemble des fréquences des ondes lumineuses forme le spectre des teintes (souvent appelé spectre des couleurs) allant des infrarouges aux ultraviolets.

Quand on mélange les deux extrémités du spectre (le violet et le rouge) on n'obtient pas la couleur à mi distance (le vert) mais une nouvelle couleur ( le magenta). On ajoute ces diverses combinaisons de violet et de rouge au spectre pour obtenir l'ensemble des teintes.

  Couleurs métamères, une fonction de l'œil

Comment peut-on concilier les deux phénomènes exposés plus haut ? D'un côté, l'étude de la décomposition de la lumière nous apprend que les couleurs pures sont monochromatiques, que le vert a sa longueur d'onde caractéristique, le bleu a une autre longueur d'onde caractéristique, et le jaune, une autre encore. D'un autre côté, le mélange additif de deux couleurs telles que le vert et le rouge en produit une troisième, le jaune. Est-ce que les longueurs d'onde sont modifiées ? Non, pas du tout.

Pour expliquer la sensation produite par le mélange, il faut faire appel à la physiologie de l'œil. Les cellules sensibles de la rétine, les cônes, transforment tout rayonnement de lumière visible en trois impulsions nerveuses de valeurs variables qui sont acheminées vers le cerveau. Même une lumière monochromatique comme le vert est de cette façon codée par ces 3 valeurs.

Or il se trouve que la rétine est incapable de faire la différence entre la lumière monochromatique jaune et la somme des deux lumières verte et rouge, car ses cônes sont excités de la même façon, et envoient les 3 mêmes impulsions nerveuses dans les deux cas[8].

Autrement dit, physiquement les deux lumières sont différentes, car leur composition spectrale est différente. Par contre, l'impression pour l'œil est la même.

Des ensembles lumineux de composition spectrale différente qui produisent la même impression colorée sur l'œil sont appelés couleurs métamères.

  Valeur

On nomme « valeur » l'amplitude lumineuse définissant la couleur ; plus elle est proche du noir, plus la valeur est basse. Il n'y a que deux valeurs. Le blanc et le noir. Les gris, qui sont des teintes du blanc et du noir, sont cependant des couleurs, et non des valeurs.

Les « gris » sont des valeurs particulières sur l'axe noir-blanc. Il s'agit toujours d'un mélange (en synthèse additive) d'égale proportion et avec la même valeur des trois couleurs primaires rouge, vert et bleu. En synthèse soustractive les trois couleurs sont le cyan, le jaune et le magenta. Pour obtenir un gris, les valeurs de cyan, magenta et jaune ne sont pas en égale proportion.

Chacun des gris peut être considéré comme une couleur dépourvue de teinte ; le noir et le blanc sont des gris extrêmes. Le noir est un gris de valeur nulle et correspond à l'absence de toute lumière (aucune lumière n'est reçue par l'œil). Le blanc est un gris de valeur maximale et peut être considéré comme une plénitude de couleurs (l'ensemble des fréquences d'onde lumineuse est reçu par l'œil avec une valeur maximale). Notons qu'en toute rigueur, il n'existe pas un blanc, mais une infinité de blancs, dont chacun se caractérise par sa température de couleur : en photographie-couleurs et en vidéo, on distingue couramment le blanc à environ 2 800 K (kelvins) d'une lampe à incandescence classique, le 3 200 K d'une lampe photoflood au tungstène, le 5 200 K d'une lampe à arc et le 6 500 K d'un flash électronique ou du Soleil.

  Saturation

On nomme « saturation » la vivacité (la pureté) d'une couleur, et par opposition, on appelle désaturation, son mélange, plus ou moins important, avec un gris de même valeur.

  Restitution des couleurs

  Compte-fils

Le seul procédé connu de restitution intégrale des couleurs, c'est-à-dire fixant le panachage réel des longueurs d'onde de départ et non sa simple projection sur un nombre limité d'axes de teinte, est la photographie interférentielle de Lippmann (1891), onéreuse et de mise en œuvre aussi contraignante que l'holographie, car fonctionnant lui aussi sur le principe des interférences. Les procédés polychromes (trichromes, quadrichromes, hexachromes…) lui sont donc préférés.

Le calcul soustractif des couleurs (ou synthèse soustractive) est le calcul fait par retrait de certaines longueurs d'onde de la lumière, et donc sur ce qui n'est pas source de lumière.

Par exemple, l'herbe ou les feuilles des arbres nous paraissent vertes, car elles absorbent le bleu et le rouge. Ce sont ces ondes qu'elles utilisent dans la photosynthèse.

Le calcul additif des couleurs (ou synthèse additive) est le calcul fait par addition des longueurs d'onde de sources lumineuses.

Par exemple, Si les deux composantes verte et rouge d'un moniteur d'ordinateur sont allumées, les couleurs des phosphores associés (juxtaposés) se superposent en raison de la mauvaise résolution de l'œil, et on obtient une couleur jaune, qui se résout à nouveau en vert et rouge si on regarde cette zone de l'écran à travers un compte-fils ou par réflexion sur un cédérom. Il est facile d'expérimenter cela avec les réglages des couleurs du bureau de votre ordinateur (s'il n'est pas monochrome). La synthèse du marron demande sensiblement plus d'essais (conseil : expérimentez en partant du violet, aussi contre-intuitif que cela paraisse).

  Synthèse additive

Article détaillé : synthèse additive.
  Mélange de couleurs par addition.

Le principe de la synthèse additive des couleurs consiste à s'efforcer de reconstituer, pour un œil humain, l'équivalent (l'apparence) de toute couleur visible, par l'addition, selon des proportions bien choisies, de lumières provenant de trois sources monochromatiques (par exemple des spots) dont les longueurs d'onde sont choisies une fois pour toutes pour répondre au mieux à cet objectif.

En observant l'arc-en-ciel, on peut voir que les gouttelettes de pluie, dans le lointain, décomposent la lumière en six couleurs, comme le feraient des prismes.

Newton reproduisit ce phénomène en décomposant la lumière solaire grâce à un prisme optique (un prisme droit en verre à base triangulaire). Il réussit à décomposer la lumière blanche en toutes les différentes couleurs du spectre.

Le physicien Young fit le contraire de Newton. Il recomposa la lumière. Il fit converger les six couleurs du spectre et obtint la lumière blanche. Il alla même plus loin en démontrant que les six couleurs du spectre pouvaient être réduites à trois. C'est-à-dire qu'il pouvait recomposer la lumière blanche avec ces trois couleurs. Il démontra aussi qu'en les mélangeant deux par deux, il pouvait obtenir les autres.

Et c'est ainsi qu'on différencia les couleurs primaires des secondaires.

Ce système de mélange de lumières signifie que plus on ajoute de couleurs plus on obtient de clarté. Par exemple, le vert et le rouge donnent le jaune indéniablement plus clair. On parle dans ce cas de système additif.

Les trois longueurs d'onde optimales, que l'on appelle couleurs primaires répondent à deux critères :

  • les teintes doivent correspondre autant que possible aux longueurs d'onde auxquelles les cônes sont le plus sensibles (c'est le cas du vert et du bleu)
  • les longueurs d'ondes doivent activer de manière spécifique certains cônes (cas du rouge)

Les trois couleurs primaires sont : rouge primaire ; vert primaire ; bleu primaire.

Il existe bien d'autres systèmes liés au RVB qui sont issus des travaux de la Commission internationale de l'éclairage. Le système de base est le CIE XYZ, d'où l'on déduit le CIE xyY qui sépare la luminance et la chrominance. Ce dernier a donné naissance à de nombreux systèmes pratiques dont le plus utilisé est sans doute le CIE Lab qui comporte le jaune en plus du rouge, du vert et du bleu.

Le système RVB peut aussi, de façon équivalente, être exprimé selon trois autres composantes qui sont la teinte, la valeur et la saturation et correspondent en français au système TSL (Teinte, Saturation et Luminosité ou valeur) et en anglais au système HSL (d'après les trois mots anglais Hue, Saturation et Lightness).

Il existe des formules mathématiques permettant de passer des trois composantes RVB aux trois composantes TSL (et inversement).

On nomme lumières de couleurs fondamentales (parfois appelées couleurs secondaires) les lumières de couleurs saturées obtenues en mélangeant deux à deux et en parts égales les lumières de couleurs primaires.

Les couleurs complémentaires sont les couleurs qui, combinées, contiennent toutes les couleurs du spectre et aucune en commun.

Les trois couleurs secondaires dans le système additif sont :

  • cyan (lumières verte et bleue, complémentaire de la rouge) ;
  • magenta (lumières rouge et bleue, complémentaire de la verte) ;
  • jaune (lumières verte et rouge, complémentaire de la bleue).

qui sont en fait les couleurs primaires du système soustractif et donnent le système CMJ (en anglais CMY ou YMC).

Lorsqu'on mélange plus de deux primaires, on désature la couleur. Elle perd donc en saturation et gagne en valeur, pour se rapprocher du blanc.

  Synthèse soustractive

Article détaillé : Synthèse soustractive.
  Mélange de couleurs par soustraction.

En imprimerie-couleurs, en peinture et dans l'art du vitrail, il ne peut être question d'additionner des couleurs par mélange de lumière, mais plutôt de couleurs pigments.

Tous les corps opaques, quand ils sont éclairés, réfléchissent une partie ou toute la lumière qu'ils reçoivent et absorbent le reste. On peut donc obtenir les couleurs du spectre soit en mélangeant des pigments soit en filtrant une partie du spectre qui éclaire l'objet.

Les pigments qui se mélangent absorbent de plus en plus de lumière et deviennent de plus en plus sombres. Par exemple le jaune et le magenta donnent le rouge-orangé.

On parle dans ce cas de synthèse soustractive. Et dans ce cas les couleurs primaires, appelées aussi couleurs fondamentales associées pour les différencier des couleurs primaires du système additif car elles correspondent aux couleurs secondaires appelées aussi couleurs complémentaires du système additif. Contrairement au système additif où l'on utilise les 3 couleurs primaires, les couleurs fondamentales filtrent (bloquent) une seule couleur.

  • cyan fondamental (les couleurs bleu et vert passent, le rouge est filtré) ;
  • magenta fondamental (les couleurs bleu et rouge passent, le vert est filtré) ;
  • jaune fondamental (les couleurs verte et rouge passent, le bleu est filtré).

donne le système CMJ (en anglais CMY ou YMC).

En théorie, et si nous disposions de pigments parfaits, l'utilisation des trois fondamentales permettrait d'obtenir :

  • le bleu en mélangeant le cyan et le magenta (cyan filtre le rouge, magenta filtre le vert) ;
  • le vert en mélangeant le cyan et le jaune (cyan filtre le rouge, jaune filtre le bleu) ;
  • le rouge en mélangeant le magenta et le jaune (magenta filtre le vert, jaune filtre le bleu).

Dans la pratique, la synthèse soustractive à partir des colorants courants ne permet pas d'obtenir l'ensemble des couleurs visibles par l'œil humain. De plus, même des colorants parfaits continueraient à poser problème car ils s'additionnent souvent en une réaction chimique qui altère la couleur finale.

En effet, lorsque l'on mélange deux matériaux colorés, on en obtient bien la teinte désirée, mais celle-ci perd en vivacité, et l'ajout de blanc pour compenser cette perte n'est pas satisfaisant car le blanc désature la teinte et ne permet donc pas d'obtenir la valeur recherchée. C'est pour cette raison que plusieurs imprimantes à jet d'encre ajoutent deux teintes pastel aux trois fondamentales afin d'obtenir un meilleur rendu. L'ajout de ces teintes pastel (variant de 2 à 5 teintes) permet aussi de diminuer la perception des points d'encre (ou de trame) dans les zones claires.

Enfin, un noir obtenu par le mélange des trois fondamentales serait de densité supérieure, permettrait d'obtenir plus de détails, mais c'est à la fois coûteux (mélange de trois encres chères) et de qualité douteuse si la proportion de mélange des encres (pour obtenir la neutralité, c'est-à-dire un gris composé de CMJ) est inexacte (car la superposition n'en est jamais parfaite, ni l'opacité. De plus, des valeurs égales de cyan, magenta et de jaune ne donnent pas de noir. La couleur noire est ajoutée pour compenser la neutralité du mélange CMJ.). En imprimerie, on utilise donc toujours au moins le noir comme quatrième couleur, ce qui correspond à la quadrichromie, utilisée pour tout ce qui s'imprime en couleur.

Ajoutons qu'en impression de grandes surfaces (affiches, par exemple), la technique des trames d'impression permet de contourner la question : en effet, si on examine une affiche de près, on se rend compte que les couleurs s'y juxtaposent bien plus souvent qu'elles ne s'y superposent. On retrouve alors quelque chose de très semblable… à de la synthèse additive.

  Couleur pigment

Article détaillé : Pigment.

Les pigments produisent des couleurs singulières. Ils agissent par absorption de la lumière et par réfraction d'une longueur d'onde propre à chaque par pigment. Aussi des couleurs de base différentes du cyan, magenta et jaune produisent des couleurs secondaires par mélange cependant les couleurs obtenues manquent de saturation, sont irrégulières, grisées voir sales bien qu'imitant des tonalités de pigments de base. Dans ce cas Couleurs primaires veut dire couleurs de base du mélange:

À titre d'exemple :


  Nomenclature des pigments

Les tubes ou pots de peinture vendues dans le commerce comportent des informations relatives à leur composition (pigment(s) utilisé(s)) et à leurs qualités : résistance à la lumière (par une série de + ou *), normée sur les années de résistance en lumière de musée, opacité/transparence (un carré plus ou moins plein). Les pigments, référencés selon le Colour Index International, sont codés par la lettre P suivie d'1 ou 2 lettres (la terminologie est anglaise car elle a été normalisée aux États-Unis et en Angleterre):

  • W=blanc (white) ;
  • O=orange (ambre) ;
  • R=rouge (red) ;
  • Y=jaune (yellow) ;
  • B=bleu (blue) ;
  • G=vert (green) ;
  • Bk=noir (black) ;
  • Br=marron (brown):

Ces lettres sont suivies d'un numéro correspondant à son classement. Par exemple, PO73 correspond au Pigment Orange n°73, soit une nuance de vermillon (rouge vermillon), proche du vermillon véritable (cinabre), distinct du rouge primaire magenta (PR 122).

Toutefois, les noms des couleurs artistiques ou de décoration sont libres, non normés et dépendent de traditions nationales, de procédés commerciaux ou de la volonté des fabricants. Un bleu azur, un bleu céruleum artificiel, bleu outremer clair peuvent être la même couleur suivant les marques.

  Faiblesses des pigments

  • Leur instabilité chimique : parfois, le mélange d'un pigment et d'un autre produit un composé d'une couleur différente, altèrent le résultat. La cinétique de la réaction chimique peut empêcher de se rendre compte immédiatement du problème : par exemple, on peut mélanger du blanc et du rouge pour obtenir un rose, et les deux pigments réagissent en quelques mois pour former un composé noir qui gâche le tableau. D'où l'importance de la chimie dans le choix des couleurs.
  • Le rajout d'une charge (chaux, baryum, etc. pour donner du corps à la peinture) et d'un liant (huiles siccatives, acrylique, vinyle, gomme arabique,etc. pour rendre la peinture adhésive à la surface) qui modifient les qualités optiques de la couleur.
  • Leur incompatibilité : certains pigments ne supportent pas le mélange avec l'huile tel le bleu de smalt qui devient transparent.
  • Leur manque de résistance à la lumière : certains pigments ne sont pas stables à la lumière et pâlissent avec le temps tel le bleu indigo d'origine végétale.
  • Leur teinte approximative : la représentation RJB de la synthèse soustractive dans les livres de peinture est à but pragmatique pour les mélanges. Le cercle chromatique sert de repérage général des couleurs dans un nuancier donné et particulier. Il a aussi une fonction esthétique. On rappellera ainsi que le mélange rouge vermillon et bleu outremer à l'huile donne du noir ou un marron foncé solution utilisée par les impressionnistes pour faire du noir sans en avoir sur la palette. Et que les pigments violets apparaissent au milieu du XIXe siècle avant on mélangeait un rouge et un bleu ...

  Fausse couleur

Les technologies d'Imagerie satellite et d'imagerie médicale peuvent, en fonction de leur usage, observer des fréquences différentes de celles perçues par l'œil humain, par exemple l'infrarouge. Par calcul, les couleurs de ces images peuvents ensuite être retouchées, pour afficher avec une couleur visible les données collectées dans la partie invisible du spectre.

On parle alors de fausses couleurs.

  Symbolique des couleurs

Article détaillé : Symbolisme des couleurs.
  • Vert : couleur médiane, il est considéré comme apaisant. Instable et difficile à fabriquer et maîtriser, il est considéré comme une couleur excentrique, symbole de l'instabilité représentant ce qui bouge, change varie. Les jongleurs et les bouffons s'habillent en vert. Les jeux d'argent (dollar) s'organisent sur tables tapissées de vert. Elle représente la chance, la fidélité, et l'immaturité. Côté négatif, il représente le démon, le dragon, les esprits, les martiens et les créatures maléfiques. Au Moyen Âge, il était associé au poison, car la teinture en vert des vêtements se faisait grâce à l'arsenic, mortel. L'islam primitif est le premier à associer le vert à la nature, synonyme d'oasis, de paradis. Aujourd'hui, il est associé à la nature et à l'écologie.
  • Gris : considéré comme la couleur du malheur et de l'ennui, avec une utilisation récurrente dans des expressions tel « un ciel gris », « des nuages gris », pour signifier le désarroi.

  Notes et références

  1. a et b Bernard Valeur, La couleur dans tous ses éclats, Belin, 2011, 224 p. (ISBN 2701158761) 
  2. Neil Campbell, Jane Reece, Biologie, 7e édition, 2007, (ISBN 978-2-7440-7223-9), p. 198.
  3. La vision p143, Robert W. Rodieck ISBN 978-2-7445-0095-4
  4. Anna Franklin, Université du Surrey (Royaume-Uni), citée par Science et Avenir (Avril 2008), p 29
  5. Edwin H. Land, « Color Vision and the Natural Image: Part I », Proceedings of the National Academy of Sciences, Vol. 45, No. 1, p. 115-129, janvier 1959. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC222521/
  6. Edwin H. Land, « Color Vision and the Natural Image: Part II », Proceedings of the National Academy of Sciences, Vol. 45, No. 4, p. 636-644, avril 1959. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC222609/
  7. La diffusion de la lumière
  8. La nature de la couleur

  Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

  Variétés de carottes (Daucus carota) sélectionnées pour leurs diverses couleurs

  Bibliographie

  Articles connexes

Dans le domaine de l'astronomie des rayons X :

Divers :

  Liens externes

   
               

 

Toutes les traductions de couleur


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

4372 visiteurs en ligne

calculé en 0,234s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼

LOOM BRACELET BANDS RAINBOW 1200 ELASTIQUES COULEURS VENDEUR FRANCAIS (9.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

5 10m Fil Cordon Lacet Cuir Suedine Textile 3x1.5mm 40Couleurs Au Choix Collier (13.23 EUR)

Usage commercial de ce terme

2400 ELASTIQUES + 80 CLIPS POUR BRACELETS RAINBOW LOOM MIX COULEURS (9.99 EUR)

Usage commercial de ce terme

Rouleau 70m de Cordon Coton Ciré Choisissez votre Couleur!! (5.32 EUR)

Usage commercial de ce terme

Elastiques création Rainbow loom, qui change de couleur au soleil, au choix (9.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

1200 Mixte Élastiques Bi-couleur Loom Bands Pour Bracelet Création (3.77 EUR)

Usage commercial de ce terme

1200 élastiques de couleur NOIRE + 48 clips pour bracelet style Rainbow Loom (6.49 EUR)

Usage commercial de ce terme

LOT de 12 CHAINES + Mousqueton Collier couleur Argent 45cm chaine Maillon 3x4mm (6.99 EUR)

Usage commercial de ce terme

boite de 1500 Anneaux de jonction Ouvert Couleur plaqué argent 3 a 8 mm (5.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

Lot 100 clips attache S C clip couleur accroche fermoir bracelet rainbow loom (2.99 EUR)

Usage commercial de ce terme

recharge 600 élastiques HAUTE QUALITE pour bracelets Rainbow Loom (3.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Kit de 300 Élastiques Loom Bands Couleur Changeant Pour Bracelet M2841 (1.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

lot de 10 Support de Bague réglable couleur argent + 10 Cabochon verre 20 mm (8.91 EUR)

Usage commercial de ce terme

Lot de 10 pendentifs pour cabochon, métal couleur argenté vieilli (5.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

50 Porte-Clés Mousqueton Couleur moins brillant 3.2x1.3cm B30649 (7.38 EUR)

Usage commercial de ce terme

10M Chaîne maille Forçat Couleur Bronze 3x2mm (1.42 EUR)

Usage commercial de ce terme

Chaîne extension+Fermoir Mousqueton+Embouts pour Bracelet Collier Couleur Argent (2.35 EUR)

Usage commercial de ce terme

Elastiques recharge bracelet loom bands , livre rainbow loom l original ect (2.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

600 élastiques de couleur ARGENT + 24 clips pour bracelet style Rainbow Loom (5.99 EUR)

Usage commercial de ce terme