» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - rabat

rabattre (v. trans.)

1.ramener vivement vers le bas, ou à un niveau inférieur.

2.appliquer à plat contre qqch; refermer.

3.retrancher une partie d'une somme.

4.ramener vers, dans une certaine direction.

rabat (n.m.)

1.partie d'un objet qui se rabat.

2.sorte de large cravate portée en plastron par les magistrats, les avocats, etc.

   Publicité ▼

définition (complément)

voir la définition de rabat dans le Littré

voir la définition de Wikipedia

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

synonymes - rabat

   Publicité ▼

voir aussi

rabattre (v. trans.)

rabat, rabattage, rabatteur

rabat (n.m.)

assembler, rabattre, rassembler, réunir

locutions

-Archidiocèse de Rabat • Aéroport international Rabat - Salé • Bilan saison par saison des FAR de Rabat • Catherine de Rabat • Cathédrale Saint-Pierre de Rabat • Crédit agricole Rabat • Esteve Rabat • FAR de Rabat • FAR de Rabat (basket-ball) • FAR de Rabat (handball) • FAR de Rabat (volley-ball) • FUS de Rabat (Sports Nautiques) • FUS de Rabat (basket-ball féminin) • FUS de Rabat (basket-ball) • FUS de Rabat (football) • FUS de Rabat (handball) • FUS de Rabat (volley-ball) • Faculté des sciences de Rabat • Fath Union Sport de Rabat • Festival international du cinéma d'auteur de Rabat • Gare de Rabat-Agdal • Gare de Rabat-Ville • Historique du parcours africain des FAR de Rabat • Jean-Luc Rabat • Luc Rabat • Lycée Descartes de Rabat • Meeting International Mohammed VI d'Athlétisme de Rabat • Moghreb de Rabat • Morocco Tennis Tour Rabat • Morocco Tennis Tour Rabat 2007 • Rabat (Gozo) • Rabat (Malte) • Rabat (homonymie) • Rabat Ajax • Rabat Chaîne Inter • Rabat-Salé-Zemmour-Zaër • Rabat-les-Trois-Seigneurs • Rocade express de Rabat • Saison 2007-2008 des FAR de Rabat • Saison 2008-2009 des FAR de Rabat • Saison 2009-2010 des FAR de Rabat • Station de Tramway Rabat-Salé • Supporters des FAR de Rabat • Tach Rabat • Thierry Rabat • Tramway de Rabat-Salé • Voie rapide Rabat - Sidi Allal El Bahraoui • Youssoufia Club de Rabat

dictionnaire analogique

rabattre (v. intr.) [arboriculture] [V]


 

se décider[Classe]

choisir[Thème]

choisir[Classe]

rabattre (v. pron.) [se+V sur+comp]


rabattre (v. pron.) [se+V+comp]


abaisser la valeur de qqch[Classe]

baisse des prix[DomaineCollocation]

rabattre (v. tr.) [commerce] [V+comp--de+comp]


 

donner une forme[Classe]

faire avoir une nouvelle proprriété à[Classe...]

plier[Thème]

plat[Thème]

couture[Thème]

travailler le textile[DomaineCollocation]

faire plier[Classe]

plat[termes liés]

coudre (opérations diverses)[DomaineCollocation]

rabattre (v. tr.) [V+comp]


rabattre (v. tr.) [figuré] [En+V+comp]


sculpter[Classe]

dégrossir[Classe]

marbre[termes liés]

rabattre (v. tr.) [V+comp]



rabattre (v. tr.) [figuré] [V+qqn]


 

munir[Classe...]

munir[Classe...]

rabattre (v. tr.) [V+comp]




 

pli ou repli[Classe]

tissu[Thème]

vêtement[Thème]

collier d'ornement[Thème]

rabat (n. m.)


cravate[Classe]

vêtement religieux[Classe]

habit d'un magistrat[ClasseParExt.]

habit de l'avocat[ClasseParExt.]

rabat (n. m.)




rabat (n. m.)


inclinaison oblique[Classe]

cheminée[DomainDescrip.]

rabat (n. m.) [ellipse]


 

outil de l'artiste plasticien[ClasseParExt.]

outil[Classe...]

objet pour frapper[Classe]

sculpture[Thème]

marteau[Thème]

rabat (n. m.)


rabat (n. m.)


Le Littré (1880)

RABATTRE (v. a.)[ra-ba-tr']

1. Mettre plus bas, faire descendre. Le vent rabat la fumée. Rabattre le collet de son habit.

Je mis un chapeau dont je rabattis le voile (GENLIS Mères riv. t. III, p. 71 dans POUGENS)

On sait que quelques fleurs radiées rabattent pendant la nuit leurs fleurons extérieurs (DE CANDOLLE Instit. Mém. scienc. ph. et math. Sav. étr. t. I, p. 343)

2. Terme d'escrime. Rabattre un coup, le parer en rabaissant le fer de son ennemi.

Fig. Rabattre les coups, adoucir, apaiser des gens qui se querellent. Ils se disputaient avec violence ; je fis tout ce que je pus pour rabattre les coups.

Rabattre les coups, se dit aussi des bons offices que l'on rend auprès d'un homme puissant en faveur de quelqu'un contre qui il était prévenu. Le préfet était indisposé contre vous, mais votre ami a rabattu les coups.

Enfin, rabattre les coups signifie préserver de périls, de mauvaises affaires.

Et, s'il s'obstine à suivre un injuste courroux, Nous saurons, ma princesse, en rabattre les coups (CORN. Médée, II, 4)

Le parlement d'Angleterre nous hait fort ; mais le roi rabat les coups (BUSSY Lett. t. III, p. 273, dans POUGENS)

Et quel charme assez fort, apaisant leur courroux, A détourné l'orage et rabattu les coups ? (TH. CORN. Galant doub. III, I)

3. Aplatir. Rabattre les plis.

Rabattre une couture, faire un léger rempli à un des côtés de l'étoffe restée au-dessus de la couture, par exemple le côté droit, le plier à plat sur le côté gauche, et l'assujettir par un point d'ourlet de manière que la coupure de l'étoffe ne se voie ni ne se défile.

Populairement et fig. Rabattre les coutures à quelqu'un, le frapper sur le dos ou sur les épaules, et, en général, sur les parties du corps recouvertes d'un vêtement.

Terme de labourage. Rabattre les avoines, faire passer un rouleau dessus, lorsqu'elles sont déjà levées.

Rabattre les ornières, les sillons, y rejeter la terre qui est sur le bord et les remplir

4. Terme de jardinage. Rabattre un arbre, le couper jusqu'à la naissance des branches ; le but de cette opération est de le rajeunir en le forçant à pousser de nouvelles branches. Rabattre une branche, la raccourcir.

5. Dégrossir le marbre avec le rabot.

Couper en biseau la sertissure d'un bouton.

Abaisser les côtes trop marquées d'une pièce d'orfévrerie.

Former la tête d'un clou.

Terme de serrurerie. Synonyme de parer.

Effacer à petits coups les inégalités que le marteau a laissées sur une pièce de serrurerie.

Se dit de l'action du maréchal qui frappe sur le fer rouge qu'il forge.

Rabattre en premier, se dit lorsqu'il y a trois frappeurs à l'enclume. Rabattre en second, se dit lorsqu'il y en a quatre. Rabattre court, frapper le plus promptement possible après le premier frappeur.

Terme de tonnelier. Rabattre un fût, en resserrer les ais.

6. Terme de manége. Rabattre les courbettes, forcer un cheval qui travaille à courbettes, de poser à terre, en un seul et même temps, les deux pieds à la fois.

Absolument. Ce cheval rabat bien, il rabat bien ses courbettes.

Terme de manége. Le cavalier rabat l'impétuosité d'un cheval, lorsqu'il parvient à le subjuguer.

7. Terme de chasse. Rabattre le gibier, battre la campagne pour forcer le gibier à aller à l'endroit où sont les chasseurs.

Absolument.

On ne me vit jamais prodigue de louanges ; Mais ils ont rabattu comme de petits anges (COLLIN D'HARLEV. M. de Crac, sc. 5)

8. Terme de jeu de quilles. Abattre des quilles du lieu où s'est arrêtée la boule qui, lancée du but, a abattu des quilles

À la longue paume, rabattre, renvoyer la balle à la partie adverse, le plus près de terre qu'il est possible.

9. Terme de palais. Le juge rabat un défaut quand, à l'audience, il révoque le défaut qu'il avait donné contre une des parties, faute par elle d'avoir comparu.

10. Fig. Mettre au-dessous.

Quelques philosophes, entre autres Descartes et Malebranche, ont voulu rabattre la puissance animale au-dessous de la végétale (BERN. DE ST-P. Harmon. liv. v.)

Réprimer, humilier, rabaisser.

Je saurai bien rabattre une humeur si hautaine (CORN. Cid, II, 6)

Le pyrrhonisme est le remède à ce mal [les opinions des philosophes], et rabattra cette vanité (PASC. Pens. XXV, 34, éd. HAVET.)

Puisque l'arrogance, compagne ordinaire d'une condition si éminente, est si fortement rabattue par ce spectacle [la mutation des empires] (BOSSUET Hist. III, 1)

Une parabole qui les regarde et qui devrait rabattre leur confiance (BOURDAL. Pensées, t. II, p. 447)

Ce qui rabattrait les idées favorables que nous avons conçues de nos avantages et de nos perfections (BOURDAL. t. III, p. 208)

Il n'est pas mal de rabattre un peu l'orgueil des Anglais, qui se croient souverains du théâtre comme des mers, et qui mettent sans façon Shakespeare au-dessus de Corneille (VOLT. Lett. Duclos, 20 janv. 1672)

Je détestais cet art de rabattre tous les élans, et de désenchanter tous les amours (STAËL Corinne, XII, 1)

Familièrement. Rabattre le caquet, Voy.

RABAISSER

.

....Savez-vous, monsieur du lansquenet, Que j'ai de quoi rabattre ici votre caquet ? (REGNARD Joueur, III, 11)

11. Faire quelque réduction sur le prix d'une chose qu'on veut vendre. Il n'en rabattrait pas un sou.

Faire quelque réduction sur le prix d'une chose qu'on veut acheter ou qu'on paye. Il rabattit tant sur la facture.

Absolument.

Ceux qui voudront acheter tâcheront de rabattre sur tous ces profits ; et ils rabattront avec d'autant plus de facilité, que les marchands, en plus grand nombre, seront plus pressés de vendre (CONDIL. Comm. gouv. I, 8)

Offrir moins que le marchand ne veut vendre.

Nous avons affaire de lui ; ne lui rabattez rien (DANCOURT Vend.)

Surène (SC. 7)

Absolument.

C'est que nous ne sommes pas convenus du prix, vous surfaites, et nous rabattons (DANCOURT Fêtes du cours, SC. 13)

Diminuer un impôt, une charge.

Il nous a rabattu vingt écus de taille (DANCOURT Vendanges, SC. 1)

Il se dit aussi d'une retenue qu'on fait.

S'il se casse quelque chose, je m'en prendrai à vous, et le rabattrai sur vos gages (MOL. l'Avare, III, 1)

Fig.

Un petit baiser seulement, en rabattant sur notre mariage (MOL. G. Dand. II, 1)

Fig. Rabattre une chose à sa juste valeur, la réduire à ce qu'elle vaut effectivement.

Quand on ne reçoit pas sur parole des maximes gigantesques, on rabat à leur juste valeur tous les lieux communs dont on étourdit notre enfance (MIRABEAU Lett. orig. t. II, p. 357)

Ne rien rabattre, ne rien diminuer, amoindrir.

Vous la voulez sentir à longs traits [la douleur d'une mort], sans en rien rabattre, sans aucune distraction (SÉV. 123)

Je suis tout à vous, sans qu'il y ait à ce compliment aucune chose à rabattre (SÉV. 12 févr. 1672)

Toute cette jeunesse a fait le carnaval sans en rien rabattre (SÉV. merc. des cendres 1680)

Il fut sensible à Luther de voir non plus des particuliers, mais des Églises entières se soulever contre lui ; mais il n'en rabattit rien de sa fierté (BOSSUET Var. 2)

Il n'y a rien à rabattre, il faut prendre la chose telle qu'elle est.

Que s'il y avait la moindre chose à faire, il ne penserait pas à quitter, et l'on voit qu'il dit vrai ; il n'y a rien à rabattre (SÉV. 611)

N'en vouloir rien rabattre, ne vouloir rien diminuer de ses prétentions.

C'est un homme de condition qui m'est prédit pour époux, et je n'en rabattrai rien (MARIVAUX Jeux de l'am. et du has. I, 7)

J'en rabats beaucoup, se dit d'une personne qu'on vient à estimer moins qu'on ne faisait auparavant.

Je ne doute point qu'ils ne disent alors comme cet ami de la Brinvilliers à qui on apprenait qu'elle avait empoisonné son père : si cela est, j'en rabats beaucoup (D'ALEMB. Lett. au roi de Pr. 2 janv. 1772)

On a dit dans le même sens : j'en rabats la moitié, j'en rabats de moitié.

J'en rabats quinze, j'ai perdu beaucoup de l'estime que j'avais pour lui.

12. Diminuer un nombre quelconque.

Elle le répéta vingt fois [qu'il y avait eu douze cents volailles servies à une noce], et n'en voulut jamais rabattre un seul poulet (SÉV. 68)

Votre monsieur d'Aix a une abbaye de six mille livres de rente.... il vous dira qu'elle en vaut douze ; rabattez la moitié (SÉV. 20 nov. 1689)

Retrancher.

Basilide met tout d'un coup sur pied une armée de trois cent mille hommes, il n'en rabattrait pas une seule brigade (LA BRUY. X.)

Pour n'avoir rien voulu rabattre de nos profusions (MASS. Avent, Jugem. univ.)

Il sait bien que le Seigneur a son poids et sa mesure, et qu'il n'appartient pas à l'homme d'en rabattre (MASS. Carême, Impén.)

Fig.

De ces sortes de louanges-là on en rabat quelque chose, pour les réduire à une mesure un peu plus raisonnable ; mais à la vérité on n'en rabat guère, et on se fait à soi-même une bonne composition (FONTEN. Dial. 1, Morts anc. mod.)

J'ai su par moi-même ce qu'il y avait à rabattre des relations faites par des gens déterminés à l'admiration avant que d'avoir vu (DUCLOS Oeuv. t. VII, p. 3)

13. Terme de teinturier. Corriger une couleur trop vive. ....[Pour les couleurs d'olives] étant passés en couleur de vert, seront rabattus avec suie de cheminée ; et, selon l'oeil qu'il leur faut, le teinturier leur donnera le rabat, Règlement sur les manuf. août 1669, Teinturiers en laine, art. 27.

Terme de tanneur. Mettre les peaux dans un plain-mort, de huit en huit jours pour les ramollir.

14. V. n. Rabattre de, ne pas conserver à un même degré.

De moment en moment, son âme plus humaine Abaisse sa colère et rabat de sa haine (CORN. Médée, III, 2)

Les Athéniens, depuis la perte des deux batailles de Délie et d'Amphipolis, avaient beaucoup rabattu de leur fierté (ROLLIN Hist. anc. Oeuv. t. III, p. 589, dans POUGENS)

Nous les exhortons.... à rabattre de leur austérité (MASS. Avent, Épiphan.)

La très fidèle duègne, qui me reprocha malicieusement que j'avais bien rabattu de ma diligence (LESAGE Gil Bl. IV, 2)

Si elles savaient avec quelle impudence l'auteur a menti, elles rabattraient de leurs louanges (VOLT. Lett. d'Argental, 18 sept. 1768)

Un vieux prêtre me trouvait déjà tant d'esprit.... qu'il prétendait que je serais un jour docteur de Sorbonne ; il aurait depuis bien rabattu de ses espérances (DUCLOS Oeuv. t. X, p. 18)

Rabattre de l'estime qu'on avait pour quelqu'un, ne plus l'estimer autant.

Oh ! quand on est fripon, je rabats de l'estime (GRESSET Méchant, I, 1)

Il en faut rabattre, on ne peut plus conserver les mêmes prétentions.

Il en fallut rabattre, et dès lors, adieu la tranquillité (J. J. ROUSS. Confess. III)

15. Se détourner tout d'un coup de son chemin pour en prendre un autre. Vous rabattrez à main droite.

Fig.

En ce cas je pourrais rabattre sur la veuve, La comtesse sa soeur (REGNARD Joueur, I, 6)

16. Se rabattre, v. réfl. Être rabattu. Les nuages chargés de pluie se rabattent. Le col de cet habit se rabat sur les épaules.

17. Se détourner tout d'un coup d'un chemin pour passer dans un autre. L'armée, après divers mouvements, se rabattit sur la ville.

Dans l'hiver elles se rabattent sur les rivières et les fontaines chaudes ; elles y vivent de cresson et de cerfeuil sauvage (BUFF. Ois. t. XVII, p. 384)

En me rabattant ensuite sur ma gauche, je me rendis à Bowood (MORELLET Mém. t. I, p. 206 dans POUGENS)

Fig.

Nous laissons courir après les chimères de la philosophie les gens qui ne les connaissent pas, et nous nous rabattons sur ce qu'il y a de réel (FONTEN. Dial. Platon, Marg.)

18. Fig. Changer tout à coup de propos dans la conversation. Il se rabattit sur les nouvelles du jour.

Pour me rabattre au sujet dont il s'agit, il suffira de savoir qu'aux entrées, il y a eu souvent des disputes entre les duchesses et les princesses étrangères pour la préséance (SAINT-SIMON 64, 62)

19. Se borner, se restreindre.

On se rabat à un genre de vie plus à portée des sens (MASS. Prof. rel. 2)

Il se rabattit à demander qu'au moins il eût le commandement... (ROLLIN Hist. anc. Oeuv. t. III, p. 204, dans POUGENS)

Lorsque les levrauts lui manquent [au renard], il se rabat sur les rats (BUFF. Morc. choisis, p. 243)

20. Terme de chasse. Un limier se rabat lorsqu'il donne quelque connaissance à celui qui le mène (Almanach du chasseur).

REMARQUE

Il ne faut pas confondre rabattre et rebattre. Rebattre, c'est répéter souvent.

HISTORIQUE

XIIIe s.Se il sont au marchié en tele maniere que on rabatist un denier, ou plus ou mains.... (Liv. des mét. 18)Se li sergans requiert à son segneur qu'il rabate de ses rechoites [recettes] aucuns paiements ou aucunes depenses (BEAUMAN. XXIX, 6)

XIVe s.Toutes autres choses reffusées et rabattues (Ménagier, 1, 9)Donnons en mandement à nos amez et feaux les gens tenans nostre parlement, qu'il facent rabattre [biffer] de nos registres le ban.... (DU CANGE rabattere.)Au Liegeois pour aller.... quatre sols le jour et ses frais, rabatut ce que on rent à.... (CAFFIAUX Régence d'Aubert de Bavière, p. 35)Vous contés sans rabatre, si ait m'ame pardon (le Bastart de Bullion, V. 3990, dans Hist. litt. t. XXV, p. 607)

XVe s.Tel compte haut qui après en rabat (AL. CHART. le Déb. des deux fort.)Portoit chascun d'eux une espée rabatue en sa main ; lesquelles espées furent presentées aux juges, pour sçavoir si elles estoyent rabatues et coupées en pointe comme il appartenoit (O. DE LA MARCHE Mém. liv. II, p. 587)

XVIe s.Vous avez beau vivre, vous n'en rabattrez rien du temps que vous avez à estre mort (MONT. I, 87)À Athenes on apprenoit à bien dire, et icy [à Sparte] à bien faire ; là.... à rabattre l'imposture des mots captieusement entrelacez, icy.... à rabattre d'un grand courage les menaces de la fortune et de la mort (MONT. I, 152)Et lors mesme que l'espée est desgainée sur luy, il rabat le coup d'un seul regard de ses yeulx (AMYOT Marius et Pyrrh. 16)Le recouvrement de ces deniers leur fut fort dur, tant pour la briefveté du temps qui leur fut prefix, que pource qu'il ne fut jamais possible d'en rien rabattre (AMYOT Démétr. 33)Une espée rabbattue, au bout de laquelle y avoit un bouton rond et plat (PARÉ Mumie, 9)Tout le matin se passe à rabattre une beste ; Puis au diner se fait le rapport de la queste (AM. JAMYN Poésies, p. 65, dans LACURNE)La principale chose que doit apprendre un chien pour bien se rabattre, c'est de ne laisser passer ny coulées faux-fuyantes ny nulles sentes sans y mettre le nez (CHARLES IX Chasse roy. 28)

ÉTYMOLOGIE

Re..., et abattre ; wallon, rabatt

RABAT (s. m.)[ra-ba ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas]

1. Ce qui est rabattu ; s'est dit primitivement d'un col garni de dentelles ou même sans garniture, qui laissait le cou des hommes tout à fait à découvert.

Plus tard, pièce d'une toile fine et empesée, quelquefois même garnie de dentelles, qui tombait sur le devant de la poitrine.

Nous causions de mouchoirs, de rabats de dentelles, De ménages de fille.... (CORN. Gal. du Palais, IV, 10)

Hors un gros Plutarque à mettre mes rabats (MOL. Femm. sav. II, 7)

Dites-moi à quoi vous vous en voulez servir [d'un livre] ; Belastre lui répondit brusquement : c'est pour mettre mes rabats en presse (FURETIÈRE Roman bourgeois, Hist. de Charrosselles, p. 232)

Vous êtes trop sérieux, et je trouve qu'un plumet était mieux votre fait qu'un rabat (DANCOURT la Femme d'intr. III, 5)

Si jamais vous rencontrez quelques pédants à grand rabat ou à petit rabat, dites-leur bien, je vous en prie, que jamais ils n'auront ce plaisir de me condamner en mon propre et privé nom (VOLT. Lett. d'Alembert, 19 sept. 1764)

Ils ressemblent au Scaramouche de l'ancienne comédie italienne, qui volait un rabat de point à Mézétin ; celui-ci déchirait un peu le rabat en se défendant ; et Scaramouche lui disait : Comment ! insolent, vous me déchirez mon rabat (VOLT. Dict. phil. Quisquis, Nonotte.)

Aujourd'hui, partie de l'habillement des ecclésiastiques consistant en un morceau de toile noire qui descend sur la poitrine, et qui est divisé en deux portions oblongues et bordées de blanc. Les membres de certaines congrégations portent des rabats blancs.

Le rabat blanc est porté par la magistrature, le barreau, le parquet et les professeurs de l'université en robe.

Les rabats, pour dire les gens qui portent le rabat.

La jeunesse est dans notre nasse, Et les hausse-cols font place aux rabats (BÉRANG. Messe du St-Es.)

2. Feuilles d'une fleur artificielle qui tombent à côté des feuilles supérieures.

3. Pièce de peau qui assemble les éclisses d'un soufflet d'orgues.

4. Terme de vénerie. Chasse qui se fait, la nuit, en rabattant les filets sur le gibier qu'on a poussé ; ou le jour, en faisant battre la campagne et pousser le gibier à la rencontre des chasseurs.

Terme de fauconnerie. Lâcher le rabat, lâcher l'autour après la première secousse.

5. Terme de jeu de quilles. Second coup joué de l'endroit où la boule s'est arrêtée. Faire trois quilles de venue et autant de rabat.

6. Toit d'un jeu de paume, qui sert à rejeter, à rabattre la balle.

Par extension, coup qui vient du rabat.

7. Rabat de cage, le dessus d'une cage.

8. Morceau de toile dont le cirier se sert pour rabattre ce qui s'élève de la baignoire en tournant.

9. Terme de jurisprudence. Rabat ou rabattement de défaut, suppression de défaut.

10. Diminution. Rabat de prix.

11. Liqueur noire employée aux Gobelins pour brunir les couleurs ; sauf la gomme, c'est une véritable encre formée d'une décoction de bois de campêche, de noix de galle et de sumac, à laquelle on a ajouté du sulfate de fer, CHEVREUL., Afin de leur bailler l'oeil requis.... il leur sera donné un très léger rabat, avec un peu de galle et de couperose, Règlem. sur les manuf. août 1669, Teinturiers en laine, art. 23.

12. Huile de rabat, voy.

FROISSAGE

12. .

13. Nom que l'on donne à la terre des plats et assiettes non vernis, dont la cuisson a été manquée.

14. Outil du charron pour tracer des lignes droites.

15. Sable argileux servant à dégrossir le marbre.

HISTORIQUE

XVe s.Dont sourt riotte [querelle], et discords et debatz, Dechiet de corps, et de chastel rabaz, Et qui a mis mainte cité au bas (AL. CHART. Oeuv. p. 576)Il faut ceintures, Rabas, chaperons et bordures (Blason des faulces amours, p. 270, dans LACURNE)Lequel mot se voyoit au rabat des courtines de ladite figure (J. CHARTIER Hist. de Charles VII, p. 300, dans LACURNE)L'escuyer, qui estoit moult puissant, rabatoit et se defendoit de l'emprise de son compaignon, et d'un rabat rompit la dague de la hache dudit messire Jaques (O. DE LA MARCHE Mém. liv. I, p. 325, dans LACURNE)Roy des François, gaigné as l'avantaige ; Parfaiz ton jeu, comme vaillant et saige, Maintenant l'as plus belle qu'au rabat [du jeu de quilles] (CH. D'ORL. Ball. 77)

XVIe s.Tout cela leur sera baillé au terme arresté, sans rabat, ne delai (O. DE SERRES 34)Qu'il n'avoit pu estre adverti des assignations à luy données, et à ce moyen requeroit le rabat du defaut contre luy octroyé (Coust. gén. t. II, p. 1050)

ÉTYMOLOGIE

Substantif de rabattre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RABAT. Ajoutez : - REM. Rabat, au XVIIe siècle, s'est dit non-seulement d'une pièce de la toilette des hommes, mais aussi de cols ou collerettes de femmes.On vous connaît assez, et vous êtes de celles Que mille fois le plâtre a fait passer pour belles, Dont la vertu consiste en de vains ornements, Qui changent tous les jours de rabats et d'amants (CORN. Lexique, éd. Marty-Laveaux.)

RABAT

3e pers. du sing. du présent de l'indicatif de rabattre, qui entre comme préfixe dans quelques mots composés.

Wikipedia

Rabat

                   
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la capitale du Maroc. Pour les autres significations, voir Rabat (homonymie).
Rabat
Blason de Rabat
Héraldique
Collage Rabat.jpg
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
province Rabat
Région Rabat-Salé-Zemmour-Zaër
Maire Fathallah Oualalou (USFP) (2009)
Gouverneur Hassan Amrani
Code postal 10000[1]
Géographie
Coordonnées 34° 01′ 31″ Nord
       6° 50′ 10″ Ouest
/ 34.02528, -6.83611
Altitude 11 m
Superficie 11 700 ha = 117 km2
Superficie de l'agglomération 127 500 ha = 1 275 km2
Démographie
Population 1 600 000 hab. (2010)
Densité 13 675,2 hab./km2
Population de l'agglomération 2 700 000 hab. (2010)
Localisation
Morocco location map.svg
City locator 14.svg
Rabat
Internet
Site de la ville http://mairiederabat.com

Rabat (en arabe : الرباط [ar-Ribat]) est la capitale du Maroc et la deuxième plus grande agglomération du pays après Casablanca.

Elle est située sur le littoral atlantique, sur la rive gauche de l'embouchure du Bouregreg, en face de la ville de Salé. De ce fait, l'une et l'autre sont parfois qualifiées de « villes jumelles ». Jusqu'au XIXe siècle, Rabat est connue sous le nom de Salé-le-Neuf.

La ville a été fondée en 1150 par les Almohades, qui y édifièrent une citadelle (devenue la kasbah des Oudayas), une mosquée et une résidence. C’était alors ce qu'on appelle un ribat (une forteresse). Le nom actuel vient de Ribat Al Fath, « le Camp de la Victoire ». Plus tard, le petit-fils d'Al-MūminYa'qub al-Mansūr – agrandit et compléta la ville, l'entourant notamment de murailles. Par la suite, elle servit de base aux expéditions almohades en Andalousie.

Après 1269, quand les Mérinides choisissent Fès comme capitale, Rabat entra dans une période de déclin. Ainsi, l'explorateur morisque Hassan al-Wazzan a rapporté qu'il n'y subsistait que 100 maisons habitées en 1515. En 1609, suite au décret d’expulsion de Philippe III, 13 000 Morisques y trouvèrent refuge, revitalisant ainsi la ville[2].

En 1912, Lyautey fit de Rabat le siège du résident général et la capitale du protectorat français au Maroc. En 1956, à l’indépendance du Maroc, la ville resta la capitale du pays.

Sommaire

  Histoire

  La Kasbah des Oudaïas est édifiée sur l'emplacement de la citadelle originelle, fondée par les Almoravides

.

La première trace urbaine à Rabat se situe à l'actuelle kasbah des Oudaïas, les Almoravides y ayant fondé un fort pour organiser les attaques contre les tribus masmouda des Berghouata. La dynastie des Almohades, originaire du Haut-Atlas et issue de tribus berbères des Masmoudas, fit édifier, en 1150, à la place de l'ancien fort Senhadji des Almoravides, un ribat (ou forteresse), lieu de rassemblement des combattants de la foi, point d’étape dans l’épopée almohade pour la conquête de l’Andalousie et le contrôle du reste du Maghreb. Yacoub el-Mansour se disait désireux de concevoir, quant à la position du Bouregreg, des projets plus vastes[3]. Aidé des nombreux captifs ramenés d’Espagne lors de la bataille d'Alarcos, il fit construire les remparts de la future capitale et commencer, non loin du fleuve, une mosquée aux proportions grandioses ; mais cette dernière ne fut pas achevée ; seul se dresse son minaret qui servit de repère aux navigateurs pour le franchissement de la ville. À ce camp retranché fut d'abord appliqué le nom de Rbat de Salé, puis celui de Rbat El-Fath, après la victoire des armées almohades en Espagne.

Cette construction, qui correspond en gros à la partie ouest de l’actuelle kasbah des Oudaïas, fut appelée à la fois Ribat al Fath (« le Camp de la Victoire »), pour commémorer les victoires almohades, et al-Mahdiyya, en souvenir d’al-Mahdî Muhammad ibn Tûmart, fondateur du mouvement almohade. À partir du Ribat d’Abd al-Mumin, son fils Abu Yaqub Yusuf, puis son petit-fils Yacoub el-Mansour, héritiers d’un empire allant de la Castille à la Tripolitaine, ont construit une cité imposante, couvrant plus de quatre cents hectares, enceinte de murailles imposantes percées de portes monumentales et qui devait être dotée d'une mosquée gigantesque, la tour Hassan (restée inachevée pour cause de tremblement de terre), mais qui eut été l'un des plus grands sanctuaires du monde musulman.

Ainsi, bien que Ribat al Fath ne reçut jamais la population que son enceinte aurait pu abriter (en majorité des Masmouda du Haut-Atlas, les grandes orientations de la ville étaient tracées. Les remparts et les portes monumentales de l’époque témoignent aujourd'hui encore de l’ampleur de la ville almohade ; également le minaret et les vestiges de la mosquée de Hassan, sur un site dont le caractère sacré a été accentué et revalorisé par l'édification du mausolée Mohammed V, symbole de piété filiale qui, de par sa décoration exceptionnelle, œuvre d'art collective, est un hommage au souverain qui y repose et un témoignage de la renaissance de l'artisanat traditionnel.

De la fin de la période almohade, vers le milieu du XIIIe siècle, jusqu'au début du XVIIe siècle, l’importance de Rabat diminua considérablement.

La dynastie zénète des Mérinides fonda le Jama' el-Kbîr, ainsi que d'autre ruelles, tous situés au cœur de l'actuelle médina. La localisation de cet équipement public permet d’affirmer que la vie citadine n’était pas concentrée uniquement aux abords immédiats de la kasbah et que plusieurs quartiers de l'actuelle médina étaient habités.

À partir de 1610, Rabat reçut une forte population de réfugiés musulmans chassés d’Al-Andalus, qui s’établirent dans la kasbah et à l'intérieur de l'enceinte almohade, dans la partie nord-ouest, qu'ils délimitèrent et protégèrent par une nouvelle enceinte, la muraille andalouse. Les descendants de ces Andalous, qui portent souvent des patronymes andalous tels que Guédira, Mouline (Molina), Bargach (Vargas), Karrakchou (Carracso/Carrasco), Moreno, Balafrej (Palafres), Ronda, Tamourro (Chamorro), etc., sont toujours considérés comme les Rbatis dits « de souche ».

Pendant quelques dizaines d’années, Rabat, alors connue de l’Europe sous le nom de Salé-le-Neuf, fut le siège d'une petite république maritime, la République du Bouregreg, jusqu’à l’avènement des Alaouites qui s’emparèrent de l’estuaire en 1666. Sa principale activité était alors la course en mer contre les chrétiens, qui lui procurait la totalité de ses ressources, et Salé-le-Neuf devint le premier port du Maroc.

En 1912, dans le cadre du protectorat français, le général Lyautey décide de transférer la capitale de Fès à Rabat à cause de la forte agitation berbère qui régnait à Fès). Le sultan Moulay Youssef y déménagea quelques mois plus tard. En 1913, Lyautey engagea Henri Prost pour dessiner la « Ville nouvelle ».

De la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'en 1963, les États-Unis y disposèrent d'une base militaire aérienne.

Aux élections municipales de 2009, les islamistes du PJD sont arrivés en tête[4].

  Culture et patrimoine

  Portes et enceintes

  Enceinte de la Kasbah des Oudaïas

Protégeant les faces sud et ouest de la ville, une enceinte importante fut construite par les Almohades à la fin du XIIe siècle. Elle est composée de deux longues murailles rectilignes, se coupant à angle aigu, d’une longueur totale de plus de cinq kilomètres, d’une épaisseur de plus de deux mètres et d’une hauteur moyenne d'environ huit mètres[5].

Ainsi fut enfermée une superficie de près de quatre-cent-vingt hectares, englobant le plateau supérieur qui domine aujourd’hui le Chella, pour assurer, en cas d’attaque, la sécurité des parties basses de la ville. Le rempart ouest était percé de quatre portes, à intervalles assez réguliers : Bab El-Alou, Bab El-Had, Bab Er-Rouah et Bab El-Hdid, la dernière étant incluse dans l’actuel Palais royal. Le rempart sud n'en comportait qu’une seule, Bab Zaër. Comme la plupart des murailles édifiées par les Almohades, cette enceinte construite en béton d'une grande solidité, riche en chaux grasse, a admirablement résisté. Régulièrement flanquée de tours carrées, sa courtine est couronnée d'un chemin de ronde, bordé à l’extérieur d’un parapet aux merlons coiffés de pyramidions[5].

  Bab El-Had à Rabat

Bab Er-Rouah, chef-d’œuvre d’esthétique monumentale en pierre, déploie, tout comme la porte de la Kasbah, un décor d’entrelacs autour de l’ouverture en forme d’arc outrepassé inscrit dans un encadrement rectangulaire. Comme à Bab Agnaou à Marrakech, de grands arcs reprennent, en l’élargissant, le mouvement de l’arc même de la porte, l’entourant d’une auréole sinueuse aux pointes aiguës, surmontée d’une large frise à inscription coufique.

Au début du XVIIe siècle, des réfugiés musulmans chassés d’Espagne s’installent dans la Kasbah ainsi que dans une partie d’une centaine d’hectares à l’intérieur de l’enceinte almohade, qu’ils délimitent par l’édification d’une nouvelle muraille. Partant à proximité de Bab El-Had, cette dernière relie la courtine du XIIe siècle à la falaise dominant le Bouregreg, au Borj Sidi Makhlouf. Rectiligne et flanquée de tours barlongues, la muraille andalouse qui s’étendait sur plus de 1 400 mètres, était haute en moyenne de cinq mètres et large de plus d’1,5 mètre. Elle était percée de trois portes : Bab Et-Tben (qui est aujourd'hui abattue ; elle était située près de l’actuel marché municipal), Bab El-Bouiba et Bab-Chella[5].

Par ailleurs, au début du XIXe siècle, un nouveau rempart extérieur, d’une longueur totale de 4 300 mètres, fut édifié. Il prolongeait au sud l'enceinte almohade et la doublait à l’ouest jusqu'à l’océan Atlantique, enfermant ainsi une superficie totale de plus de 840 hectares. Cette dernière fortification avait une hauteur moyenne de 4 mètres et une épaisseur légèrement inférieure à 1 mètre. Trois portes au total y étaient percées : Bab El-Qebibât, Bab Tamesna et Bab Marrakech. Ce rempart alaouite a été détruit en grande partie pour faciliter l’aménagement de la ville européenne durant le Protectorat. À partir des principales portes de la médina, partaient les routes reliant, notamment, Rabat à Casablanca et à Marrakech, aussi Rabat à Rommani et à Marrakech[5].

  L'enceinte extérieure de Rabat

Aux abords de l'enceinte almohade se tenaient des marchés hebdomadaires, tel celui de Souq El-Had, à proximité de la porte du même nom. Par ailleurs, entre l'enceinte alaouite et la muraille almohade étaient situés, au sud, l'Agdal, relié au Palais royal et, au nord, des jardins d'orangers dont les fruits, très prisés pour leur qualité, étaient exportés en Europe, comme en attestent de nombreux documents d'archives.

  Institutions et espaces culturels

Le théâtre national Mohammed-V est l’une des plus grandes institutions culturelles de Rabat, mais le coût de son fonctionnement dépasse les possibilités des compagnies existantes au Maroc et l’amphithéâtre reste souvent fermé. La majeure partie des spectacles y sont co-organisés avec les Instituts culturels européens.

Les galeries officielles sont Bâb Er-Rouah, Bab El-Kébir aux Oudayas et Mohamed El-Fassi.

Rabat compte aussi des espaces indépendants, le plus emblématique étant L'appartement 22, fondé en 2002 par Abdellah Karroum, pour la production, l'exposition et les rencontres des cultures vivantes.

Des grands projets culturels sont lancés dans les années 2000, notamment celui de la Bibliothèque nationale, du musée des Arts contemporains et de l’Institut supérieur de la musique et de la danse.

En 2006, la Fondation ONA inaugure à Rabat son second lieu culturel, la Villa des Arts.

  Les quartiers de Rabat

Le cœur de la ville est constitué de trois quartiers : la Medina (centre historique), les Oudayas et Hassan, tous deux situés à la rencontre du Bouregreg et de l'océan Atlantique.

À l'ouest, et en longeant les bords de mer, on retrouve une succession de quartiers : D'abord, aux alentours des remparts, les quartiers anciens de l'Océan et des Orangers (populaire et classe moyenne). Au delà, une succession de quartiers majoritairement populaires : Diour Jamaa, Akkari, Yacoub El Mansour, Massira et Hay el Fath sont les principaux quartiers de cet axe. Hay el Fath, qui clôt cette succession, évolue vers une fréquentation de type classe moyenne.

À l'est, en longeant le Bouregreg, on retrouve les quartiers de Youssoufia, Douar el Hajja, Mabella, Taqaddoum, Hay Nahda, Aviation, Romani (classes populaires et moyennes).

Entre ces deux axe, en allant du Nord au Sud, on retrouve 3 principaux quartiers (classe moyenne à très aisée) : Agdal (quartier d'immeubles très vivant mélangeant les fonctions résidentielles et commerciales, majoritairement à destination des classes moyennes à aisées), Hay Riad (quartier aisé de villas qui a connu un sursaut de dynamisme depuis les années 2000, il tend a devenir le nouveau centre d'affaires de rabat ; des bureaux ainsi que des sièges d'entreprises publics et privées s'y installent(Maroc Telecom, CGI... ), et Souissi (quartier très aisé, majoritairement résidentiel). En périphérie de Souissi, dans la continuité, le quartier des Ambassadeurs. Ces quartiers, caractérisés par une urbanisation en vastes plans, aérée, souvent boisée, éloignée des brumes de l'océan, contrastent avec les îlots plus resserrés et denses qui les encerclent.

  Les « anciennes familles » de Rabat

Article détaillé : Anciennes familles de Rabat.

Les « anciennes familles » de Rabat sont l'ensemble des familles ayant habité la ville depuis plusieurs siècles, avant son ouverture aux populations de l'intérieur du Maroc et l'arrivée massive de migrants (suite aux mouvements d'exode rural qui commençèrent au début du XXe siècle).

Elles se caractérisent par leur homogénéité sociale et culturelle, qui résulte d'une histoire commune marquée par une isolation du reste du pays pendant près de trois siècles, ainsi que d'un héritage culturel marqué par la culture arabo-andalouse[6].

Lesdites familles, qui sont environ quatre cents, sont considérées, jusqu'à nos jours, comme les « familles rbaties de souche ».

  Économie

Rabat est la deuxième agglomération du pays après Casablanca, ces dernières années Rabat commence à devenir un centre d'affaires profitant de la restructuration et de la réorganisations des administrations publiques ainsi que l'installation des sociétés étrangères et la création des zones off-shores.

  Transports

  Une double voie ferrée électrifiée relie Rabat aux villes voisines (ici vue vers Salé). La voie pénètre dans Rabat par un long tunnel creusé sous la ville et qui débouche à la gare centrale.

Les habitants de Rabat utilisent largement le réseau de transports en commun constitué des bus gérés par la société Stareo géré par la préfecture, et le tramway géré par le groupe Veolia-Transdev. Le prix des parkings, très élevé, ainsi que la difficulté de trouver une place et les bouchons découragent l’usage de la voiture. Une ligne ferroviaire électrifiée à double voie relie Rabat aux villes voisines de Salé et de Casablanca ; elle est empruntée pour les trajets à courte distance par le RER en direction de Témara, Bouqnadel et Salé, tandis que la majorité des habitants faisant la navette entre Casablanca et Rabat empruntent le TNR (train navette rapide) qui assure une desserte en une heure avec une fréquence à la demi-heure. Rabat comporte deux gares : Rabat-Ville dans l'arrondissement Hassan et Rabat-Agdal dans la continuité de l'hypercentre, l'Agdal. Les personnes habitant en lointaine banlieue utilisent généralement leur véhicule personnel pour rejoindre le réseau urbain.

Rabat partage avec Salé l'Aéroport international Rabat - Salé d'une capacité de 3,5 millions de passagers dont le trafic atteint les 300 000 passagers en 2008

  Les projets d'aménagement de Rabat

La ville de Rabat à l'image du reste du Maroc compte aujourd'hui de nombreux projets d'aménagements ambitieux démarrés ou en gestation. Ces projets doivent permettre de répondre aux besoins d'une population en forte croissance (la conurbation de Rabat incluant les villes de Salé, Skhirat et Temara, compte désormais presque de 3 millions d'habitants). Il s'agit également de créer des infrastructures de transport aujourd'hui peu développées et incapables de faire face aux déplacements quotidiens des habitants dans le cadre de leur activité professionnelle. Rabat ambitionne également de devenir une véritable capitale culturelle du pays ce qui se traduit par la multiplication de projets comme la grande bibliothèque, le futur grand théâtre national au bord du Bouregreg, le musée archéologique, le musée d'art contemporain, etc

  Les projets d'aménagement de la vallée du Bouregreg

  Le projet d'aménagement concerne l'ensemble de la vallée du Bouregreg (ici vue vers le sud depuis le plateau de Rabat)
  Bal al Bahr : phase I du projet d'aménagement de la vallée du Bouregreg
  La rive gauche du Bou Regreg a été complètement réaménagée

L'aménagement de la vallée du Bouregreg séparant les villes de Rabat et Salé est un projet majeur pour le Maroc qui doit concerner à terme 6 000 hectares et qui a été lancé en 2006. Pour la réalisation de la première séquence sur trente hectares, l'Agence s'est jointe à AL MAABAR d'Abou Dhabi, pour créer une cité de culture, de tourisme et de loisirs : Bab Al Bahr. L'objectif du projet est de construire dans cette zone en partie inondable et faiblement ou pas aménagée des nouveaux quartiers multifonctions assurant la transition entre les deux agglomérations en valorisant le potentiel de l'axe fluvial avec la nouvelle marina et le patrimoine architectural des deux villes. Le projet, qui est piloté par un établissement public créé pour la circonstance (l’Agence pour l'Aménagement de la Vallée du Bouregreg AAVB), doit permettre également d'améliorer la communication entre les deux villes[7].

Six phases sont prévues dont deux sont entamées en 2009. La première, dénommée Bab Al Bahr, représente un montant de d’investissement de 750 millions de dollars et comprend un programme immobilier mixte de près de 560 000 m² de plancher. Les aménagements situés sur la rive gauche de l'oued entre son embouchure et le pont Hassan-II comprennent des ensembles hôteliers et résidentiels de qualité, la Cité des Arts et métiers dédiée à la préservation du savoir-faire artisanal et un port de plaisance. La construction d'un pont doté d'un tirant d'air plus élevé et le dragage de l'oued doivent permettre d'accueillir des bateaux ayant des tirants d'eau plus importants. Pour les pêcheurs professionnels de Salé et Rabat chassés par les aménagements en cours, un port de pêche est en cours de construction à l'embouchure de l'oued côté Rabat[7].

La deuxième phase, porte sur la construction d'un quartier en partie lacustre dans la zone comprise entre le nouveau pont Hassan-II et la ligne ferroviaire Rabat Salé pour un investissement initial de 2.5 milliards de dollars, est aujourd'hui gelée (octobre 2009) car le principal investisseur Sama Dubai s'est désisté après avoir rencontré des difficultés financières à la suite de la crise économique internationale. Les quatre autres phases non démarrées portent sur l'aménagement de tronçons de la vallée situés en amont de Rabat[8].

  Les autres projets d'aménagement immobiliers de Rabat

Le projet Sephira porte sur l'aménagement de la corniche du littoral atlantique sur une longueur de 11 km et une superficie de 330 hectares entre Bab El Bahr (près des Oudaîas) et Harhoura (Témara). Le projet prévoit à terme la réalisation entre autres de résidences, d'hôtels, de tours d'affaires, d'un centre commercial et d'une marina internationale. Le projet est confié à un groupe des Emirats : le terrain est cédé pour un dirham symbolique en échange de la construction des infrastructures. Le démarrage du programme, toujours en suspens, a été par le passé régulièrement reporté[9].

Le projet de Akrach est une extension de la ville de Rabat qui doit permettre de loger 200 000 habitants sur le plateau de même nom situé au sud de l'agglomération. Le projet à l'étude depuis quelques années est toujours en suspens (2009)[10].

Le projet de CGI du centre multifonctionnel d'Agdal devrait comporter un centre commercial, un hôtel, un fitness club et des bureaux.

Une ville nouvelle, baptisée Tamesna et considérée comme une ville-satellite de Rabat, est en cours de construction à 30 km au sud-est de Rabat sur un terrain situé en amont de l’oued Ikem. Elle a vocation à accueillir à son achèvement vers 2015 250 000 habitants dans 50 000 logements dont 10 000 logements sociaux[11]

Sur l'emplacement de l'ancien zoo de Rabat qui est situé entre les quartiers Hay Riad et Témara va naître un projet touristique et immobilier (Ryad al Andalous). Un nouveau zoo national doit être construit juste à côté du complexe sportif Moulay Abdellah en utilisant la recette de la vente du terrain de l'ancien zoo au promoteur (420 M. Dhm)[12]. Les travaux de construction ont débuté en juillet 2008 et s'achèveront en 2011.

  Nouvelles infrastructures de transport

Nouveau pont Hassan-II et tunnel des Oudayas

Pour décongestionner le trafic sur l'axe reliant Salé à Rabat un nouveau pont doté de 2 fois 3 voies a remplacé l'ancien pont Moulay-al-Hassan (2 x 2 voies). Ce nouveau pont est doté de 2 fois 3 voies permettant ainsi un trafic fluide sur la traversée du fleuve. De plus, deux lignes de tramway sur un tracé commun y traversent le fleuve du Bouregreg, permettant à la fois d'assurer le transport des Rabatis et des Slaouis mais également de réduire le nombre de bus traversant le pont : principale source de bouchons.

Le tunnel des Oudayas permet aujourd'hui de réduire la congestion automobile dans l'axe allant du pont Hassan-II jusqu'à l'océan en passant par un important site touristique de Rabat, la Kasbah des Oudayas. De plus, celui-ci va permettre, grâce à la déviation du trafic de l'avenue Al Marsa vers le tunnel, la concrétisation du projet de zone piétonne entre les Oudayas et la médina de Rabat, qui était autrefois une avenue très chargée.

Tramway

La ville de Rabat dispose depuis mai 2011 de deux lignes de tramway d'une longueur totale de 22 km. Les lignes desservent à la fois Salé et Rabat selon un axe nord-sud avec un tronc commun de 3 km du centre-ville de Rabat jusqu'à l'entrée de Salé, après le franchissement du Bouregreg via le pont Hassan-II. Les 41 stations sont desservies par des rames doubles Alstom Citadis d'une longueur totale de 60 mètres

La rocade autoroutière

d'une longueur de 41Km qui s’achèvera en 2013 et qui comprend le plus haut pont à haubans d'Afrique.

Lignes de bus

L'agglomération dispose d'un réseau de bus, réaménagé depuis début 2011, d'une soixantaine de lignes reliant les villes de Rabat, Salé et Témara.

Trains
Article détaillé : LGV Tanger-Casablanca.

La gare de Rabat-Ville a été rénovée de 2008 à 2010. Une gare TGV est prévue en périphérie près de Technopolis. Cette gare permettra au TGV marocain de mettre Rabat à 1h de Tanger et à une demi heure de Casablanca.

  Démographie

Rabat forme avec Salé et Témara une conurbation de 1,6 millions d'habitants (2004). La croissance de la population a été stimulée tout au long du XXe siècle par la croissance démographique du Maroc et la migration vers les villes. Le choix de Rabat comme capitale politique et administrative en 1912 a entraîné l'arrivée d'une population importante de fonctionnaires. Jusqu'à l'indépendance, c'est Rabat qui a reçu la majorité du flux migratoire. Après l'indépendance, la croissance s'est accentuée avec l'installation de l'élite intellectuelle dans la capitale. Désormais, la population de Rabat ne croît plus et ce sont Salé et Témara qui reçoivent les nouveaux flux migratoires.

Évolution démographique
Année 1912 1936 1952 1960 1971 1982 1994 2004 2010*
Rabat 27 000 83 000 156 000 231 000 375 000 526 000 624 000 628 000 620 000
Salé 19 000 32 000 47 000 77 000 159 000 328 000 580 000 761 000 870 000
Témara 3 000 11 000 64 000 133 000 235 000 310 000
Conurbation 46 000 115 000 203 000 311 000 545 000 918 000 1 337 000 1 624 000 1 800 000
*2010 : Estimation; Source 2005[13]

  Climat

  Enceinte de la kasbah des Oudaïas face à l'Océan

Le climat de la ville est un climat de type méditerranéen aux quatre saisons bien marquées. Les hivers sont frais, voir froids et pluvieux, avec des minimas nocturnes pouvant descendre en dessous de 5 °C, ou parfois atteindre les 0 °C, et des journées agréables autour de 17 °C. Les gelées sont rares. Les étés sont chauds mais sans être étouffants (ils le sont pendant quelques jours), avec des maximas diurnes dépassant les 30 °C et des nuits presque toujours fraîches sinon chaudes, où l'humidité de l'air océanique se fait nettement ressentir. Principalement au printemps et en été, s'invite parfois le chergui, vent du désert sec et brûlant soufflant de l'est et faisant brusquement monter la température, de temps à autre au-dessus des 40 °C et rarement pendant plus de trois journées successives, avant un retour de la brise océanique d'ouest.

Mois J F M A M J J A S O N D
Temp. max. moy. 17 18 21 24 25 26 27 28 26 24 20 18
Temp. min. moy. 6 8 10 14 16 18 20 20 16 14 10 9
Les records
Mois J F M A M J J A S O N D
Record de chaleur 31 30 35 38 43 42 48 46 44 38 36 28
Record de froid -5 -3 -2 (2012) 4 6 7 11 13 7 4 -5 -1

  Monuments

  Ruines romaines de Chellah
  Mosquée et nécropole de Chellah
  Enceinte de Chellah
  Ville nouvelle : la Poste Principale
  Le palais royal Dâr-al-Makhzen.
  • La Kasbah des Oudaïa : ribat surplombant l'embouchure de l'oued Bou Regreg où se trouve le musée des Oudayas : le ribat conçu à l'origine est devenu l'abri du musée nationale des Bijoux ;
  • La tour Hassan, ruines de la mosquée bâtie par Ya'qub al-Mansūr, détruite au moment du tremblement de terre de Lisbonne de 1755 et le mausolée de Mohammed V : où repose le défunt roi Mohammed V et ses deux fils, le défunt roi Hassan II et son frère cadet Moulay Abdellah[14] ;
  • La nécropole de Chella : bâtie en 1339, Chella était une ancienne agglomération phénicienne, carthaginoise et romaine[15] ;
  • La section monumentale de l'avenue Mohammed V et la mosquée Sunna
  • La mosquée de l'Agdal
  • La cathédrale Saint-Pierre : située Place du Golan, cet édifice, toujours affecté au culte catholique, a été complètement achevée en 1930[16] ;
  • Dâr-al-Makhzen : le palais royal et le siège du gouvernement où travaillent et résident plus de 2 000 personnes. On accède au palais par une vaste esplanade, le "Méchouar"[17]. ;
  • Bab ar-Rouah et l'avenue des Forces armées royales (FAR).
  • L'ancienne médina

  Lieux à visiter

  • La médina : construite au XVIIe siècle pour accueillir les réfugiés d'Andalousie, elle est aujourd'hui connue pour son mellah (ancien quartier juif), son souk couvert Es-Sebat dans la rue des Consuls, et toutes autres sortes de boutiques diversifiées[18] ;
  • Le parc Ibn-Sina : appelé communément « parc Hilton » en raison de sa proximité avec l'hôtel du même nom, le parc est aussi le poumon vert de l'agglomération avec des plantations de pins et d'eucalyptus [19] ;
  • Le jardin d'Essai : situé au milieu de la ville et divisé en deux par l'avenue de la Victoire (fermé depuis 2008 pour cause de travaux[20]) ;
  • La ceinture verte de Rabat : c'est un bois protégé séparant Rabat de Témara.
  • Le golf et le palais Dar es-Salam : golf de 45 trous qui abrite chaque année le prestigieux trophée international de golf Hassan-II [21] ;
  • La Villa des Arts : petit établissement abritant des expositions.
  • Le Musée Archéologique.
  • L'avenue Mohammed V située en plein centre de Rabat, le long de laquelle se trouvent le Parlement, ainsi que de nombreux cafés et magasins.
  • L'hôtel Balima: l'un des plus anciens de la ville, face au Parlement.
  • L'Agdal : quartier de shopping et important centre d'activité de la ville.
  • Le nouveau centre d'affaires et administratif " Hay Riad "(specialement l'avenue Annakhil et le Mahaj Riad).
  • La marina de Bouregreg.
  • Les plages allant de Harhoura à Skhirat.
  • Le Mega mall : centre commercial abritant une patinoire et un bowling ainsi que plusieurs "enseignes" internationales.
  • Le Festival Mawazine qui se tient annuellement pendant le mois de mai et qui dure une semaine (il a attiré 2 millions de spectacteurs en 2009).

  Enseignement supérieur et recherche

Rabat est, avec Casablanca, la ville dans laquelle se concentre la majorité des établissements d'enseignement supérieur marocains, malgré les tentatives récentes de décentralisation de l'enseignement supérieur. L'université Mohammed V, première université fondée après l'indépendance (1957), est aujourd'hui scindée en deux établissements : l'université Mohammed V - Agdal et l'université Mohammed V - Souissi

L'Université Mohamed V - Agdal accueille 18 600 étudiants (chiffres 2008-2009), dont environ 5 000 en 3e cycle[22]. L'université comprend la plus ancienne école d'ingénieurs du Maroc et d'Afrique[23] : l'École Mohammadia d'ingénieurs, fondée en 1959 et située à l'Agdal. L'université Mohamed V - Souissi accueille environ 17 000 étudiants (chiffres 2008-2009), dont 3 500 au niveau du 3e cycle[24]. Les filières de formation comprennent le droit, l'économie, la santé, les sciences humaines et sociales, les sciences de l'éducation et l'ingénierie informatique. L'École nationale supérieure d'informatique et d'analyse des systèmes est rattachée à cet établissement.

De nombreux autres établissements d'enseignement supérieur publics sont installés à Rabat, tels l'Institut national des postes et télécommunications, l'Institut agronomique et vétérinaire Hassan II , l'École nationale d'industrie minérale, l'Institut national de statistique et d'économie appliquée et l'École nationale d'architecture. À côté existent également des établissements privés comme l'École supérieure de management, d'informatique et de télécommunication, l'Institut supérieur du génie appliqué, l'École marocaine des sciences de l'ingénieur et l'Institut des hautes études de management. Dans le domaine des sciences humaine l'Institut Universitaire pour la Recherche Scientifique a été dirigé par Abdelkebir Khatibi.

  Galerie de photos

  Sports

Article détaillé : Sport à Rabat.

  Candidature aux Jeux Olympiques de 2020

Le mois de septembre 2009, la ville de Rabat est déclarée comme candidate aux Jeux olympiques d'été de 2020[25] puisque le Comité international olympique a encouragé l'organisation des JO de 2020 en Afrique.

  Football

  Le phare de Rabat jouxte un spot de surf

La ville compte aussi le stade national du Maroc : Moulay Abdellah. Ce dernier fut construit en 1983. Les équipes de football locales sont :

  Handball

Les équipes de handball locales sont :

  Basket-ball

Les équipes de basket-ball locales sont :

  Volley-ball

Les équipes de volley-ball locales sont :

  L'équitation

L'équitation est une discipline très appréciée par la famille royale, la F.R.M.S.E. (Fédération Royale Marocaine des Sports Équestres) étant présidée par S.A.R. la princesse Lalla Amina. Au Royal club équestre de Dar Es Salam à Rabat, tous les ans, se déroule la Semaine du cheval animée notamment par les championnats marocains. Les championnats les plus appréciés sont ceux de saut d'obstacles. Rabat dispose d'une quinzaine de clubs équestres dont le plus connu est le club Dar El-salam à l'est de la capitale

  Clubs et centres de loisirs

  • Le Club Wifaq
  • Royal Golf Dar Essalam
  • Royal Club Equestre du Lac (http://www.rcedulac.com)
  • Le Club de la Justice
  • Le Club travaux public
  • Le Riad-club Rabat
  • L'union sportive des cheminots du Maroc (USCM)
  • Club Moulay Rachid
  • le parc d'attraction de Magic Parck
  • la patinoire et le bowling du Mega Mall
  • Club d'agriculture

  Jumelages

  Notes et références

  1. Codes postaux et agences de Rabat sur http://www.poste.ma. Consulté le 19 juin 2011
  2. Leila Maziane, « Salé au XVIIe siècle, terre d’asile morisque sur le littoral Atlantique marocain », dans Cahiers de la Méditerranée, no 79, 2009, p. 359-372, § 10 [texte intégral (page consultée le 6 juin 2011)] 
  3. Mohamed Bargach, Une famille au cœur de l’histoire, p. 313, lignes 1-7 et 9-11
  4. Sébastien Carganico, « Juin 2009 : chronologie du mois », Le Monde-Dossiers et documents, juin 2009, p. 8
  5. a, b, c et d M. Essemmar, Le tissu urbain de la ville du Ribat El-Fath de ses origines jusqu'au XXe siècle [1]
  6. Mariette Hayeur, « Les Rbatis-bourgeoisie de Rabat : identité et luttes de classement », thèse de doctorat en anthropologie, Montréal, 1991
  7. a et b Aménagement du Bougereg, Agence de l'aménagement du Bougereg. Consulté le 15 novembre 2009
  8. Des incertitudes pèsent toujours sur le chantier Amwaj, WMC Econnomie. Consulté le 15 novembre 2009
  9. Corniche de Rabat: Démarrage des travaux prochainement, Site www.rabat.ma. Consulté le 15 novembre 2009
  10. Une nouvelle ville aux portes de Rabat, Site www.bladi.net. Consulté le 15 novembre 2009
  11. LOGEMENT. Tamesna ville 2.0, Tel Quel Online. Consulté le 15 novembre 2009
  12. Royaume du Maroc - Projet de loi de finances 2008 - Secteur des établissement et entreprises publics - 3.4 - JARDIN ZOOLOGIQUE NATIONAL DE RABAT, Ministère de l'Economie et des Finances Maroc, p. 54. Consulté le 15 novembre 2009
  13. Abdellatif FADLOULLAH, Université de Rabat, Maroc, « Explosion urbaine et maîtrise de la croissance des grandes agglomérations marocaines : le cas de la capitale », Université du Maine Le Mans (France)/CNRS. Consulté le 22 novembre 2009
  14. Le mausolée sur Rabat-Maroc.net
  15. La tour sur Rabat-Maroc.net
  16. L'église de Rabat
  17. Le palais royal sur Rabat-Maroc.net
  18. Le Guide du routard Maroc 2005-2006 aux Éditions Hachette, chapitre " Rabat, Casa et la plaîne côtière ", Partie " Rabat et ses environs ", Section " Rabat / À voir ", page 241, lignes 29 - 53
  19. Même section que plus haut, page 244, lignes 40 - 46
  20. Firas Adawi, « Espaces verts : Le jardin d'essai de Rabat renaît de ses cendres », dans Le Matin, 31 janvier 2009 [texte intégral (page consultée le 14 novembre 2011)] 
  21. Le golf Dar es-Salam sur Rabat-Maroc.net
  22. [PDF] UM5A statistiques, Université Mohammed V Agdal. Consulté le 17 novembre 2009
  23. http://www.rekrute.com/editorial_article.php?id=722
  24. L'UM5S en chiffres, Université Mohammed V Souissi, 2008. Consulté le 17 novembre 2009
  25. http://www.radio-canada.ca/sports/Jeux-Olympiques/2009/11/02/001-dubai-2020.shtml
  26. Championnat du Maroc de handball

  Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

  Bibliographie

  • Collectif, Villes et tribus du Maroc, tomes III, IV, V et VI consacrés à Rabat et sa région, Paris, Ernest Leroux, 1918-1920
  • Jean-Pierre Malka (préf. Pr Abdelaziz Ben Abdellah), Rabat : Hier et aujourd'hui, Rabat, Marsam, 2002, 173 p. (ISBN 9981-149-57-8) 
  • [PDF] Béatrice Allain-El Mansouri, Profil de la ville de Rabat, Programme des Nations unies pour les établissements humains, 2003, 53 p. [lire en ligne] 

  Articles connexes

  Liens externes

   
               

 

Toutes les traductions de rabat


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

4725 visiteurs en ligne

calculé en 0,250s

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼

COQUE HOUSSE A RABAT ETUI SILICONE GEL POUR SMARTPHONES SAMSUNG + FILM + STYLET (4.16 EUR)

Usage commercial de ce terme

splendide CPA Rabat, Vue de la Résidence Générale (5.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

100 POCHETTES CRISTAL "TABLE RONDE" DIMENSIONS 6 X 9 CM + RABAT (4.8 EUR)

Usage commercial de ce terme

Alcatel One Touch Pop C1 COQUE HOUSSE ÉTUIS RABAT VERTICAL (5.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

CPSM MAROC. RABAT. Pont Moulay Hassan. 1967 (1.15 EUR)

Usage commercial de ce terme

ÉTUI DE PROTECTION POUR SONY XPERIA T3 (STYLE) NOIR À RABAT CHIC HOUSSE PROTÈGE (7.4 EUR)

Usage commercial de ce terme

Coque Housse Etui à rabat et porte-carte Noir pour Wiko Darkmoon + Film (9.99 EUR)

Usage commercial de ce terme

CPA MAROC RABAT PORTE DES VENTS (6.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

CPA Maroc Rabat Le Chellah (31427) (5.99 EUR)

Usage commercial de ce terme

chemise a rabat "mes recettes" natives creations (5.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

CPA MAROC RABAT VUE SUR LE BOU REGREG (6.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

CPA PHOTO MAROC RABAT LES OUDAIAS PRIS DE LA PLAGE SALE (4.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Samsung Coque de protection ? rabat EF-FG850BF pour Samsung Galaxy Alpha Etui (23.95 EUR)

Usage commercial de ce terme

CPA Maroc Rabat La ville et le Bou Regreg (22664) (5.99 EUR)

Usage commercial de ce terme

COQUE HOUSSE ÉTUIS SLIM RABAT VERTICAL WIKO IGGY (4.99 EUR)

Usage commercial de ce terme

ÉTUI DE PROTECTION À RABAT CHIC P SAMSUNG GALAXY ACE 3 S7270 / S7275 FUCHSIA (7.4 EUR)

Usage commercial de ce terme

Lot de 50 sachets bulles d'air format 100 x 120 mm avec rabat adhésif (7.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

CPA MAROC RABAT LA PLAGE (6.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

splendide CPA Rabat, Le carrefour et la rue de la Marne (6.0 EUR)

Usage commercial de ce terme