» 
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien
allemand anglais arabe bulgare chinois coréen croate danois espagnol estonien finnois français grec hébreu hindi hongrois islandais indonésien italien japonais letton lituanien malgache néerlandais norvégien persan polonais portugais roumain russe serbe slovaque slovène suédois tchèque thai turc vietnamien

définition - stupefiants

stupéfiant (adj.)

1.qui stupéfie, abasourdit.

stupéfiant (n.m.)

1.drogue agissant sur le système nerveux et dont l'abus conduit à la toxicomanie.

   Publicité ▼

définition (complément)

voir la définition de stupefiants dans le Littré

voir la définition de Wikipedia

dictionnaire collaboratif

Vous pouvez participer à l'enrichissement du dictionnaire et proposer vos propres définitions pour ce mot ou un autre.

Inscription possible avec votre compte Facebook

synonymes - stupefiants

   Publicité ▼

voir aussi

stupéfiant (adj.)

abasourdir, renverser, stupéfier

stupéfiant (n.m.)

camé, droguer, narcotique

locutions

dictionnaire analogique



stupéfiant (n.)





Le Littré (1880)

STUPÉFIANT, ANTE (adj.)[stu-pé-fi-an, an-t']

Terme de médecine. Qui stupéfie. Remède stupéfiant.

Substantivement. Les narcotiques sont des stupéfiants.

Fig. C'est stupéfiant.

Wikipedia - voir aussi

Wikipedia

Stupéfiant

                   

Un stupéfiant, aussi appelé drogue[1], est un psychotrope interdit ou sujet à une réglementation, souvent parce qu'il est susceptible d'engendrer une consommation problématique[2].

Ce terme d'origine pharmacologique a subi un glissement de sens suite à son usage juridique pour ne conserver que celui-ci[3],[4].

Sommaire

  Historique

À l'origine, avant la convention de 1961, ce terme possèdait une définition en pharmacologie où il désignait, par analogie avec leurs effets : qui stupéfie, un groupe de substances (essentiellement des opiacés) connues pour inhiber les centres nerveux et pour induire une sédation de la douleur[3].

Par glissement du terme, il a ensuite désigné des substances susceptibles d'induire des effets sur le système nerveux proche des opiacés comme les narcotiques et les euphorisants[5].

Mais depuis son utilisation officielle par l'ONU pour désigner les substances classées aux tableaux I et II de la Convention de 1961 soit des dépresseurs du système nerveux central, il est devenu un terme de droit regroupant l'ensemble de ces produits. Tandis que celui de psychotrope désigne les substances des tableaux I, II, III ou IV de la Convention de 1971.

L'ONU ne donne pas de définition du terme stupéfiant dans ses conventions et se contente de les lister, cette confusion entre le sens pharmacologique attaché à l'effet et l'utilisation du terme en droit pour désigner un groupe de substances illégales a amené un glissement du sens de ce mot et les stupéfiants désignent depuis les années 1980 les psychotropes illégaux ou soumis à réglementation souvent aussi appelé drogue : la brigade des stupéfiants, aussi appelée les stups est un service de police dédié à la lutte contre le trafic de drogue.

Certains produits considérés comme stupéfiants sont tolérés dans quelques pays. Par exemple, le cannabis est toléré aux Pays-Bas (en restant sous le coup de la loi sur l'opium, donc réglementé), mais reste pratiquement illégal dans la majeure partie du monde, y compris en France.

  Conceptions juridiques et légales des stupéfiants

Les législations nationales ont évolué à travers les conventions internationales avec des variations locales. Ainsi, si les trois grands groupes de substances que sont les morphiniques, cocaïniques et cannabiques sont considérés comme des stupéfiants par la plupart des pays ; d'autres substances peuvent avoir un statut plus variable en fonction des pays.

  Conventions internationales

Une substance peut être inscrite sur l'une des listes suite à une demande de l'OMS ou d'un des pays signataires. La substance sera temporairement placée dans le tableau I de la convention de 1961 avant une décision définitive après consultations de diverses commissions[3].

L'inscription d'une substance comme stupéfiant s'attache à deux critères : le potentiel à induire une dépendance et les dangers qu'elle pourrait représenter pour la santé publique[3].

  Convention Internationale de l'Opium

  Les quatre tableaux de la convention de 1961 sur les stupéfiants

  • Tableau I : substances présentant un important risque d'abus, cela concerne une centaine de substances dont l'opium, la coca et le cannabis et leurs dérivés synthétiques ou non ;
  • Tableau II : substances présentant un risque d'abus moindre du fait de leur usage médical, cela concerne neuf substances dont la codéine ou le dextropropoxyphène ;
  • Tableau III : préparations (incluant des substances des Tableaux I ou II) sans risque d’abus ni d’effets nocifs et substances non aisément « récupérables » (extractibles) ;
  • Tableau IV : substances du tableau I ayant un potentiel d’abus fort et effets nocifs importants sans valeur thérapeutique notable, cela concerne six substances dont l'héroïne ou le cannabis.

  Les quatre tableaux de la convention de 1971 sur les psychotropes

  • Tableau I : potentiel d’abus présentant un risque grave pour la santé publique et faible valeur thérapeutique comme par exemple des hallucinogènes : mescaline, psilocybine, LSD, DMT, THC ;
  • Tableau II : potentiel d’abus présentant un risque sérieux pour la santé publique et valeur thérapeutique faible à moyenne, comme des stimulants de la famille des amphétamines ou des analgésiques comme la phencyclidine ;
  • Tableau III : potentiel d’abus présentant un risque sérieux pour la santé publique, mais valeur thérapeutique moyenne à grande, comme par exemple les barbituriques dont l'usage fait l'objet de nombreux abus ;
  • Tableau IV : potentiel d’abus présentant un risque faible pour la santé publique, mais valeur thérapeutique faible à grande, principalement des hypnotiques, des benzodiazépines et des analgésiques.

  Convention contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes de 1988

  Législations nationales

Les législations des différents pays se sont inspirées de ces conventions internationales pour classer ces substances selon leur propre législation, adoptant des modifications s'adaptant à l'émergence de nouveaux produits.

Le terme stupéfiant est strictement défini par les législations belge, française et suisse, alors que le Canada préfère l'usage du terme drogue.

  En Belgique

C'est la loi du 24 février 1921 concernant le trafic des substances vénéneuses, soporifiques, stupéfiantes, psychotropes, désinfectantes ou antiseptiques et des substances pouvant servir à la fabrication illicite de substances stupéfiantes et psychotropes qui réglemente ces produits[6].

Elle réglemente les stupéfiants via une liste, et complémentée depuis, présente dans l'article 1 de l'arrêté royal réglementant les substances soporifiques et stupéfiantes, et relatif à la réduction des risques et à l'avis thérapeutique du 31 décembre 1930[6].

  Au Canada

C'est le Règlement sur les aliments et drogues qui réglemente ces substances en date du 20 juin 1996[7].

Elle comporte des annexes qui listent les substances soumise à cette loi.

  En France

L'arrêté du 22 février 1990 transpose le classement des stupéfiants au niveau international en droit français. En France, les substances classées comme stupéfiants sont listées dans quatre annexes :

  En Suisse

C'est la loi fédérale du 3 octobre 1951 sur les stupéfiants et les substances psychotropes[8] qui adapte la loi suisse aux réglementations internationales, elle est entrée en vigueur 1er juin 1952.

Elle définit les stupéfiants dans son premier article, régulièrement redéfinit depuis sa mise en application. Ses substances sont les matières premières ou principes actifs ou produits ayant des effets de type morphinique, cocaïnique et cannabique et les « substances psychotropes engendrant une dépendance » comme les hallucinogènes, les stimulants et les dépresseurs.

  Notes et références

  1. L. Manuila, A. Manuila, M. Nicoulin, Dictionnaire médical, Éditions Masson, 1991 (réimpr. 4° édition) (ISBN 2-225-81957-2) 
  2. Drogues, savoir plus risquer moins, comité français d'éducation pour la santé et de la mildt, juillet 2000 (ISBN 2-908444-65-8) 
  3. a, b, c et d Denis Richard, Jean-Louis Senon, Marc Valleur, Dictionnaire des drogues et des dépendances, Larousse, 2004 (ISBN 2-03-505431-1) 
  4. Yasmina Salmandjee, Les drogues, Tout savoir sur leurs effets, leurs risques et la législation, Eyrolles, coll. « Eyrolles Pratique », 2003 (ISBN 2-7081-3532-5) 
  5. Collectif FTP, Petit dico des drogues, Édition L'esprit frappeur, 1997 (ISBN 2-84405-002-0) 
  6. a et b LOI - WET
  7. Règlement sur les aliments et drogues
  8. RS 812.121 Loi fédérale sur les stupéfiants et les substances psychotropes

  Voir aussi

  Articles connexes

  Liens externes

   
               

 

Toutes les traductions de stupefiants


Contenu de sensagent

  • définitions
  • synonymes
  • antonymes
  • encyclopédie

Dictionnaire et traducteur pour mobile

⇨ Nouveau : sensagent est maintenant disponible sur votre mobile

   Publicité ▼

sensagent's office

Raccourcis et gadgets. Gratuit.

* Raccourci Windows : sensagent.

* Widget Vista : sensagent.

dictionnaire et traducteur pour sites web

Alexandria

Une fenêtre (pop-into) d'information (contenu principal de Sensagent) est invoquée un double-clic sur n'importe quel mot de votre page web. LA fenêtre fournit des explications et des traductions contextuelles, c'est-à-dire sans obliger votre visiteur à quitter votre page web !

Essayer ici, télécharger le code;

SensagentBox

Avec la boîte de recherches Sensagent, les visiteurs de votre site peuvent également accéder à une information de référence pertinente parmi plus de 5 millions de pages web indexées sur Sensagent.com. Vous pouvez Choisir la taille qui convient le mieux à votre site et adapter la charte graphique.

Solution commerce électronique

Augmenter le contenu de votre site

Ajouter de nouveaux contenus Add à votre site depuis Sensagent par XML.

Parcourir les produits et les annonces

Obtenir des informations en XML pour filtrer le meilleur contenu.

Indexer des images et définir des méta-données

Fixer la signification de chaque méta-donnée (multilingue).


Renseignements suite à un email de description de votre projet.

Jeux de lettres

Les jeux de lettre français sont :
○   Anagrammes
○   jokers, mots-croisés
○   Lettris
○   Boggle.

Lettris

Lettris est un jeu de lettres gravitationnelles proche de Tetris. Chaque lettre qui apparaît descend ; il faut placer les lettres de telle manière que des mots se forment (gauche, droit, haut et bas) et que de la place soit libérée.

boggle

Il s'agit en 3 minutes de trouver le plus grand nombre de mots possibles de trois lettres et plus dans une grille de 16 lettres. Il est aussi possible de jouer avec la grille de 25 cases. Les lettres doivent être adjacentes et les mots les plus longs sont les meilleurs. Participer au concours et enregistrer votre nom dans la liste de meilleurs joueurs ! Jouer

Dictionnaire de la langue française
Principales Références

La plupart des définitions du français sont proposées par SenseGates et comportent un approfondissement avec Littré et plusieurs auteurs techniques spécialisés.
Le dictionnaire des synonymes est surtout dérivé du dictionnaire intégral (TID).
L'encyclopédie française bénéficie de la licence Wikipedia (GNU).

Copyright

Les jeux de lettres anagramme, mot-croisé, joker, Lettris et Boggle sont proposés par Memodata.
Le service web Alexandria est motorisé par Memodata pour faciliter les recherches sur Ebay.
La SensagentBox est offerte par sensAgent.

Traduction

Changer la langue cible pour obtenir des traductions.
Astuce: parcourir les champs sémantiques du dictionnaire analogique en plusieurs langues pour mieux apprendre avec sensagent.

Dernières recherches dans le dictionnaire :

3635 visiteurs en ligne

calculé en 0,156s

   Publicité ▼

Je voudrais signaler :
section :
une faute d'orthographe ou de grammaire
un contenu abusif (raciste, pornographique, diffamatoire)
une violation de copyright
une erreur
un manque
autre
merci de préciser :

Mon compte

connexion

inscription

   Publicité ▼

GENDARMERIE / GROUPE STUPEFIANTS 155° STAGE (16.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

SCIENCES ET VOYAGES du 12/1961; L'opium et les Stupéfiants/ Rajeunissement (6.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

ESOTERISME URI GELLER TELEPATHIE O.V.N.I STUPEFIANTS POUVOIR A.PUHARICH (6.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

STUPEFIANTS TEXAS - BAINBRIDGE - 1964 (4.9 EUR)

Usage commercial de ce terme

Reproduction affiche STUPEFIANTS - GERRON - Danièle PAROLA (20.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

VU N°179 (19 août 1931) l'Internationale des stupéfiants - Marcel Bardiaux - (10.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

VU N°180 (26 août 1931)l'Internationale des stupéfiants (2em partie) - Fécondité (10.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Pour en finir avec la prohibition des stupéfiants / Traverson Marc (12.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Expérience d'un médecin sur lui-même pour étudier les effets des stupéfiants (80.0 EUR)

Usage commercial de ce terme

Coque Cubes Espace Funky Rétro Pour Sony Xperia Z1 (10.4 EUR)

Usage commercial de ce terme

Instant crucial - Les stupefiants rendez-vous du hasard Pierre Bellemare ALBIN M (38.54 EUR)

Usage commercial de ce terme

Drogue Pourquoi a-t-on interdit l'usage des stupefiants ? Elisabeth Dolard Esk (40.93 EUR)

Usage commercial de ce terme

Bulletin Des Stupefiants / Bulletin of the Narcotics Un Siecle De Commande De D (44.55 EUR)

Usage commercial de ce terme

Les prosperites du crime Trafic de stupefiants, blanchiment et crises financier (100.02 EUR)

Usage commercial de ce terme

pourquoi les hommes usent-ils de stupefiants Tolstoï Léon Neuf Livre (11.54 EUR)

Usage commercial de ce terme