» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - devant

devant (n.m.)

1.partie antérieure d'une chose.

devant (adv.)

1.en avant.

devoir (n.m.)

1.partie d'un compte qui enregistre les dettes et les dépenses.

2.ce qu'on est obligé de faire (du fait de la morale, de la loi).

devoir (v. trans.)

1.avoir à fournir qqch à qqn, à payer une somme d'argent.

2.(suivi d'un infinitif) être dans l'obligation de, avoir l'intention de, être probable.

   Publicité ▼

définition (complément)

voir la définition de devant dans le Littré

voir la définition de Wikipedia

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

synonymes - devant

   Publicité ▼

voir aussi

devant (n.m.)

arrière, derrière, fond, postérieur, revers

devant (n.)

arrière, derrière, dos, envers, revers

devoir (v. trans.)

, impayé

locutions

-Devoir d'avertir • Devoir d'information ultérieure • Devoir d'informer • Devoir de mise en garde • Devoir de prévenir • Devoir de suivi médical • accomplir son devoir • acquitter de son devoir • devoir conjugal • devoir de citoyen • devoir filial • devoir la vie • devoir le jour • devoir moral • devoir son salut • devoir strict • devoir supplémentaire • devoir un fameux cierge • devoir une chandelle • devoir une chandelle à • faire son devoir électoral • homme de devoir • manquement au devoir • mettre en devoir • obéir à son devoir • père défaillant à son devoir alimentaire • remplir son devoir • se faire un devoir (e) • se mettre en devoir de • sens du devoir • sentiment du devoir • écouter son devoir

-Abbaye Saint-Alban devant Mayence • Arrats de devant • Bouilh-Devant • Charmois-devant-Bruyères • Chaumont-devant-Damvillers • Ci-devant • Dehors devant la porte • Des souvenirs devant • Devant la gare de Ginza • Devant-les-Ponts • Dombasle-devant-Darney • Droits Devant !! • Fleury-devant-Douaumont • Fléville-devant-Nancy • Gare de Laneuveville-devant-Nancy • Gare de Laveline-devant-Bruyères • Han-devant-Pierrepont • Isabelle devant le désir • La Chapelle-devant-Bruyères • La Neuveville-devant-Lépanges • La Vie devant nous • La Vie devant soi • La Vie devant soi (film) • La Vie devant soi (homonymie) • La Vie devant soi (théâtre) • Laneuveville-devant-Bayon • Laneuveville-devant-Nancy • Laveline-devant-Bruyères • Le Loup plaidant contre le renard par-devant le singe • Ligne Laveline-devant-Bruyères - Gérardmer • Liny-devant-Dun • Lion-devant-Dun • Liste des épisodes de La Vie devant nous • Manifestations du 24 août 1994 devant l'hôpital Filtro • Meix-devant-Virton • Mont-devant-Sassey • Montigny-devant-Sassey • Mucius Scevola devant Porsenna • Nature morte devant la fenêtre • Pendant ce temps, devant la télé • Roville-devant-Bayon • Rupt-devant-Saint-Mihiel • Saint-Jean-devant-Possesse • Savonnières-devant-Bar • Tournous-Devant • Vaux-devant-Damloup • Ville-devant-Belrain • Ville-devant-Chaumont • Villers-devant-Dun • Villers-devant-Mouzon • Villers-devant-Orval • Villers-devant-le-Thour • Villotte-devant-Louppy • Vuisternens-devant-Romont • Égalité devant la loi

dictionnaire analogique

devant (adv.)


 

adverbe de manière[Classe...]

présent[Thème]

devant (adv.)








devant (prép.) [+ <G:qqn>]


devant (prép.) [vieux]



devant (prép.) [+ <G:GN>]





 

salut[Classe]

respect[termes liés]

salutations[Classe]

devoir (n. m.)





devoir (v. tr.) [V+à+comp--de+Ginf • V+Ginf]


 

être obligé de[Classe]

donner[Thème]

devoir (v. tr.) [V+qté--à+qqn]


 

factotum (en)[Domaine]

instance (en)[Domaine]

be (en)[Hyper.]

devoir (verbe)


Le Littré (1880)

DEVANT (prép.)[de-van ; le t se lie : de-van-t un arbre]

1. En avant, dans la direction de l'avant, en face. Il se promenait devant la maison. Assis devant le feu. Passer devant quelqu'un. Mettre le siége devant une ville.

Il était d'avis que ce trop fidèle disciple fût fouetté devant la porte du collége par la main du bourreau (PASC. Prov. 6)

Fig.

Les services d'Hipal en ce même moment Lui reviennent devant la vue (LA FONT. Fiancée.)

Un roi sage.... Craint le Seigneur son Dieu, sans cesse a devant lui Ses préceptes.... (RAC. Ath. IV, 2)

Aller devant soi, cheminer sans s'écarter de son chemin ; et fig. Être simple d'esprit.

Alix était fort neuve sur ce point ; Le trop d'esprit ne l'incommodait point.... La pauvre dame allait tout devant elle (LA FONT. Faiseur.)

2. En présence de, avec cette nuance que les personnes sont supposées nous regarder. Je vous jure devant Dieu. Cela fut dit devant plus de vingt personnes.

La parfaite valeur est de faire, sans témoins, ce qu'on serait capable de faire devant tout le monde (LA ROCHEFOUCAULD dans RICHELET)

Un plus noble dessein m'amène devant vous (RAC. Phèd. V, 1)

Je nomme à M. Basnage, M. Basnage lui-même, et je lui demande devant Dieu quel intérêt il peut prendre à excuser, comme il fait, une si noire entreprise (BOSSUET Déf. Var. 1er disc. § 18)

Vous êtes souples devant les hommes et orgueilleux devant Dieu (BOURDAL. Purific. de la Vierge, Myst. t. II, p. 163)

Tous les coeurs des Romains.... Dans ces solemnités volent devant Titus (VOLT. Brutus, III, 2)

Tâchons de mourir aussi saintement qu'elle ; nous nous reverrons devant Dieu (MARMONTEL Mém. XI)

Être devant Dieu, être mort.

Par extension. Devant quelqu'un, à ses yeux, à son esprit.

Un tel abrégé, monseigneur, vous propose un grand spectacle ; vous voyez tous les siècles précédents se développer, pour ainsi dire, en peu d'heures devant vous (BOSSUET Hist. Dessein général.)

Que peuvent devant vous tous les faibles humains ? (RAC. Iphig. IV, 9)

Quant à Daniel, depuis ce jour-là et dans la suite du temps, il devint grand devant le peuple (SACI Bible, Daniel, XIII, 64)

Nous sommes tous égaux devant Dieu, mais devant les hommes ce n'est pas de même (MARIVAUX Pays. parv. t. II, 3e part. p. 37, dans POUGENS)

Ces prêtres ombrageux M'ont dépeint devant vous comme un monstre, un impie (DELAV. Vêpres sicil. III, 2)

Fig. Les gouvernements devant l'opinion publique. Devant la honte qu'il allait encourir, il s'arrêta.

Devant de tels objets l'amour a peu de charmes (VOLT. Tancr. I, 2)

Ces Castillans, autrefois si redoutés, sont aussi petits devant la superstition que des esclaves asiatiques en présence de leur despote (RAYNAL Hist. phil. VII, 31)

Non, je ne le puis croire, et ma raison tremblante Devant le châtiment recule d'épouvante (DELAV. Vêpr. sicil. III, 1)

Terme de pratique. Cette affaire a été portée devant tel tribunal, elle est soumise à son jugement.

3. En avant de. Porter quelque chose devant soi.

Je me figure encor sa nourrice éperdue Qui devant les bourreaux s'était jetée en vain (RAC. Ath. I, 2)

Avoir du temps devant soi, avoir du temps de reste pour faire quelque chose.

Avoir de l'argent devant soi, avoir une réserve d'argent disponible.

4. Préposition d'ordre par rapport au lieu, à la place et par opposition à après. C'est mon ancien, il passe devant moi.

Fig.

L'intérêt de l'honneur va devant l'amitié (ROTROU Bélis. IV, 9)

La vie va devant toutes choses (MALH. Traité des bienf. de Sénèque, I, 10)

À vous parler franchement, l'intérêt du directeur va presque toujours devant le salut de celui qui est sous sa direction (ST-ÉVREM. Conv. du P. Canaye.)

Je mettrai désormais ma santé devant toutes choses (SÉV. 261)

Tant que vous mettrez toutes sortes de choses devant votre santé.... (SÉV. 395)

En France j'ai des parents, à Rome j'ai des amis, et je mets l'amitié bien loin devant la parenté (P. L. COUR. Lett. I, 259)

5. Préposition d'ordre par rapport au temps et marquant l'antériorité.

Devant cet ouvrage Vous n'en vîtes jamais qui fût digne de vous (MALH. IV, 8)

Le ciel devant les temps avait marqué pour lui Ce trésor amoureux qu'il possède aujourd'hui (ROTROU Bélis. IV, 2)

Devant ce temps [vingt ans] l'on est enfant (PASC. Sur l'amour.)

Devant toutes choses je lus quatre de vos lettres (SÉV. 166)

Je ne vous dis ici que ce qu'a dit Voiture : L'ami de Mécénas, Horace, dans ses sons, L'avait dit devant lui ; devant eux la nature L'avait fait dire en cent façons (LA FONT. Poésies mêlées, LVIII)

De ce qu'on le faisait lever devant l'aurore (LA FONT. Fabl. VI, 11)

Si les Égyptiens n'ont pas inventé l'agriculture, ni les autres arts que nous voyons devant le déluge (BOSSUET Hist. III, 3)

Un peu devant sa mort (BOSSUET ib. I, 3)

Ils ajoutaient deux points dignes d'une particulière considération : l'un, que tous les enfants des fidèles étaient sanctifiés, et qu'aucun de ces enfants, qui mouraient devant l'usage de la raison, n'était damné ; l'autre.... (BOSSUET Variat. 14)

6. Adv. Exprimant un rapport de situation en avant. Courez devant. Mettez cela devant ; moi, je mettrai ceci derrière. Vous alliez devant ; lui allait après. Nos amis sont devant ; allongez le pas, vous les rattraperez.

Terme de marine. Être vent devant, se dit d'un navire qui est debout au vent, qui reçoit le vent sur ses voiles en le prenant de devant. Donner vent devant, présenter sa proue au vent par suite d'une manoeuvre. Prendre vent devant, présenter sa proue au vent par suite d'un accident.

Fig. Cet homme est vent devant, il ne sait quel parti prendre.

Terme de vénerie. Un valet de limier met devant, quand il déploie le trait et commence sa quête.

7. Il exprime un rapport d'antériorité dans le temps, auparavant.

Ses flots.... Sont trouvés par ceux qui les boivent Aussi peu salés que devant (MALH. IV, 5)

Avecques un bon jour amis comme devant (RÉGNIER Sat. III)

Que si, comme devant, il vous faut encor suivre, J'y consens.... (MOL. l'Étour. V, 3)

Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même, Je suis gros Jean comme devant (LA FONT. Fabl. VII, 10)

Le père avait longtemps devant Cette fille légitimée.... (LA FONT. Coupe.)

....La joie que me donne souvent l'avance d'années que j'ai sur vous ; vous savez que je ne suis pas insensible à la tristesse de cet état ; mais je le suis encore moins à la pensée que les premiers vont devant [meurent d'abord], et que vraisemblablement et naturellement je garderai mon rang avec ma chère fille (SÉV. 613)

On s'arrête là [à une époque] pour considérer comme d'un lieu de repos tout ce qui est arrivé devant ou après, et éviter par ce moyen les anachronismes (BOSSUET Hist. Dessein général.)

Une constance qu'il n'avait jamais connue devant (HAMILT. Gramm. 11)

L'aumônier [de l'Évêque] mangeait devant, à la table du maître d'hôtel (SAINT-SIMON 32, 120)

8. Ci-devant, loc. adv. Précédemment. Comme nous avons dit ci-devant.

Autrefois. Il demeurait ci-devant en tel endroit. Ci-devant employé.

Adj. invar. Les ci-devant récollets, les récollets qui ne le sont plus. Un ci-devant noble, un noble qui ne l'est plus.

Pendant la Révolution on a dit populairement, par abréviation, un ci-devant pour un noble, les lois révolutionnaires ayant aboli la noblesse. Les ci-devant.

Il s'emploie encore dans le style familier et par moquerie devant un qualificatif. Un ci-devant jeune homme. Un ci-devant beau.

9. Sens devant derrière, loc. adv. Voy.

SENS

9. .

10. Devant derrière, en mettant le devant à la place du derrière.

Trébuchant par le cul s'en va devant derrière (RÉGNIER Sat. X.)

11. Devant que, loc. conj. gouvernant le subjonctif, avant que.

Ils pourraient facilement détruire le cardinal Mazarin, devant qu'il eût le temps de s'établir (LA ROCHEF. Mém. 16)

Je crie toujours : voilà qui est beau, devant que les chandelles soient allumées (MOL. Préc. 10)

Et devant qu'il vous pût ôter à mon ardeur, Mon bras de mille coups lui percerait le coeur (MOL. Éc. des maris, III, 2)

Devant que l'Amour fût le mari de Psyché, c'était son amant (LA FONT. Psyché, II, p. 136)

Cependant devant qu'il fût nuit, Il arriva nouvel encombre (LA FONT. Fabl. IX, 19)

Celle-ci prévoyait jusqu'aux moindres orages, Et devant qu'ils fussent éclos, Les annonçait aux matelots (LA FONT. ib. I, 8)

Vous l'apprendrez devant qu'il soit demain (LA FONT. Psaut.)

Deux ans devant qu'il [Galérius] eût obligé Dioclétien à quitter l'empire (BOSSUET Hist. I, 10)

Il était devant qu'Abraham fût fait (BOSSUET ib. II, 6)

Couronnons-nous de roses, devant qu'elles soient flétries (BOSSUET II, Pénit. 3)

Ces vérités subsistent devant tous les siècles et devant qu'il y ait eu un entendement humain (BOSSUET Connaiss. IV, 5)

.... Et devant que votre âme, Prévenant mon espoir, m'eût déclaré sa flamme (RAC. Baj. V, 4)

Ah ! devant qu'il expire.... (RAC. Andr. V, 1)

.... Devant qu'il soit deux ans Je veux que l'on me voie avec des airs fendants, Dans un char magnifique.... (REGNARD Ménechmes, IV, 2)

Et devant que je meure, Consolez mes vieux ans dont vous faites l'espoir (VOLT. Tancr. I, 4)

Devant que de, avec l'infinitif, même sens.

Le sang.... est plus subtil et plus vif, et plus chaud après en être sorti [du coeur], c'est-à-dire étant dans les artères, qu'il n'est un peu devant que d'y entrer, c'est-à-dire étant dans les veines (DESC. Méth. 5, 8)

Depuis que je suis parti de Madrid, j'ai fait, devant que de venir ici, deux cent cinquante lieues d'Espagne, qui n'en valent guère moins que cinq cents de France (VOIT. Lett. 42)

Devant que de prendre connaissance de ces distinctions (HAMILT. Gramm. 4)

Il lui demanda, devant que de l'acheter, à quoi il lui serait propre (LA FONT. Vie d'Ésope.)

Devant que de procéder à l'ordination (BOSSUET Var. 7)

Devant que, avec l'infinitif, même sens.

Et devant que mourir ou d'une ou d'autre sorte (RÉGNIER Élég. I)

Si devant que sortir des confins d'Italie (LA FONT. Joc.)

Autrement il mourrait devant qu'être à la ville (LA FONT. Fabl. VI, 16)

Si, devant que mourir, la triste Bérénice Vous veut de son trépas laisser quelque vengeur (LA FONT. Bérén. IV, 5)

12. S. m. La partie antérieure. Le devant de la tête. Les pieds de devant. Le devant d'un édifice. Loger sur le devant.

Rangez cela [une déchirure à un vêtement] du côté de la muraille, et présentez toujours le devant au monde (MOL. Avare, III, 2)

Paul Scarron et sa femme [depuis Mme de Maintenon] n'avaient pour tout logement que deux chambres sur le devant, séparées par l'escalier, une cuisine sur la cour, et un cabinet où couchait un petit laquais (SAINT-FOIX Ess. Paris, t. III, p. 303, dans POUGENS)

Fig. et familièrement. Il bâtit sur le devant, se dit d'un homme qui engraisse et prend du ventre. Elle bâtit sur le devant, se dit d'une femme enceinte.

Terme de vétérinaire. Cheval serré du devant, cheval dont les membres antérieurs sont trop rapprochés. Large du devant, ou trop ouvert, disposition inverse.

Devant de perruque, les cheveux bouclés qui couvrent le front.

Terme de marine. Synonyme d'avant ou même de proue.

13. Ce qui se met devant quelque chose. Un devant d'autel.

14. Le devant, ce qui précède dans un écrit.

Les décisions d'Escobar sont commodes, en ce qu'étant indépendantes du devant et de la suite, et toutes enfermées en de petits articles, elles ne sont pas sujettes à vos distinctions (PASC. Prov. 12)

15. Les devants d'un tableau, les premiers plans.

On le dit aussi au singulier.

On voit sur le devant un soldat mort ou blessé (DIDEROT Salon de 1765, Oeuvres, t. XIII, p. 169, dans POUGENS.)

L'avance qu'on a. Prendre, gagner le devant, les devants, partir avant quelqu'un ou le devancer en route.

Alors que le roi passe, il gagne le devant (RÉGNIER Sat. X.)

Il leur ordonna de prendre les devants (HAMILT. Gramm. 5)

Le duc de Mayenne prit toujours le devant avec un corps d'environ dix mille hommes (ANQUET. Ligue, III, p. 150)

Fig. Prendre les devants, prévenir quelqu'un, le gagner de diligence en quelque affaire.

Ainsi je me comptais de ses premiers suivants, Mais déjà Vinius avait pris les devants (CORN. Othon, I, 1)

Ils vous écriront ; pour moi je prends les devants (SÉV. 57)

Prendre les devants, prendre d'avance toutes les mesures nécessaires.

M. l'abbé de Choisy fut reçu sans opposition [à l'Académie] ; il avait pris tous les devants qu'il fallait auprès des gens qui auraient pu lui faire de la peine (RAC. Lettre à Boileau, 5)

Terme de vénerie. Prendre les devants, se dit quand on a perdu la voie d'une bête et que l'on fait un grand tour pour en rencontrer d'autres. Prendre les devants d'une enceinte, c'est en faire le tour avec un limier, afin qu'il se rabatte des voies qu'il rencontrera. Prendre les grands devants, rechercher, dans un défaut, la voie d'une bête de meute, en avant de l'endroit où le défaut a lieu.

16. Au-devant de, loc. prép. à la rencontre de. La foule se portait au-devant du prince.

Il va au-devant des ennemis (FÉN. Tél. X.)

Fig. Aller au-devant de, prévenir. Aller au-devant d'une objection.

La loi vient au-devant de l'Évangile (BOSSUET Hist. II, 13)

Il va au-devant de tout ce que je puis souhaiter (FÉN. Tél. XIII)

Au-devant, loc. adv. à la rencontre. Aller au-devant.

Il se porte au-devant, lui parle, le cajole (RÉGNIER Sat. VIII)

Fig. Aller au-devant, faire les premiers pas, être le premier à entamer une affaire, à se réconcilier, etc.

Quand nous avons quelque différend ma soeur et moi, si je fais la froide et l'indifférente, elle me recherche ; si elle se tient sur son quant-à-moi, je vais au-devant (LA FONT. Psyché, II, p. 140)

Courir au-devant, s'exposer à.

Tel qui les craint [les tentations] court au-devant ; Tel qui les fuit s'y précipite (CORN. Imit. I, 13)

17. Pardevant, loc. adv. Par la partie antérieure. Il le saisit par-devant.

C'est toujours par-devant qu'ils se trouvent blessés (TRISTAN Panthée, IV, 2)

Ils avaient reçu leurs blessures par-devant (VAUGEL. Q. C. liv. III, ch. 11, dans RICHELET)

Terme de palais. Par-devant, loc. prépos. En présence de. L'arrangement se fit par-devant notaire.

Je ne donne mon coeur que par-devant notaire (REGNARD Joueur, IV, 9)

18. Dès devant, dès avant.

Et les sergents et les procès Et les créanciers à la porte Dès devant la pointe du jour (LA FONT. Fabl. XII, 7)

Les premiers vont devant, c'est-à-dire les plus diligents ont l'avantage.

Voy. AU-DEVANT, à son rang alphabétique.

REMARQUE

1. Devant que ou devant de, avec un verbe, a été condamné comme une expression vieillie ; mais, cette locution étant autorisée comme elle est, on pourrait très bien s'en servir, surtout en poésie.

2. Il lui est allé au-devant est une locution incorrecte ; il faut dire : Il est allé au-devant de lui.Cependant on la trouve quelquefois : Vons semblet-il point que vostre coeur se tourne de son costé et en certaine façon luy va au-devant ? (ST FR. DE SALES, p. 558) Voy. aussi l'hist. au XVe s.

3. Pourquoi au-devant avec un trait d'union, et au delà sans trait d'union ? Le mieux, c'est-à-dire le plus simple, serait de supprimer le trait d'union.

HISTORIQUE

XIe s.N'i a castel qui devant lui remaigne (Ch. de Rol. I)Blancandrins vint devant l'empereor (ib. XXXI)Terre major mout est loin ça devant (ib. CXXXII)Si com li cers s'en va devant les chiens (ib. CXXXIX)De devant sei [il] fait porter son dragon (ib. CCXXXVII)Seigneur baron, devant chevaucherez (ib. CCXXXVIII)

XIIe s.Devant le roi vint dus Naymes errant (Ronc. p. 35)Tout primerains devant [en avant de] sa compegnie Va demandant pris de chevalerie (ib. p. 58)L'eve de Sebre lor estoit de devant (ib. p. 109)Li amiraus a parlé tout devant [le premier] (ib. p. 119)Tout droit à Blaive [ils] en sont devant alé (ib. p. 166)Et [il] s'est assis sur moi en mon devant (ib. p. 163)Une beauté m'est venue devant, Qui me semont et prie que je chant [chante] (Couci, v)Car sa beautez me fait tant esbahir Que je ne sai devant li [elle] nul langage (ib. XIX)Et que pourront dire si ennemi [de Dieu], Là où li saint trembleront de doutance Davant celi qui onques ne menti ? (QUESNES Romancero, p. 96)Et Gilemers l'Escot dit outrage et folie, Quant de ceste besogne devant tous vous desfie (Sax. XX)Salomons les apele devant le duc Richart (ib. XXIX)E pis que nuls qui devant lui out ested, envers nostre Seignor uverad [il agit] (Rois, p. 309)

XIIIe s.Et passerent par-devant Constantinoble, si près des murs qu'on peust traire desus et seur les tours (VILLEH. LXII)Halas ! quels damages leur avint el quaresmes, devant ce qu'il [avant que] deussent movoir (VILLEH. XXIX.)Devant en la poitrine bien il [le] sut assener [le coup] (Berte, III)[Elle] Fut devant le roi Flore son pere à genous mise (ib. VI)À destre et à senestre, et devant et derriere (ib. XXVIII)[Que] Leur male traïson devant tous en appert (ib. XXXIV)Devant la mienuit li tems un peu s'escure (ib. XLII)J'ai dit à la royne que [vous] ne venrez noient, Devant que il sera près de l'avesprement (ib. LXXXIII)Il a tantost Morant par devant lui mandé (ib. CIII)Mais or en savons mains [moins] que ne savions devant (ib. CVII)Ci devant [en face] maint [habite] Symons, preudoms est durement (ib. CX)Vers la terre viennent siglant : Li vens lor est venus devant ; Ne porent prendre cil le port ; Adont i ot grant desconfort (Lai de Melion)Et ainsi comme les anciens dient, les roys de Jerusalem qui furent devant le roy Jehan, tindrent bien ceste coustume (JOINV. 217)

XIVe s.Et au devant il sont paisibles sans estre esmeus (ORESME Eth. 82)Quant deux personnes sont amis, c'est sainte chose que devant [de préférence] honnorer et preferer verité (ORESME ib. VI, 10)Là furent li Juif ainsi comme devant, Et sauvé de la mort, ainsi con je vous chant (Guesclin. 9723)Les sajettes de coi li fer furent trenchant, Retournerent sour iaus [eux], che que derier devant (Baud. de Seb. V, 250)

XVe s.Là [à Bristol] furent pris ledit messire Hue le pere et le comte d'Arondel, et amenés par devant la roine (FROISS. I, I, 20)En devant ce temps, en l'an de grace mil trois cent soixante-quinze, estoit advenu une cruelle justice en la cité de Bordeaux (FROISS. II, II, 2)Là furent toutes les paroles au devant dites relatées et proposées, entendues, accordées (FROISS. I, I, 96)Ainsi chevauchoit le comte Derby le pays d'un lez et d'autre ; ni nul ne lui alloit au devant, et conqueroit villes, cités et chasteaux (FROISS. I, I, 243)Plusieurs horribles faits qui eussent esté faits, se il ne fust allé au devant, dont il fist aumosne et gentillesse (FROISS. I, I, 272)Quand la roine ouït ces nouvelles, si fut plus desconfortée et esbahie que devant.... (FROISS. I, I, 12)Et avoient une grande haye et ung fossé au devant d'eulx (COMM. I, 3)Leur remonstroit et leur mettoit au-devant les dommages qui estoient pretz de leur venir (COMM. III, 3)Le dit prince print congié du dit duc le soir devant la bataille (COMM. V, 3)Ilz en tuerent une partie devant que ilz sceussent gaigner la ville (COMM. III, 3)Jamais robe ne vestira Que de blanc, ne ne partira Dont il est, que les pieds devant (Patelin)À tromper devant et derriere, Estoit un homme diligent (VILLON 1re Repue franche.)Et entreprint le chirurgien à guarir cet oeil, Dieu devant [après Dieu] (LOUIS XI Nouv. LXXXVII)

XVIe s.Je me suis veautré six ou sept tours parmy le lict, devant que me lever (RAB. Gar. I, 21)En plaine nuict, davant que soy retirer, alloyent veoir la face du ciel (RAB. ib. I, 23)Soubdain, davant boyre ny manger, se transpourtarent on capitoly, et là, devant leur roy.... (RAB. ib. I, 26)Laquelle nouvelle entendue, sortirent on devant de luy tous les habitans de la ville (RAB. Pant. II, 31)Voyez moy devant et derriere : c'est la forme d'une toge anticque (RAB. ib. III, 7)Si toust que nous saurons vostre partement, nous gaignerons les devans (MARG. Lett. 113)Il estoit hier tout davant moy quant je vous dis adieu (MARG. ib. 122)Je vous ay cy devant faict bien ample responce à toutes vos lettres (MARG. ib. 151)Ils ont contraint les pouvres gens en porter plaincte à la justice par devant le seneschal de Beaucaire (MARG. ib. 159)Il veit devant ses yeulx.... (MONT. I, 27)Courir au devant des conjurations par supplices (MONT. I, 133)L'armée que les Romains luy envoyoient au devant (MONT. I, 230)Il envoya devant quelque bouteille de vin empoisonné (MONT. I, 252)Cesar marchoit tousjours devant sa troupe, la teste descouverte (MONT. I, 260)Il n'auroit ny devant ny derriere luy rien qui ne.... (MONT. I, 356)J'en ay allegué par cy devant des exemples (MONT. II, 29)Je ne me veulx pas despouiller devant que de m'aller coucher (MONT. II, 75)Devant qu'ils se laissent assubjectir, il fault, ou qu'ils soient contraincts, ou deceus (MONT. IV, 358)Les Atheniens sacrifient un mouton le jour de devant la grande feste de Theseus (AMYOT Thés. 4)Theseus ne feit raire que le devant de sa teste seulement (AMYOT ib. 5)La cause pour laquelle ilz se faisoient ainsi tondre par devant, estoit.... (AMYOT ib.)Il se jetta la teste devant en une riviere, où il se noya (AMYOT ib. 32)Les deux armées furent longuement l'une devant l'autre sans combattre (AMYOT ib. 33)À la fin elle se delivra de deux enfans jumeaux ; ce qui feit encore plus grande peur que devant à Amulius (AMYOT Rom. 4)Ayant pris ceste resolution, il s'en alla devant toute oeuvre en la ville de Delphes (AMYOT Lyc. 8)Ne te souvient-il pas que devant hyer, ainsi que nous dinions chez toy.... (AMYOT Comm. refrén. la colère, 33)Ce grand prince, quelques heures devant mourir (CARL. I, 47)

ÉTYMOLOGIE

Berry, davant ; provenç. davan, devant ; catal. devant, davant ; anc. espagn. delant, devant ; espagn. mod. delante ; portug. diante ; ital. dinanzi. Le français devant est de.... préfixe, et avant ; l'espagnol delante est del, de le, et le latin ante, avant ; l'italien est le préfixe di, de, in, en, et anzi, du latin ante, avant.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DEVANT.

17. Ajoutez :

Par-devant, en traversant ce qui est en face.

En passant par-devant la chambre d'Angélique (MOL. Mal. imag. II, 10)

19. De devant, hors de la présence.

Il y en a [des plaisirs, des bienfaits] qui peu à peu se sont disparus de devant nous (MALH. Lexique, éd. L. Lalanne.)

20. Faire le pas devant, marcher le premier.

C'est à elle [la vertu] de faire le pas devant, de conduire, de commander (MALH. ib.)

DEVOIR [de-voir]

1. Avoir à payer une somme d'argent, ou à fournir toute autre valeur. Il doit plus qu'il ne possède. Devoir de l'argent, plusieurs journées de travail.

Je dois quatre cents francs à mon marchand de vin, Un fripon qui demeure au cabaret voisin (REGNARD le Légat. IV, 6)

Devoir plus d'argent qu'on n'est gros, être très endetté.

Devoir du retour, devoir quelque argent en sus, après avoir fait un troc ; et fig.

Et d'autant que l'honneur m'est plus cher que la vie, D'autant plus maintenant je te dois de retour (CORN. Cid, III, 6)

Absolument. Il doit de tous côtés.

Brid'oison : Mais si tu dois et que tu ne payes pas...? - Figaro : Alors, monsieur voit bien que c'est comme si je ne devais pas (BEAUMARCHAIS Mariage, III, 13)

Devoir à Dieu et à diable, à Dieu et au monde, au tiers et au quart, devoir de l'argent à un très grand nombre de personnes.

Fig. Devoir tribut, être obligé de se conformer à.

Aux usages reçus il faut qu'on s'accommode ; Une femme surtout doit tribut à la mode (BOILEAU Sat. X.)

Fig. et familièrement. Il m'en doit, ou je lui en dois, il m'a offensé et je m'en vengerai.

C'était moi ; je t'en devais, il y a bien longtemps (BARON Homme à bonnes fort. V, 8)

N'en devoir rien, n'en devoir guère, ne pas céder à, ne pas être inférieur.

Sans répandre leur sang comme Pyrame et Thisbé, ils ne leur en durent guère en tendresse impétueuse (SCARRON Rom. com. II, ch. 19)

Si votre majesté Est curieuse de beauté, Qu'elle fasse venir mon frère : Aux plus charmants il n'en doit guère (LA FONT. Joc.)

J'ai vu les beautés de la Seine, ses bords n'en doivent rien à ceux de la Loire (SÉV. 547)

Ironiquement. Il ne lui en doit guère, il ne vaut pas mieux que lui.

D'Arlincourt est venu à la cour et a dit : Voilà mon Solitaire et mes autres romans qui n'en doivent guère au Christianisme de Chateaubriand (P. L. COUR. II, 261)

Ils ne s'en doivent guère, se dit de gens qui ont des torts réciproques ou qui ne valent pas mieux l'un que l'autre en certaines choses.

....Je crois, à parler à sentiments ouverts, Que nous ne nous en devons guères (MOL. Amph. Prologue.)

Thésée : Ne parlons plus d'amours ; sur ce chapitre honteux, nous ne nous en devons rien [l'un à l'autre, moi et Hercule] (FÉN. t. XIX, p. 129)

Terme de comptabilité. Doit, par opposition à avoir, partie d'un compte établissant ce qu'une personne doit et ce qu'elle a reçu. Tenir ses comptes par doit et par avoir.

2. Être redevable à, avoir obtenu par. Je lui dois tout. Je lui dois la place que j'occupe.

On n'aime point à voir ceux à qui l'on doit tant ; Tout ce qu'il a fait parle au moment qu'il m'approche, Et sa seule présence est un secret reproche (CORN. Nicom. II, 1)

L'un imite Sophocle, l'autre doit plus à Euripide (LA BRUY. I)

Si Menzikoff fit cette manoeuvre de lui-même, la Russie lui dut son salut ; si le czar l'ordonna, il était un digne adversaire de Charles XII (VOLT. Charles XII, 4)

Les chrétiens vous devraient une tête si chère (VOLT. Zaïre, II, 2)

L'un tient de moi la vie, à l'autre je la dois (VOLT. Alz. III, 5)

Si Racine doit à Tacite la belle scène entre Agrippine et son fils, Corneille doit à Sénèque celle d'Auguste et de Cinna (DIDER. Règne de Claude et Néron, II, 51)

Devoir, avec de et un verbe à l'infinitif, même sens.

Nous servions dans le même régiment, dont je vous dois d'être major (BEAUMARCH. Mère coup. I, 8)

Devoir se dit aussi quelquefois en mauvaise part. Je lui dois tous mes maux.

Être redevable à des choses, avoir obtenu par des choses.

Fais devoir à ton roi son salut à ta perte [fais que ton roi doive son salut à ta mort] (CORN. Cid, III, 6)

Il y a de certains grands sentiments, de certaines actions nobles et élevées, que nous devons moins à la force de notre esprit qu'à la bonté de notre naturel (LA BRUY. IV)

Devrai-je au dépit qui le presse Ce que j'aurais voulu devoir à sa tendresse ? (VOLT. Brutus, III, 4)

Les nations avaient déjà donné à Pierre Alexiovitz le nom de grand, qu'une défaite ne pouvait lui faire perdre, parce qu'il ne le devait pas à des victoires (VOLT. Charles XII, 4)

En parlant de ce qui a obtenu quelque chose par une certaine circonstance. Cette colline doit son nom à tel événement.

3. Être tenu, obligé envers. Il ne doit compte de ses actions à personne.

Ne me dites plus rien ; pour vous j'ai tout perdu ; Ce que je vous devais, je vous l'ai bien rendu (CORN. Cid, III, 6)

Je vous devrai beaucoup pour un si bon office (CORN. Hor. IV, 2)

Vous qui devez respect au moindre des Romains (CORN. Pomp. III, 2)

Si vous lui devez tant, ne me devez-vous rien ? (CORN. Sertor. II, 2)

Il est temps de montrer cette ardeur et ce zèle Qu'au fond de votre coeur mes soins ont cultivés, Et de payer à Dieu ce que vous lui devez (RAC. Athal. IV, 2)

Nous avons beaucoup moins de peine à faire plus que nous ne devons qu'à faire ce que nous devons (BOURDAL. Sévérité évang. 2e avent, p. 448)

Pardonne-moi, mon fils, si je trouble ton récit par les larmes que je dois à ton père (FÉN. Tél. XV)

En un mot il [Dieu] doit à toutes ses perfections la punition du péché (MASS. Car. Pass.)

Que pouviez-vous ? hélas ! - J'ai fait ce que j'ai dû (VOLT. Orphel. V, 1)

Absolument.

Je dois à ma maîtresse aussi bien qu'à mon père (CORN. Cid, I, 10)

Ressouvenez-vous que, hors d'ici, je ne dois plus qu'à mon honneur (MOL. Don Juan, III, 5)

Se devoir à soi-même, être tenu en vertu de sa propre considération.

Je sais ce que je suis et ce que je me dois (CORN. Don Sanche, I, 1)

Dieu se devait à lui-même de rendre son image heureuse (BOSSUET Hist. II, 1)

Je vous dois cet avis, votre intérêt me commande de vous donner cet avis.

4. Devoir, suivi d'un verbe à l'infinitif, exprime qu'une chose arrivera infailliblement. Tous les hommes doivent mourir.

Il exprime une obligation morale. Un bon fils doit respecter son père.

Si la bonne foi était exilée du reste de la terre, elle devrait se retrouver dans le coeur des rois (Parole du roi Jean)

Il marque qu'il y a une sorte de justice ou de raison à ce qu'une chose soit. On devrait planter des arbres le long de cette route.

J'ai dû continuer, j'ai dû dans tout le reste.... Que sais-je enfin ? j'ai dû vous être moins funeste, J'ai dû craindre du roi les dons empoisonnés (RAC. Mithr. IV, 2)

Le zèle de Joad n'a point dû vous surprendre (RAC. Athal. II, 4)

À de moindres fureurs je n'ai pas dû m'attendre ; Voilà, voilà les cris que je craignais d'entendre (RAC. ib. IV, 5)

Un jour seul perdu devrait donc nous laisser des regrets, mille fois plus vifs et plus cuisants qu'une grande fortune manquée (MASS. Car. Temps.)

À ces biens fugitifs votre amour doit survivre (C. DELAV. Paria, II, 5)

On s'en sert pour marquer l'intention. Je dois aller demain à la campagne.

Il marque aussi un futur indéterminé. Il doit partir demain. Il devait sortir hier. Nous devons chanter ce soir. Il doit y avoir demain une assemblée des actionnaires. Je dois prochainement recevoir de l'argent.

Devoir exprime quelquefois une supposition. C'est lui qui doit avoir fait cela, on suppose que c'est lui qui a fait cela.

Les deux accusateurs que lui-même a produits, Que pour l'assassiner je dois avoir séduits (CORN. Nicom. III, 8)

Il indique en d'autres cas une simple croyance.

Et Léonce doit être incapable de crime Puisqu'il a mérité l'honneur de ton estime (ROTROU Bélis, I, 6)

Un voile ténébreux Nous dérobe le jour qui doit nous rendre heureux (L. RAC. la Grâce, ch. I)

Ces faits-là doivent être communs, je pense qu'ils sont communs.

Des actes d'une nature si sublime doivent être rares (RAYNAL Hist. phil. XI, 22)

5. L'imparfait du subjonctif, placé en tête de la phrase, s'emploie dans le sens de quand même. Dussé-je être blâmé [quand même je serais blâmé], je vous soutiendrai. Dusses-tu y perdre de l'argent, il faut entrer dans cette affaire. Dût cela mal tourner, nous ne vous quitterons pas. Dussions - nous échouer, dussiez - vous échouer, dussent-ils échouer, nous essayerons.

Dût le peuple en fureur pour ses maîtres nouveaux De mon sang odieux arroser leurs tombeaux, Dût le Parthe vengeur me trouver sans défense, Dût le ciel égaler le supplice à l'offense, Trône, à t'abandonner je ne puis consentir (CORN. Rodog. V, 1)

Crois-moi, dût Auzanet t'assurer du succès, Abbé, n'entreprends point même un juste procès (BOILEAU Ép. II)

Dût tout cet appareil retomber sur ma tête (RAC. Iphig. III, 5)

Dût Mme d'Acigné m'accuser d'être injuste, ou M. de Richelieu d'être ingrate (MAINTENON Lett. au card. de Noailles, 10 août 1701)

6. Se devoir, v. réfl. Être dû, être obligatoire. Cela se doit.

7. Être obligé de se consacrer à.

Le sage s'accommode aux changements divers, Et l'homme généreux se doit à l'univers (BRÉBEUF Phars. II)

Sa mort vous laisse un fils à qui vous vous devez (RAC. Phèd. I, 5)

Un roi se doit à tous les hommes qu'il gouverne (FÉN. Tél. IX.)

Mon âme tout entière Se doit aux grands objets de ma vaste carrière (VOLT. Orphel. II, 6)

PROVERBES

Fais ce que dois, advienne que pourra, se dit de celui qui accomplit son devoir, sans se laisser ébranler par la pensée de ce qui peut en arriver.

Quand on doit, il faut payer ou agréer, c'est-à-dire il faut donner à son créancier de l'argent ou du moins de bonnes paroles.

Qui nous doit, nous demande, c'est-à-dire celui dont nous avons sujet de nous plaindre nous accuse.

Il croit toujours qu'on lui en doit de reste, il n'est jamais content de ce qu'on fait pour lui (Dict. de l'Académie)

Il semble que Dieu lui en doive de reste, se dit d'un homme qui fait mal ou grossièrement son devoir.

Qui a terme ne doit rien, c'est-à-dire qu'on ne peut rien lui demander jusqu'au terme.

Qui doit a tort, signifie qu'il faut payer ou être condamné aux dépens.

Va où tu peux, mourir où tu dois, se dit à celui qu'on abandonne à son sort.

REMARQUE

1. Les poëtes du XVIIe siècle et même du XVIIIe ont écrit je doi sans s :La mort a respecté ces jours que je te doi, Pour me donner le temps de m'acquitter vers toi (VOLT. Alz. II, 2) C'est un archaïsme, dans l'ancien français, la 1re personne n'ayant pas la lettre s, qui était réservée à la 2e personne (comme en latin) ; ce qui était mieux. L'usage irrégulier a prévalu ; mais on peut du moins conser ver aux poëtes la faculté d'employer cet archaïsme.

2.Vous devriez était de deux syllabes : Mais vous devriez, ma fille, en l'âge où je vous voy.... (RÉGNIER Sat. XIII) C'est ainsi qu'on faisait de deux syllabes sanglier. C'était aussi un archaïsme, tout à fait tombé en désuétude.

3. Marg. Buffet, Observ. p. 138 (en 1668), dit que quelques-uns prononcent : je dais de l'argent ; il dait beaucoup ; et qu'il faut prononcer : je dois, il doit. C'était la prononciation normande qui n'était pas encore complétement exclue.

HISTORIQUE

IXe s.Si cum om per dreit son fradre [frère] salvar dist [doit] (Serment)

Xe s.Chi [qui] sil [ainsi le] feent [font] cum faire lo deent [doivent] (Fragm. de Valenc. p. 469)

XIe s.Si hom occit altre, et il seit conusaunt [connaissant], et il deive faire les amendes.... (Lois de Guill. 8)Deüz servises et mout grant amistez (Ch. de Rol. III)En France ad Ais s'en deit bien repairer (ib.)[Dieu] Le glorius que deüsse [je dusse] aorer (ib. IX)Quant [il] le dut prendre, si lui cheït à terre (ib. XXV)Li siens orgueilz le devreit bien confondre (ib. XXVIII)Qui ce jugeat [décida] que doüssiez aller (ib. XXVI)

XIIe s.Bien deüst estre escoutez et oïs (Ronc. p. 24)S'en [quand même] devroie estre occis (ib.)Jamais n'iert [ne sera] jor, ne me doiez [que vous ne me deviez] amer (ib. p. 30)Bien l'avez fait, mout [je] vous en doi amer (ib. p. 33)Oncle Girart, quant [je] me dui [dus] esveiller (ib. p. 164)Ma bataille [j']offre, cui qu'en doie peser [à qui qu'il en doive peser, être désagréable] (ib. p. 191)Mais à dame de valor Doit on penser nuit et jor (Couci, I)Ore est bien raison et heure Que [je] m'i doie retorner (ib. IV)De mil souspirs que je lui doi par dete (ib. VI)Mais en cel point que dui [je dus] avoir mon don (ib.)Jà nel [ne le] deüst ne sofrir ne voloir La douce riens, qui tant est bien aprise (ib. XVII)Onques vers li [elle] [je] n'oi [n'eus] faus cuer ne volage ; Si m'en devroit pour tant mieuz avenir (ib. XIX)Chascuns quatre deniers ainsi comparer dot [dut payer] (Sax. XVII)Maintenir le devons ; ce [je] temoigne et connois (ib. XVIII)Se [nous] lui devons chevage, coustume ne tonlieu [impôt] (ib. XXIV)Ici de Charlemaine [je] me doi ore bien taire (ib. XXXI)

XIIIe s.Il voloit aler avec eus por ce qu'il sembloient bien gent qui grant terre doient conquerre (VILLEH. LX)À l'aïe de Dieu fu desconfis li empereres Marchufles, et il meïsmes i dut estre pris (ib. XCIX)Dame, ce dist Pepins, on ne doit pas douter.... (Berte, III)[Il] Assemble ses barons en qui se dut fier (ib.)Li jors que ele dut sa voie avoir emprise (ib. VI)L'en doit bien reculer pour le plus loin saillir (ib. XIII)Il semble à sa maniere qu'ele doie desver [être folle] (ib. XVII)Ma volenté ferez, quoi qu'il doie couster (ib. CXII)Miex me venist estre alé pendre Au jor que ge dui fame prendre, Quant si cointe fame acointai (la Rose, 8878)Sa mere que envieillir [il] voit, Et son pere qui moult devoit [qui avait des dettes] (Bl. et Jeh. 71)Et je ne cuit que le defendant puisse chose dire par quoi la court dée esgarder que il ne li dée respondre à cel claim qu'il lors fist.... (Ass. de J. I, p. 84)Et ce qu'on dist que voirs est [est vrai] que li sires doit autant foi et loialté à son home come li hons fet à son segneur, ce doit estre entendu en tant comme cascuns est tenus li uns vers l'autre (BEAUMANOIR LVIII, 25)Sire, je oi [j'eus] le ceval et dui ces vingt livres ; mais j'en ai fet plain paiement (BEAUMANOIR IX, 5)

XIVe s.Onneur crie partout et vuet : Fay que doys, aveingne que puet (MACHAUT p. 112)Et aussi nous voulons estre beneurés et disons que devons vouloir avoir felicité, mais nous ne disons pas que nous la doions eslire (ORESME Eth. 64)Tant lui est deu plus de honneur se elle est bonne (ORESME ib. 47)

XVe s.Et que voulez-vous, dit le roi, que je fasse ? Il n'est chose que je ne doive faire pour nous sauver (FROISS. III, IV, 76)Seigneurs, vous n'estes mie en arroy ni en ordonnance, que le roi doye maintenant parler à vous (FROISS. II, II, 110)Et puis chevaucherent tout souef jusques adonc qu'ils vinrent au logis du duc. Quand ils durent approcher, ils ferirent chevaux des esperons tous d'une randon et se planterent en l'ost du duc (FROISS. I, I, 111)Je ne pense pas avoir dit ne fait chose dont me doyez savoir mal gré (LOUIS XI Nouv. XXIV)Vous en deveriez estre content (LOUIS XI ib. XXXVIII)Vous n'estes pas telle que vous deussiez estre (LOUIS XI ib. LXVIII)

XVIe s.Là elle veoit une lumiere telle, Que, pour la veoir, mourir devrions vouloir (MAROT III, 301)Laquelle en beauté et bonne grace ne devoit rien à son mari (MARG. Nouv. II)Le jour mesme qu'elle [la sentence] debvoit estre prononcée (MONT. I, 40)Il debvoit plus à la fortune qu'à sa diligence (MONT. I, 41)La peur emporta nostre jugement hors de sa deue assiette (MONT. I, 61)Tout cela tesmoigne qu'ils ne nous debvoient rien en clarté d'esprit naturelle et en pertinence (MONT. IV, 17)Le roy s'en meit en si grande cholere contre luy, que l'on pensoit qu'il ne luy deust jamais pardonner (AMYOT Thém. 53)Bon citoyen et faisant le deu de son office (AMYOT Flamin. 37)Voici le destroit où les poures consciences sont merveilleusement vexées et affligées, quand elles voyent que ceste contrition deue [pleine, entière] leur est imposée (CALV. Instit. 486)

ÉTYMOLOGIE

Bourguig. devoi ; provenç. dever ; catal. deurer ; espagn. deber ; ital. devere ; du latin debere, que les étymologistes regardent comme composé de de habere, ne pas avoir, avoir perdu la possession.

DEVOIR (s. m.)[de-voir]

1. Ce qu'on doit faire, ce à quoi l'on est obligé par la loi ou par la morale, par son état ou les bienséances.

Elle [Chimène] est dans le devoir ; tous deux [prétendants] sont dignes d'elle ; Tous deux formés d'un sang noble, vaillant, fidèle (CORN. Cid, I, 1)

Je sais ta passion et suis ravi de voir Que tous les mouvements cèdent à ton devoir (CORN. ib. II, 2)

Tous ces devoirs forcés où tout le coeur s'oppose, N'acquièrent à l'esprit ni liberté ni paix (CORN. Imit. I, 9)

L'amour n'est qu'un plaisir, l'honneur est un devoir (CORN. Cid, III, 6)

Un pas hors du devoir nous peut mener bien loin (CORN. Suréna, IV, 3)

Je suis encor Sévère, et tout ce grand pouvoir Ne peut rien sur ma gloire et rien sur mon devoir (CORN. Poly. IV, 6)

À suivre mon devoir, je suis déterminée (MOL. Sgan. 18)

C'est l'honneur qui les doit [les femmes] tenir dans le devoir (MOL. Éc. des maris, I, 2)

Le bon esprit nous découvre notre devoir (LA BRUY II)

Je conçois vos douleurs ; mais un devoir austère, Quand mon père a parlé, m'ordonne de me taire (RAC. Andr. III, 4)

Contemplez mon devoir dans toute sa rigueur (RAC. Bérén. IV, 5)

Tu n'as manqué à aucun devoir envers les hommes ? (FÉN. Tél. XVIII)

Quoique la philosophie, dit Cicéron, soit un pays où il n'y a point de terres incultes ni de landes, et qu'elle soit fertile et abondante d'un bout à l'autre, elle n'a point de contrée plus riche que celle qui traite des devoirs (ROLLIN Hist. anc. liv. XXVI, 2e part. ch. II, art. 2)

Le devoir peut être défini l'obligation rigoureuse de faire ce qui convient à la société (RAYNAL Hist. phil. XIX, 14)

Mon devoir me suffit, tout le reste n'est rien (VOLT. M. de Cés. III, 2)

Laisse-moi les honneurs du devoir qui me lie (VOLT. Alz. IV, 4)

Tremblez en contemplant tout le devoir des rois (VOLT. Brutus, III, 6)

Si les femmes que tu gardes voulaient sortir de leur devoir, tu leur en ferais perdre l'espérance (MONTESQ. Lett. pers. 11)

Si nous voulons entrer là-dessus en jugement avec nous-mêmes et considérer sérieusement nos devoirs (BOURD. Domin. octave de l'Ascension, Dominic. t. II, p. 237)

Devoir conjugal, la conjonction charnelle due entre mari et femme.

Il est du devoir, le devoir oblige à. Il est de mon devoir de vous donner cet avis.

Il est du devoir des défenseurs de la vérité de.... (PASC. Prov. 11)

2. Faire son devoir, agir comme on doit agir.

Qui sert bien son roi ne fait que son devoir (CORN. Cid, II, 1)

Je ferai seulement le devoir d'un sujet (CORN. ib. IV, 3)

Je pense continuellement à vous ; c'est ce que les dévots appellent une pensée habituelle ; c'est ce qu'il faudrait avoir pour Dieu si l'on faisait son devoir (SÉV. 15)

Il était trop honnête homme pour ne faire pas toujours son devoir (SÉV. 211)

Quoi qu'en pense le libertinage, il y a toujours un avantage infini à faire son devoir (BOURD. Pensées, t. I, p. 403)

Vous savez que, dans les grands malheurs, ne faire que son devoir, ce n'est pas le faire (MAINTENON Lettre au duc de Noailles, 22 juin 1709)

Mais j'ai fait le devoir d'un ami, d'un chrétien (C. DELAV. Paria, III, 2)

En parlant d'un régiment, d'un soldat, faire son devoir, combattre vaillamment.

En un autre sens, faire son devoir, se bien acquitter, parler, agir.

La langue du cocher a bien fait son devoir (CORN. Ment. I, 4)

Il faisait parfaitement son devoir auprès de Mlle de St-Germain (HAMILT. Gramm. 4)

Chacun fit son devoir de dire à l'affligée.... (LA FONT. Matr.)

Ils avaient lu qu'en amour on soupire ; Ils tâchaient donc d'en faire leur devoir (LA FONT. Rém.)

3. Être, rentrer dans son devoir, dans la soumission, le respect, l'obéissance où l'on doit se tenir.

On oublie aisément les fautes des enfants lorsqu'ils rentrent dans le devoir (MOL. l'Av. IV, 5)

Il fait rentrer son fils dans le devoir (BOSSUET Thom. 2)

Fuyons.... Mais si l'ingrat rentrait dans son devoir (RAC. Andr. II, 1)

[Les gardes du sérail] Sortis de leur devoir, n'osèrent y rentrer (RAC. Baj. I, 1)

En un sens un peu différent. Être dans son devoir, se mettre dans son devoir, se tenir dans l'état où l'on doit être devant les personnes à qui l'on veut témoigner du respect.

Ramener, ranger quelqu'un à son devoir, tenir dans le devoir, obliger à faire ce qui doit être fait.

Le général ne put tenir dans le devoir ses soldats (BOSSUET Hist. I, 9)

Des enfants qu'il remet dans leur devoir par le châtiment (BOSSUET ib. II, 4)

Elles tenaient dans le devoir les villes voisines (BOSSUET ib. III, 6)

Le jeune Louis.... prend les villes, ramène les provinces au devoir (MASS. Panég. St Louis.)

Se ranger à son devoir, faire ce qu'on doit faire.

Je lui apprendrai son devoir, je le rangerai à ce qu'il doit.

4. En devoir de, prêt à. Il était déjà en devoir de vous aller trouver.

Nous étions à table, plusieurs, joyeux, en devoir de bien faire (P. L. COUR. Pamphlet des pamphlets.)

Se mettre en devoir de faire une chose, la commencer ou s'y préparer.

Il se mit en devoir d'arrêter son maître (D'ABLANCOURT Lucien, t. II, Amitié, dans RICHELET)

À moins qu'elle ne se mît en devoir d'obtenir un congé (BOSSUET Lett. abb. 2)

L'homme doit se mettre en devoir de se convertir (BOSSUET Avert. 2)

On se mit en devoir de déménager les meubles (J. J. ROUSS. Conf. III)

5. Être à son devoir, être à son poste.

M. de Marsillac est déjà retourné à son devoir (SÉV. 415)

Le chevalier est à son devoir (SÉV. 417)

Jaloux, désespéré, j'ose, pour vous revoir, Abandonner des lieux commis à mon devoir (CRÉBILLON Rhad. I, 2)

6. Terme de féodalité. Devoirs seigneuriaux, droits que le vassal devait à son seigneur.

7. Par extension du sens féodal. Devoir, et, plus souvent, au pluriel, devoirs, marques de civilité, de politesse. Rendre ses devoirs à quelqu'un, lui présenter ses hommages, lui faire une visite de politesse.

Le rang de l'offensé, la grandeur de l'offense Demandent des devoirs et des soumissions Qui passent le commun des satisfactions (CORN. Cid, II, 1)

Il peut aller, s'il veut, dessus son monument Recevoir ses devoirs et son remercîment (CORN. Pomp. I, 3)

Agréer ses devoirs et le revoir encore (ROTROU Vencesl. II, 5)

Rendre des devoirs, s'est dit des services que des valets remplissent auprès de leurs maîtres.

Notre P. Bauny a appris aux valets à rendre tous ces devoirs-là innocemment à leurs maîtres, en faisant qu'ils portent leur intention, non pas aux péchés dont ils sont les entremetteurs, mais seulement au gain qui leur en revient (PASC. Prov. 6)

On rend différents devoirs aux différents mérites (PASC. P. div. 31)

Elle a commencé à rendre ses devoirs au Louvre (SÉV. 11)

J'ai fait votre devoir à l'abbé Arnauld (SÉV. 395)

J'en reviens toujours à dire qu'il y a des sortes de devoirs dont on ne peut se dispenser sans une grossièreté pleine d'ingratitude (SÉV. 306)

Vous saurez que je n'ai rien dit à ce Caton sur la mort de sa femme, et j'avais dessein de l'aller voir avec la marquise d'Uxelles ; et, au lieu d'attendre ce devoir, il vient s'informer comme je me porte de mon voyage (SÉV. 292)

On se rend des devoirs, mais on ne se rend pas l'amour (MASS. Panég. St Étienne.)

Le grand plaisir que je me promets, c'est de rendre mes devoirs à Mme Clavier (P. L. COUR. Lett. I, 53)

8. Les derniers devoirs, les devoirs funèbres, les funérailles. Rendre à quelqu'un les derniers devoirs, présider ou, simplement, assister à ses funérailles.

Dis-moi quel bon démon a mis en ton pouvoir De rendre à ce héros ce funèbre devoir ? (CORN. Pomp. V, 1)

Tu veux à ce héros rendre un devoir suprême (CORN. ib. V, 4)

Ces pieux devoirs que l'on rend à sa mémoire (FLÉCH. Mont.)

Andromaque elle-même, à Pyrrhus si rebelle, Lui rend tous les devoirs d'une veuve fidèle (RAC. Andr. V, 5)

Pour rendre à ses cendres le dernier devoir (FÉN. Tél. XVII)

Rendezmoi [à moi Phalante] les derniers devoirs que vous avez rendus à mon frère [Hippias] (FÉN. ib.)

9. Terme de collége. Travail, exercices donnés à un élève. Faire ses devoirs. Un devoir difficile.

M. Lambercier était un homme fort raisonnable qui, sans négliger notre instruction, ne nous chargeait point de devoirs extrêmes (J. J. ROUSS. Conf. I)

10. Devoir pascal, l'obligation de communier à Pâques.

11. Association d'ouvriers unis par les liens du compagnonnage. Compagnons du devoir. Des ouvriers appartenant à des devoirs différents.

12. Anciennement, sorte de service de surveillance. ....à la charge qu'il fera faire tant le jour que la nuit, rondes, devoirs et diligences requises et accoutumées pour éviter tels accidents, Bail Boute, Lett. pat. 27 juin 1680.

13. Terme de droit. Devoir parfait, celui dont l'accomplissement peut être exigé, qui a un droit corrélatif.

Devoir imparfait, celui dont l'accomplissement ne peut être exigé, qui n'a pas de droit corrélatif.

Dans l'ancien droit, devoirs de loi exprimait toutes les formalités du nantissement.

14. Terme de fauconnerie. Devoir de l'oiseau, sa part de la curée du gibier qu'il a pris.

SYNONYME

DEVOIR, OBLIGATION. Le devoir est ce que nous devons. L'obligation est quelque chose qui nous lie, qui nous oblige. Le devoir est toujours quelque chose de moral. L'obligation n'a pas ce caractère ; elle peut dépendre de causes très différentes.

HISTORIQUE

XIIIe s.[Le roi] En fist tout son devoir, ne dust estre repris (Berte, XCIX)Il font bien trestuit lor devoir (la Rose, 19163)

XIVe s.François font lor devoir ; ne les devez blasmer, Car qui fait ce qu'il doit, j'ose bien dire au cler, Que de riens ne meffait.... (Guesclin. 19334)

XVe s.Le comte, à la complainte des herauts, commanda que on ardist tout, si des rachats à argent ils n'avoient fait leur devoir (FROISS. II, II, 66)En lui mandant qu'en faisant mon devoir, J'ay tous les maulx que nul pourroit souffrir (CH. D'ORL. Bal. 19)Dieu nous doint bonne destinée, Et chascun face son debvoir ; Ainsi ne sera redoubtée Par bon eur et loyal vouloir (CH. D'ORL. ib.)Lasse ! or [je] me voy aujourd'hui si perie, Que nul ne fait envers moy son devoir (E. DESCHAMPS Complainte de la France.)Et sur ce respondit qu'il en parleroit au roy et qu'il en feroit son devoir (JUVÉN. Charles VI, 1380)Cil passa l'avangarde moult, Pour faire en l'estour son devoir (la Bataille du Liege)

XVIe s.Les regles du debvoir de l'homme (MONT. I, 30)Les malades ausquels le debvoir m'interesse (MONT. I, 91)Ne vaudroit-il pas mieux que par ces bons exemples de vie vous vous missiez en devoir de les convertir ? (LANOUE 84)Les autres Grecs ne feirent aucun devoir de les secourir (AMYOT Thém. 17)C. Lentulus, l'ayant apperceu, se meit en devoir de le sauver (AMYOT Fab. 33)

ÉTYMOLOGIE

Infinitif du verbe devoir, pris substanvement ; provenç. dever ; catal. deurer ; espagn. eber ; ital. devere.

Wikipedia

Devoir

                   
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Devoir à la maison et Le Devoir.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Devouard.

Sur les autres projets Wikimedia :


Sommaire

  Définition

On peut d'abord différencier dans le mot devoir d'une part le verbe et d'autre part le substantif, bien que la notion philosophique se rattache largement à ce dernier l'action telle qu'elle est éclairée par le verbe peut aussi renseigner sur son sens.

  1. Le verbe
    • Le devoir pris comme action peut d'abord marquer une nécessité, c'est-à-dire qu'il s'agit d'une condition sans laquelle une chose ne pourrait advenir. On peut ainsi retrouver la relation de causalité à travers le sens du verbe "devoir", bien que la nécessité puisse être prise de façon absolue ou relative aux autres faits ou données ; à remarquer aussi qu'il n'est pas encore question ici de personnes physiques ou morales, rien à voir avec le droit. Pour illustrer on pourrait simplement reformuler l'adage "Il n'y a pas de fumée sans feu" par "Il doit y avoir du feu pour qu'il y ait de la fumée" : dans les deux cas "devoir" renvoie à un conditionnel logique (ce n'est pas un biconditionnel logique car l'adage ne renseignement pas sur la situation où il n'y a pas de fumée : y a-t-il du feu ?).
    • Une deuxième définition est aussi possible pour le verbe, celle-ci renvoyant davantage à une personne morale. Là où la première explicitait simplement une nécessité d'ordre naturel, logique, il est aussi possible de "devoir" par convenance envers quelqu'un. Dans ce cas "devoir" désigne non pas ce qui est nécessaire mais simplement qu'il "vaut mieux" que cela soit ou que cela ne soit pas. On retrouve ici évidemment le devoir moral, par exemple si on dit : "tu dois être polis", il est convenu que la politesse n'est pas nécessaire, qu'elle ne va pas de soi et qu'il est possible d'être malpoli ; c'est pourquoi on énonce un impératif afin de contraindre l'autre à le respecter car celui-là ne sera pas respecté naturellement. Cette définition du devoir renvoie immédiatement à une forme d'activité : seule l'action peut ainsi être contrainte car pour réellement devoir, ne faut-il pas pouvoir l'inverse ? Devoir s'oppose ainsi à l'être ou au ne doit pas être et renvoie à une opposition du type bien/mal, vrai/faux etc...
  1. Le substantif
    • Le devoir pris au sens abstrait est ici pleinement considéré comme l'obligation morale, non pas à travers telle ou telle règle ou action particulière mais prise pour elle-même. Il s'agit tout bonnement du devoir que l'on rencontre avec l'impératif catégorique kantien. Pour rappel Kant défini deux types d'impératif : l'impératif hypothétique, c'est un moyen pour atteindre une fin comme "Brosse-toi les dents pour ne pas avoir de caries" ; et l'impératif catégorique qui, lui, ne propose pas d'alternatives : "Sois poli".
    • Le deuxième sens du devoir concerne en revanche action particulière et concrète. Un citoyen a par exemple des droits et des devoirs : on peut en dresser une liste, il y en a un nombre fini. S'oppose en ce sens à la première définition qui était très conceptuelle. On rejoint ici parfaitement le domaine du droit puisqu'il peut y avoir des devoirs correspondant à tous soit à chacun en fonction de la profession, du statut social etc...

  Ce qui induit un devoir

Toute liberté ou tout droit implique nécessairement, pour s'exercer complètement, un devoir de tolérance et de respect.

En Australie : Green Charter (2001) : cette charte n'est pas une loi à proprement parler, mais un texte fédérateur, signé par 800 personnes.

En France : la Charte de l'environnement (2005), votée par le Parlement français, comporte une innovation juridique, en introduisant la notion de devoir, celui de « prendre part à la préservation et à l'amélioration de l'environnement » (article 2)[1].

  Exemples récents

  Informatique

Pour le projet Y2K (Passage informatique à l'an 2000), il y eut une loi en France (1998) selon laquelle il y avait pour les fournisseurs d'équipements informatiques un devoir de conseil.

Juridiquement, le devoir de conseil est une partie de l'obligation d'information, figurant dans le code de la consommation.

  Citation

« Le devoir est la nécessité d'accomplir une action par respect pour la loi », Emmanuel Kant[2].

« C'est le devoir qui crée le droit et non le droit qui crée le devoir ». François-René de Chateaubriand, extrait d'un discours à la Chambre des Pairs[3].

  Bibliographie

André Lalande, Vocabulaire technique et critique de philosophie, Puf, coll. « Quadrige/ Dicos Poche », Paris, 2006 (ISBN 2-13-055383-4)

  Référence

  Voir aussi

  Articles connexes

  Lien externe

Fondements de la métaphysique des moeurs Voir le commentaire de J. Costilhes

   
               

 

Toutes les traductions de devant


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

4429 visiteurs en ligne

calculé en 0,171s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼

Disques Frein Ø256 Ventilé+Plaquette Devant Mitsubishi Carisma DA Space Star (49.8 EUR)

Usage commercial de ce terme

Photo Congrès de Nuremberg 1936 - Défilé devant le H. - (25.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

PHOTO STEREO GUERRE 14/18,DEUX POILUS DEVANT UNE CAGNA,UN ABRI,TENTE AU FOND... (10.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Y2317(¯`*•.PROMOD.•*´¯) ROBE BLANCHE PLIS DEVANT COL MAO T40/42 (7.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Kit De Roulement De Roue Devant VW Lupo 6X 6E Toute, Toutes, Tous Polo 6N1 6N2 (30.27 EUR)

Usage commercial de ce terme

H P Lovecreft : Le rôdeur devant le seuil (4.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

CPSM CAMARET LE SILLON LES VIEUX BATEAUX DEVANT LA CHAPELLE (2.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Bras De Suspension Devant en Haut Dodge Pickup Ram 1500, Durango, Chrysler (62.91 EUR)

Usage commercial de ce terme

Sac A Main Porte Epaule Croise Devant Graine Messenger Portefeuille Couleur Uni (7.85 EUR)

Usage commercial de ce terme

Devant et Dos Films de protection protecteur d'écran pour Apple iPhone 5 5S 5C (1.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Plaquettes De Freins Devant Alfa Romeo 145 146 930 147 937 155 167 156 932 GT (18.8 EUR)

Usage commercial de ce terme

Alphonse Gouilly, L'Islam devant le Monde Moderne (12.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Les albigeois devant l'histoire (72.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

CPSM 44. THARON PLAGE. La Plage devant le Casino (1.15 EUR)

Usage commercial de ce terme

2x Boyau De Frein Flexibles Devant Renault Laguna Grand Tour K56 I B56_ 556 (16.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

Disques Frein Ø284 Ventilé+Plaquette Devant Alfa Romeo GT 937 1.8 T 1.9 Jtd (63.8 EUR)

Usage commercial de ce terme

Disques Frein Fixés Ø276 Ventilé+Plaquette Devant VW LT 28-46 2dx0ae 2dx0fe (59.8 EUR)

Usage commercial de ce terme

Disques Frein Ø231 Plaquette Devant Subaru Justy II Jma Ms Suzuki Alto III Ef (41.8 EUR)

Usage commercial de ce terme

CPA Orleans, Fetes de Jeanne d´Arc, La Municipalite et les Prelats devant l´Hot (5.0 EUR)

Usage commercial de ce terme