» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - ressentiment

ressentiment (n.m.)

1.désir de vengeance qui subsiste après une offense.

2.fait de ressentir encore une vive amertume, de l'animosité, pour les maux et les torts dont on a été victime.

   Publicité ▼

définition (complément)

voir la définition de ressentiment dans le Littré

voir la définition de Wikipedia

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

synonymes - ressentiment

   Publicité ▼

voir aussi

ressentiment (n.m.)

rancunier, vindicatif dépiter, froisser, irriter, piquer

locutions

dictionnaire analogique

 

colère[Classe]

désapprobation[Caract.]

factotum (en)[Domaine]

EmotionalState (en)[Domaine]

colère[Hyper.]

indigner[Nominalisation]

outrager, scandaliser[Dérivé]

indignation[Hyper.]

ressentiment (n.)





Le Littré (1880)

RESSENTIMENT (s. m.)[re-san-ti-man]

1. Action de ressentir.

Ils [les hommes] ont un instinct secret qui les porte à chercher le divertissement et l'occupation au dehors, qui vient du ressentiment de leurs misères continuelles (PASC. Pens. IV, 2, éd. HAVET.)

2. Particulièrement. Faible renouvellement d'un mal, d'une douleur.

Je vous ai dit la vérité quand je vous ai assurée que je n'avais eu aucun ressentiment de néphrétique (SÉV. 421)

Ces ressentiments de folie sont sans conséquence (VAUVENARGUES. Justesse.)

Il se dit, dans un sens analogue, de souffrances morales.

Ce n'est pas que je souhaite que vous soyez sans ressentiment [de la mort de Pascal le père] ; le coup est trop sensible (PASC. Lett. à Mme Périer, 17 oct. 1651)

Solon fut touché d'un ressentiment [douleur de la mort de son fils] si vif et si cuisant qu'il commença à déchirer ses habits (FÉN. Solon.)

3. Souvenir d'une action morale dont nous avons été l'objet.

Dieux, garants de la foi que Jason m'a donnée.... S'il me peut aujourd'hui chasser impunément, Vous êtes sans pouvoir ou sans ressentiment (CORN. Médée, I, 4)

Autrefois, sentiment de reconnaissance, souvenir reconnaissant (ce sens a vieilli, mais, bien placé, il pourrait encore être employé).

Un acte par lequel je pusse témoigner à tout le monde et la grâce que vous m'avez faite, et le ressentiment avec lequel je l'ai reçue (VOIT. Lett. 174)

Je me trouve bien embarrassé dans la pensée que j'ai, que, si je ne remercie pas M. le procureur général autant que mon ressentiment me le conseille, il ne me soupçonne de n'en avoir guère ; et, si je le remercie autant que j'en ai envie, qu'il ne croie que j'ai l'âme fort intéressée (SCARR. Lett. Oeuv. t. I, p. 243, dans POUGENS)

Madame, je viens.... vous témoigner avec mes transports le ressentiment où je suis des bontés surprenantes.... (MOL. Pr. d'Él. IV, 4)

L'honneur imprévu de votre présence [le maréchal Schomberg] est pour moi une rencontre si favorable, que je ne puis vous en dissimuler mon ressentiment (BOSSUET Panég. St. Gorgon, Préamb.)

Tandis qu'autour de moi votre cour assemblée Retentit des bienfaits dont vous m'avez comblée, Est-il juste, seigneur, que seule, en ce moment, Je demeure sans voix et sans ressentiment ? (RAC. Bér. II, 4)

Gardant du bienfait seul le doux ressentiment (DELILLE Trois règn. VIII)

Aujourd'hui, souvenir d'une injure avec désir de s'en venger.

Ils ne montrèrent aucun ressentiment de la mort de leurs compagnons (VAUGEL. Q. C. X, 1)

Noirs enfants du dépit, ennemis de ma gloire, Tristes ressentiments, je ne veux plus vous croire (CORN. Sertor. III, 4)

Elle a toujours sacrifié ses ressentiments, et n'a jamais voulu nuire, non pas même à ceux qu'elle pouvait croire ses ennemis, ou, pour mieux dire, ses envieux (FLÉCH. Duch. de Montaus.)

Tandis.... Que vos ressentiments se perdront en discours, Il n'en faut point douter, vous vous plaindrez toujours (RAC. Brit. I, 4)

Il [Phalante] conservait un ressentiment de tout ce qui s'était passé entre Télémaque et Hippias (FÉN. Tél. XVII)

Ressentiment n'est plus employé que pour exprimer le souvenir des outrages, et non celui des bienfaits (D'OLIVET Rem. Rac. § 19)

Un injure blesse, et le ressentiment est la blessure même (VOLT. Comm. Corn. Rem. Rod I, 7)

HISTORIQUE

XVIe s.[Gallion s'amusait en exil] ils le rappelerent pour accommoder leur punition à son ressentiment (MONT. I, 228)Ce ressentiment bien vif qui est naturellement en moi [de la poésie] (MONT. I, 266)Offenser un homme sans sentiment [mort] plus tost que d'encourir le hazard de son ressentiment (MONT. III, 112)

ÉTYMOLOGIE

Voy. RESSENTIR.

Wikipedia

Ressentiment

                   

Le ressentiment signifie le fait de se souvenir avec rancune ou animosité. Le ressentiment est aussi un concept philosophique du philosophe allemand Friedrich Nietzsche. L'emploi de ce terme remonte probablement au penseur danois Kierkegaard, et il a été repris par Max Scheler (L'homme du ressentiment, trad. fr. 1950).

Sommaire

  Étymologie

Le ressentiment, dérivé du verbe ressentir, qui est une réfection de recentement puis resentement signifie d'abord : « fait de se souvenir avec rancune, animosité », seul sens demeuré vivant.

De la fin du XVIe au XVIIe siècle, le mot « ressentiment » s'est dit d'une impression morale : « fait d'éprouver une douleur ». Puis il a eu, jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, le sens de « sentiment éprouvé en retour » :

« Tandis qu'autour de moi votre cour assemblée,
Retentit des bienfaits dont vous m'avez comblée,
Est-il juste, seigneur, que seule, en ce moment,
Je demeure sans voix et sans ressentiment ?  »

— Jean Racine, Bérénice, Acte II[1].

« L'honneur imprévu de votre présence [le maréchal Schomberg] est pour moi une rencontre si favorable, que je ne puis vous en dissimuler mon ressentiment. »
Bossuet, Panégyrique de St. Gorgon, Préambule[1].

Aujourd'hui ce substantif spécialisé pour « rancune » n'a plus de rapport sémantique avec le verbe dont il dérive.

  Le ressentiment chez Nietzsche

Pour Nietzsche, dans La Généalogie de la morale, les êtres de ressentiments sont une race d'homme pour qui « la véritable réaction, celle de l'action, est interdite et qui ne se dédommagent qu'au moyen d'une vengeance imaginaire » (Généalogie de la morale, trad. P. Wotling, Paris, Livre de poche, 2000). Il lie ainsi directement le ressentiment à ce qu'il nomme la « morale d'esclave » : la morale d'esclave est par essence constituée par le ressentiment, par un non créateur.

Ainsi, l'être de ressentiment est profondément réactif, c'est-à-dire qu'il est dans une situation d'impuissance qui engendre des frustrations. Tout homme, quel qu'il soit, à qui l'on interdit l'action, et qui de ce fait se trouve dans l'impuissance, est affecté par le ressentiment : c'est-à-dire qu'il ne peut que subir l'impossibilité de s'extérioriser.

La force consiste à surmonter cet état (qui n'est alors plus qu'un état passager), comme lorsque l'on surmonte le désir de vengeance. La faiblesse, au contraire, ne parvient pas à s'en débarrasser (par exemple, quand le désir de vengeance devient une obsession, ou encore quand le regret d'un acte devient une torture morale qui ne laisse plus la pensée en repos), et elle transforme alors ses frustrations à son avantage en trouvant des justifications à son impuissance, par la dénégation et le renversement axiologique : cette volonté de se trouver des justifications caractérise précisément la mentalité d'« esclave », selon Nietzsche.

Une telle mentalité du ressentiment se retrouve par exemple dans les idéologies qui se définissent par rapport à un « ennemi » réel ou supposé : l'ennemi (ou la cause de l'impuissance) est jugé comme cause libre du mal ; et par opposition, celui qui subit s'attribue une supériorité morale imaginaire, ce que Nietzsche résume ainsi : « ils sont méchants, donc nous sommes bons ». Une variante idéaliste en est : « le monde est foncièrement déterminé par le mal, donc nous lui-sommes supérieurs ».

  Critique de la solution nietzschéenne

Vladimir Jankélévitch répondra à Nietzsche : « S'il n'y a pas d'autre manière de pardonner que le bon-débarras, alors plutôt le ressentiment ! Car c'est le ressentiment qui impliquerait ici le sérieux et la profondeur : dans le ressentiment, du moins, le cœur est engagé, et c'est pourquoi il prélude au pardon cordial[2]. »

  Autres utilisations du concept

  Dugald Stewart

Pour l'auteur des Éléments de la Philosophie de l'esprit humain (1792), le ressentiment est instinctif ou délibéré. « Le ressentiment instinctif agit dans l'homme comme dans l'animal ; il est destiné à nous garantir de la violence soudaine, dans les circonstances où la raison viendrait trop tard à notre secours ; il s'apaise aussitôt que nous apercevons que le mal qu'on nous a fait étoit[3] involontaire. Le ressentiment délibéré n'est excité que par l'injure volontaire, et par conséquent il implique un sentiment de justice, de bien et de mal moral. Le ressentiment qu'excite en nous l'injure faite à un autre, s'appelle proprement indignation. Dans ces deux cas, le principe d'action est au fond le même ; il a pour objet, non de faire souffrir un être sensible, mais de punir l'injustice et la cruauté. Comme toutes les affections bienveillantes sont accompagnées d'émotions agréables, toutes les affections malveillantes sont accompagnées d'émotions pénibles. Cela est vrai même du ressentiment le plus légitime[4]. »

  Gilles Deleuze

Article détaillé : Nietzsche (Gilles Deleuze).

Le concept de ressentiment a été commenté, notamment, par Gilles Deleuze dans Nietzsche et la philosophie (1962) dans l'optique d'un renouveau « affirmatif » et anti-dialectique de la philosophie. Après l'hégémonie des doctrines post-hégéliennes, Deleuze propose une philosophie non plus axée sur l'idée de dépassement dialectique et sur l'activité critique, mais bien sur la valorisation de l'actif sur le réactif (la critique et la dialectique étant assimilés à la négativité).

  René Girard

La notion a également été travaillée à partir des années 1960 par René Girard[5], qui identifie le ressentiment à la pure et simple jalousie ordinaire à l'égard d'un modèle indépassable. Girard critique l'idée « romantique » qu'il puisse exister des individus « supérieurs » seuls capables de sentiments autonomes, et considère que l'imitation est la condition ordinaire et générale de l'Homme. Nous sommes tous « réactifs » au sens indiqué avec mépris par Nietzsche, y compris et même à commencer par les êtres qui, apparemment, sont supérieurs au sens nietzschéen. De telles personnes, comme Roméo et Juliette ou les idoles du star-système, non seulement ne sont pas supérieures, mais elles sont au contraire suprêmement dépendantes des sentiments d'autrui pour nourrir les leurs, au risque, lorsqu'elles sont livrées à elles-mêmes, du suicide et des mondes artificiels. Nietzsche lui-même apparaît à Girard comme particulièrement « ressentissant » (par exemple à l'égard de Wagner, qu'il admirait avant de l'attaquer), et la tension entre le mépris pour les « esclaves » et sa propre situation devient un paramètre explicatif de la folie de Nietzsche. Girard évoque également les idéologies du ressentiment (le communisme, l'anti-sémitisme, et plus généralement tous les « anti- » quelque chose...) sur le même thème, alors que la Bible et le christianisme « crucifiés » par Nietzsche et plusieurs auteurs modernes lui apparaissent au contraire comme porteurs de la vérité des sentiments.

On doit faire remarquer que Girard s'appuie sur une lecture simplificatrice de la pensée la théorie de Nietzsche, dont il écarte les nuances (par exemple, pour Nietzsche l'homme supérieur n'échappe pas au ressentiment, mais il le surmonte) et que Nietzsche était atteint d'un cancer du cerveau, ce qui implique que le lien entre sa folie et sa psychologie, admis par Girard, n'est pas si évident et peut être dans l'autre sens…

  Marc Angenot

Sur le plan idéologique, le concept de ressentiment a été étudié par l'analyste et historien des discours Marc Angenot (Les idéologies du ressentiment, 1996) qui en fait l'un des vecteurs des idéologies politiques, identitaires et nationalistes du XXe siècle. De la même manière que ses prédécesseurs Angenot conçoit le ressentiment comme une attitude qui se caractérise par une accumulation de griefs et par un volontarisme dont la prolifération (particulièrement notoire aujourd'hui avec le postmodernisme, les revendications identitaires et le « tribalisme ») alimente les diverses formes de discrimination et de conflictualités sociales. Même si la stabilité et l'« enchantement » se volatilisent sous nos yeux (ce que le philosophe allemand Walter Benjamin nommait le « déclin de l'aura »), la réflexivité et le maintien d'une certaine espérance collective restent les meilleurs moyens, selon Angenot, pour se prémunir des effets réactifs du ressentiment.

L'historien et philosophe Pierre-André Taguieff a également consacré certains écrits sur le ressentiment dans une perspective proche de celle d'Angenot.

  Marc Ferro

Pour Marc Ferro, historien, Codirecteur des Annales, directeur d’études à l’EHESS : « À l'origine du ressentiment chez l'individu comme dans le groupe social, on trouve toujours une blessure, une violence subie, un affront, un traumatisme. Celui qui se sent victime ne peut pas réagir, par impuissance. Il rumine sa vengeance qu'il ne peut mettre à exécution et qui le taraude sans cesse. Jusqu'à finir par exploser. Mais cette attente peut également s'accompagner d'une disqualification des valeurs de l'oppresseur et d'une revalorisation des siennes propres, de celles de sa communauté qui ne les avait pas défendues consciemment jusque-là, ce qui donne une force nouvelle aux opprimés, sécrétant une révolte, une révolution ou encore une régénérescence. C'est alors qu'un nouveau rapport se noue dans le contexte de ce qui a sécrété ces soulèvements ou ce renouveau. »

« La reviviscence de la blessure passée est plus forte que toute volonté d'oubli. L'existence du ressentiment montre ainsi combien est artificielle la coupure entre le passé et le présent, qui vivent ainsi l'un dans l'autre, le passé devenant un présent, plus présent que le présent. Ce dont l'Histoire offre maints témoignages[6]. »

  Notes et références

  1. a et b Frédéric Godefroy, Lexique comparé de la langue de Corneille et de la langue et de la langue du XVIIème siècle jusqu'à nos jours, tome II, Librairie académique Didier et Cie, Paris, 1862.
  2. Vladimir Jankélévitch, Le Pardon, 1967.
  3. En vieux français dans le texte.
  4. Charles Giraud, de l'Institut de France, Journal des savants, page 10, 1817.
  5. Mensonge romantique et vérité romanesque, 1961, Paris, Bernard Grasset.
  6. Le ressentiment dans l'Histoire, Odile Jacob, 2007, IBSN 978-2-7381-1874-.

  Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

  Liens externes

   
               

 

Toutes les traductions de ressentiment


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

4336 visiteurs en ligne

calculé en 0,140s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼

Ressentiment #01 (5.04 EUR)

Usage commercial de ce terme

Première tentative de sortie des logiques du ressentiment : Miettes pour le ... (5.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

Ressentiment #02 (5.04 EUR)

Usage commercial de ce terme

Livre :Le ressentiment dans l'Histoire : Comprendre notre temps (Marc Ferro) (7.95 EUR)

Usage commercial de ce terme

Ressentiment #03 (5.04 EUR)

Usage commercial de ce terme

Ressentiment Max Scheler Marquette University Press Philosophy Ethics Resentme (44.37 EUR)

Usage commercial de ce terme

Ressentiment - East Of The Wall (2010, CD NEUF) (9.94 EUR)

Usage commercial de ce terme

La disgrâce // Nicole AVRIL // Ressentiment // Vengeance // Domination (3.15 EUR)

Usage commercial de ce terme

Ressentiment et Apocalypse Essai sur l'antisemitisme nazi Philippe Burrin Poin (13.37 EUR)

Usage commercial de ce terme

Ressentiment et Apocalypse Essai sur l'antisemitisme nazi Philippe Burrin Seui (20.16 EUR)

Usage commercial de ce terme

Ressentiment #02 (Libro) (5.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

Ressentiment #01 (Libro) (5.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

Premiere tentative de sortie des logiques du ressentiment Miettes pour le quar (11.16 EUR)

Usage commercial de ce terme

EAST OF THE WALL - Ressentiment - LP/NEW (2xvinyl) Burst, Mouth of the Architect (16.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Ressentiment OF EAST Translation Loss (48.83 EUR)

Usage commercial de ce terme

Ressentiment 9780874626025, Paperback, BRAND NEW (23.44 EUR)

Usage commercial de ce terme

Das ressentiment. Da Nietzsche a Scheler: quale edificazione della morale? - di (12.75 EUR)

Usage commercial de ce terme

Das Ressentiment im Aufbau der Moralen. Max Scheler Klostermann Vittorio GmbH Ku (28.35 EUR)

Usage commercial de ce terme

Le ressentiment, passion sociale Antoine Grandjean Florent Guenard Collectif P (31.36 EUR)

Usage commercial de ce terme