» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - otage

otage (n.m.)

1.personne livrée ou prise en tant que garantie de l'exécution de promesses ou de conventions convenues entre des parties adverses.

   Publicité ▼

définition (complément)

voir la définition de otage dans le Littré

voir la définition de Wikipedia

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propes définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

synonymes - otage

   Publicité ▼

locutions

dictionnaire analogique

Le Littré (1880)

OTAGE (s. m.)[o-ta-j']

1. Sûreté qu'on donne à des ennemis ou à des alliés, pour l'exécution de quelque promesse, en remettant entre leurs mains une ou plusieurs personnes.

Je veux qu'au lieu d'Attale il lui serve d'otage (CORN. Nicom. IV, 4)

D'un homme tel que vous la foi vaut sans otages (CORN. Sertor. I, 2)

Rien ne peut de leur temple empêcher le ravage, Si je n'ai de leur foi cet enfant pour otage (RAC. Athal. III, 3)

Vous auriez pu leur donner des otages et en prendre d'eux (FÉN. Tél. X.)

Je me rends prisonnier et demeure en otage (VOLT. Zaïre, I, 4)

Lorsqu'ils [les Romains] accordaient la paix à quelque prince, ils prenaient quelqu'un de ses frères ou de ses enfants en otage ; ce qui leur donnait le moyen de troubler son royaume à leur fantaisie (MONTESQ. Rom. 6)

Loi des otages, loi rendue sous le Directoire et en vertu de laquelle les parents des émigrés étaient responsables de la fuite et des complots de ceux-ci.

Fig.

Pour otage en ses mains ce tigre a votre vie (CORN. Héracl. I, 5)

Quatre mille Autrichiens, dans les prisons de Gênes, étaient encore des otages qui les rassuraient (VOLT. Louis XV, 21)

2. Places qu'on donne à ceux d'un parti ennemi pour garantie d'un traité de paix, d'un armistice. Les ennemis se firent donner des villes pour otages.

HISTORIQUE

XIe s.S'en [s'il en] velt ostages, e vous l'en enveiez (Ch. de Rol. III)

XIIe s.Li emperere en demanda ostages (Ronc. p. 182)Lorsque [je] la vi, lui laissai en hostage Mon cuer qui puis i a fait long estage (Couci, XIX)

XIIIe s.Li rois li otria le respit, et en prist ostage le fil le cievetain [le fils du chef] (Chr. de Rains, p. 67)Et convint par vive force que li cors le roi demourast en ostaiges, tant que Damiette fust rendue (ib. p. 133)Ne vos soffist pas bien cis gages ? En volés vous meillors hostages ? (la Rose, 16682)

XVe s.Les Gantois avoient.... de Bruges pris bons ostages (FROISS. II, II, 57)

XVIe s.Et fut baillé audit roy d'Angleterre huit gentilshommes pour tenir hostages, jusques au payement de ladite somme.... aussi fut accordé que jusques à ce que lesdis hostagiers seroient rendus à Calaiz.... (M. DU BELL. 26)

ÉTYMOLOGIE

Provenç. ostatge ; anc. catal. hostatge ; anc. espagn. hostage ; ital. ostaggio ; bas-lat. ostaticum, hostaticum, contraction de obsidaticum, dérivé de obsidatus, gage. Obsidatus est une forme dérivée, après les temps classiques, de obses, obsidis, otage, qui vient de obsidere, occuper, posséder, de ob, et sidere, être assis (voy. SEOIR).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

OTAGE. Ajoutez : - REM. On trouve ostage au XIIIe s. pour bail d'une maison :Et tenront à tous jors cele maizon parmi x l. chascun an d'ostage, le [la] moitié au noel et l'autre moitié à le [la] Saint Jehan (Charte du Vermandois, dans Bibl. des ch. 1874, t. XXXV, p. 453) Cet ostage n'a rien de commun avec notre otage ; il vient de hoste, oste, et représente une forme hospitaticum.

Wikipedia

Otage

                   
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Otage (homonymie).
  La police reconstitue les prises d'otages comme exercice d'entraînement.

Un otage est une personne retenue prisonnière par un preneur d'otage, et dont la vie sauve et la libération dépendent d'une exigence à remplir par une tierce partie. Les armées en guerre ont souvent, par le passé, recouru à cette pratique en territoire ennemi pour assurer la sécurité de leurs troupes ou réprimer des actes hostiles. Ce fut notamment le cas durant les deux Guerres mondiales.

Quand le motif est apolitique et ne vise qu'à l'obtention d'une rançon, on parle d'enlèvement, de kidnapping ou de rapt. Dans d'autres cas, il s'agit d'une forme de terrorisme visant à la libération de prisonniers, à la livraison d'armes, à l'impunité des ravisseurs.

Sommaire

  Otages utilisés comme boucliers humains

Au cours d'un conflit armé, les otages sont considérés comme des boucliers humains quand ils sont placés en avant des combattants de façon à mettre ceux-ci à l’abri, ou mis dans des convois militaires, trains, navires etc. et dans des lieux jugés stratégiques afin d'éviter leur attaque ou leur bombardement[1].

Une population est « prise en otage » quand des combattants sont dissimulés dans des zones civiles ; il s’agit là aussi de boucliers humains.

  Otages dans l'Antiquité

Dans l'Antiquité, des otages étaient parfois offerts à un autre État pour garantir un traité. Cette pratique était utilisée par beaucoup de peuples, Aetius fut otage romain chez les Wisigoths mais aussi dans l'autre sens, Arminius fut otage chérusque chez les romains. Trop impopulaire, cette pratique ne semble pas s'être maintenue[réf. souhaitée].

  Otages pendant la Première Guerre mondiale

Un certain nombre de personnalités furent prises en otage comme par exemple Jean-Baptiste Langlet, maire de Reims.

  Otages pendant la guerre civile russe (1918-1921)

En décembre 1920, la révolution russe est confrontée à une forte résistance, la guerre civile est partout. Le gouvernement des soviets annonce dans la Pravda et les Izvestia qu'il considère ses prisonniers de la Garde blanche et des groupes Savinkov et Wrangel comme des otages : en cas d'attaque contre les chefs des soviets, ils seront « exterminés sans merci ». Lisant cela, Pierre Kropotkine, l'anarchiste, s'adresse aussitôt à Lénine : « Respecté Vladimir Iltich, n'y a-t-il personne autour de vous pour rappeler à vos camarades que de telles mesures sont un retour aux pires périodes du Moyen Âge ? Quiconque se soucie de l'avenir du communisme ne peut y recourir. Personne n'a-t-il expliqué ce qu'est réellement un otage ? Un otage est détenu non pas en punition de quelque crime mais pour exercer un chantage sur l'ennemi avec sa mort. Vos camarades ne comprennent-ils pas que pour les otages et leurs familles, cela équivaut à une restauration de la torture ? N'y verra-t-on pas le signe que vous considérez votre expérience communiste comme un échec et que ce n'est plus tant ce système qui vous est si cher que vous essayez de sauver mais votre propre peau ? »

  Otages étrangers au Liban (1982-1991)

Durant la guerre du Liban, les enlèvements étaient nombreux touchant la population locale et les étrangers.

  Otages français

  Otages américains

  • David Dodge, vice-président de l'Université américaine de Beyrouth (AUB) (19 juillet 1982 – libéré le 20 juillet 1983)
  • Frank Reiger, professeur à l'AUB (11 février 1984 – libéré le 16 avril 1984).
  • Jeremy Levin, journaliste, chef du bureau de CNN (7 mars 1984 – a réussi à s'évader le 18 février 1985).
  • William Buckley, chef du bureau de la CIA au Liban (16 mars 1984 – mort probablement en 1985, sous la torture. Ses restes ont été retrouvés le 27 décembre 1991 dans la banlieue sud de Beyrouth).
  • Benjamin Weir, pasteur protestant (8 mai 1984 – libéré le 19 septembre 1985).
  • Peter Kilburn, bibliothécaire à l'AUB (3 décembre 1984 - assassiné le 18 avril 1986).
  • Lawrence Martin Jenco, prêtre catholique, directeur du Catholic Relief Services (9 janvier 1985 – libéré le 24 juillet 1986).
  • Terry Anderson, journaliste, chef du bureau Moyen-Orient de l'Associated Press (16 mars 1985 – libéré le 4 décembre 1991).
  • David Jacobsen, directeur de l'Hôpital Américain de Beyrouth (28 mai 1985 - libéré le 2 novembre 1986)
  • Thomas Sutherland, doyen de la Faculté d'agronomie de l'AUB (9 juin 1985 – libéré le 18 novembre 1991)
  • Frank Reed, directeur de la Lebanese International School (9 septembre 1986 – libéré le 1er mai 1990)
  • Joseph Cicippio, comptable à l'AUB, enlevé sur le campus (12 septembre 1986 – libéré le 2 décembre 1991)
  • Edward Tracy, écrivain (21 octobre 1986 - libéré le 11 août 1991).
  • Alann Steen, professeur au Beirut University College (24 janvier 1987 – libéré le 3 décembre 1991).
  • Robert Polhill, professeur au Beirut University College (24 janvier 1987 – libéré le 22 avril 1990).
  • Jesse Turner, professeur au Beirut University College (24 janvier 1987 – libéré le 21 octobre 1991).
  • William Higgins, lieutenant-colonel de la marine américaine, commandant en chef adjoint de l'ONUST, l'Organisation des Nations unies pour la supervision de la trêve (17 février 1988 – sa mort, probablement sous la torture, a été annoncée le 6 juillet 1990. Son corps a été retrouvé le 24 décembre 1991).

  Otages britanniques

  • Geoffrey Nash, chercheur (14 mars 1985 – libéré le 28 mars 1985).
  • Brian Levick (15 mars 1985 – libéré le 30 mars 1985).
  • Alec Collett, journaliste et fonctionnaire à l'UNRWA (25 mars 1985 – son corps a été retrouvé le 18 avril 1986).
  • Brian Keenan, anglo-irlandais, professeur à l'AUB, enlevé sur le campus de l'université (11 avril 1986 – libéré le 24 août 1990)
  • John McCarthy, journaliste (17 avril 1986 – libéré le 8 août 1991).
  • Terry Waite, envoyé spécial de l'archevêque de Canterbury, chef de l'Église anglicane, pour négocier la libération de John McCarthy. En dépit des interventions de son Église auprès des autorités iraniennes, il sera l'un des derniers otages à être libérés par le Hezbollah (20 janvier 1987 – 18 novembre 1991).
  • Jackie Mann, 77 ans, britannique (12 mai 1989 – libéré le 23 septembre 1991).

  Autres nationalités

  • Alberto Molinari, cadre commercial italien, (11 septembre 1985 – son corps n'a jamais été retrouvé).
  • Rudolf Cordes, Allemand (17 janvier 1987 - libéré le 12 septembre 1988).
  • Alfred Schmidt, Allemand (20 janvier 1987 - libéré le 7 septembre 1987).
  • Mitheleshvara Singh, Indien, professeur à l'AUB (24 janvier 1987 – libéré le 3 octobre 1988).

  Otages étrangers en Irak

  Deuxième guerre du golfe

Saddam Hussein prit en otage des familles de ressortissants étrangers et les plaçât sur des sites stratégiques pour prévenir des bombardements. Il utilisa aussi ces otages pour les médiatiser en se montrant à la télévision avec un enfant.

  Depuis la capitulation du régime de Saddam Hussein

En Irak, et sous l'occupation américaine, un très grand nombre d'otages sont pris par diverses factions politiques en guérilla ou plus souvent encore à des fins crapuleuses. Quelques-uns ont malheureusement été exécutés.

  Otages français

  • Le 20 août 2004, deux journalistes français Christian Chesnot, Georges Malbrunot et leur chauffeur irakien, sont enlevés par l’Armée islamique en Irak, au sud de Bagdad. Une campagne internationale se développe en faveur de la libération des otages : Les représentants des musulmans de France, Le comité des oulémas musulmans (sunnites), Yasser Arafat demandent la libération des deux journalistes français. Une manifestation de soutien a eu lieu le 30 août à Paris. Le 15 septembre 2004, des dizaines de personnes ont manifesté dans les rues de la capitale irakienne pour exiger la libération des deux journalistes français pris en otages. Les ravisseurs réclament l’abrogation de la loi sur la laïcité à l’école qualifiée d’«injustice et une agression contre l'islam et la liberté personnelle dans le pays de la liberté présumée». Ils sont finalement libérés le 21 décembre 2004.
  • Florence Aubenas et son guide Hussein Hanoun, enlevés le 5 janvier et libérés le 11 juin 2005.
  • Bernard Planche, qui travaille pour l'ONG AACCESS dans le secteur économique et social a été enlevé le 5 décembre 2005 par des inconnus armés dans le quartier résidentiel de Mansour, à l'ouest de Bagdad, alors qu'il sortait de chez lui pour aller travailler et libéré le 7 janvier 2006.

  Otages américains

  • Nick Berg, homme d'affaires, enlevé en avril 2004, le 11 mai une vidéo d'Al-Qaida en Irak montre sa décapitation.
  • Sgt. Keith Maupin, enlevé le 9 avril 2004, présumé mort en juin, considéré comme disparu par l'armée.
  • Tom Fox, pacifiste, enlevé le 26 novembre 2005 et retrouvé mort le 9 mars 2006.

  Otages italiens

  Otages d'autres nationalités

  • Suzanne Osthoff, 43 ans, archéologue allemande et son chauffeur. Ils ont été enlevés le 25 novembre 2005 dans la région de Ninive, dans le nord-ouest du pays. Dans leur message vidéo, les ravisseurs demandent à l'Allemagne de cesser toute collaboration avec le gouvernement irakien et menacent de tuer leurs deux otages. Ils ont été libérés par les ravisseurs le 18 décembre 2005.

  Otages en Territoires Palestiniens

  Otage anglais

  • Alan Johnston, journaliste de la BBC à Gaza, fut enlevé par un groupe de terroristes palestiniens le 12 mars 2007 et fut libéré le 4 juillet.

  Otage franco-israélien

  • Guilad Shalit, soldat israélien, de nationalité franco-israélienne, a été capturé en territoire israélien le 25 juin 2006 à l'âge de 19 ans au sud de Gaza, par les Brigades Ezzedine Al-Qassam (branche armée du Hamas) et par le Comité de résistance populaire et « l'Armée de l'islam », un groupe créé fin 2005 se revendiquant du courant d'al-Qaida. Il fut libéré le 18 octobre 2011 en échange de 1027 prisonniers palestiniens, après plus de 5 années de captivité retenu dans une cave à Gaza.

  Otages en Colombie

On recense environ 3 000 otages en Colombie, que l'on peut classer en deux groupes: « les otages « financiers » – aux mains de divers groupes et libérables contre rançon –, en majorité écrasante et les otages « politiques » – aux mains des FARC et libérables contre un échange de prisonniers. »[2]

  Otages colombiens

  • Fernando Araújo (4 décembre 2000 - 31 décembre 2006); après sa libération, a été nommé ministre des Affaires étrangères
  • Clara Rojas a été enlevée le 23 février 2002, en compagnie d'Ingrid Betancourt, elle devait être candidate à la vice-présidence de la république. Elle a décidé de rester en compagnie d'Ingrid quand les FARC ont proposé de la relâcher. Elle fut libérée le 10 janvier 2008.

  Otages français

  • Aïda Duvaltier : franco-colombienne enlevée en mars 2001 par le groupuscule EPL (Ejército Popular de Liberacion), à l'âge de 67 ans ; elle avait insisté pour être enlevée à la place de son mari malade[3]. Malgré le paiement d'une rançon, elle est retrouvée morte en février 2006[4],[5].
  • Íngrid Betancourt, femme politique franco-colombienne, candidate à la présidence de la république, prise en otage par l'organisation de guérilla FARC le 23 février 2002 et libérée par l'armée colombienne le 2 juillet 2008.

  Otages célèbres

  Politiques

  « Crapuleux »

  Économie

Afin de garantir le "retour au pays" des travailleuses immigrées, le gouvernement des pays d'accueil impose parfois la présence d'enfant laissés au pays de départ[6].

  Étymologie

En germanique, "ghil"ou "ghisil", signifie "otage" ou "héritier". Il a donné les prénoms Gilbert, Gilles, Gisèle, Ghislain (ou Guislain). Otage : terme de la famille de hôte, hôtel... (h)ostage. L'otage (souvent un fils, des vassaux) était forcé de loger dans la demeure du vainqueur et garantissait que le vaincu allait appliquer les conditions du traité de paix. Exemple : les fils de François Ier, otages de Charles Quint.

  Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

  Autres lectures

  • Beck, Christophe & Martine, <<L´otage oublie: prisonnier des guerilleros en Colombie>>, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, 2009, (ISBN 978-2-35013-166-5)

  Articles connexes

  Liens externes

  Références

   
               

 

Toutes les traductions de otage


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

2234 visiteurs en ligne

calculé en 0,843s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼

OTAGE DE GUERRE SANS FABRIQUANT (28.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Ric Hochet-Le double qui tue +Victor Sackville-L'otage de Barcelone-DUAU DE CHOC (4.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

SAS 141 l otage de jolo gerard de villiers (2.49 EUR)

Usage commercial de ce terme

ELIZABETH THORNTON - UN COEUR EN OTAGE - J'AI LU PASSION (1.85 EUR)

Usage commercial de ce terme

HISTORIA N° 529 du 01/1991 -Otages, hier et aujourd'hui-Les armes biologiques (1.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

PARIS MATCH N° 1219 JEUX OLYMPIQUES MUNICH OTAGES ISRAËL PHOTO NIEPCE 09 1972 (6.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

LETTRE A UN OTAGE SAINT-EXUPERY ANTOINE DE Neuf Livre (9.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

SAINT-EXUPERY Lettre à un otage ORIGINALE relié 1943 (55.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

sas otage des taliban - gerard de villiers (4.95 EUR)

Usage commercial de ce terme

THEODORAKIS CHANTE THEODORAKIS: L'OTAGE: VINYL LP: 1973: POLYDOR: MIKIS (1.79 EUR)

Usage commercial de ce terme

7"- SP - STARSHOOTER - BETSY PARTY / OTAGE DOLLARS - EMI 1978 - FRENCH PUNK (3.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

lettre a un otage d'Antoine de Saint Exupery texte integral et dossier (3.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

LA DAME VOILEE (orfèvre, otage) (3.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

RANTAPLAN . otage . eo (6.5 EUR)

Usage commercial de ce terme

C1 Resistance SAINT EXUPERY Lettre a Un Otage NRF (5.99 EUR)

Usage commercial de ce terme

Dubois Séribis SYLVAIN ET SYLVETTE N°29 LES OTAGES Neuf (10.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

OTAGE avec Bruce WILLIS ------------ DVD ------ (2.21 EUR)

Usage commercial de ce terme

ANTOINE DE SAINT EXUPERY LETTRE A UN OTAGE + UN SENS A LA VIE ILLUSTRATIONS (12.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

France, Belleville, Assassinat de 62 otages Vintage albumen print. Tirage al (69.0 EUR)

Usage commercial de ce terme