» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - fortune

fortune (n.f.)

1.biens, richesses d'une personne ou d'un groupe.

2.(littéraire)ce qui advient d'heureux ou de malheureux à qqn.

3.(littéraire)puissance à laquelle on attribue le pouvoir de faire le bonheur et le malheur.

fortuné (adj.)

1.qui est riche, qui a de la fortune.

2.favorisé par le sort.

Fortune (n.prop.)

1.déesse romain personnifiant la fortune et la chance.

fortune (n.)

1.ensemble de biens d'une valeur considérable.

   Publicité ▼

définition (complément)

voir la définition de fortune dans le Littré

voir la définition de Wikipedia

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

synonymes - fortune

Fortune (n.prop.)

Fortuna

fortune (n.f.) (littéraire)

hasard

fortuné (adj.)

bien loti, plein aux as, argenté  (familier), argenteux  (familier, peu usité), friqué  (familier), galetteux  (populaire)

   Publicité ▼

voir aussi

locutions

-(19) Fortune • Achille Victor Fortuné de Vaufreland-Piscatory • Addis Fortune • Agents of Fortune • Antoine Fortuné de Brack • Antoine-Fortuné Marion • Compagnons de fortune • Cookie's Fortune • Dominique Fortuné Maggesi • Décret sur la fortune des députés de la Convention • Fortune (Metal Gear) • Fortune (feuilleton télévisé) • Fortune (magazine) • Fortune (programme) • Fortune 1000 • Fortune 1000 (classement 2006) • Fortune 500 • Fortune Brands • Fortune Faded • Fortune Global 500 • Fortune Global 500 (2007) • Fortune Global 500 (2008) • Fortune Global 500 (classement 2006) • Fortune Teller • Fortune cookie • Fortune de France • Fortune de France (série) • Fortune de mer • Fortuné Bandeira • Fortuné Joseph Petiot-Groffier • Fortuné Leydet • Fortuné Maure • Fortuné d'Andigné • Fortuné de Mazenod • Fortuné du Boisgobey • Gloire et Fortune : La grande imposture • Hubert Michel Fortuné Legagneur • Impôt de solidarité sur la fortune • Impôt sur la fortune • Initiative populaire « Prélèvement d'un impôt unique sur la fortune » • Jean Baptiste Fortuné de Fournier • Jean Fortuné Boüin de Marigny • Joseph Fortuné Théodore Eydoux • L'Homme qui court après la fortune et l'Homme qui l'attend dans son lit • L'Ingratitude et l'injustice des Hommes envers la Fortune • La Fortune de Gaspard • La Fortune de Gaspard (téléfilm, 1993) • La Fortune des Rougon • La Fortune et le Jeune Enfant • La Roue de Fortune • La Roue de la fortune • Le Chemin de la fortune • Louis Joseph Elisabeth Fortuné de Renaud de Boulogne • Marc-Antoine Fortuné • Marie Fortuné de Vergès • Pointe-Fortune • Quinton Fortune • Reo Fortune • Revers de fortune • Robert Fortune • Roue de fortune • Soldats de Fortune • Soldier of Fortune • Soldier of Fortune (album) • The Ball of Fortune • Wheel of Fortune (jeu télévisé américain) • Wheel of Fortune (série) • Édouard-Fortuné Calabresi

dictionnaire analogique






 

hasard[Thème]

chance[Thème]

chanceux[Classe]

fortuné (adj.)


Le Littré (1880)

FORTUNE (s. f.)[for-tu-n']

1. Terme du polythéisme gréco-romain. Divinité qui présidait aux hasards de la vie. Le temple de la Fortune. Les anciens représentaient la Fortune sous forme d'une femme, tantôt assise et tantôt debout, ayant un gouvernail, avec une roue à côté d'elle, pour marquer son inconstance, et tenant dans sa main une corne d'abondance.

Il s'écrit en ce sens avec une majuscule.

Il se dit, par allusion, en un sens analogue au précédent, mais sans majuscule.

Je mets cette lettre entre les mains de la fortune sans voir comme elle pourra passer au travers de tant de difficultés et de feux qui nous entourent (VOIT. Lett. 22)

Sans mentir, monsieur, la fortune est une grande trompeuse ! bien souvent en donnant aux hommes des charges et des honneurs, elle leur fait de mauvais présents, et pour l'ordinaire elle nous vend bien chèrement les choses qu'il semble qu'elle nous donne (VOIT. Lett. 123)

Mais jugeons, je vous supplie, s'il a tenu à lui ou à la fortune qu'il ne soit venu à bout de ce dessein (VOIT. Lett. 74)

La fortune est changeante (TRISTAN M. de Chrispe, I, 3)

Surtout quand à nos yeux la fortune se montre.... (TRISTAN ib. IV, 2)

L'homme à qui la fortune a fait des avantages (TRISTAN Mariane, I, 3)

La fortune nous corrige de plusieurs défauts que la raison ne saurait corriger (LA ROCHEFOUC. Réflex. mor. 154)

La fortune.... Il n'arrive rien dans le monde Qu'il ne faille qu'elle en réponde ; Nous la faisons de tous écots (LA FONT. Fabl. V, 11)

Qui ne court après la fortune ? (LA FONT. ib. VII, 12)

Mais que vous sert votre mérite ? La fortune a-t-elle des yeux ? (LA FONT. ib.)

Fortune, qui nous fais passer devant les yeux Des dignités, des biens que jusqu'au bout du monde On suit sans que l'effet aux promesses réponde, Désormais je ne bouge et ferai cent fois mieux (LA FONT. ib.)

Fortune aveugle suit aveugle hardiesse (LA FONT. ib. X, 14)

Est-on sot, étourdi, prend-on mal ses mesures, On pense en être quitte en accusant le sort ; Bref, la fortune a toujours tort (LA FONT. ib. v, 11)

Il lit au front de ceux qu'un vain luxe environne, Que la fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne (LA FONT. Phil. et Bauc.)

La fortune veut être prise de force ; les affaires veulent être emportées par la violence (BOSSUET Sermons, Providence, 1)

Poursuivi à toute outrance par l'implacable malignité de la fortune, trahi de tous les siens, il ne s'est pas manqué à lui-même (BOSSUET Reine d'Anglet.)

Il ne faut pas se flatter ; les plus expérimentés dans les affaires font des fautes capitales ; mais que nous nous pardonnons aisément nos fautes quand la fortune nous les pardonne ! (BOSSUET ib.)

Un homme également actif dans la paix et dans la guerre, qui ne laissait rien à la fortune de ce qu'il pouvait lui ôter par conseil et par prévoyance (BOSSUET ib.)

Que la fortune ne tente donc pas de nous tirer du néant ni de forcer la bassesse de notre nature (BOSSUET Duch. d'Orl.)

Tout vous rit, la fortune obéit à vos voeux (RAC. Brit. II, 2)

Mithridate revient ! Ah fortune cruelle ! (RAC. Mithr. I, 5)

Fortune dont la main couronne Les forfaits les plus inouïs, Du faux éclat qui t'environne Serons-nous toujours éblouis ? (J. B. ROUSS. Ode à la fortune.)

Les destinées des princes et des États sont tellement le jouet de ce qu'on appelle la fortune, que le salut de l'Empereur vint d'un prince protestant (VOLT. Ann. Emp. Charles-Quint, 1546)

Gouvernez la fortune et sachez l'asservir (VOLT. Adélaïde, II, 7)

La fortune fit évanouir tous ces vastes projets (VOLT. Louis XV, 1)

La roue de la fortune, les accidents divers dans la vie des hommes et dans le sort des États.

Fig. Attacher un clou à la roue de la fortune, trouver moyen de fixer la fortune.

La roue de la fortune ou la roue de fortune, s'est dit aussi, dans le temps qu'on tirait la loterie, de la roue où l'on mettait les numéros, qu'on mêlait en faisant tourner la roue.

Les jeux, les coups, les caprices de la fortune, les grands changements qui arrivent aux hommes ou aux États et qui les élèvent ou les abaissent.

Fig. Adorer, encenser la fortune, sacrifier à la fortune, etc. s'attacher à ceux qui sont en faveur, en crédit.

Tenter la fortune, et, plus familièrement, brusquer la fortune, tenter de réussir par des moyens prompts et hasardeux.

Laissons de leur amour la recherche importune ; Poussons à bout l'ingrat et tentons la fortune : Voyons si, par mes soins sur le trône élevé, Il osera trahir l'amour qui l'a sauvé (RAC. Bajaz. IV, 4)

2. Ce qui advient par la volonté de la Fortune, chance, hasard.

Il est certain qu'Alexandre courut grande fortune non-seulement de la vie, mais... (VAUGELAS Q. C. 380)

Je voudrais bien savoir s'il y a quelque astrologue qui eût pu dire en me voyant il y a deux ans dans la rue Saint-Denis avec ma rotonde [sorte de fraise], que je courrais bientôt fortune de ramer dans les galères d'Alger ou d'être mangé par les poissons de la mer Atlantique (VOIT. Lett. 42)

M. le prince ne courait aucune fortune, s'il lui plaisait de revenir à la cour (RETZ III, 271)

Si vous voulez m'assurer mon sort principal [mon capital], qu'il ne coure fortune (PASC. Prov. 8)

Non-seulement, dit-il, nous courons fortune de tout perdre, mais le temple de la grande Diane va tomber dans le mépris (BOSSUET Hist. II, 12)

De quelque manière que vous jetiez les dés, ils amèneront toujours les mêmes points ; voilà une étrange fortune ! (CHATEAUBR. Génie, I, V, 3)

Tenter fortune, s'engager dans des entreprises dont l'issue dépend de chances qu'on ne peut ni calculer ni prévoir.

Chercher fortune, chercher les occasions qui peuvent procurer ce que l'on désire, biens, honneurs, faveurs de femmes, etc.

Témoignez seulement que vous cherchez fortune (LA FONT. Cand.)

Cela fit que, sans renoncer à ses prétentions [sur une dame], il se mit à chercher fortune ailleurs (HAMILT. Gramm. 6)

On disait autrefois, dans un sens analogue : busquer fortune, Dict. de l'Académie (ce mot, aujourd'hui inusité, n'est pas à son rang alphabétique ; c'était une locution espagnole, buscar, chercher, introduite au XVIe et au XVIIe siècle).

La fortune des armes, les hasards, les chances de la guerre.

Familièrement. La fortune du pot, le dîner tel qu'il se trouve. Venez dîner avec nous à la fortune du pot.

De fortune, de bonne fortune, de grande fortune, par fortune, loc. adv. Par hasard, par grand hasard.

De bonne fortune il ne faisait point du tout de vent (VOIT. Lett. 9)

Comme elle disait ces mots, Le loup, de fortune, passe (LA FONT. Fables, IV, 15)

Je l'avais sous mes pieds rencontré par fortune (MOL. Sgan. 22)

Le p. Tellier était à Marly comme tous les vendredis ; et, de grande fortune, d'Antin était allé faire une course à Paris (SAINT-SIMON 268, 126)

Avant-hier advint que de fortune Je rencontrai ce Guignard sur la brune (VOLT. Hypocr.)

3. Bonne fortune, heureuse circonstance, chance heureuse.

Que celui qui l'occupe a de bonne fortune ! (CORN. Nic. I, 2)

Je porte peu d'envie à sa bonne fortune (CORN. Oedipe, I, 3)

Bonne fortune, la bonne aventure, ce qui arrivera à chacun.

Écoutez, vous autres, y a-t-il moyen de me dire ma bonne fortune ? (MOL. Mar. forc. 10)

Une bande de ces personnes qu'on appelle égyptiens, qui, rôdant de province en province, se mêlent de dire la bonne fortune (MOL. Fourber. III, 3)

Bonne fortune, faveurs d'une femme. Il se vante d'avoir eu cette bonne fortune.

Il se donnait continuellement comme un homme à bonnes fortunes (Mme DE CAYLUS Souvenirs, p. 249, dans POUGENS)

Le petit Germain, sur qui pleuvaient de tous côtés les bonnes fortunes (HAMILTON Gramm. 6)

Que, pour vous faire croire homme à bonne fortune, Vous passez en hiver des nuits au clair de lune À souffler dans vos doigts.... (REGNARD Distrait, IV, 6)

L'homme à bonnes fortunes, titre d'une comédie de BARON.

Amazan refusait constamment toutes les bonnes fortunes qui se présentaient à lui (VOLT. Babyl. 6)

Fortune, dans le sens de bonne fortune en galanterie.

Vous est-il point encore arrivé de fortune ? (MOL. Éc. des femmes, I, 6)

Moreau avait été galant ; il eut des fortunes distinguées et quantité que sa figure et sa discrétion lui procurèrent (SAINT-SIMON 189, 20)

Être en bonne fortune, être à un rendez-vous donné par une maîtresse.

Pour troubler un homme en bonne fortune (HAMILT. Gramm. 6)

Dans un sens dérivé, mais particulier. En bonne fortune, en cachette, avec mystère.

Mme de Caylus se laissa aller à des rendez-vous en bonne fortune avec Mme de Maintenon à Versailles ou à Saint-Cyr (SAINT-SIMON 168, 267)

M. le prince avait envoyé proposer à ce père [de la Tour] de le venir voir en bonne fortune la nuit et travesti (SAINT-SIMON 225, 19)

Je faisais celui-là [travail], comme on dit, en bonne fortune, et je n'avais voulu communiquer mon projet à personne (J. J. ROUSS. Conf. IX.)

4. Mauvaise fortune, adversité, suite d'événements fâcheux.

Il [le prince de Condé] apprit à l'Espagne trop dédaigneuse quelle était cette majesté que la mauvaise fortune ne pouvait ravir à de si grands princes [les Stuarts exilés] (BOSSUET Louis de Bourbon.)

Il supporta la mauvaise fortune sans faiblesse, comme il jouit de la bonne sans orgueil (FLÉCH. Hist. de Théodose, I, 1)

5. Il se prend quelquefois pour bonheur.

Peut-être que vous avez jugé que cette fortune était tellement au delà de ce que je devais espérer, qu'il vous fallait avec loisir chercher des termes pour me la rendre croyable (VOIT. Lett. 1)

Peut-être la fortune est prête à vous quitter (RAC. Esther, III, 1)

À mon fils Xipharès je dois cette fortune (RAC. Mithrid. V, 5)

Il n'est point de fortune à mon bonheur égale (RAC. Théb. v, 4)

Il est en fortune, il gagne tout ce qu'il veut.

Fig. Être en fortune, être en verve, en crédit.

Je répondis à tout, car j'étais en fortune (SÉV. 521)

En un sens opposé, malheur. Dieu vous préserve de mal et de fortune.

Lors de mon coin vous me verrez sortir Incontinent, de crainte de fortune (LA FONT. Sav.)

Contre fortune bon coeur, c'est-à-dire il faut faire face avec courage contre les accidents que la fortune inflige.

Allons, allons, madame, ne vous affligez point ; contre fortune bon coeur (BARON Coq. et fausse prude, V, 2)

On dit aussi sans ellipse : Faites, il fit contre fortune bon coeur.

Terme de pratique. à ses risques, périls et fortune, loc. adv. qui signifie que tous les risques sont mis à la charge de la personne dont il s'agit.

Se dit aussi dans le langage ordinaire, avec le même sens.

Qu'il est beau de détromper à ses risques et fortunes un indifférent sur des choses qui lui importent ! (DIDER. Essai sur la vertu.)

Ma coutume est de donner mes griffonnages aux libraires, qui les impriment à leurs périls et fortunes (P. L. COUR. Lett. II, 24)

La bonne et la mauvaise fortune, l'une et l'autre fortune, la prospérité et l'adversité.

Égal dans les événements de l'une et l'autre fortune (HAMILT. Gramm. 5)

6. Terme de marine. Fortune de mer, les accidents qui arrivent aux navigateurs, naufrages, tempêtes, pirates, etc.

Fortune de vent, gros temps, temps pendant lequel les vents sont forcés.

Voile de fortune, voile qui ne se porte que pendant l'orage.

Gouvernails, mâts, etc. de fortune, gouvernails, mâts qui ne servent que momentanément.

Fortune, nom d'une vergue et d'une voile dont on se sert à bord de certains navires qui ont le gréement des goëlettes. La fortune est une voile carrée attachée sur une vergue qui se hisse, comme la voile de misaine des bâtiments carrés, à la tête et sur l'avant du mât de misaine, JAL.

7. La fortune de quelqu'un, ce qui peut lui arriver de bien ou de mal.

Me faire la faveur d'assurer particulièrement trois d'entre elles [personnes] que, quelque loin que me jette ma fortune, la meilleure partie de moi-même sera toujours au lieu où elles seront (VOIT. Lett. 38)

Donc, comme à vous servir j'attache ma fortune (CORN. Ment. III, 5)

Chacun, à ses périls, peut suivre sa fortune (CORN. Perthar. III, 2)

Jamais il n'a été en ma puissance de concevoir comme on trouve écrit dans le ciel jusqu'aux plus petites particularités de la fortune du moindre homme (MOL. Am. magn. III, 1)

[Le prince de Condé] mande à ses agents dans la conférence [pour la paix des Pyrénées], qu'il n'est pas juste que la paix de la chrétienté soit retardée davantage à sa considération, qu'on ait soin de ses amis, et, pour lui, qu'on lui laisse suivre sa fortune (BOSSUET Louis de Bourbon.)

Demeurons toutefois pour troubler leur fortune (RAC. Andr. II, 1)

Sa fortune dépend de vous plus que de moi (RAC. Brit. II, 4)

Les biens qu'il avait abandonnés pour suivre la fortune de son maître (HAMILT. Gramm. 6)

Je résolus de m'attacher à elle, de courir sa fortune (J. J. ROUSS. Conf. v.)

Il se dit aussi des choses. La fortune d'un livre. La fortune des empires.

8. Plus particulièrement, la fortune de quelqu'un, son heureuse fortune, les succès qu'il obtient.

Cromwell alors se fit nommer gouverneur d'Irlande ; il partit avec l'élite de son armée, et fut suivi de sa fortune ordinaire (VOLT. Moeurs, 181)

Soliman envoie le bacha Mustapha assiéger Malte ; rien n'est plus connu que ce siége où la fortune de Soliman échoua (VOLT. Ann. Emp. Maximilien II, 1565)

9. Il se dit, au pluriel, des variations du sort, de la destinée.

En racontant toutes ses fortunes et tous ses longs voyages (D'URFÉ Astrée, I, 2)

Je désire seulement d'avoir bientôt l'honneur de vous voir, et que toutes mes fortunes soient tellement jointes aux vôtres, que je ne sois jamais heureux ni malheureux qu'avec vous (VOIT. Lett. 35)

Quoique nous lisions de lui, si faut-il avouer que vos fortunes sont aussi merveilleuses que les siennes (VOIT. Lett. 3)

Il ne manque à vos fortunes que d'avoir été criminelle d'État, et voici que je vous en fais naître une belle occasion (VOIT. Lett. 31)

Il [l'amour] a droit de régner sur les âmes communes, Non sur celles qui font et défont les fortunes (CORN. Att. III, 4)

Hors de l'ordre commun il [le sort] nous fait des fortunes (CORN. Hor. II, 3)

Quant au surplus des fortunes humaines, Les biens, les maux, les plaisirs et les peines.... (LA FONT. Belphégor.)

Nous parlions des fortunes d'Horace (MOL. l'Ét. IV, 6)

Les fortunes du chevalier de Grammont y furent longtemps diverses dans l'amour et dans le jeu (HAMILT. Gramm. 5)

Jetons la vue sur les fortunes galantes de son altesse, avant la déclaration de son mariage (HAMILT. ib. 3)

Élevé par cette illusion au dernier degré de la gloire, vous vous convaincrez par vous-même de la vanité des fortunes (VAUVENARGUES. Médit. sur la foi.)

À la nécessité soumettons nos fortunes (BRIFFAUT Ninus II, IV, 10)

On le dit aussi des choses. Cette doctrine a eu des fortunes très diverses.

10. Revers de fortune, accident qui change une bonne situation en une mauvaise.

Retour de fortune, vicissitude dans la destinée, dans l'état des choses. Il y a de singuliers retours de fortune.

11. L'état, la condition où l'on est. Se contenter de sa fortune.

Je me souhaiterais la fortune d'Éson (MALH. II, 12)

Le capitaine de vaisseau touché de ma fortune prit amitié pour moi (MOL. l'Av. V, 3)

Il goûtait un véritable repos dans la maison de ses pères qu'il avait accommodée peu à peu à sa fortune présente, sans lui faire perdre les traces de l'ancienne simplicité (BOSSUET le Tellier.)

Poursuivie par ses ennemis implacables qui avaient eu l'audace de lui faire son procès, tantôt sauvée, tantôt presque prise, changeant de fortune à chaque quart d'heure (BOSSUET Reine d'Angleterre.)

Que si quelqu'un, mes vers, alors vous importune, Pour savoir mes parents, ma vie et ma fortune (BOILEAU Ép. X.)

Ma fortune va prendre une face nouvelle (RAC. Andr. I, 1)

Heureux qui satisfait de son humble fortune.... (RAC. ib.)

Vous avez entendu sa fortune [de Joas] (RAC. Athal. II, 7)

Il se dit aussi au pluriel.

Dans les fortunes médiocres, l'ambition encore tremblante se tient si cachée qu'à peine se connaît-elle elle-même (BOSSUET le Tellier.)

Ô mère, ô femme, ô reine admirable et digne d'une meilleure fortune, si les fortunes de la terre étaient quelque chose ! (BOSSUET Reine d'Anglet.)

Une grande fortune, une condition élevée.

Il n'y a rien qui se soutienne plus longtemps qu'une médiocre fortune ; il n'y a rien dont on voie mieux la fin qu'une grande fortune (LA BRUY. VI)

Chacun est artisan de sa fortune, c'est-à-dire en général nos succès dépendent de nous.

Il fut l'artisan de sa fortune, il ne dut qu'à lui ses bons succès.

12. Élévation de quelqu'un dans la condition, le rang, les honneurs, les emplois, les richesses.

Enfin tout ce qu'adore en ma haute fortune D'un courtisan flatteur la présence importune (CORN. Cinna, II, 1)

Lui donner moyen de pousser sa fortune (SÉV. 607)

Je ne vais point au Louvre adorer la fortune (BOILEAU Sat. II)

Enfin je me dérobe à la joie importune De tant d'amis nouveaux que me fait la fortune (RAC. Bérén. I, 4)

Ai-je donc élevé si haut votre fortune Pour mettre une barrière entre mon fils et moi ? (RAC. Brit. I, 2)

Pardonnez à l'éclat d'une illustre fortune Ce reste de fierté qui craint d'être importune (RAC. Andr. III, 6)

Il a commencé de bonne heure et dès son adolescence à se mettre dans les voies de la fortune (LA BRUY. VI)

Il faut avoir trente ans pour songer à sa fortune, elle n'est pas faite à cinquante ; l'on bâtit dans sa vieillesse, et l'on meurt quand on en est aux peintres ou aux vitriers (LA BRUY. ib.)

La révolte du comte de Soissons fut la plus dangereuse ; elle était appuyée par le duc de Bouillon, fils du maréchal, qui le reçut dans Sedan, par le duc de Guise, petit-fils du balafré, qui, avec le courage de ses ancêtres, voulait en faire revivre la fortune (VOLT. Moeurs, 176)

Les biens de la fortune, les richesses, les honneurs, les emplois.

Faire fortune, s'élever haut dans les honneurs, les emplois, les richesses.

Faire fortune est une si belle phrase et qui dit une si bonne chose, qu'elle est d'un usage universel (LA BRUY. VI)

Il faut une sorte d'esprit pour faire fortune et surtout une grande fortune ; ce n'est ni le bon ni le bel esprit, ni le grand, ni le sublime, ni le fort, ni le délicat ; je ne sais précisément lequel c'est ; j'attends que quelqu'un veuille m'en instruire (LA BRUY. ib.)

Fig. Faire fortune, en parlant des choses, obtenir du succès, réussir.

Depuis la paix, mon vin fait encore plus de fortune en Angleterre qu'en a fait mon livre [l'Esprit des lois] (MONTESQ. Correspondance, 61)

Toutes ces pièces ont été imprimées, leur fortune est faite (DIDER. les Saisons.)

Je puis assurer à Votre Majesté que ces mots précieux à la raison ont fait autant de fortune que son bel éloge de l'impératrice reine (D'ALEMB. Lett. au roi de Prusse, 30 mars 1781)

Mot qui courut dans le monde et fit fortune (MARMONTEL Mém. V)

Faire la fortune de quelqu'un, le faire parvenir à une position élevée.

Cette créature avait fait la fortune de bien des gens (SÉV. 348)

Aimez vos domestiques, portez-les à Dieu, faites leur fortune, mais ne leur en faites jamais une grande (MAINTENON Avis à la duch. de Bourgogne.)

Faire sa fortune, parvenir à une position élevée.

Son esprit [du comte d'Estrées] est si fort tourné sur les sciences et sur ce qui s'appelle les belles-lettres, que, s'il n'avait une fort bonne réputation et sur mer et sur terre, je croirais qu'il serait du nombre de ceux que le bel esprit empêche de faire leur fortune (SÉV. 599)

Il y a une différence si immense entre celui qui a sa fortune toute faite et celui qui la doit faire, que ce ne sont pas deux créatures de la même espèce (VOLT. Lett. Cideville, 26 sept. 1733)

Vous qui vous exposez à la plainte importune De ceux dont la valeur a fait votre fortune (VOLT. Orphel. IV, 2)

Homme de fortune, celui qui est parti de petits commencements et s'est élevé soit par son mérite soit par les circonstances.

C'était un homme de fortune comme vous (BOURD. Carême, I, Pensées de la mort, 16)

Soldat de fortune, homme de guerre qui s'est élevé des derniers grades aux plus élevés par ses propres efforts.

Il ne fit choix, pour un emploi si important et si délicat, que d'un soldat de fortune et par conséquent incapable de lui donner de l'ombrage et de se faire chef de parti (VERTOT Révol. rom. XIV, p. 349)

Rosen, étranger et soldat de fortune jusqu'à avoir tiré au billet pour maraude (SAINT-SIMON 25, 32)

Le duc de Vendôme, parvenu enfin au généralat après avoir passé par tous les degrés depuis celui de garde du roi, comme un soldat de fortune, commandait en Catalogne, où il gagna un combat et il prit Barcelone (VOLT. Louis XIV, 17)

Dioclétien n'était qu'un soldat de fortune (VOLT. Moeurs, 8)

Officier de fortune, soldat devenu officier.

Les gentilshommes seuls en ont eu l'honneur [d'une affaire politique] ; les officiers de fortune et les bas officiers ont refusé de donner, ayant peu d'envie, disaient-ils, de combattre avec la noblesse, et peu de chose à espérer d'elle (P. L. COUR. Lett. particulière.)

Officier de fortune, s'est dit autrefois des officiers qui vendaient leurs services ou s'engageaient à qui voulait les payer. L'officier de fortune, titre d'un roman de W. Scott.

13. Les grandes fortunes, les personnes élevées par le rang, par les honneurs, les emplois, les richesses.

Chacun est jaloux de ce qu'il est.... surtout les grandes fortunes veulent être traitées délicatement ; elles ne prennent pas plaisir qu'on remarque leur défaut (BOSSUET Sermons, la Mort, 1)

14. Richesses, biens. Jouir d'une grande fortune. Il est sans fortune. Il n'a point de fortune.

Si sa fortune était petite, Elle était sûre tout au moins (LA FONT. Fabl. IV, 2)

Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ; La dame de ces biens, quittant d'un oeil marri Sa fortune ainsi répandue.... (LA FONT. ib. VII, 10)

Figurez-vous quelle joie ce peut être que de relever la fortune d'une personne que l'on aime (MOL. l'Avare, I, 2)

Un zèle de la justice qui assure la fortune des particuliers (BOSSUET le Tellier.)

Si elle eût eu la fortune des ducs de Nevers ses pères (BOSSUET Ann. de Gonz.)

Une grande puissance ou une grande fortune annonce le mérite et le fait plus tôt remarquer (LA BRUY. VI)

On ne peut mieux user de sa fortune que fait Périandre : elle lui donne du rang, du crédit, de l'autorité (LA BRUY. ib.)

Il arrive, je ne sais par quels chemins, jusqu'à donner en revenu à l'une de ses filles pour sa dot ce qu'il désirait lui-même d'avoir en fonds pour toute fortune pendant sa vie (LA BRUY. ib.)

Triste condition de l'homme et qui dégoûte de la vie ! il faut suer, veiller, fléchir, dépendre pour avoir un peu de fortune, ou la devoir à l'agonie de nos proches (LA BRUY. ib.)

Vous qui ne devez peut-être qu'aux malheurs publics et à des gains odieux ou suspects l'accroissement de votre fortune (MASS. Carême, Aumône.)

Vous demandez comment on fait ces grandes fortunes, c'est parce qu'on est heureux (VOLT. Jeannot et Colin.)

Ceux qui avaient partie de leur fortune sur la compagnie des Indes, n'ont qu'à se recommander aux directeurs de l'hôpital ; on a bien raison d'appeler son bien fortune ; car un moment le donne, un moment l'ôte (VOLT. Lett. d'Argental, 2 août 1761)

Ses agents font des fortunes incroyables (RAYNAL Hist. phil. III, 37)

Homme de fortune, homme riche.

L'Huillier, homme de fortune, prenait un soin singulier de l'éducation du jeune Chapelle, son fils naturel (VOLT. Vie de Molière.)

Être mal avec la fortune, être besogneux, n'être pas riche.

C'était une des plus belles femmes de la ville, assez magnifique pour vouloir aller de pair avec celles qui l'étaient le plus, mais trop mal avec la fortune pour pouvoir en soutenir la dépense (HAMILT. Gramm. 6)

Faire fortune, gagner de la richesse.

Je n'ai que faire d'aller en Hollande, ma fortune est faite, se disait, par raillerie, à un homme faisant beaucoup de promesses.

15. Terme de droit coutumier. Fortune d'or, d'argent, or, argent trouvé dans la terre.

16. Demi-fortune, voy. ce mot à son rang.

REMARQUE

1. Faut-il dire des bonnes fortunes ou de bonnes fortunes ? J. J. Rousseau, dans l'exemple cité au n° 3, a dit : des bonnes fortunes ; on peut dire en effet ainsi quand on considère la locution comme un seul mot. Mais on peut aussi dire de bonnes fortunes, en considérant bonnes fortunes en deux mots.

2. À propos du vers d'Horace cité au n° 9, Voltaire dit : " Ce mot de fortunes au pluriel ne doit jamais être employé sans épithète : bonnes et mauvaises fortunes, fortunes diverses, mais jamais des fortunes. " Les exemples qui accompagnent celui de Corneille montrent que la remarque de Voltaire est trop étroite.

HISTORIQUE

XIIIe s.De fortune me tourne diversement la roe (Berte, XXXIII)Fortune secort les hardiz, Si comme conte li escriz (Ren. 13609)Fortune comprent ce qui avient à home de bien et de mal (BRUN. LATINI Trésor, p. 530)Por ce, dient li plusor, que fortune est aveugle, et qu'elle tornoie tozjors sa roe en non veant (BRUN. LATINI ib. p. 441)

XIVe s.L'en ne conseille pas des choses qui aviennent à la fortune, si comme seroit trouver un tresor à cas d'aventure (ORESME Eth. 66)Une question est à savoir se l'en a plus grant mestier d'amis en bonnes fortunes ou en infortunes (ORESME ib. 288)Par fortune de feu, qui, d'aventure ou autrement, se povoit prendre ou estre boutez par aucuns malfaitteurs (Ord. des rois de Fr. t. III, p. 668)

XVe s.Si j'estois pris ou arresté par aucun cas de fortune (FROISS. I, I, 108)Leurs vaisseaux eurent si grand fortune sur mer.... que plusieurs de leurs nefs furent peries.... (FROISS. I, I, 159)[Le sire de l'Esparre] eut une fortune de vent sur mer qui le bouta en la mer d'Espaigne (FROISS. II, II, 4)Congnoistre que les graces et bonnes fortunes viennent de Dieu (COMM. I, 4)Que chascun se retyre en son logis et se tienne prest, sans soy esbayr de fortune qui advienne (COMM. I, 13)Toutes ces grandes fortunes leur sont advenues en trois mois d'espace [il s'agit d'une suite de malheurs qu'on vient d'énumérer] (COMM. VIII, 17)

XVIe s.Combien que ce tapissier, par fortune de maladie, fust devenu sourd (MARG. Nouv. XLV)Une fortune ne vient jamais seule (DESPER. Contes, v.)Après sa mort vous aurez la maison, si elle n'est vendue, alienée, ou tombée en fortune de feu (DESPER. ib. LI)En recognoissance d'une si illustre fortune [victoire] (MONT. I, 19)J'avoy, de fortune, en mes coffres.... (MONT. I, 95)La condition de sa fortune [richesse] le luy permettoit (MONT. I, 281)Regardez pour quoy celuy là s'en va courre fortune de son honneur et de sa vie à tout son espée (MONT. IV, 167)Si s'embarqua tout incontinent, et eut le temps si à propos, qu'il traversa la mer sans fortune [accident] jusques à Brindes (AMYOT Caton, 29)Hannibal estoit lors vieil et cassé, sans force ne puissance aucune, comme un homme que la fortune avoit de tout poinct ruiné et foulé aux pieds (AMYOT Flam. 39)Il est force que nous tentions encore la fortune (AMYOT Pomp. 105)Je luy appris encore à dire souvent.... interesser, prendre la garantie, faire fortune, courir risque.... et mille autres termes en cette façon, à quoy on connoit aujourduy une belle ame (D'AUB. Conf. II, 1)Nous ne sommes ny à l'empereur ny au roy de France, mais soldats de fortune, qui la cherchons partout où nos advertissements nous guident (CARLOIX VI, 18)Quand il [Charles-Quint] sceust que non [que la victoire de Saint-Quentin n'avait pas été poursuivie], il dict qu'en son aage et en ceste fortune de victoire, il ne se fust arresté en si beau chemin (BRANT. Charles-Quint.)La fortune aide à trois sortes de personnes, aux fols, aux yvrognes et aux petits enfants (OUDIN Curios. fr.)Mieux vaut une once de fortune qu'une livre de sagesse (COTGRAVE)Contre fortune, force aucune (LEROUX DE LINCY Prov. t. II, p. 277)En ce monde fortune et infortune abonde (LEROUX DE LINCY ib. p. 292)

ÉTYMOLOGIE

Bourguig. forteugne ; provenç. espagn. et ital. fortuna ; du lat. fortuna, de fors, sort, rapporté à ferre et à la grande racine sanscrite bhar, porter, produire. Quant au suffixe una, qu'on retrouve dans Neptunus, importunus, on le rapproche du suffixe umnus qui est dans Vertumnus ; ce suffixe mnus n'est lui-même qu'une contraction du suffixe participial menus,

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FORTUNE.

3. Ajoutez :

Faire la bonne fortune de quelqu'un, d'un ouvrage, assurer son succès (locution vieillie).

Rodogune se présente à Votre Altesse avec quelque sorte de confiance, et ne peut croire qu'après avoir fait sa bonne fortune, vous dédaigniez de la prendre en votre protection (CORN. Rod. Epître)

FORTUNÉ, ÉE (adj.)[for-tu-né, née]

1. Bien traité de la fortune ou du sort.

Ne plaignons plus les disgrâces qui font sa félicité ; si elle avait été plus fortunée, son histoire serait plus pompeuse, mais ses oeuvres seraient moins pleines ; et, avec des titres superbes, elle aurait peut-être paru vide devant Dieu (BOSSUET Reine d'Anglet.)

Le monde, voyant un homme qui a ce qu'il veut, s'écrie avec un grand applaudissement : Qu'il est heureux ! qu'il est fortuné ! (BOSSUET Sermons, Providence, 2)

[ô roi] vivez heureux, fortuné, victorieux de vos ennemis, père de vos peuples ; mais vivez toujours bon et toujours juste (BOSSUET Sermons, Jugement dern. 2)

Plus habile que grand, plus fortuné qu'habile, En triomphant d'un peuple il a vécu tranquille (M. J. CHÉN. Tibère, I, 4)

Substantivement.

Pour vous, fortunés du siècle, à qui la faveur, les richesses, le crédit et l'autorité fait trouver la vie si commode.... (BOSSUET Panég. Ste Thér. 3)

Particulièrement. Celui qui a les bonnes grâces d'une dame.

Je suis le misérable, et toi le fortuné (MOL. Mis. III, 1)

Oh ! le bon billet, s'écriait-elle [Ninon], qu'a la Chatre ! son fortuné à la fin lui demanda ce que cela voulait dire (SAINT-SIMON 151, 203)

2. Qui a le caractère de la bonne fortune, du bonheur. Siècle fortuné. Région fortunée.

Enfin il a poussé nos armes fortunées Jusques à vous réduire au pied des Pyrénées (CORN. Sertor. V, 1)

Fêtes sacrées, mariage fortuné, voile nuptial, bénédiction, sacrifice, puis-je mêler aujourd'hui vos cérémonies et vos pompes avec ces pompes funèbres et le comble des grandeurs avec leurs ruines ? (BOSSUET Marie-Thér.)

La suite trop fortunée de ses entreprises [de Cromwell] (BOSSUET Reine d'Anglet.)

....Et d'un bras fortuné Bénit subitement le guerrier consterné (BOILEAU Lutr. v.)

Îles Fortunées, ancien nom des îles Canaries.

3. S. f. Fortunée, sorte de poire.

REMARQUE

Fortuné ne doit pas être employé pour riche ; c'est une faute née de ce que fortune, entre autres significations, a celle de richesse.Dans la logique du peuple, un homme fortuné est nécessairement un homme riche ; c'est un barbarisme très commun dans la langue, et qui provient d'une erreur très commune dans la morale (CH. NODIER dans le Dict. de POITEVIN.)

SYNONYME

FORTUNÉ, HEUREUX. Celui qui est fortuné a reçu les faveurs de la fortune ; celui qui est heureux, jouit du bonheur. Tandis que être heureux se prend dans le sens d'avoir des chances favorables, fortuné n'admet pas cet emploi ; on est heureux au jeu, mais non fortuné. De plus, fortuné signifie à qui tout réussit, et heureux indique plutôt l'état paisible et satisfait de l'âme : un pauvre qui se contente de ce qu'il a peut être heureux ; il n'est pas fortuné.

HISTORIQUE

XVe s.Le jeune roi Edouard qui tant a esté heureux et fortuné en armes (FROISS. I, I, 27)

XVIe s.Tous soldats qui sont fortunez [qui ont été privés] à la guerre de leurs membres, à faulte desquels ils ne peuvent plus porter les armes (CARLOIX III, 9)Pauvre, chetive, malheureuse, Et fortunée que je suis (R. BELLEAU la Reconnue, IV, 1)Ceux-là [des forçats] sont, au prix d'eux [ceux qui servent un maître], fortunez et aulcunement libres (LA BOÉTIE Servitude volontaire.)

ÉTYMOLOGIE

Bourguig. fortugné ; du latin fortunatus, de fortuna, fortune. Fortuné, dans l'ancien usage, avait aussi bien le sens de malheureux que celui d'heureux, en raison du double sens qu'avait fortune.

Wikipedia

Fortune

                   
Page d'aide sur l'homonymie Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Sur les autres projets Wikimedia :

  • La fortune est le destin ou le hasard et ce qui est obtenu en saisissant les occasions qu'ils offrent (bonne fortune ou mauvaise fortune) ;
    • D'une manière allégorique, la Fortune est, dans la mythologie romaine, la déesse du hasard
  • Au sens moderne, la bonne fortune est notamment la richesse.
  • En finance, la fortune est un patrimoine important

Mais aussi :

  Voir aussi

  Album

   
               

 

Toutes les traductions de fortune


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

2763 visiteurs en ligne

calculé en 0,203s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼

Robert Merle : En nos vertes années " Fortune de France - T 2 " Presses Pocket (2.35 EUR)

Usage commercial de ce terme

Fortune des mers X4 C VF LES KHANS DE TARKIR (1.2 EUR)

Usage commercial de ce terme

UNCHARTED DRAKE'S FORTUNE JEU PS3 289 (5.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Robert Merle : Fortune de France " Tome 1 " Editions Presses Pocket " (2.35 EUR)

Usage commercial de ce terme

Joseph Conrad , FORTUNE (2.2 EUR)

Usage commercial de ce terme

Chat Bras oscillant Fortune Maneki Neko - Batterie Propulsé Lucky Cat. (12.93 EUR)

Usage commercial de ce terme

MTG Magic KTK - (4x) Treasure Cruise/Fortune des mers, French/VF (3.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

AMULETTE AMULET PORTE BONHEUR GRIFFE TIGRE FORTUNE LUCK CHANCE THAI H4 (7.94 EUR)

Usage commercial de ce terme

Robert Merle : Fortune de France (6.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

Tableau Fortuné Car paysage vue de village (279.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Fantastic Fortune 2 (Version japonaise) - Playstation 2 (5.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

La fortune des Carstairs - Fiona HOOD-STEWART - Harlequin Best Sellers N° 268 (2.1 EUR)

Usage commercial de ce terme

Kessel FORTUNE CARRÉE 1962 - 10/18 (3.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Bague Bonne Aventure Change de Couleur selon votre Humeur Fortune Pierre Cedric (2.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

Fortune de France - R. Merle / Livre BE - BV03 (4.99 EUR)

Usage commercial de ce terme

6 x Bracelets FENG SHUI Porte Bonheur pieces chinoise Lucky Coin Fortune Chance (4.22 EUR)

Usage commercial de ce terme

ELDORADODUJEU BOITIER VIDE DE UNCHARTED DRAKE'S FORTUNE Pour PLAYSTATION PS3 (4.95 EUR)

Usage commercial de ce terme

2 IMAGES CARTE DIVINITE LAKSHMI DEESSE DE LA FORTUNE PORTE BONHEUR E1 7772 (1.73 EUR)

Usage commercial de ce terme

Le cavalier Fortune Paul Féval 1982 (6.0 EUR)

Usage commercial de ce terme